AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Les 25 plus belles couvertures de livres de 2022
Ou comment juger un livre à sa couverture

Article publié le 13/01/2023 par l'Equipe de Babelio

En parallèle de nos classements habituels, nous vous proposons aussi depuis trois ans (20192020 et 2021) une rétrospective visuelle des parutions. D’où l’idée de réunir dans cet article 25 couvertures de romans et récits qui ont particulièrement marqué nos rétines. Voici donc une sélection très subjective, avec seulement trois constantes : tous ces livres sont des romans ou récits, (re)parus en France, Suisse, Belgique ou Québec dans l’année, dont les couvertures sont des œuvres graphiques. Nous avons indiqué le nom de l'artiste auteur de l'illustration quand l'information était disponible/indiquée par l'éditeur ; n'hésitez pas à nous aider à compléter les noms manquants !



Vous trouverez donc ici des éditeurs indépendants et des mastodontes du secteur, des auteurs français et étrangers, plus ou moins célèbres, tous réunis pour le soin apporté aux couvertures des ouvrages présentés. Ces livres sont classés par ordre alphabétique d’auteur, et agrémentés à chaque fois d’une critique d’un(e) Babelionaute.

Pour une fois, on s’est donc permis de juger un livre à sa couverture, et on espère que cela vous fera également découvrir de très bons textes ! N’hésitez pas à partager en commentaire vos couvs coup de cœur de 2022…

 

Hanna Bervoets, Les choses que nous avons vues (Le Bruit du monde)
UUS Studio pour la charte graphique


L'avis de Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire : 

« Ce court roman, porté par une tension puissante, nous parle d'un métier certes essentiel pour maintenir un internet relativement sain, mais qui plonge ses employés dans une détresse psychologique importante. Traumatismes, habitude de la violence, difficulté à discerner le réel du virtuel, alcoolisme, anxiété, voire culpabilité de ne pas pouvoir aider les personnes qui se font du mal en direct sur la toile, toutes les dérives de la société contemporaines sont montrées à leur paroxysme par l'autrice et journaliste néerlandaise Hanna Bervoets. »
 

 
Joël Casséus, Demi-ciel (Le Tripode)
Illustration de Dillaut 


L'avis de joellebooks : 

« Son roman est fait d'allégories et d'images brutes, de répétitions qui accentuent le sentiment d'oppression, d'atmosphère pesante. Il nous a dit avoir été influencé par l'écoute du jazz pendant son écriture, mais aussi du cinéma, avec le film Les Bêtes du Sud sauvage de Benh Zeitlin. C'est un roman certes exigeant mais très intéressant pour son message et son écriture. Si vous n'avez pas peur d'être un peu perdu ou déboussolé, en tout cas au début, lisez-le. Faites l'expérience. Et n'hésitez pas à le relire une deuxième fois »

 

Becky Chambers, Un psaume pour les recyclés sauvages (L'Atalante)
Illustration de Feifei Ruan
 
L'avis de Yuyine : 

« Un psaume pour les recyclés sauvages est un immense coup de cœur. Pour la beauté de son univers, l'intensité et la justesse de ses messages, les enseignements épanouissants à en tirer et la douceur magnifique de son histoire, cette lecture est une merveille absolue. Lire Becky Chambers est décidément toujours source de bonheur. Et je sais qu'on en a toutes et tous bien besoin ! »

 

Blandine Costaz, De l'autre côté du songe (éditions Anne Carrière)
Illustration de Cerise Heurteur


L'avis de Esa : 

« J'ai eu l'impression d'être dans une sorte de chasse au trésor. En parlant de trésor, la plume de l'autrice est vraiment envoutante, et j'ai adoré me laisser guider dans ce récit original : Une fois par an, treize hommes traversent les Basses Terres pour honorer les marcheurs qui les ont précédés. Une procession séculaire qui assure l'équilibre et la protection du village. Mais, depuis quelques années, les habitants s'inquiètent : plus aucune naissance ne rythme les saisons étouffées par l'hiver. [...] J'ai beaucoup aimé cette lecture, aussi prenante que surprenante... »


 
Maurizio de Giovanni, Nocturne pour le commissaire Ricciardi (Rivages Noir)
Illustration de Daphné Collignon
 

L'avis de Cassiopee42 :

« L'écriture (merci à la traductrice) est belle, emplie de sensibilité, de délicatesse. Maurizio de Giovanni décrit à merveille les ressentis des hommes et des femmes, sans pour autant nous abreuver de phrases lourdes. La sensibilité est présente et représente une grande force du style de l'auteur. Les personnages ont de vraies personnalités. Les déductions des deux détectives sont intéressantes, ils recoupent des faits, observent, réfléchissent, ne se précipitent jamais. Une lecture toute en nuances et très agréable. »

 

Salomon de Izarra, Demain, le jour (Mu)
Illustration de Kévin Deneufchatel


L'avis de EvlyneLeraut :

« Splendide, dans cette orée fantastique, résolument virile et âpre, Demain, le jour est une gageure d'écriture hors norme. Ce livre dépasse tous les entendements, les risques et les plaintes. Il y a la loyauté des dires envers et contre tout. C'est un livre qui bouscule et donne à réfléchir. L'entre-monde où les signaux vifs, intuitifs, dévorent une double lecture travaillée en amont avec subtilité par Salomon de Izarra. Nous sommes dans un espace de torpeur, étrange, incertain, voire dérangeant. Ce livre, entre les latitudes des réflexions est une apothéose même s'il ne laisse pas indemne. Polyphonique, caustique et acide, le récit est ténébreux et implacable. Mais quel chef-d'œuvre ! »

  

Dola de Jong, Les Désirs flous (Editions du Typhon)
Illustration d'Irène Tardif
 

L'avis de Remi69 : 

« Une histoire d'amour complexe, mouvementée, intense entre deux jeunes femmes hollandaises, dans la période qui précède la Seconde Guerre mondiale, et se poursuit au début du conflit. Un roman simple, où se mêle à la tendresse et au charme, une explosion de sentiments contraires. Une écriture pudique, simple et très belle, pleine de délicatesse, en miroir de Béa, la narratrice. »

 

Camille Guénot, Oscar Goupil : A London Mystery (L'école des loisirs)
Illustration de Christel Espié


L'avis de Ileauxtresors :

« Quel plaisir de se laisser promener sans savoir si on est chez Belphégor, Alice au pays des merveilles ou Agatha Christie, croisant tour à tour un majordome, une duchesse, un révérend amateur de patin à glace et une flopée d'artistes tous plus toqués les uns que les autres. L'ensemble invente un genre quelque part entre intrigue policière, aventure initiatique et roman fantastique. Le tout ponctué de quiproquos franco-britanniques et de multiples clins d'œil à la littérature et à l'art, auquel ce roman livre à la fois une déclaration d'amour et une critique de certaines dérives. »

 

Christophe Guillemain, L'Enterrement des étoiles (Mnémos)
Illustration d'Abel Klaer


L'avis de JessieL : 

« La plume de Christophe Guillemain s'est mise au diapason de ce monde déclinant en instillant notamment une ambiance enténébrée et pourtant si pleine de poésie. Il y a une vraie magie qui se dégage des mots de l'auteur car on ressort de cette lecture comme hypnotisé. Fort de sa couverture attractive, signée par Abel Klaer, L'Enterrement des étoiles nous offre donc un récit qualitatif qui mérite pleinement son titre de pépite de l'Imaginaire 2022. »



Thomas Gunzig, Le Sang des bêtes (Au Diable Vauvert)
Illustration de Olivier Fontvieille 

L'avis de Kittiwake : 

« Comédie loufoque, qui sert de support à de nombreuses réflexions sur le couple, la famille et la génétique sous toutes ses formes (épigénétique, organismes génétiquement modifiés, transmission…) avec la question en filigrane du rôle des valeurs éducatives. C'est léger, drôle, mais tout de même sérieux, avec un vrai débat sur la famille et le couple. Un grand plaisir de lecture. »

 

Joan He, Ceux qu'il nous faut retrouver (Lumen)
Illustration de Aykut Aydogdu
 
 
L'avis de Adoptalibrarian : 

« J'ai trouvé que Ceux qu'il nous faut retrouver était un roman d'anticipation young adult original et très abouti. La fin ouverte pourra en frustrer plus d'un, moi la première, mais j'ai été très agréablement surprise par les retournements de situation et révélations tout au long du roman. C'est une lecture forte qui m'a particulièrement touchée par les thématiques abordées et qui m'a fascinée du début à la fin sans que je ne m'ennuie à un seul moment. »

 

June Hur, La Forêt des disparues (Bayard Jeunesse)
Illustration de Pedro Tapa


L'avis de clemia :

« Beaucoup de questions qui mènent à de nombreuses suspicions qui mènent à de nombreuses enquêtes, interrogatoires pour finalement découvrir le pot aux roses ! Bref, un polar historique adolescent extrêmement bien mené ! J'ai trouvé l'écriture assez dynamique. Un grand nombre de mot coréen peuple les pages, ce qui est très appréciable. On sent que l'autrice ne prend pas les lecteurs pour plus bêtes qu'ils ne le sont. Min Hwani est parfois agaçante, un peu trop naïve mais loin d'être stupide. Surtout quand elle s'allie à sa soeur ! »

 

Benoit Marchisio, Plein Sud (Les Arènes)
Illustration de...


L'avis de Benjamin_F : 

« Fort d'une quinzaine de personnages mémorables, Plein Sud est une immense aventure, qu'on lit le sourire aux lèvres, emporté par cette épopée à la lisière du western et du film de pirates, à l'affut du prochain rebondissement ou coup du sort, qui s'abattra sur Cordelier et les siens. »

 

Mylène Mouton, Dolpang (Rouergue)
Illustration de Patrick Connan


L'avis de DreamBookeuse : 

« Dolpang est un roman étonnant, aux frontières de l'imaginaire et de l'histoire, alors que Mylène Mouton nous entraîne dans les montages népalaises, au cœur de leurs légendes et de leurs créatures fantasmagoriques. [...] Parce que si l'autrice s'imprègne de ses voyages et du spectre de l'imaginaire c'est bien de sujets tout à fait concrets dont il est question ici comme la frontière entre l'humain et le monstre, l'acceptation de l'autre et de sa différence. Un récit touchant, court, comme un conte, et poétique comme un récit antique, aux personnages touchants et multiples. »

 

 

 

Haruki Murakami, Abandonner un chat (Belfond)
Illustration d'Emiliano Ponzi


L'avis de Mhfasquel :

« Une plongée somptueuse dans le vide – et le trop-plein – laissé par l'absence, irrémédiable puisque même «?les souvenirs ne sont pas fiables?». Cet abandon, posé dès le titre, est irrémissible. Et pourtant, quelque chose reste, qui apporte une certaine sérénité. Un texte puissant, tout en douceur et profondeur qui nous parle et nous touche. Un grand Murakami. »

 


Ana Negri, Ce que tomber veut dire (Globe)
Illustration de... 
 

L'avis de Taraxacum :

« Un court roman qui prouve qu'il n'y a pas besoin d'être un pavé pour être marquant, Ce que tomber veut dire est une histoire d'exil et de douleurs, et de comment celles-ci peuvent se transmettre aux proches, même à ceux qui n'ont pas vécus les événements traumatiques. [...] Un roman marquant qui aborde aussi le thème du déracinement, car Clara n'est pas tout à fait chez elle ni au Mexique ni en Argentine. »

 

Martine Pouchain, Il était un petit navire (Thierry Magnier)
Illustration de Paulina Spucches 
 

L'avis de LudivineBon :  

« Un petit roman à couper le souffle qui se lit d'une seule traite ! Je ne m'attendais pas du tout à lire un livre coup de poing aussi cinglant. Martine Pouchain dépeint durement la nature humaine dans des conditions extrêmes, sans jamais faire de jugement, ni tomber dans le pathos. le propos est très juste, dur et touchant. Que ferions-nous à la place de ces jeunes pour notre survie ? Les références culturelles et philosophiques ne peuvent laisser personne indifférent. L'écriture est impeccable, le style est cru, vif et alerte. Une lecture percutante.  »

 

Frédéric Richaud, Monstres (Julliard)
Illustration de Das Mädchen (Judith Braesch)


L'avis de BenjamineBouton :

« Un superbe petit roman historique, court et qui se lit d'une traite ! On entre dans la vie de Cateau la Borgnesse qui, loin d'être l'idiote à laquelle tout le monde pense avoir affaire, construit son bonhomme de chemin vers la reconnaissance de la Cour royale de Louis XIV. Il est cependant difficile de savoir ce qui relève de la vérité ou de l'imagination de l'auteur, notamment quand on connaît la réputation de la dame. Il n'en reste pas moins que c'est un livre très agréable à lire, bien écrit et très intéressant dans ce qu'il raconte du passé et des habitudes à la Cour. J'ai adoré ce moment de lecture, la petite morale de cette histoire et l'histoire de cette intelligente et impitoyable Catherine ! »

 

Dominique Scali, Les marins ne savent pas nager (La Peuplade)
Illustration de... 


L'avis de gruz : 

« Un pavé qui se lit avec une facilité déconcertante, malgré son parler singulier, une autre réussite magistrale. Et ce désir de noter des citations à l'envie, tant le talent de l'autrice éclabousse chaque page. Les marins ne savent pas nager est une lecture unique. Littéralement, littérairement, vécue au plus près des émotions, des souffrances et des quelques joies de ces personnages, qu'ils soient de passage ou non. Des vies comme des débris, bringuebalés par la violence des vagues, cahotés dans des existences qu'on vit auprès d'eux. Jusqu'à ressentir une grande tristesse à devoir sortir de ce livre qu'on aurait aimé ne jamais voir se finir, tant l'immense don de Dominique Scali touche au sublime. »

 

Laurent Seyer, D'étranges hauteurs (Finitude)
Illustration par le studio de la maison d'édition


L'avis de cannibalector : 

« Magnifique et pudique roman. Une structure narrative ingénieuse arqueboutée sur un langage soutenu mais un style direct et facile d'accès, une recherche historique approfondie permettent à l'auteur de faire revivre son père et sa mère le temps d'une histoire. »

  

Robert Sheckley, Le Temps des retrouvailles (Argyll)
Illustration de Xavier Collette


L'avis de JustAWord :

« Passionnantes, étonnantes et délicieusement décalées, les nouvelles qui composent Le Temps des retrouvailles sont autant de trésors issus de l'imagination fertile et absurde de Robert Sheckley. Il serait dommage de vous en priver, surtout dans une édition aussi soignée ! »

 

Irene Solà, Je chante et la montagne danse (Seuil)
Illustration d'après Joseph Anton Koch


L'avis de Kirzy :  

« Pour accompagner une telle ambition narrative, l'écriture se devait d'être à la hauteur. Elle l'est, hypnotique, pleine de textures créant des images superbes à la poésie contagieuse, souvent lyrique. Sa beauté formelle est éclatante de plasticité lexicale, visuelle et sonore. Il faut lire ce texte à voix haute car les mots sont gourmands et se savourent encore plus en bouche. On ne quitte pas ce livre de la même façon qu'on y est entré. »

  

Lucie Taïeb, Capitaine Vertu (Editions de l'Ogre)
Illustration de...


L'avis de Charybde2 : 

« Lorsque la justice est devenue à son corps défendant l'auxiliaire d'un ordre idéologique qui ne dit même plus son nom, que peut devenir la vertu incarnée par ses serviteurs les plus dévoués ? Un roman poétique somptueux qui porte dans la douceur le fer de la question là où il peut faire le plus mal. »

  

JoAnne Tompkins, Ce qui vient après (Gallmeister)
Illustration de Charlotte Day

 

L'avis de Mimeko :

« Un roman intimiste et universel, qui remet en cause les rapports parents/enfants, les signes de défiance que l'on ne veut pas voir, la démission d'une mère trop faible pour s'occuper d'une ado... Un premier roman bien construit qui favorise l'introspection. »

 


 
Gwendoline Vervel, Hybride, tome 1 : La Levée du voile (Scrineo)
Illustration de Noëmie Chevalier
 

L'avis de Lornaric : 

« Une très agréable surprise qui nous plonge dans un univers bien travaillé, peuplés de légendes et de magie. On ne s'ennuie pas un seul instant. L'intrigue s'enrichit graduellement et fait monter la tension. Les pages se tournent d'elles-mêmes. L'écriture est fluide et vive. Les personnages sont bien campés. Tous les ingrédients sont repris pour nous faire passer un excellent moment de lecture : de sombres secrets de famille, une prophétie, de la magie, des "vilains, vraiment pas beaux", de profondes amitiés, du danger, un brin d'humour ... » 

 

C’est tout pour cette année ! Et en attendant le top des couvertures de livres 2023, n’hésitez pas à partager vos coups de cœur graphiques en commentaire…

Commenter  J’apprécie          1929