AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

3 polars incontournables…
Gilda Piersanti nous présente 3 coups de cœur littéraires
 
Article publié le 06/08/2021 par Nicolas Hecht et Pierre Krause

 
Après Franck Thilliez et Hervé Le Corre, c'est Gilda Piersanti qui nous présente aujourd'hui trois romans noirs incontournables selon elle. Rencontrée lors de la dernière édition du festival Quais du polar, l'autrice franco-italienne s'est facilement prêtée à cet exercice plus difficile qu'il n'y parait. Si l'autrice n'a pu garder que trois oeuvres, elle avait pu nous en recommander bien plus dans notre entretien réalisé il y a quelques années lors de la sortie de Illusion tragique, le roman qui lui avait justement valu le prix Quais du Polar en 2018. 



Très apprécié des lecteurs, Les somnambules, le dernier roman de Gilda Piersanti (Editions Le passage) est le récit d'une amitié entre trois Italiens qui ont grandi ensemble de leur plus tendre enfance à leur entrée dans la vie adulte. Leur amitié risque cependant de voler en éclats et leur vie de changer à jamais puisque le crime qu'ils ont commis voilà des années -crime dont on ne sait rien mais qui se dévoile au fil des pages- revient les hanter près de 25 ans plus tard. Thriller psychologique à la mécanique implacable, Les somnambules permet à l'autrice d'explorer des thèmes comme la culpabilité, la trahison mais aussi ce qui construit et déconstruit une amitié. 

 

 

Il est intéressant de noter que l'on retrouve certains de ces thèmes dans les romans noirs recommandés par l'autrice ! Après tout, ne sont-ce pas les lectures qui façonnent aussi les écrivains ? On vous propose d'y réfléchir mais surtout de découvrir ou redécouvrir ces trois romans incontournables. 
 

[Tous les livres présentés sont disponibles au format poche et accessibles à tous les budgets. C'est ce format que nous avons privilégié pour les images d'illustration, même si c'est bien la première maison d'édition française qui est mentionnée.]

 



Patricia Highsmith, Le meurtrier (Calmann-Levy, 1960), traduit de l'anglais par Jean Rosenthal

« Puisque nous célébrons le centenaire de Patricia Highsmith, je citerais Le meurtrier qui est un très grand roman sur la culpabilité. Ce roman témoigne bien des ombres qui traversent l'oeuvre de Patricia Highsmith. » 

Disparue à l'âge de 74 ans, Patricia Highsmith a laissé derrière elle une œuvre majeure dont on retient souvent L`inconnu du Nord-Express et les aventures d'un sociopathes nommé Tom Ripley. Outre ces grands classiques plusieurs fois adaptés au cinéma, nombre de ses autres romans sont des pépites du noir et du thriller psychologique. Nul doute que celui-ci, le troisième de la carrière littéraire de l'autrice, devrait mettre à rude épreuve les nerfs de ses lecteurs. Walter, le personnage principal du roman est-il coupable du meurtre de sa femme ? Pourquoi jure-t-il que non quand tout dans son attitude et son comportement suggère le contraire ? 

 

Fyodor Dostoïevsky, Crime et Châtiment (Plon, 1884), traduit du russe par Victor Derély

« Impossible de ne pas mentionner Crime et Châtiment de Fyodor Dostoievsky. Ce n'est sans doute pas un polar au sens strict du terme mais il est à la racine de ce genre littéraire et il me semble important de l'inclure. »

Chef dœuvre de la littérature russe, Crime et Châtiment n'en finit pas de fasciner lecteurs et auteurs. Il raconte l'histoire de l'assassinat d'une vieille dame et de sa soeur par Raskolnikov, un homme qui prétend se placer au delà du bien et du mal. Ses crimes ne seront pas sans conséquences... L'appartenance de ce classique au genre policier est toujours l'objet de nombreux débats même si, pour Mikhaïl Bakhtine, il est impossible de ranger l'œuvre de Fyodor Dostoievsky dans la moindre case. Une seule solution : le lire ou le relire pour vous faire un avis. 
 



Georges Simenon, Le Petit Saint (Presses de la Cité, 1965)

« A la troisième place, je propose Le Petit Saint de Georges Simenon qui est un roman assez éloigné du reste de sa production mais qui est extraordinaire. Toute la première partie est une plongée dans la vision du monde d'un enfant. C'est pour moi une vraie performance, certes un peu étrange, que réalise Simenon. Il nous montre comment un enfant peut voir et percevoir ce qu'il y a autour de lui même dans une situation d'extrême pauvreté où tout devient fantastique.  »             

Avec seulement 8 critiques sur Babelio quand son œuvre en totalise plus de 2000, Le Petit Saint n'est assurément pas le roman le plus connu de Georges Simenon. On dit parfois que son succès relatif lors de sa publication fut une amère déception pour l'écrivain qui en était particulièrement fier. Le roman est le récit de l'enfance d'un être "innocent" dans un milieu envahi par le vice et la pauvreté. Ne serait-il pas temps de redonner une chance à ce roman que tous ses lecteurs trouvent si beau ?  


Retrouvez les recommandations de Hervé le Corre, Franck Thilliez et dites-nous en commentaire quels sont les polars qui vous ont marqués !

Commenter  J’apprécie          130