AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Découvrez les 10 BD les plus populaires de 2022
Quelles ont été les bandes dessinées les plus populaires de l'année sur Babelio ?

Article publié le 20/01/2023 par Julie Audouard, Nicolas Hecht, Pierre Krause et Déborah Zitt

 


Alors que le Festival de la BD d'Angoulême arrive à grand pas, alors que vous croulez sans doute déjà sous les tops annuels (si vous ne devez en garder que deux, prenez seulement les 22 livres les plus populaires et les 25 plus belles couvertures de livres), nous vous avons préparé une dernière sélection avant d'enterrer 2022 : le Top 10 des BD les plus populaires.

Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il y en a pour tous les goûts dans cette liste éclectique, entre grands noms habitués des médias, bédéastes moins célèbres, belle présence du manga, entrée fracassante du webtoon version papier, et testament d'un grand nom de la BD - entre beaucoup d'autres déclinaisons. Du côté des éditeurs, la diversité est également de mise, puisque nous retrouvons 10 maisons pour 10 livres, fait assez rare dans nos tops de fin d'année.


En 2022, le genre BD/manga a encore accentué sa percée dans le monde du livre. L'ouvrage le plus vendu en France l'an dernier était effectivement… une BD (Le Monde sans fin, 525 000 exemplaires, que vous ne retrouverez pas dans ce classement puisqu'elle a paru fin 2021). Associée à la littérature générale, la BD a représenté l'an passé 50 % du chiffre d'affaires global du marché du livre, avec une part toujours croissante du manga, très populaire auprès des plus jeunes lecteurs. Voilà pour les chiffres, on vous laisse maintenant faire votre liste de courses sur le conseil des lecteurs Babelio.


(Pour information, nous entendons par « bandes dessinées les plus populaires » celles qui ont été les plus ajoutées dans les bibliothèques de nos membres en 2022, et pas forcément celles qui ont reçu les meilleures notes. Pour les chiffres sur le marché du livre, la source utilisée est l'institut GFK.)

 

 

 

10. Nanao Ikki (scénario) et Nekokurage (dessin), Les Carnets de l'apothicaire, tome 7

Ki-oon, traduit du japonais par Géraldine Oudin, 194 pages, 7,95 €

 

 
En dixième position de cette sélection 2022, on retrouve une série de mangas très populaire sur Babelio : Les Carnets de l'apothicaire. Débutée en 2017 au Japon et toujours en cours, elle compte à l'heure actuelle 10 tomes traduits en français - le premier tome avait d'ailleurs remporté le Prix Babelio 2021 dans sa catégorie. Il s'agit de l'adaptation des romans de l'autrice japonaise Hyûga Natsu, passionnée par la Chine ancienne, qui met en scène Mao Mao, une jeune femme de basse extraction devenue goûteuse personnelle d'une des favorites de l'empereur. Complots, empoisonnements, jeux de pouvoir… Mao Mao va se retrouver au milieu des multiples intrigues de la cour impériale, et enquêter. Dans ce septième tome paru au tout début de 2022, elle parvient notamment à déjouer un complot visant un haut fonctionnaire, son employeur Jinshi. Jusqu'où son destin la mènera-t-elle ? La réponse dans la suite de ses aventures, conseillées à partir de 12 ans.

 


Phoenicia est l'une des ferventes lectrices de ces mangas, appréciant autant les dessins que son héroïne pleine de talents : «  Ici, le rythme s'accélère. On fait le lien entre différentes enquêtes de Mao Mao. Partir du principe que les aventures de notre apothicaire sont isolées est une erreur. Il semblerait qu'elle revienne comme un boomerang à un moment ou un autre. Beaucoup de révélations dans ce tome, qui entraînent tout autant de questionnements et d'hypothèses. [...] Concernant les dessins, ils sont toujours aussi beaux. Que ce soit les planches particulièrement travaillées ou les planches chibi, toujours pleines d'humour bien dosé. »



9. Aude Picault, Amalia

Dargaud, 148 pages, 20,50 €


En s’emparant d’un sujet qui concerne de plus en plus de gens dans le monde du travail, Aude Picault a su parler à de nombreux lecteurs. Amalia, son héroïne, est en effet au bord du burn-out : tout semble s’écrouler dans sa vie professionnelle puisque ce qu’elle y fait ne semble plus avoir de sens. On lui demande d’être toujours plus efficace, toujours plus rentable. Cela ne va pas beaucoup mieux dans sa vie familiale, de plus en plus épuisante, de plus en plus bruyante. Et s’il fait soleil sur la couverture de cet album, les nouvelles du monde ne sont pas beaucoup plus réjouissantes. Partout la guerre, la pollution. Comment vivre dans ce monde, y trouver sa place ? Amalia n’y arrive pas et un jour, elle craque. C’est cette brisure mais aussi sa réparation qui est au cœur de cette BD finalement très lumineuse malgré les thèmes abordés.

 


C’est pour Jadeau une BD importante qui parlera à tout le monde, y compris les gens qui ne se sentent pas concernés a priori par le burn-out : « Le message d'espoir d'Aude Picault s'adresse à des convaincus, mais aussi à tous ceux qui ont la tête dans le guidon et qui ont des bribes de lucidité pour "écouter son corps" et réagir à temps. Ce roman graphique est, me semble-t-il "d'utilité publique". »



8. Jean-Marc Rochette, La Dernière Reine 
Casterman, 240 pages, 30 €

 

 

Si vous aimez la montagne, le nom de Jean-Marc Rochette ne vous est probablement pas inconnu. Auteur de BD depuis plus de 40 ans, peintre et sculpteur, Rochette est peut-être avant tout un alpiniste, un montagnard. Un sujet qu'il a abordé assez tardivement dans sa carrière, plus connu jusque-là pour son fameux Transperceneige (avec Jacques Loeb au scénario). En 2018, il publie Ailefroide : Altitude 3 954 chez Casterman, récit autobiographique sur sa jeunesse d'alpiniste passionné, qui remporte un beau succès. Il continue ensuite son ascension des cimes avec Le Loup (2019) et enfin La Dernière Reine fin 2022. « Enfin », car cet épais album de 240 pages élaboré durant trois ans sera son ultime ouvrage de bande dessinée, comme il l'a annoncé en décembre dernier, décidé à se consacrer exclusivement à la peinture et la sculpture dans sa région du massif des Ecrins, côté Isère. 

La Dernière Reine raconte le destin d'Edouard Roux, un gamin du Vercors envoyé au front durant la Première Guerre, et qui va revenir comme tant d'autres « gueule cassée ». A Paris, il va faire la connaissance de Jeanne, une sculptrice aussi érudite que lui est peu éduqué. Une histoire d'amour au début du XXe siècle, avec des allers-retours dans l'enfance et la guerre, et toujours la nature au premier plan, alors qu'Edouard est condamné à mort par les autorités. Une belle façon pour l'auteur de raccrocher les gants (de ski), et émouvoir une dernière fois ses lecteurs.

 


Elu livre de l'année par Lire Magazine Littéraire, cette BD a également beaucoup plu aux lecteurs Babelio (avec 4,54/5 de moyenne pour 211 notes), à l'image de Wyoming : « Toujours beaucoup de plaisir en admirant les graphismes parfait de Jean-Marc Rochette avec des couleurs travaillées qui traduisent avec réalisme la teneur de cette histoire. [...] Il y a donc tout ce que l'on peut espérer d'un beau roman graphique à la lecture duquel on savoure autant la beauté des lieux que l'histoire douloureuse et belle d'Edouard Roux qui a connu le grand amour malgré son visage défiguré à la guerre. »

 


7. Kid Toussaint (scénario) et Aveline Stokart (dessin), Elles, tome 2 : Universelle
Le Lombard, 96 pages, 13,45 €

 
La bande dessinée jeunesse fait cette année une incursion à la septième place du classement avec la suite des aventures de la pétillante Elle, personnage(s ?) phare(s) de la série la plus populaire de Kid Toussaint sur Babelio (avec une moyenne de 4,26/5 pour 624 notes pour le premier tome).

La jeune fille n’est en effet pas tout à fait comme les autres : Elle est plusieurs à la fois, et chacune de ses personnalités est symbolisée par une teinte différente de ses cheveux. Un procédé scénaristique qui a beaucoup plu aux lecteurs et lectrices Babelio et qui leur a semblé très habile pour aborder en douceur la quête de soi durant l’adolescence, mais aussi (et c’est plus rare) les troubles dissociatifs de l’identité et de la souffrance psychique qui peut en découler.

Suite à un choc émotionnel récent, c’est la personnalité Bleue, détestable et manipulatrice, qui prend le dessus et sème la zizanie dans cet album, tandis qu’Elle est reléguée dans son subconscient. Arrivera-t-elle à trouver la porte de sortie de cette prison mentale et à reprendre le contrôle ?

 
Le travail des couleurs, de multiples rebondissements, l’originalité des thématiques abordées… Une recette qui fonctionne toujours autant pour Instagramlelapinquilit qui sera, sans aucun doute, au rendez-vous pour la suite : « Nous voyageons dans des mondes imaginaires, aux couleurs néons, affirmant chacune des personnalités, toutes prisonnières d'un monstre à leur image. Les illustrations sont toujours aussi épatantes. On notera la fluidité des transitions. Une nouvelle fois, les auteurs mettent l'accent sur la richesse d'une personnalité, et l'importance de l'amitié. »


 

6. Alicia Jaraba Abellán, Celle qui parle
Bamboo, 216 pages, 24,90 €



C’est un bel accueil qu’ont réservé les lecteurs et lectrices français à cet album : finaliste du Prix des Lecteurs Ouest-France / Quai des Bulles 2022 et première entrée dans notre top annuel pour l’autrice espagnole qui compte (justement…) six titres à son actif. Croisée au festival malouin, elle nous avait d’ailleurs confié son dernier coup de cœur en bande dessinée.

Dans Celle qui parle, un récit illustré à la frontière entre l’histoire vraie et la fiction, Alicia Jaraba Abellán met en lumière la voix d’une femme au destin incroyable : la Malinche, une figure du féminisme pourtant très controversée dans la culture mexicaine. Fille d’un chef de clan reléguée comme esclave, elle deviendra ensuite l’interprète d’un conquistador espagnol, ce qui lui vaudra (injustement) d’être associée à la trahison dans l’imaginaire mexicain.

Et pourtant, l’autrice nous dévoile un portrait d’une femme courageuse, touchante, dépeinte sous des traits simples et doux et une riche gamme de couleurs. Deux faces d’une même femme pour une seule femme qui a marqué l’Histoire. Et nous, de se demander : a-t-elle vraiment trahi les siens ?

loupVDH a été séduit par ce voyage dans le temps à la rencontre de la Malinche, une histoire qui gagnerait à être plus connue : « Une partie de sa vie plus que mystérieuse nous restera à jamais inaccessible mais Alicia Jaraba Abellán nous tisse une partie de son histoire, romancée, au travers de dessins vifs et révélateurs et d'un fil conducteur plus que maîtrisé. Un roman graphique sur une femme linguiste forte et emblématique au temps des conquistadors ne pouvait que se révéler OVNI. »



5. Tatsuya Endo, Spy x Family, tome 7
Kurokawa, traduit du japonais par Nathalie Bougon-Bastide, 182 pages, 6,90 €

 

 

Le manga de Tatsuya Endo ne cesse d'apparaître dans les classements, et à raison ! La famille Forger, quelque peu atypique, est réunie par Loid Forger, psychiatre mais surtout espion qui a pour mission de garder la paix précaire entre l’est et l’ouest du pays. Pour cela, il doit fonder une famille et se rapprocher, par le biais de l’école de sa fille, du puissant politicien Donovan Desmond. Par le biais d’arrangements, Yor, fonctionnaire de mairie et tueuse à gages à ses heures, devient Madame Forger et Anya, télépathe de 6 ans, leur fille adoptive. 

Ce tome 7 était très attendu, après une fin abrupte sur la première rencontre entre Loid et Desmond dans le tome 6. Ce tome regorge de rebondissements : on en apprend plus sur cette fameuse rencontre, sur la relation père/fils de la famille Desmond, mais également sur Yor, notre justicière préférée. Toujours avec un humour décalé et mordant, on ne s’étonne pas de le retrouver dans notre top BD !

 


Un manga qui plaît aux lecteurs et lectrices de Babelio avec une note de 4,29, et qu'AnneClaire29 décrit très bien : « Ce tome est axé sur les relations familiales et met en avant beaucoup des personnages de ce manga, même Bond a droit à son aventure. Toujours pas de temps mort et une lecture plaisante qui ne se dément pas. »

 


4. Zep, Ce que nous sommes
Rue de Sèvres, 88 pages, 20 €



Si tous les jeunes et tous les ados connaissent Zep et peuvent sans le moindre doute réciter des gags entiers issus de Titeuf, l’auteur-dessinateur a su depuis de nombreuses années se faire également un nom auprès d’un public plus adulte. Il est en effet question d’anticipation dans ce roman graphique qui interroge notre rapport à la technologie et au savoir, à la connaissance. Le monde qu’il nous propose est celui - un brin angoissant - dans lequel l’humanité peut, s’il en a les ressources financières, se doter d’une sorte de deuxième cerveau entièrement numérique pouvant contenir des connaissances quasi infinies. C’est une nouvelle humanité en somme qui se dévoile dans cet univers et c’est l’occasion, pour l’auteur, de poser de nombreuses questions philosophiques et métaphysiques forcément très actuelles à l’heure ou certaines personnalités du monde de la tech testent justement ce genre de technologies.

Dans la BD de Zep, Constant est l’un de ces humains qui a pu recourir à cette technologie. Il n’a cependant pas pu en profiter très longtemps puisqu’un piratage informatique lui a fait perdre toutes ses données et l'a laissé pour quasi-mort au fin fond d’une forêt. 

Un récit passionnant pour Ephonyel : « Une couverture intrigante portant un titre qui l'est d'autant plus. La lecture de cet ouvrage de Zep est inspirante et nous offre une ouverture sur ce que nous sommes vraiment nous, les humains. Un récit fictif mais d'une justesse folle sur l'évolution, l'homme, l'intelligence artificielle et ses dérives. Une belle découverte que je recommande ! »

 


3. Ingrid Chabbert (scénario) et Aimée de Jongh (dessin), Soixante printemps en hiver
Dupuis, 120 pages, 25 €

 


Assurément l'un des beaux succès de cette année 2022 sur Babelio, qui plus est assez inattendu. Si les deux autrices de cette bande dessinée ne sont en effet pas des débutantes (en témoignent l'excellent Jours de sable d'Aimée de Jongh, ou l'adaptation réussie d'En attendant Bojangles côté Ingrid Chabbert), les retrouver entre Zep et Riad Sattouf dans ce classement laisse peut-être augurer d'un avenir encore plus radieux pour elles. Souvenez-vous, nous vous parlions déjà de Soixante printemps en hiver en juin dernier dans cet article, et du personnage de Josy, cette femme de tout juste 60 ans qui décide de tout plaquer sur un coup de tête pour se prouver qu'une vie plus libre est encore possible. Face à l'incompréhension de ses proches, elle s'entête à se construire un avenir loin d'eux dans son vieux combi, à rencontrer d'autres gens que ceux à qui elle a tout donné au cours de ces 35 années de mariage. Un mariage pas malheureux, d'ailleurs, mais banal, avec deux enfants ayant bien grandi, et une vie tranquille. Sûrement trop tranquille.

Ode à la liberté et au courage d'une femme mûre, Soixante printemps en hiver est une bouffée d'air frais, la promesse d'un espoir que d'autres vies soient possibles au sein d'une même existence, toujours à réinventer ou à faire fleurir. Josy, elle, ne croit définitivement pas qu'« on a qu'une vie ». Alors, reviendra ou reviendra pas ? 


Comme la plupart des lecteurs, deuxmotspassant a été très touchée par cet album sensible et lucide : « La collaboration de Aimée de Jongh et d'Ingrid Chabbert nous offre un très bel ouvrage aux couleurs chaudes et sensuelles. Les dessins sont très parlants et criants de réalisme. Les personnages sont simples, abordables. On respire la sensibilité dans ces pages. L'audace de Josy nous émeut, sa soif de vivre pour elle-même, elle qui n'a vécu que pour les siens jusqu'à présent. Qui n'a jamais eu envie de tout plaquer pour se centrer essentiellement sur soi ? Un vrai coup de cœur ! »

 


2. Riad Sattouf, L'Arabe du futur, tome 6 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1994-2011)
Allary Editions, 176 pages, 24,90 €

 


Le tome qui marque la fin de la série L’Arabe du futur de Riad Sattouf se retrouve sur le podium du classement BD Babelio. La bande dessinée maintenant plus que culte retrace la vie de l’auteur et illustrateur, de son enfance et adolescence en Syrie, en Libye, en France et au Liban. Si les 5 premiers tomes sont sur des courtes périodes de sa vie (de 1 à 6 ans), ce dernier livre se raconte sur 17 ans. La narration est rapide, moins contemplative, Riad Sattouf se dévoile : il lâche son ton satirique et ne fait plus preuve de pudeur. Sur presque 10 ans, Riad Sattouf nous a livré un récit sensible, et personnel, qui touche à sa fin avec brio !



Labibliothequedemarjorie nous parle de son attente pour ce dernier tome et sa réception : « Dès sa sortie en librairie, je me suis immédiatement procuré ce nouveau tome que j'ai lu le jour même. Je crois que je l'ai vraiment attendu. Et évidemment, j'ai adoré ma lecture et cette immersion dans le monde des beaux-arts. Une très belle lecture qui me donne maintenant envie de tout relire depuis le premier tome. C'est une série à connaître, tant pour la qualité du graphisme, l'histoire de l'auteur et bien sûr son humour que j'adore. »

 


1. Rachel Smythe, Lore Olympus, tome 1 
Hugo Publishing, 378 pages, 24,95 €

 


Prix Babelio 2022 dans la catégorie BD, ce premier tome d’une saga publiée à l’origine sur le web a donné un coup de pied réjouissant au monde de la BD avec une histoire intemporelle mais remise au goût par Rachel Smythe, une autrice néo-zélandaise proposant là son premier roman graphique. Le cadre est celui du Mont Olympe et de ses nombreux dieux tous plus compliqués les uns que les autres : Eros, Artémis, Apollon ou encore Zeus. Mais l’autrice se concentre plus exactement sur la relation on ne peut plus problématique entre deux personnages : Hadès, le dieu des enfers et Perséphone, la déesse du Printemps. C’est donc d’un mythe grec forcément ancien dont s’empare Rachel Smythe mais en en proposant une version ultra-contemporaine, en écho avec les différentes questions et mouvements sociaux nés ces dernières années un peu partout sur la planète, concernant notamment les violences sexuelles.

Ce qui frappe le lecteur cependant, avant de plonger dans l’histoire et ses multiples thématiques, c’est le traitement graphique très étonnant proposé par l’artiste : les cases sont en effet plongées dans un bleu nocturne profond peu à peu envahi par le rose entêtant de Perséphone.

 

Nympha86 a apprécié le travail très original de l’autrice : « Une réécriture très actuelle des mythes grecs ! On découvre une Perséphone naïve mais pas niaise, un Hadès un peu torturé mais à la réputation plutôt surfaite, et toute une galerie de personnages secondaires (parfois sacrément toxiques… l'Olympe, c'est gratiné ^^) dont on a hâte de tout savoir. »

 

 

 

Et vous, quelles ont été vos lectures BD préférées de 2022 ? 

Commenter  J’apprécie          184