AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Les livres du moment #81 - jeudi 14 octobre

Quelles sont les recommandations des lecteurs cette semaine ?

Article publié le 14/10/2021 par Mélisande Cornec, Nicolas Hecht et Pierre Krause

 

Connaissez-vous les pages de recommandations par genre sur Babelio ? Chaque jour, l'équipe du site trie et sélectionne les livres les plus appréciés des Babelionautes pour vous faire découvrir des parutions récentes, agrémentées d'une critique de lecteur. Et chaque semaine nous vous proposons de retrouver une liste de dix ouvrages, soit un par catégorie, afin de suivre l'actualité littéraire au plus près.

  

 

Bande dessinée : Serge Lehman (scénario) et Frederik Peeters (dessins), Saint-Elme, tome 1 : La vache brûlée

Delcourt, 80 pages, 16,95 €
 
On ne s’attendait pas à revoir le duo Frederik Peeters/Serge Lehman si peu de temps après le succès de leur excellente bande dessinée L’homme gribouillé. Le duo revient pourtant en librairie avec une nouvelle histoire située à Saint-Elme, petite ville qui, tel un aimant à ennuis, semble attirer une faune constituée de tueurs en tous genres et aux intérêts bien mystérieux. Après les accents fantastiques de L’homme gribouillé, c’est au registre du polar que le duo s’attaque même si ce premier tome n’a certes pas délivré tous les secrets de cette tortueuse intrigue.

Lilo0606160616 a été prise par l’ambiance de cet album : « Le lecteur s'immerge aisément dans l'histoire, dans l'environnement dans lequel évoluent les protagonistes grâce aux onomatopées. L'expression des personnages est légère dans le trait mais efficace, sans fioritures, en somme suffisante pour saisir leur état d'esprit. » 


 

 

 

Manga : Naoya Matsumoto, Kaiju n°8, tome 1

Kazé, traduit du japonais par Sylvain Chollet, 192 pages, 6,99 €

 

 

Enorme succès au Japon, ce manga met en scène des monstres - les Kaijus - qui terrorisent la population que seules les Forces de Défense tentent de protéger. Ce sont d’ailleurs auprès de ces forces qu’un certain Kafka essaie de postuler depuis des années, en vain. Un jour, alors qu’il nettoie les rues dévastées par une énième attaque, Kafka fait une drôle de rencontre qui va changer sa vie : une créature s'introduit en effet dans son organisme pour faire de lui une entité mi-humaine mi-kaiju… Ce n’est évidemment que le début d’une longue série de péripéties pour un héros qui ne perd pourtant jamais son sens de l’humour.

Mvtjapan a été complètement conquis par ce manga qui devrait plaire aussi bien aux enfants qu’aux adultes : « Doit-on vraiment préciser que ce shonen aux allures classiques est en fait une pure bombe ? Je m'explique, shonen oui, mais se rapprochant plus du seinen sachant qu'il met en scène des adultes plutôt que des enfants en apprentissage. Un shonen donc complètement accessible aux adultes ! »
 


 

 

 

Jeunesse : Sébastien Perez (texte) et Benjamin Lacombe (illustrations), La meilleure maman du monde

Editions Margot, 64 pages, 19,90 €
 
La meilleure maman du monde, c’est forcément la vôtre ! Mais qu'en est-il du côté des animaux ? Dans cet album pour les tout-petits, découvrez 17 portraits de mamans du règne animal et la manière dont elles s’occupent et protègent leurs enfants. L’occasion de mieux comprendre les différents fonctionnements animaux, mais réunis autour du même message : l’amour des mères qui transcende toutes les espèces. Le tout est illustré par de magnifiques peintures de Benjamin Lacombe, comme en témoigne la couverture.

Lesvoyagesdely nous parle de cette album avec des étoiles plein les yeux : « Un album sublimissime tant au toucher, qu'au graphisme, qu'au scénario. Un petit trésor à posséder. Tout est magnifiquement travaillé, joliment réfléchi, et cela nous donne bien des émotions de voir toutes ces différentes mamans. » 

 

 

 

 

Jeune adulte : Laurence Bouvard, Tout le monde veut des ailes

Bayard jeunesse, 500 pages, 13,90 €
 

Babelio vous a appris qu'on pouvait faire de belles rencontres sur Internet ? C’est le cas d'Angèle, Clara et Vincent. Ils ont 15 ans, sont amis, mais ne se sont jamais rencontrés. Se retrouvant le soir sur un forum de jeux de rôles, ils écrivent des histoires et façonnent leur monde virtuel. Tout le monde veut des ailes met en lumière cette amitié, qui n'est que renforcée par l’éloignement physique, où chacun peut être soi-même et s’adonner à ses passions. 

Pingwouin a été touchée par le ton juste de ce roman sur les amitiés tissées sur la toile : « Ce livre m’a sincèrement touché à plus d’un titre. La base du contexte, à savoir trois jeunes qui se sont rencontrés sur Internet, m’est familière, et bénéficie d’un traitement vraiment éclairé, que je n’ai que très rarement (pour ne pas dire jamais) vu au sein d’autres médias traditionnels. »

 


 

 

 

Imaginaire : Emily Norsken, Une couronne d'os et d'épines
Les Trois Nornes, 570 pages, 25 €

 

  
Comme chaque semaine on continue dans ce nouvel épisode notre exploration des littératures de l'imaginaire, avec cette fois un roman publié par une maison d'édition toute jeune : Les Trois Nornes. Créée par Laurène Beles, connue par les amateurs pour sa chaîne YouTube Les Mots de l'Imaginaire, cette structure publie avec Une couronne d'os et d'épines son deuxième roman. Un premier livre pour son autrice Emily Norsken et un one shot de fantasy dans lequel on suit le personnage de Nayla et de ses proches tout au long de sa vie, dans des contrées empreintes de chamanisme et de mythologie nordique.

alicelefranc a apprécié le souffle épique qui rythme ce livre, ainsi que l'ambiance qui s'en dégage : « C'est un excellent livre, on se trouve pris dans l'univers, à haleter aux côtés des héros qui souffrent, mais qui, parfois, surmontent aussi les épreuves pour notre plus grand plaisir ! Quand on le referme, on garde encore un temps le son des os qui cliquettent à nos oreilles. »  



 

 

 

Roman d’amour : Lorea Read, Black's soldiers, tome 3 : Burned Love
BMR, 375 pages, 5,99 €

 

 

La jeune Charlie s’attendait peut-être à tout dans la vie mais certainement pas à voir un biker à moitié mort s’écrouler devant la porte de sa cabane, pourtant isolée au fond des bois. L’homme - musclé - se fait appeller Pyro et n’a pas tellement l’habitude de recevoir des soins de la part d’une femme et encore moins de tomber amoureux. Pyro appartient à un monde dur, violent et qui ne laisse aucune place aux sentiments. Ces deux solitudes vont-elles succomber à l’amour autant que les lecteurs ? 

Aminouchpo a brûlé de désir pour ces bikers : « Un récit bien ficelé avec des bikers qui me font fondre au fil des tomes. Les émotions sont au rendez-vous et on prend plaisir à se plonger au cœur de ce monde si particulier ! Un joli moment de lecture ! »  


 

 

 

Non-fiction : Jean-Yves Moyart, Le Livre de Maître Mô
Les Arènes, 384 pages, 20 €


Derrière ce pseudonyme de « Maître Mô » se cache Jean-Yves Moyart, avocat au barreau de Lille décédé début 2021. Ce livre regroupe 20 histoires vraies concernant la justice et liées à son activité, dans lesquelles on découvre son regard d'avocat humaniste et passionné par son métier. Des histoires fortes d'abord publiées sur un blog alors qu'il exerçait encore, éditées ensuite en 2011 dans un recueil désormais épuisé, et reprises ici avec de nouveaux textes.

Lichnewsky rend justice au travail de cet homme dans sa critique : « Jean-Yves Moyart racontait sur son blog son quotidien d’avocat pénaliste. Une vingtaine de ces histoires sont ici compilées, elles sont parfois horribles, parfois injustes, mais le plus souvent touchantes. »

 


 

 

 

Littérature française : Jakuta Alikavazovic, Comme un ciel en nous
Stock, 150 pages, 18 €

Connaissez-vous la collection "Ma nuit au musée" publiée aux éditions Stock ? L’idée est d’inviter un auteur ou une autrice à passer un nuit au Louvre pour ensuite retranscrire son expérience dans un livre. Dernière invitée en date, Jakuta Alikavazovic qui dévoile dans Comme un ciel en nous la nuit qu’elle a eu la chance de passer dans le célèbre musée parisien. Il en résulte un livre « joyeux et mélancolique » dans lequel Jakuta, entre deux tableaux, part notamment sur les traces de son père qui, il y a des années, lui posait régulièrement cette question : « Et toi, comment t'y prendrais-tu pour voler la Joconde ? » Jakuta est-elle ressortie de sa nuit au musée avec la Joconde sous le bras ? Peut-être… 

Benjamin_F est au 7e ciel : « Comme un ciel en nous est un objet riche, complet, passionnant, dépassant le cadre imposé, pour s’affirmer comme un texte essentiel. Il confirme combien Jakuta Alikavazovic est la grande autrice du visible et de l'invisible, de l'absence comme repère et de l'après-disparition comme horizon. »  



 

 

 

Littérature étrangère : Richard Powers, Sidérations
Actes Sud, traduit de l'anglais par Serge Chauvin, 400 pages, 23 €



Eh oui, Richard Powers a encore frappé ! Auteur de 13 romans, National Book Award en 2006 pour La Chambre aux échos et prix Pulitzer de la Fiction 2019 pour L'Arbre-Monde, l'auteur américain nous gratifie d'un nouveau pavé qui risque de faire date tant l'œuvre s'avère ambitieuse et les critiques sont élogieuses (« he's got the powers », comme on dit là-bas). On y suit la relation entre un père astrobiologiste veuf, Théo Byrne, et son fils sujet à des crises de rage. Son père fait tout pour l'aider et stabiliser sa relation au monde, jusqu'à tenter une thérapie expérimentale utilisant l'intelligence artificielle. 

Aux confins du grand roman américain et de la science-fiction, ce livre a plus que convaincu Merik : « Voilà un roman qui dénonce le désastre planétaire et relie infiniment petit et infiniment grand dans un vertige cosmique, les pieds ancrés magistralement dans la relation émouvante entre un père et son fils, avec un dénouement tel une sidération ultime pour le lecteur. »


 

 

 

 

Polar & thriller : Estelle Tharreau, Les eaux noires
Taurnada éditions, 252 pages, 9,90 €

 


Lorsque le corps de sa fille est retrouvé dans la Baie des Naufragés, Joséfa est prête à tout pour trouver l’assassin. Elle est bien la seule, car tous les voisins, potentiels suspects, préfèrent protéger leurs petits secrets plutôt que de faire avancer l’enquête. Dans ce quasi huis-clos, la tension grimpe, chacun devient une victime potentielle, alors que l’assassin court toujours, mais surtout, tous sont coupables de leur silence.

Le personnage de Jo, la mère, sera inoubliable pour Annicklecture : « Un thriller psychologique avec enquête qui nous tient en haleine du début à la fin. Une écriture à la fois délicate et percutante. L'énigme se déroule avec modération, plusieurs pistes s'ouvrent, plusieurs dommages collatéraux, des accusations innommables autour de Jo et sa fille. »

 

 

 

 

 

Vous avez vous aussi des livres récents à recommander ? N'hésitez pas à partager vos lectures en commentaire de cet article !

 

Commenter  J’apprécie          30