AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Les livres du moment #80 - jeudi 7 octobre

Quelles sont les recommandations des lecteurs cette semaine ?

Article publié le 07/10/2021 par Mélisande Cornec, Nicolas Hecht et Pierre Krause

 

Connaissez-vous les pages de recommandations par genre sur Babelio ? Chaque jour, l'équipe du site trie et sélectionne les livres les plus appréciés des Babelionautes pour vous faire découvrir des parutions récentes, agrémentées d'une critique de lecteur. Et chaque semaine nous vous proposons de retrouver une liste de dix ouvrages, soit un par catégorie, afin de suivre l'actualité littéraire au plus près.

  


 

Polar & thriller : Jo Nesbø, Leur domaine

Gallimard, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier, 640 pages, 22 €



Dans Leur domaine, Jo Nesbø délaisse son inspecteur fétiche, Harry Hole, pour narrer l’histoire de deux frères : Carl et Roy. Tous deux orphelins suite à un accident de voiture, chacun va mener sa vie de son côté : Roy, dans la mécanique, et Carl, au Canada. Lorsque ce dernier revient avec un projet de spa de luxe et que les cadavres s’entassent dans le palace, les rancœurs et secrets de familles refont surface. Ce one-shot est une belle porte d’entrée pour se plonger dans un roman noir de Jo Nesbø.

Un chef-d'œuvre puissant pour SylvieBelgrandReims qui a déjà hâte de le relire : « Leur domaine est pour moi un pur chef-d'œuvre de la littérature qu'elle soit noire ou blanche. Jo Nesbø, au sommet de son talent d'écrivain, explore la relation fusionnelle de deux frères meurtriers dans le paysage d'une région montagneuse et rurale qui ne semble exister que pour que les passions cachées y explosent. C'est puissant et bouleversant. C'est sans aucun doute un roman que je vais lire et relire sans me lasser, et ce n'est pas si fréquent. »


 

 

 

Bande dessinée : Juan Díaz Canales (scénario) et Juanjo Guarnido (dessins), Blacksad, tome 6 : Alors, tout tombe (1/2)

Dargaud, 60 pages, 15 €
 
La sortie est aussi imposante que le matou qui donne son nom à la BD, devenue en quelques années un classique absolu du genre. Le détective privé Blacksad est de retour pour une nouvelle affaire qui mêle syndicats, mafia, pouvoirs politiques et… monde du théâtre. L’ombre de Shakespeare plane en effet au sommet des buildings new-yorkais, toujours aussi sublimement couchés sur le papier par le dessinateur espagnol Juanjo Guarnido. 

Belette2911 a comme ronronné à la lecture de ce nouveau tome : « J'avais peur que ce sixième album ne soit pas à la hauteur, mais plus maintenant. Je n'ai qu'une envie, c'est de lire la suite pour voir comment tout ce beau merdier, dans lequel certains se trouvent englué, va se résoudre. Et pour savoir ce que va apporter le retour d'un personnage d'un ancien tome. » 


 

 

 

Manga : Makoto Hoshino, Le Conte des parias, tome 5

Doki Doki, traduit du japonais par Ryoko Akiyama, 186 pages, 7,50 €

 

 

C’est dans le Londres du XIXe siècle que Wisteria, une jeune orpheline, fait la rencontre de Marbas, un Diable, c'est-à-dire un être immortel normalement invisible aux yeux des humains. Marbas s'ennuie dans ce monde où il ne semble pas exister. Dans ce cinquième tome, on assiste à ce qui ressemble de plus en plus à une guerre, une guerre qui oppose les Diables aux humains… 

Einarolf a apprécié l’action de ce nouveau tome : « Ce tome est pour le moins explosif ! Il se passe des choses clairement insoupçonnées. On continue de découvrir les Grands Diables et plus particulièrement Sytry, qui s’avère être empli de sournoiserie! Ils sont loin d’être aussi gentils et bienveillants que Marbas et Nabérius. » 



 

 

 

Jeunesse : Antonio Da Silva, Azul

Editions du Rouergue, 288 pages, 14 €
 
Qui n’a jamais voulu avoir un tête à tête avec La Joconde sans une horde de touristes autour ? Et si le meilleur moyen était de plonger dans la peinture ? Miguel a ce pouvoir, il peut entrer dans les tableaux et même y apporter de légères améliorations. Mais tout pouvoir implique de grandes responsabilités, et il peut s’avérer dangereux d’attirer l’attention de la Protection des œuvres...

Un voyage artistique qui a ravi Lapasseuse : « Avec Azul, Antonio Da Silva signe un nouveau roman aussi original qu'ambitieux. C'est en effet au cœur des toiles qu'il nous entraîne cette fois-ci, avec Miguel son héros, pour rêver sous le ciel de La Nuit étoilée de Van Gogh, manger des pâtes avec la Joconde, explorer la jungle du Douanier Rousseau, ou trouver l'amour sur le pont des Nymphéas… »

 

 

 

 

Jeune adulte : Cory Anderson, Le Fracas et le Silence

PKJ, traduit de l’anglais par Claire-Marie Clévy, 400 pages, 18,90 €
 

Pour son premier roman, Cory Anderson nous plonge dans un thriller haletant sur fond de pics enneigés américains. La situation familiale de Jack est complexe, il est prêt à tout pour éviter à son petit frère Matty l’orphelinat, même si cela veut dire se lancer à la recherche du magot volé par son père, cause de son emprisonnement. Mais il n’est pas le seul à remonter la piste cer Ava, la fille du complice de son père, est aussi à sa recherche… Cette quête de survie, à la frontière de la catégorie jeune adulte, a aussi été publiée par les éditions Fleuve dans leur section Littérature étrangère.

Un coup de cœur pour FabtheFab : « Il s'agit du premier roman de Cory Anderson, un thriller américain angoissant, glacé et glacial. (...) Courses-poursuites, meurtres violents, caches angoissantes dans des motels miteux… les péripéties s'enchaînent dans un suspense vertigineux. Le décor de la nature glaciale de cette région des Etats-Unis d'Amérique devient omniprésent. Coup de cœur. »


 

 

 

Imaginaire : Claire Duvivier, Capitale du Nord, tome 1 : Citadins de demain
Aux Forges de Vulcain, 374 pages, 20 €

 

  
Qui a dit qu'en France on ne sait pas écrire de la fantasy ? Certainement pas nous, qui tentons de vous dénicher chaque semaine, avec l'aide précieuse des lecteurs Babelio, des auteurs de l'imaginaire français (ou étrangers) à découvrir. On se penche aujourd'hui sur une entreprise des plus originales lancée par les Forges de Vulcain : le cycle la Tour de Garde réunit deux auteurs autour de l'écriture d'un univers polarisé autour de deux capitales, l'une au Sud et l'autre au Nord. En avril 2021, Guillaume Chamanadjian ouvrait le bal avec le premier tome de la trilogie Capitale du Sud : Le Sang de la cité. Début octobre paraît donc le premier tome de la trilogie centrée sur la Capitale du Nord : Citadins de demain de Claire Duvivier, autrice déjà remarquée pour son premier roman Un long voyage. On y suit une jeune aristocrate de Dehaven, dont le fiancé est très porté sur la magie. Alors que la colère du peuple gronde dans la cité, les sortilèges anciens pourraient avoir des conséquences funestes.

kikenbook décerne tout simplement la note maximale à ce roman, et nous invite à savourer les subtilités de ce cycle à quatre mains : « Citadins de demain est un vrai coup de cœur, une belle découverte de l’écriture de Claire Duvivier et une confirmation que les Forges de Vulcain entament avec ces deux premiers tomes de la Tour du Garde un cycle de fantasy made in France, capable de séduire à la fois les grands amateurs du genre et les néophytes dont je suis. »  



 

 

 

Roman d’amour : Shelby Kaly, Monica
Black Ink éditions, 462 pages, 18 €

 

 

Alessandro mène une vie insouciante remplie de femmes et de joies éphémères. Mais la légèreté de son existence est fragilisée le jour où il croise par hasard Monica, son premier vrai amour, peut-être la seule femme dont il a été amoureux. Alors qu’ils étaient ensemble et a priori heureux, Monica l’avait abandonné sans jamais donner d’explication. Et s’il était temps pour Alessandro d’assembler les pièces du puzzle de son cœur ?

Aminouchpo a été impressionnée par l’ambiance de ce roman : « J’ai lu d’une traite ce roman. Shelby m’a bluffée et je ressors de mon livre totalement conquise. Au fil des pages, elle instaure un climat particulier qui m’a donné quelques sueurs froides. Ce roman est loin d’être simple. J’ai retenu mon souffle plusieurs fois et l’auteure nous relate une histoire d’amour aussi belle que complexe. » 



 

 

 

Non-fiction : Camille Froidevaux-Metterie, Un corps à soi
Seuil, 352 pages, 23 €


Et si l'émancipation des femmes (voire même de tout individu ?) passait par la réappropriation de leur corps ? Voici la proposition que fait la philosophe Camille Froidevaux-Metterie dans cet essai qui retrace l'histoire des représentations du corps des femmes, et nous explique que s'il a été l'objet de la domination masculine, il sera obligatoirement le véhicule d'une plus grande liberté au féminin. Un point de vue original qui prend pour point de départ la pensée de Simone de Beauvoir, afin d'offrir une alternative ou un complément à un féminisme plus militant.

aninit a apprécié la démarche et la construction de l'ouvrage : « Cet ouvrage sur la femme et son rapport avec le corps selon un chemin historique et philosophique est très bien mené. »


 

 

 

Littérature française : Delphine Coulin, Loin, à l’ouest
Grasset, 528 pages, 24 €



Une traversée de la France du XIXe au XXIe siècle du point de vue des femmes, voilà ce que nous propose Delphine Coulin avec ce roman très émouvant qui met en scène plusieurs générations de femmes d’une même famille. Considérées comme des « mauvaises filles », ces femmes revendiquent la liberté et des droits : les mêmes que ceux accordés à leurs pères, leurs maris, leurs fils. Cette famille cache aussi ses secrets mais il faudra lire ce joli pavé pour les découvrir même si l’autrice vous en donne un aperçu dans l’entretien qu’elle nous a accordé en vidéo dans le cadre du salon Fnac Livres.

Cancie a eu le sentiment de partager la vie de ces femmes : « C’est une fresque féministe que nous donne à lire Delphine Coulin à travers le destin d’une lignée de quatre femmes, quatre mauvaises filles. Le récit s’étend de la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. [...] Cette épopée féministe et historique est tellement prenante et intéressante que je n’ai pas vu filer les pages. Loin, à l’ouest est également une véritable ode à la littérature et à la fiction. »  



 

 

 

Littérature étrangère : Arianna Cecconi, Les Oracles de Teresa
Marabout (La Belle Etoile), traduit de l'italien par Marianne Faurobert, 400 pages, 19,90 €

Pour son premier roman, l'anthropologue italienne Arianna Cecconi nous parle de transmission, d'héritage et de tabou à travers le personnage Teresa, grand-mère qui n'a pas quitté son lit depuis près de 10 ans et voit ses proches se rassembler pour la veiller durant ses dernières heures sur Terre. Peut-être est-ce le bon moment pour elle pour s'ouvrir enfin, se confier et libérer des secrets trop longtemps gardés pour elle ?

Un roman sensible et touchant qui a plu à DOMS : « J'ai aimé rencontrer ces femmes, leur poésie, leur relation à la magie, au surnaturel. Leur amour et leur solidarité malgré les défauts, les différences, toujours aussi forts. L'écriture onirique et poétique m'a fait passer un bien joli moment de lecture à leur côté. »

 

 

 

 

Vous avez vous aussi des livres récents à recommander ? N'hésitez pas à partager vos lectures en commentaire de cet article !

 

Commenter  J’apprécie          74