AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Les livres du moment #94 – jeudi 13 janvier 2022
Quelles sont les recommandations des lecteurs cette semaine ? 

Article publié le 06/01/2022 par Nicolas Hecht, Pierre Krause et Malaury Moyen

Connaissez-vous les pages de recommandations par genre sur Babelio ? Chaque jour, l'équipe du site trie et sélectionne les livres les plus appréciés des Babelionautes pour vous faire découvrir des parutions récentes, agrémentées d'une critique de lecteur. Et chaque semaine nous vous proposons désormais sur le blog de retrouver une liste de dix ouvrages, soit un par catégorie, afin de suivre l'actualité littéraire au plus près.

 


Jeunesse : Nathalie Somers (texte) et Anne-Lise Nalin (illustrations), Il faut sauver Molière
Didier Jeunesse, 128 pages, 9,90 €

 

L’année 2022 marque les 400 ans de la naissance de Molière. Ce court roman jeunesse est l’occasion de fêter cet anniversaire mais aussi d’avoir un premier contact avec ce célèbre comédien et dramaturge. On suit le jeune Pierre, heureux de pouvoir enfin travailler pour le grand Molière. Mais son bonheur est de courte durée : une lettre anonyme leur promet un grand malheur s’il joue leur pièce de théâtre,Le Malade imaginaire. Pierre s’allie alors à Mado, la propre fille de Molière, pour débusquer le maître-chanteur. Il s’en suit une enquête auprès des rivaux de l’auteur à la cour de Versailles, dans un mélange de fiction et de biographie savamment dosé.

Solysbooks recommande cette lecture à la fois prenante, drôle et didactique : « Le récit est vif, les personnages sont très "vivants" et l'enquête menée par les deux enfants est très réussie et drôle : nul doute que les enfants s'identifieront à eux. [...] Bref, j'ai beaucoup aimé ce roman de jeunesse et je le ferai lire à mes élèves de collège quand on étudiera une pièce de Molière. »

 


 



Jeune adulte : Dustin Thao, Vous êtes sur le portable de Sam
Hachette, traduit de l’anglais par Brigitte Hébert, 320 pages, 16,90 €



Qui ne se souvient pas de son premier amour ? Julie et Sam ne se quittent plus et, du haut de leurs 17 ans, font des projets. Tout bascule le soir où le jeune homme meurt dans un tragique accident de voiture. Julie, totalement détruite, n’arrive pas à passer outre cette histoire et, dans un mouvement de désespoir, appelle le portable de Sam, s’attendant à tomber sur la messagerie pour entendre une dernière fois sa voix. Mais, quelqu’un décroche ! C’est bien Sam qui lui répond, malgré la mort qui les sépare. Que feriez-vous si la chance d’un véritable au revoir vous était accordée ?

Les_lectures_de_nini a été profondément émue par ce récit : « J’ai vraiment adoré l’histoire de Julie et Sam. Entre rires et pleurs, moments tristes et moments romantiques, j’ai passé un excellent moment dans ce livre. L’histoire poignante d’un premier amour perdu est tout simplement accrocheuse et très bien exploitée. [...] Si vous hésitez encore à lire ce livre, je vous conseille de foncer ! Mais n’oubliez pas la boîte de mouchoirs ! »

 

 

 

 


Imaginaire : Collectif sous la direction de Stéphanie Nicot, Frontière[s]
Mnémos, 288 pages, 19 €

 
Covid ou pas, le festival Les Imaginales s'est bien tenu à Epinal en octobre 2021. Et comme chaque année « normale » (c'est-à-dire celles où le quotidien ne ressemble pas trop à un livre de SF ou d'anticipation), Mnémos publie une anthologie thématique de textes liée au festival. Cette année, le thème du festival se penchait donc sur les Frontière[s], ce qui a également inspiré les 14 auteurs de ce recueil. Au sommaire, vous pourrez ainsi retrouver Floriane Soulas, Raphaël Bardas, Estelle Faye, Johan Heliot, Thibaud Latil-Nicolas et quelques autres, entre scénarios pessimistes et lueurs d'espoir.

Yuyine y a trouvé matière à réflexion, et y a pris pas mal de plaisir de lecture : « Frontière[s] : l’anthologie des Imaginales 2021 est une réussite. Si 3 ou 4 nouvelles m’ont laissée un peu plus de marbre, la majorité des textes proposés sont d’une grande richesse en termes de style et de propositions et tout le monde y trouvera son compte. »





Roman d’amour : Marion Laurent, E.R.O.S

New adult addictives, 400 pages, 4,99 €



L’amour et la haine ont parfois des liens bien étranges… Tenez Lucia par exemple. Il n’y a personne au monde qu’elle hait autant que Eros Moretti. Et pourtant, il n’y a personne qu’elle aime aussi passionnément… Quand elle tombe sur lui dans un bar de Florence, ce dernier la confond avec Giulia, son ex et accessoirement sœur jumelle de Lucia. Va-t-elle se prendre au jeu et se faire passer pour sa sœur le temps d’une soirée ?

Minouche76 a trouvé que ce roman proposait une très belle histoire : « J’ai vécu une belle histoire, une belle aventure qui met du baume au cœur qui ne nous laisse pas insensible et qu’on ne se lasse pas de lire. On en veut plus. »




Non-fiction : Ibrahim Maalouf, Petite philosophie de l'improvisation

Editions des Equateurs, 240 pages, 18 €



Quand on pense à l'improvisation, l'image du désordre et du manque de structure n'est souvent pas loin (notamment en musique). Dans ce livre, le trompettiste et compositeur Ibrahim Maalouf aborde au contraire cette notion d'improvisation sous le spectre de la liberté créative, de la richesse qu'elle permet. Une liberté qu'il a pu expérimenter au fil de ses années de pratiques musicales, mais aussi et tout simplement au cours de sa vie. Car la philosophie de l'improvisation, c'est avant toute chose un goût de la découverte et de l'ouverture à l'autre, dont Ibrahim Maalouf nous présente les tenants et aboutissants dans ce livre.

Un essai dont l'esprit et la lettre ont plu à BurjBabil : « Livre éminemment sympathique. En quatre grandes parties, il aborde le thème de l'improvisation musicale comme une leçon de vie. Improvisation libération des carcans de l'apprentissage "bête", puis comme moyen de transmettre autre chose que des connaissances brutes mais des valeurs, des émotions. »

 

 

 

 

Littérature française : Philippe Besson, Paris- Briançon
Julliard, 208 pages, 19 €

 


C’est un roman qui se passe intégralement à bord d’un train que nous propose Philippe Besson avec son dernier livre. Un huis-clos ferroviaire pas si éloigné de ce que nous proposait Agatha Christie dans son Crime de l’Orient Express. Nulle trace de Hercule Poirot pourtant mais d’une poignée de voyageurs qui vont partager un train-couchette et faire connaissance. Certains vont, au fil de la nuit, livrer leurs secrets et, oui, d’autres vont trouver la mort… Pourquoi ?

La_Bibliotheque_de_Juju s'est laissée embarquer de nouveau dans l’univers de Philippe Besson : « Un roman sur les destinées, les hasards et les coïncidences. Cet endroit au mauvais moment. Un voyage émouvant d'humanité et de simplicité, au cœur d'un drame couru d'avance. Un suspense à l'envers lorsque la vie se détourne un instant des voies toutes tracées. Un Besson étonnant et pourtant terriblement familier pour ceux qui, comme moi, aiment cet auteur à la folie… »


 

 

 

Littérature étrangère : Jón Kalman Stefánsson, Ton absence n'est que ténèbres
Grasset, traduit de l'islandais par Eric Boury, 608 pages, 25 €

 

 

Dès le titre de ce nouveau livre de Jón Kalman Stefánsson, la poésie n'est pas loin. On pense forcément au vers de Lamartine (« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé »), et à la tension entre communauté et solitude explorée par cet auteur islandais de livre en livre. Un auteur très apprécié des lecteurs français depuis sa trilogie commencée avec Entre ciel et terre  (2010) et achevée par Le Coeur de l'homme (2013), qui nous revient cette année avec l'histoire d'un homme amnésique et perdu dans les fjords de l'ouest, où les habitants semblent le connaître. Au-delà de l'histoire de cet homme, c'est tout un pan de l'histoire de l'Islande et du monde, du XIXe siècle à 2020, qui se dessine… 

Merik s'est une nouvelle fois laissé emporter par le style de l'auteur et son talent de conteur : « Jón Kalman Stefánsson écrit encore un superbe roman, ample et ambitieux, parfois déroutant, mais aussi envoûtant et par moments jubilatoire. »

 

 

 

 

 

 

Polar & thriller : Lisa Gardner, N'avoue jamais
Albin Michel, traduit de l’anglais par Cécile Deniard, 496 pages, 22,90 €

 

Lisa Gardner, maître en matière de suspense psychologique, revient avec son héroïne la commandante de la criminelle de Boston, D.D. Warren, pour un nouveau thriller, cette fois-ci centré sur la famille et ses dysfonctionnements. Un homme a été abattu, et lorsque la police arrive sur les lieux, elle retrouve Evie, sa femme enceinte de 5 mois, une arme à feu à la main. Bien vite, l’enquêtrice reconnait la femme : elle avait été accusée du meurtre de son père, alors qu’elle n’avait que 16 ans mais l’affaire s’était finalement conclue sur un accident. Simple coïncidence ? Evie est-elle coupable ou victime de son passé ?

mapetiterevolutionlitteraire n’a pas pu lâcher ce livre : « J'ai passé un bon moment du début à la fin. Alors je ne m'attendais pas du tout aux différents rebondissements qui nous attendent tout au long de la lecture, l'autrice m'a baladé par-ci par-là. J'ai fini plusieurs chapitres la bouche grande ouverte avec une impossibilité de ne pas continuer sur le champ. »

 

 

 

 

BD : Maryse (scénario) et Jean-François Charles (dessins), China Li, tome 3 : La Fille de l'eunuque
Casterman, 72 pages, 15,50 €

 


C’est le troisième tome d’une série très appréciée des lecteurs que nous vous proposons cette semaine. Celle-ci se déroule dans la Chine du début du XXe siècle alors que la très jeune Li a été jouée et perdue par son oncle. Appartenant désormais à un chef cruel de la triade, Li développe un goût pour le dessin qui est vite remarqué. C’est le passé de ce « parrain » qui est exploré dans ce tome avec, en parallèle, la suite des aventures de Li au sein de la révolution maoïste. 

Guillaume72 a plongé dans cette série passionnante : « Pour ce personnage la rédemption passera par le crime. Son ascension au sein des triades est inexorable. Cette bande dessinée est moins romantique que les autres séries des auteurs, elle est aussi plus tragique et inscrite dans la grande Histoire. »

 

 

 

 

Manga : Asuka Konishi, Criminelles fiancailles
Pika, traduit du japonais par Anne-Sophie Thévenon, 164 pages, 7,95 €
 


Yoshino a grandi au sein de la pègre d’Osaka. Une enfance pas comme les autres certes, mais qui ne l’a pas empêchée de vivre sa vie de manière relativement normale. Les choses changent le jour où son grand-père la promet au fils d’une famille rivale afin de réunir les deux familles… Yoshino accepte mais sa rencontre avec son futur époux reserve de nombreuses surprises.

Songedunenuitdete a aimé tous les personnages : « Ce que j’ai aimé dans ce début d’histoire, c’est la psychologie des protagonistes très bien mise en valeur et bien travaillée. La mangaka prend un soin particulier à ses personnages qui sont loin d’être insipides, bien au contraire ! »

 

 

 



Vous avez vous aussi des livres récents à recommander ? N'hésitez pas à partager vos lectures en commentaire de cet article !

Commenter  J’apprécie          31