AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Les livres du moment #123 – jeudi 3 août 2022
Quelles sont les recommandations des lecteurs cette semaine ? 

Article publié le 03/08/2022 par Pierre Krause et Florin Nogueira

Connaissez-vous les pages de recommandations par genre sur Babelio ? Chaque jour, l'équipe du site trie et sélectionne les livres les plus appréciés des Babelionautes pour vous faire découvrir des parutions récentes, agrémentées d'une critique de lecteur. Et chaque semaine nous vous proposons désormais sur le blog de retrouver une liste de dix ouvrages, soit un par catégorie, afin de suivre l'actualité littéraire au plus près.    

 

 


Manga : Jéronimo Céjudo, Ripper, tome 1

Ankama, 224 pages, 7,95 €

 

 

Premier mangaka français au palmarès du célèbre Prix Tezuka, Jéronimo Céjudo propose aux éditions Ankama sa première série réalisée en solo : Ripper. Ce nom, c’est celui donné aux volontaires qui ont pour mission, dans une terre postapocalyptique où l’air est devenu irrespirable, de chercher de nouveaux recoins capables d’abriter la vie. C’est lors de l’une de ces missions qu’une équipe découvre un jeune homme qui semble vivre comme si de rien n’était… 

Il n’en faut pas plus pour Izabulle : « Avec des illustrations modernes et percutantes, ce nouveau manga ne pourra que plaire aux shonen addicts. Ne passez pas à côté ! »

 

 

 

 

Jeunesse : Efua Traoré, Les enfants des sables mouvants
Michel Lafon, traduit de l’anglais par Anna Souillac, 253 pages, 14,95 €

 

Un été à la campagne chez mamie, ça vous tente ? Au premier abord, Simi y semblait peu encline. La jeune citadine de 13 ans, qui vit à Lagos au Nigéria, est envoyée pour trois semaines dans le village de sa grand-mère, là où les croyances anciennes persistent. Ajao, sa grand-mère, manque de passer pour une sorcière. Indépendante et respectée de tous, elle connaît les traditions et les remèdes, qu’elle distribue dans son village. Elle n’est pas moins que la prêtresse d’Oshun, la déesse des eaux. Quel dépaysement ces vacances chez mamie ! Simi n’a pas le droit d’aller dans la forêt, pourtant, ses pas semblent l’y conduire lorsqu’un étrange oiseau chante. Elle découvre alors un lac de sables mouvants, s’y glisse… et refait étonnament surface dans un monde étrange. Là-bas, les dunes sont rouges et le ciel est pourpre. Selon sa grand-mère, il n'appartiendrait ni aux vivants, ni aux morts. Tous les 10 ans, un enfant y est réclamé pour servir de compagnon de jeu à Layo, un enfant immortel. Légendes ou vérité ? Les enfants ont-ils réellement disparu à cause d’une puissance magique qui les dépasse ?


Pour placedesbouquins, la beauté émane de toutes parts de ce roman jeunesse : « Une magnifique couverture dessert superbement bien ce livre envoûtant, magnétique et enivrant. La très simple et belle plume d’Efua Traoré, que je ne connaissais pas, nous glisse avec délice dans un voyage fascinant dans les us et coutumes du Nigeria. Je trouve ce premier roman absolument sublime ; pour moi c’est une réussite. »
 

 

 

 

Jeune adulte : Isabelle Pandazopoulos, L’honneur de Zakarya
Gallimard Jeunesse, 272 pages, 13,50 €



Incarcéré en maison d’arrêt, Zakarya Benothmane attend son procès. Le jeune homme est accablé de toutes parts, tout joue contre lui. Il est accusé du meurtre de Paco Moreno, son rival, qu’il aurait battu à mort au club de boxe où ils s’entraînent. Les faits ne jouent pas en sa faveur non plus. D'ailleurs, tout en se réclamant innocent, il refuse de parler et n’a jamais donné d’alibi. À la barre, les témoignages se succèdent : son entraîneur, ses amis, sa mère … Pourquoi Zakarya reste muré dans son silence ?

FabtheFab semble heureux d’avoir retrouvé l’autrice : « Comme à son habitude, Isabelle Pandazopoulos joue à merveille avec l’alternance entre l’intrigue principale - ici, le procès pour meurtre - et les flash-backs avec les souvenirs éparpillés du héros qui, petit à petit, s’assemblent comme les pièces d’un puzzle et permettent peu à peu, comme dans une psychothérapie de donner un sens à chaque élément. (...) Les fans d’Isabelle Pandazopoulos seront ravis de ce nouveau roman réaliste et social. »

 


 

 

Imaginaire : José Carli, Albertine
Inceptio éditions, 240 pages, 18,90 €




Quand il rentre chez lui par une froide soirée d’hiver, Julien découvre une petite fille qui n’a nulle part où aller. Décidé à l'héberger quelques jours le temps de prévenir les services sociaux, Julien ne peut se douter de la façon dont la petite fille va bouleverser sa vie. Celle-ci a en effet des pouvoirs et ne semble jamais gênée de les utiliser, même si c’est pour le martyriser. Cette jeune fille ne semble cependant pas là par hasard et il faudra lire ce roman pour comprendre exactement son rôle dans la vie de Julien… 

Mayyri a passé un beau moment avec tous les personnages du roman : « Ce qui ressort vraiment de cette lecture est pour moi la douceur : douceur et poésie de l'écriture, douceur de l'intrigue et de sa résolution, douceur des personnages. Loin d'être plats, ils ont des caractères complexes qui les rendent très attachants. En tout cas, j'ai passé un très bon moment de lecture et je recommande vivement ce livre. »

 


  

Roman d’amour : Eleanore Max, Dévoile moi
BMR, 300 pages, 5,99 €

 

 

L’été n’étant pas assez chaud comme ça, on vous propose cette semaine une lecture qui devrait faire monter encore un peu plus la température. Lexie est une éditrice timide qui se sent invisible mais qui pénètre cependant un soir dans un sulfureux et très select club coquin. Elle ne s’attendait pas à y retrouver son boss et surtout que celui-ci la drague ! Le masque que portait Lexie était-il suffisant pour que son patron ne la reconnaisse pas pendant leurs ébats ? Lexie est en panique lorsque ce dernier la convoque le lendemain matin…

Ludi33 a été séduite mais en veut désormais plus : « Une romance pimentée vraiment agréable à lire, pour laquelle j'aimerais bien lire une suite sur les acolytes d'Ayden, Jake et Wade. »

 


 

 

Non-fiction : Séverine Laliberté ; Audrey Millet ; Nicola Gobbi, Les héros de l'étoffe
Steinkis, 138 pages, 19 €


Dévoiler l’histoire d’un matériau porté depuis des siècles mais dont on ignore presque tout, voilà le projet passionnant de cette bande dessinée qui a pour objectif de montrer l’histoire du textile sous toutes ses coutures, toutes ses facettes, toutes ses révolutions, de ses prémices à nos modes les plus actuelles. Et on apprécie la jolie référence, dans le titre, à un chouette roman de Tom Wolfe

Fred36 n’ignore plus rien de ce sujet : « J’ai beaucoup aimé cette BD documentaire. Les auteurs retracent l’histoire du vêtement et du textile de sa toute première création jusqu’à nos jours. A chaque fois il est fait référence à des connaissances (ou pas) qui permettent de valider les évolutions. »

 


 

 

 

Littérature française : Valentine Goby, L’île haute
Actes Sud, 288 pages, 21,50€

 


Quand Vadim est envoyé dans les Alpes, c’est tout un monde insoupçonné qui prend vie sous ses yeux. Citadin asthmatique, Vadim redécouvre une autre manière de vivre et même d’appréhender la vie alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage en Europe et que le garçon est coupé de sa famille. C’est un roman sensoriel que propose Valentine Goby avec son style inimitable. 

C’est pour Milie_Baker un superbe roman d’initiation : « Un magnifique roman de Valentine Goby sur la grande aventure d'un jeune parisien qui se réfugie dans la vallée de Chamonix durant la Seconde Guerre mondiale. Le petit garçon va y apprendre les montagnes, le froid, le ski, la faune et flore... Un roman d'initiation superbement écrit, qui nous touche d'autant plus lorsque l'on reconnaît les paysages et les villages dans lesquels évoluent notre narrateur. »



 

 


Littérature étrangère : Robbie Arnott, L'oiseau de pluie
Gaïa, traduit de l’anglais (Australie) par Laure Manceau, 272 pages, 16,99 €

 

Ren vit seule dans les montagnes depuis qu’un coup d’Etat militaire a plongé le pays dans le chaos. Elle risque cependant de ne pas le rester très longtemps. Des militaires sont en effet dans les parages à la recherche d’un animal mythique que Ren est bien décidée à protéger. Conte écologique, fable dystopique, roman onirique, cet ouvrage a conquis de nombreux lecteurs à travers le monde. 

Croquignol a déjà noté ses passages préférés : « Je ne m'explique pas la magie de Robbie Arnott. Il n'a pourtant pas une écriture hors du commun, mais son talent de conteur me fait un effet boeuf. Ses mots résonnent en moi comme si je les avais écrits ("Dans tes rêves !", me répond quelqu'un dans ma tête, mais qui ?”). Quand vous buvez les dernières pages du bouquin à petites lapées, comme un chat qui ronronne de satisfaction, tout est dit. »


 


Polar & thriller : James Clemens, E.V.E.
Fleuve Editions, traduit de l’anglais par Leslie Boitelle-Tessier , 512 pages, 23,90 €
 

 
En arrivant chez lui, le commandant Gray Pierce doit faire face à de sinistres mystères… La scène est invraisemblable : la maison est saccagée et sa femme, Kat, qui est enceinte, a disparu. Sur le sol de sa cuisine gît la femme de son meilleur ami, inconsciente. À son réveil, elle est incapable de parler. Mais que s’est-il passé ? Prise en charge par un neurologue qui utilise de nouvelles technologies, elle pourrait avoir la possibilité d’avoir le cerveau débloqué quelques instants, récupérant ses facultés cognitives le temps de répondre à des questions. L’Intelligence Artificielle pourrait-elle aider à mettre la lumière sur le drame qui s’est produit ?   

La lecture de Carange s’est révélée enrichissante : « J'aime beaucoup la petite touche historique dans chacun de ses livres, j'apprends toujours quelque chose et à chaque fois l'auteur met des références à la fin du livre si l'on souhaite faire nos propres recherches pour approfondir nos connaissances. »



 

BD : Barbara Stok, La philosophe, le chien et le mariage
Paquet, 296 pages, 27 €



Déjà autrice d’un touchant récit biographique autour de Van Gogh, la néerlandaise Barbara Stok consacre cette fois-ci un roman graphique à Hipparchia, une jeune fille passionnée par la philosophie dans la Grèce du 4ème siècle avant notre ère. On pourrait penser que les préoccupations d’Hipparchia sont bien éloignées de celles des jeunes gens de notre époque et pourtant tous nos doutes, nos aspirations, nos paradoxes contemporains y passent. 

Analire a aimé réfléchir sur le bonheur et la liberté avec Hipparchia : « Un excellent roman graphique, passionnant, bien dessiné, documenté, qui nous donne à réfléchir sur des sujets variés de notre quotidien et nous fait sortir de notre zone de confort. Je recommande vivement ! »


 
 


 

Vous avez vous aussi des livres récents à recommander ? N'hésitez pas à partager vos lectures en commentaire de cet article !

Commenter  J’apprécie          41