AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Famille je vous [h]aime

Article publié le 21/10/2020 par la Rédaction, en partenariat avec Editis

 


La rentrée littéraire 2020 nous le rappelle, les rapports familiaux sont l’un des matériaux préférés des écrivains. Si la famille forme les êtres humains que nous sommes, ses dysfonctionnements sont souvent pointés du doigt par les auteurs et autrices, qu’ils en aient été directement victimes ou pas.

Après notre article sur les destins de femmes, celui sur les liens entre l’Histoire et l’intime puis notre tour d’horizon des Etats-Unis à travers l'oeil des auteurs américains (mais aussi de deux auteurs français), nous nous intéressons cette semaine à la famille. Ce sont en effet ces liens heureux ou difficiles (et parfois - étonnamment - les deux en même temps) que nous vous proposons d’explorer à travers cette liste de 8 livres établie en partenariat avec les maisons d’édition du groupe Editis.


 

 Julien Dufresne-Lamy, Mon père, ma mère, mes tremblements de terre (Belfond)



C’est à un sujet qui revient régulièrement dans les débats publics que s’attaque Julien Dufresne-Lamy dans Mon père, ma mère, mes tremblements de terre. Le père de la famille qu’il met en scène décide en effet de changer de sexe. Ce changement est vu par son jeune fils de 15 ans, Charlie, qui a mal vécu cette volonté de changement. Une telle transformation a en effet forcément de nombreuses conséquences sur cette famille, et en particulier sur le jeune Charlie.  

Lexx54000 a été séduite par ce roman qui touche un sujet pourtant sensible : « Grâce sa plume tendre, avec une pointe de finesse psychologique et émotionnelle, Julien Dufresne-Lamy dévoile cette famille sous toutes les coutures, qui ne cesse de grandir ensemble et unie dans les épreuves. »


Pierre-Louis Basse, Rien n'est perdu (Le Cherche-Midi)



A quoi se joue un destin ? A pas grand-chose. Une rencontre, une erreur, un hasard. Pour le petit Pierre-Louis, 13 ans, cela s’est joué à la visite d’une lumineuse exposition consacrée à Vincent Van Gogh. Aucun espoir, aucun rêve, aucune ambition n’était accordée à ce garçon aux résultats médiocres et à la famille dysfonctionnelle. La vue d’un tableau lui ouvrira les yeux et lui donnera des ailes pour survivre à des années 1970 mal parties, et enfin vivre sa vie.

Hcdahlem a apprécié ce roman largement autobiographique : « Un récit plein de sensibilité et de nostalgie, une tentative de retrouver les sentiments de cette enfance que l'on sait pourtant à jamais perdue. Mais aussi et surtout, la belle démonstration promise par le titre du roman. À cœur vaillant, rien d'impossible. » 



Helen Phillips, La femme intérieure (Le Cherche-Midi), traduit de l'anglais par Claro



Que feriez-vous si, subitement, vous vous retrouviez face à vous-même ? C’est ce qui arrive à Molly, une mère de famille sans histoire, qui tombe nez à nez avec elle-même. Enfin, une version d’elle-même pour être exact puisque la Molly qui a surgi dans sa vie a, elle, perdu ses enfants dans un attentat. Les fans de science-fiction et de romans fantastiques le savent, rencontrer son double n’est jamais bon signe…


Horizonetinfini souligne la richesse de ce roman aux multiples facettes : « Un côté surréaliste, un regard profond sur le fait d'être parent, à la fois le haut et le bas, la joie et l'angoisse, associé aux événements hallucinants que l'autrice maîtrise parfaitement, en font une lecture exquise et unique. Non seulement Helen Phillips changera votre façon de voir le monde, mais elle vous touchera en plein cœur pendant qu'elle le fera ».


 
Arnon Grunberg, Taches de naissance (Héloïse d'Ormesson), traduit du néerlandais par Olivier Van Wersch-Cot



Ce sont parfois les intrigues les plus loufoques qui nous incitent aux réflexions les plus profondes. « Peut-on aimer sans asservir ? Dans quelle mesure est-on responsable de son destin ? », voilà quelques unes des questions que pose l’auteur Néerlandais dans ce roman qui met en scène un psychiatre spécialisé dans la prévention des suicides et qui a commis l’erreur, un jour, de coucher avec l’auxiliaire de vie de sa mère, grabataire. 

Les lecteurs sont prévenus dès la quatrième de couverture du roman. Le roman va sans doute les amener plus loin qu’ils ne le pensaient de prime abord : « As de l'intrigue loufoque, Arnon Grunberg signe un roman troublant sur les mécanismes de la psyché et soulève des questions essentielles d'une plume chirurgicale et distancée. » 

 

Yasmina Khadra, Le Sel de tous les oublis (Julliard)




Véritable road trip (certains l’ont comparé à un "Sur la route algérien") mais aussi profonde réflexion sur l’Algérie moderne, Le Sel de tous les oublis raconte les déboires d’Adem, un instituteur quitté par sa femme. Anéanti, Adem décide de tout plaquer et de prendre la poudre d’escampette sur les routes algériennes. C’est toute une galerie de personnages que rencontre Adem autant que de facettes d’une Algérie qui panse difficilement ses plaies.

Latitote a erré en compagnie de cet anti-héros en quête d’identité : « Un récit quasi initiatique qui nous emporte sur un chemin ardu mais en même temps nous envoie tout un tas de messages contradictoires et positifs. Une société où l'on sent les espoirs d'une vie nouvelle, l'indépendance tirant un trait sur toutes les tyrannies mais bon le rêve ne fera pas long feu. Un récit toujours aussi bien écrit avec une plume qui fait voyager et des mots souvent poétiques. Bonne lecture. »

 

Thibault de Montaigu, La grâce (Plon)



Thibault de Montaigu a longtemps été, il le reconnaît volontiers, un mondain. Attiré par toute forme d’excès, l’écrivain n’a que peu prêté attention à la religion et à la spiritualité. Un évènement anodin, une messe pourtant commune à laquelle il assistait sans conviction change pourtant son rapport à la foi et à la vie. Thibault de Montaigu l’athée devient subitement chrétien et c’est de cette conversion ainsi que de son rapport particulier à Dieu qu’il témoigne dans cet ouvrage, que l'on retrouve en première sélection du prix Interallié, et du prix des Deux-Magots, et en deuxième sélection du prix de Flore 2020. 

APortail a été conquis par ce récit émouvant d’une conversion improbable : « Tout est beauté ici : la langue bien sûr, la puissance des ambiances, mais aussi la tendresse de l'auteur pour les aspects minuscules de la foi, la progressive acceptation d'une révélation qui remet en cause toute une grille de lecture du monde et de la vie, l'humble quête de ce qui peut nourrir l'émotion foudroyante du premier contact charnel avec Dieu ».

 

David Fortems, Louis veut partir (Robert Laffont)



Premier roman de David Fortems, Louis veut partir relate le deuil d’un père. On sait dès les premières pages que Pascal a perdu son fils. Celui-ci, qui semblait mener – aux yeux du père tout du moins – une vie tranquille et tout entière dévolue à la lecture de livres, a mis fin à ses jours. Qui était ce fils dont le père ignorait finalement tout ? Quelle était donc la matière de leur relation ? Comment et pourquoi un fils peut-il mettre fin à ses jours ? Ce sont toutes ces questions et bien plus encore qu’explore David Fortems dans ce roman. 

Un beau et sensible roman pour Argali : « David Fortems prend des risques avec ce premier roman qui aborde, outre la relation père-fils, des sujets comme l'homosexualité, la mort, la culpabilité. Ce premier roman aurait pu être mièvre, déjà vu. Je l'ai trouvé solaire et réussi. Il m'a touchée. »

 

Jean-Pierre Montal, La Nuit du 5-7 (Seguier) 



C’est un fait divers oublié que raconte, par la fiction, Jean-Pierre Montal dans La Nuit du 5-7. Cette fameuse nuit, c’est celle du 1er novembre 1970, au cours de laquelle 150 jeunes furent brûlés vifs pendant un concert de rock. Jean-Pierre Montal met en scène Michel, un jeune homme qui devait se trouver sur scène ce soir-là, mais qui fut écarté de son groupe de musique quelques jours plus tôt. Comment vivre après un tel drame ? Peut-on vraiment s’en sortir ? 

Au-delà de cet événement tragique qui eut un retentissement mondial, c’est toute la génération de Mai 1968 que fait revivre l’auteur dans ce roman « tour à tour nerveux et mélancolique ».
 

Quels sont les livres sur la famille que vous lisez en ce moment ? Partagez votre avis en commentaire…

Commenter  J’apprécie          64