AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Les livres de la décennie 2010-2020
Hélène Fischbach nous présente 10 coups de coeur littéraires
 

Article publié le 17/02/2021 par Nicolas Hecht

 

Dans ce nouvel article présentant des « livres de la décennie 2010-2020 » sélectionnés par des personnalités des métiers du livre et des médias, nous avons voulu mettre en avant un genre devenu central : le polar et ses nombreuses déclinaisons. Regardé de haut par une frange de l’intelligentsia littéraire il n’y a encore pas si longtemps, le voici au sommet des lectures des Français avec près de 2000 parutions et plus de 20 millions de livres vendus par an.

 

Nous avons demandé à Hélène Fischbach, directrice de l’excellent festival Quais du Polar de Lyon (dont Babelio est partenaire depuis de nombreuses années), de partager avec nous ses 10 coups de cœur de la décennie. Engagée dans le festival depuis sa création en 2005, à la tête de celui-ci à partir de 2014, elle est également consultante pour de nombreux éditeurs, après être passée par la Série Noire chez Gallimard et La Martinière – sans parler de ses missions au CNL et à l’Institut Français. Bref, un CV qui a de quoi vous faire broyer du noir, mais surtout en lire !

La preuve avec ces 10 livres aussi alléchants les uns que les autres, pour patienter jusqu'à l'édition 2021 de Quais du Polar, prévue du 2 au 4 juillet.

 

(Retrouvez ici les livres de la décennie selon Augustin Trapenard, Margaud Liseuse et Bernard Lehut.) 

 

[La plupart des livres présentés sont disponibles au format poche et accessibles à tous les budgets. C'est ce format que nous avons privilégié pour les images d'illustration, même si c'est bien la première maison d'édition française qui est mentionnée.]

 

 

Gillian Flynn, Les Apparences (Sonatine, 2012), traduit de l'anglais par Héloïse Esquié

« Gillian Flynn est l’une des voix les plus originales du thriller contemporain, dans ce roman elle dissèque avec cruauté la vie conjugale en se jouant totalement du lecteur. Le succès de ce livre a déclenché une véritable vague de publications de ce que l’on nomme les domestic thrillers, mais Les Apparences reste vraiment un modèle du genre. »


 



Caryl Férey, Mapuche (Série Noire/Gallimard, 2012)

« Caryl Férey a depuis des années contribué à renouveler le polar français. Écrivain voyageur de talent, il nous entraîne en Argentine sur fond de dictature et d'assassinats arbitraires, alors que des grands-mères veulent savoir ce que sont devenus leurs maris et enfants disparus. Son héroïne, une indienne Mapuche, incarne cette lutte pour la justice et la vérité. »

 

 

Donald Ray Pollock, Le Diable, tout le temps (Albin Michel, 2012), traduit de l'anglais par Christophe Mercier

« Un livre d’une noirceur désespérée dans lequel les destins des personnages, tous plus violents et désespérés les uns que les autres, s’entrechoquent. En dehors de l’écriture belle et limpide de l’auteur, il n’y a pas la moindre éclaircie dans ce roman coup de poing qui pourtant vous emporte et vous hante longtemps. »

 

 

Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut (Albin Michel, 2013)

« Avec ce passionnant roman Pierre Lemaitre a fait la démonstration du fabuleux talent de « raconteur d’histoires » des auteurs de polars et de romans noirs. Un Goncourt mérité pour un écrivain qui, loin de renier ses origines, ne cesse de déclarer son amour pour le genre. »

 

 

Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre (Actes Sud, 2014)

« Nicolas Mathieu met en scène les conséquences de la fermeture d'une usine dans les Vosges sur les ouvriers, futurs chômeurs, une inspectrice du travail et la jeunesse désabusée qui ne voit plus de perspective d’avenir. C’est un roman noir social d'une grande force qui dresse le portrait de ces laissés pour compte qui vivent loin des grandes villes et que personne ne voit et n’entend. »

 

 

Yana Vagner, Vongozero (Mirobole, 2014), traduit du russe par Raphaëlle Pache

« Une pandémie ravage le monde et transforme Moscou en ville fantôme. Un groupe de survivants tentent de rejoindre un refuge, alors que les autorités exécutent toute personne qui pourrait être malade. La catastrophe est uniquement perçue à travers le quotidien de ce petit groupe. Cet excellent roman offre une vision très intime de l’événement et de quoi relativiser un peu la situation actuelle… »

 

 

Hannelore Cayre, La Daronne (Métailié, 2017)

« Hannelore Cayre renouvelle le genre avec un roman décapant mettant en scène une frêle et innocente traductrice, employée au black depuis des années par le ministère de la Justice, et qui finit par se révolter et devenir une baronne de la drogue. C’est drôle, cynique et jubilatoire, mais c’est aussi une vraie réflexion sociale sur notre société. »

 

 

Andrée A. Michaud, Bondrée (Rivages, 2017)

« Première femme et première auteure québécoise à remporter le Prix des lecteurs Quais du Polar, Andrée A. Michaud nous plonge dans l’atmosphère moite, angoissante et envoutante de l’été 1967 au bord d’un lac à la frontière entre le Canada et les États-Unis. La richesse de sa langue, du français à l’anglais en passant par des expressions québécoises, est exceptionnelle. »

 

 

Greg Iles, Brasier noir (Actes Sud, 2018), traduit de l'anglais par Aurélie Tronchet

« Brasier noir est le premier volume d’une saga qui décortique les ques­tions raciales qui continuent de hanter les États-Unis. En 1000 pages foisonnantes, Greg Iles parvient à dresser le portrait d’une organisation secrète, émanation du Ku Klux Klan, à mettre en scène une tragédie familiale et à révéler un pan méconnu de l’histoire d’un pays. Magistral. »

 

 

Tiffany McDaniel, Betty (Gallmeister, 2020), traduit de l'anglais par François Happe

« À travers le regard de Betty, « la petite indienne », on découvre les joies et surtout les drames de la famille Carpenter et les mentalités de cette Amérique profonde et peu tolérante des années 60 et 70. Un livre incroyablement fort, touchant, poétique et indispensable, sans doute l’un des plus beaux de cette décennie. »

 

 

Vous partagez des coups de coeur avec Hélène Fischbach ? Quels sont les livres de cette décennie 2010-2020 qui vous ont marqués ?
Commenter  J’apprécie          1915