AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Marie-Hélène Lafon et les liens du sang

Article publié le 10/12/2020 par la Rédaction, en partenariat avec Buchet-Chastel 

C'est l'un des livres de la rentrée et certainement l'un de ceux qui auront fait l'année 2020. Histoire du fils de Marie-Hélène Lafon a non seulement reçu le prix Renaudot mais a également séduit un nombre considérable de lecteurs jusqu'à en faire le livre le plus populaire de l'autrice sur Babelio. Ce récit de deux familles auvergnates sur plusieurs générations serait-il le livre idéal pour découvrir l'oeuvre de cette autrice majeure de la scène littéraire française ? 



Crédits : Olivier Roller © Libella
 
Une histoire de famille

 Il est question de deux familles dans le roman de Marie-Hélène Lafon, deux familles auvergnates liées l'une à l'autre par une naissance, celle d'André, le fils du titre. Il est le fruit d'une liaison entre Gabrielle et Paul mais c'est à sa soeur Hélène que Gabrielle en confie la garde. André ne découvre l'identité de son père que bien des années plus tard alors qu'il s'apprête à se marier.

C'est au détour de certaines dates clés de la vie de cette galerie de personnages que l'autrice raconte leur histoire, dans un désordre qui ne doit pourtant rien au chaos. Plusieures générations sont ainsi contées, résumées en 200 pages à peine, mais c'est sans compter les non-dits et les silences. En toile de fond, une question que se sont posés certains lecteurs : qu'est-ce qui fait une famille ? 

« C'est un magnifique roman sur l'absence, la filiation, les secrets de famille, le poids du passé qui ressurgit et qui effracte les coeurs si on ne réussit pas à mettre des mots sur des non-dits. »
1967fleurs

 


Acueille-moi paysage
 
C'est l'une des particularités de l'oeuvre de Marie-Hélène Lafon, née dans le Cantal en 1962. Ses romans ont quasiment tous pour cadre une Auvergne à laquelle elle est particulièrement attachée. « Mon pays coule en moi comme la Santoire coule au bord du pré de mes parents, c’est une vraie grâce » disait-elle il y a quelques années pour le journal La Croix. Histoire du Fils ne déroge pas à la règle. C'est en Auvergne que commence et se termine le récit, à Chanterelle plus exactement, un village isolé au coeur du Cantal. On parle souvent du cadre dans lequel se déroule l'action de certains romans comme d'un véritable personnage. Peut-être le Cantal est-il, pour Marie-Hélène Lafon, un personnage en tant tel, dont elle brosserait le portrait roman après roman. 

 

« Un style unique, des personnages attachants, contrastés et la belle nature cantalienne, décrite avec poésie et un amour inconditionnel de ses paysages ».

Fanfanouche24

 

  

L'Auvergne. Crédits : Bibalice

 

Un roman sensoriel

Nous parlions un peu plus haut du faible nombre de pages pour évoquer la vie de plusieurs personnes, de deux familles sur plusieurs générations. C'est un tour de force réalisé grâce au goût de l'autrice pour les mots. « Chaque mot compte dans ce texte d'une centaine de pages pour évoquer la recherche d'un père entre sa chère province et Paris nous dit ainsi la lectrice Elodicho dans sa critique du livre. Cette consision peut étonner :  « Il fallait oser, s'enthousiasme ainsi un journaliste du Figaro Littéraire. Ecrire une vraie saga familiale en moins de 180 pages. Marie-Hélène Lafon l'a fait et de quelle manière ».

Autre trait de la plume de l'autrice particulièrement apprécié des lecteurs : sa science de l'atmosphère qui prend le lecteur dès les premières pages du livre pour ne plus le lâcher. C'est un roman sensoriel où la narration, les descriptions l'emportent sur les dialogues : « Une des forces du style de l'auteure, nous dit Krissie78, est que l'on referme le livre en emportant les odeurs, les sons, les couleurs, les sensations si délicatement décrites et qui ont accompagné André et sa famille sur un siècle, tout en gardant l'image d'un bonheur tranquille et serein ». Un roman profondément cantalien de Marie-Hélène Lafon pouvait-il ne pas être sensoriel ? 

 

« Sa plume, concise, brute, tellurique, profonde, dépeint parfaitement les émotions et les sentiments. »

Marina53  

 

Découvrez Histoire du fils de Marie-Hélène Lafon, publié chez Buchet Chastel
Commenter  J’apprécie          52