AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

10 histoires d'amour pour la Saint-Valentin, recommandées par l'équipe Babelio

Article publié le 09/02/2024 par l'Equipe Babelio 

 


Quelle est la plus belle histoire d'amour que vous ayez lue ? Celle qui vous a touché en plein cœur ? Dont vous vous souviendrez encore longtemps après avoir refermé le livre ? Voici les questions que nous avons posées à notre équipe, pour faire vibrer votre cœur de lecteur/lectrice à l'occasion de la Saint-Valentin. Littérature française, étrangère, poésie, roman jeunesse, œuvres graphiques... Avant de découvrir nos recommandations, n'hésitez pas à consulter la liste des histoires d'amour préférées de la communauté Babelio, glanées dans un onglet dédié et sur nos réseaux sociaux. Et maintenant, on vous laisse faire le plein d'amour avec les coups de cœur de l'équipe Babelio.



La lecture de Pierre K. :
Louis Aragon, Les Yeux d'Elsa
Editions Seghers, 156 pages, 14 €


« Est-ce qu'une seule fiction pourra un jour rivaliser avec cette incroyable et véridique histoire d'amour ? Que ce soit dans ce recueil ou dans finalement une immense partie de son œuvre, Aragon chante sa muse Elsa avec des rimes inoubliables dans lesquelles aucune variation de l'amour n'est négligée. Ces variations, on les trouve sur de nombreux aspects : Aragon déploie tout au long de son œuvre de multiples langues et formes qui font qu'aucun de ses poèmes ne ressemble à un autre. Les amours aussi sont multiples, il n'est pas question uniquement d'Elsa dans ses poèmes amoureux. Aragon célèbre autant sa muse que la Résistance, son pays martyrisé ou bien Paris, à qui il a, pour moi, consacré certains de ses plus beaux textes. »

 

La lecture de Guillaume : 
François Bégaudeau, L'Amour
Editions Verticales, 96 pages, 14,50 €


« Par une succession de tranches de vie, ce court roman décrit la course d’un amour sur 50 ans, des premiers gestes maladroits jusqu’aux derniers instants. Je ne dirais pas qu’il s’agit de "la plus belle histoire d’amour de la littérature", mais c’est précisément pour ça qu’elle m’a touché. L’amour dépeint par Bégaudeau n’est pas celui des comédies romantiques, des bals princiers, ou des héros tragiques et tourmentés. C’est l’amour quotidien, patient, d’un couple dans lequel chacun pourrait reconnaître des parents, des amis ou des voisins. Un roman élégant et émouvant. »

 

La lecture de Nathanaëlle :
Timothée de Fombelle, Céleste, ma planète
Gallimard Jeunesse, 96 pages, 4,90 €


« J’ai lu ce livre enfant puis je l’ai relu adulte, tant il m’avait marquée. Timothée de Fombelle, à travers ce récit, nous place face à notre manque de considération écologique, notre consommation des relations humaines et notre hiérarchie de la gravité. La planète est en détresse écologique, mais comme cela ne se passe pas sous nos yeux, et que celle-ci nous semble immuable, nous n’agissons pas. Et c’est tout l’exposé de Céleste ma planète. Dès lors que les mêmes symptômes de souffrance que ceux de la terre qui implose, sont placés dans un humain, dans une enfant, dans une personne qui compte, cela nous consterne et nous terrifie. Entre capitalisme et abandon de la Terre, Céleste apparaît comme la seule source d’émotion humaine encore en vie. Le héros va faire la rencontre de Céleste, cette jeune fille atteinte de la même maladie que la planète. Dans une société où le soin s’évapore et l’amour entre les êtres est codifié, le protagoniste va venir bousculer le lecteur. L’amour, bien que terrifiant, permet ici de donner un sens à la vie, et rappelle que là où tout n’est que destruction, il peut être salvateur. C’est un livre juste, touchant et engagé, empli de poésie, où la détresse d’un jeune garçon face au sentiment amoureux rencontre la détresse écologique. »

 

La lecture de Manon : 
Kerry Hudson, La Couleur de l'eau
10/18, traduit de l'anglais par Florence Lévy-Paoloni, 384 pages, 8,60 €


« La Couleur de l'eau est le récit de reconstructions, celles de deux êtres qui se rencontrent par hasard, ou pas. C'est le récit de rencontres, d'entraide, de désillusions, de projets, d'amitiés, de vies et finalement de l'amour, qui peut être tout ça à la fois. De Londres à la Sibérie, on suit les histoires, les vies effeuillées de Dave et Alena, leurs craintes, leurs joies et leurs doutes. Sauront-ils se pardonner et vaincre leurs passés désolés mais si contemporains, pour se lancer dans une aventure commune : l'Amour ? »



La lecture de Nicolas :

Simon Johannin, Nous sommes maintenant nos êtres chers
Allia, disponible au format poche aux éditions Points, 96 pages, 6,90 €


« Comment croire en un amour évanescent, à la pureté de sentiments qui ne s'incarneraient pas ? Pour moi, impossible. Voilà pourquoi j'ai choisi ce court livre de Simon Johannin, où il est beaucoup question du corps de l'amour, de ses apparitions dans la matière, dans des vies de femmes croisées et aimées. Dès le titre de ce recueil, Nous sommes maintenant nos êtres chers (aux éditions Allia), nous voilà sur les traces de la poésie de Rimbaud, Baudelaire, Verlaine, mais comme conjuguée au XXIe siècle. Un siècle où il y a bien longtemps que la poésie n'est plus possible, et pourtant : l'auteur donne de la chair aux sentiments, partage ses visions du quotidien dans ces textes, du plus trivial jusqu'au sublime. Un auteur que j'avais découvert avec le superbe Nino dans la nuit en 2019, et suivi depuis à chaque nouvelle parution. Et si on l'écoutait ? "Boire était facile, aimer devait s'apprendre / J'ai mélangé le noir de tous ces ciels, Qui nous ont vus se pencher l'un sur l'autre". »



La lecture de Déborah : 

David Lelait-Helo, Poussière d'homme
Pocket, 128 pages, 6,40 €

 


« J’ai lu ce livre il y a longtemps – un temps où je ne faisais pas encore appel à Babelio pour me remémorer mes lectures – et pourtant, il fait partie de ceux qui ont laissé une empreinte indélébile dans mon esprit et mon cœur de lectrice. Autant vous prévenir tout de suite, Poussière d’homme n’est pas de ces histoires où ils vécurent heureux. Au contraire… C’est le récit de celui qui est parti trop tôt à travers les yeux de celui qui l’a aimé. Le récit de leur rencontre, de leurs vacances, de leurs souvenirs, jusqu’à l’annonce de la maladie, jusqu’aux derniers mots, jusqu’aux adieux. Une histoire loin des grandes déclarations d’amour pleines d’effusions, qui ressemble peut-être à tant d’autres, simple et pourtant unique à la fois, pour le meilleur et pour le pire. C’est un cri déchirant d’amour et de douleur. Rempli d’émotion, truffé de mots magnifiques décrivant l’amour avec une poésie comme j’en avais rarement lu auparavant. À lire avec le cœur bien accroché si vous faites partie, comme moi, de ces lecteurs et lectrices à la larme que l'on dit "facile". »


La lecture d'Alexandrine :

Morgane Ortin, Amours solitaires
Albin Michel, disponible au format poche aux éditions J'ai Lu, 288 pages, 7,80 €


« Amours solitaires, c’est d’abord un compte Instagram qui réunit des échanges par SMS de milliers de couples. C’est beau, c’est doux et c’est surtout poétique. La créatrice du compte a eu l’idée de rassembler ces messages dans un livre, pour créer une histoire d’amour inédite. On se plonge dans ces centaines de conversations en se mettant à rêver du véritable amour. »



Les lectures de Nathan :

Alice Oseman, la saga Heartstopper
Hachette, traduit de l'anglais par Valérie Drouet


« Ça paraît peut-être un peu facile aujourd'hui de recommander Heartstopper, parce que la (super !) série qui en est adaptée l'a rendu mondialement célèbre, parce qu'il a plusieurs milliers de lecteurs sur Babelio et parce qu'il a d'ailleurs reçu le Prix Babelio Jeune Adulte en 2020. Mais je trouve que c'est une histoire trop importante pour ne pas en parler ! On a longtemps eu, en littérature ado en tout cas, de nombreux romans qui abordaient le sujet de l'homosexualité avec des histoires émouvantes, poignantes, dramatiques voire tragiques. Souffrance d'être soi, coming out difficile, harcèlement voire suicide, tout y passait. Heartstopper est l'un des premiers, surtout avec un tel succès, à mettre en scène une histoire d'amour qui se passe bien. Une histoire d'amour, tout simplement, avec ses hauts et ses bas bien sûr, mais qui permet de raconter avec beaucoup de douceur, de bienveillance et surtout de joie ce que c'est qu'être ado, d'avoir du désir, de tomber amoureux et d'avoir des amis aujourd'hui. Vous tomberez forcément amoureux de Nick et Charlie et de leur joie puissante et communicative ! »



La lecture de Mikaël : 

Frederik Peeters, Pilules bleues
Atrabile, 208 pages, 22 €


« Dans cette BD autobiographique, Frederik Peeters raconte la naissance d'un amour, l'arrivée du Sida dans son quotidien et la vie de couple qui se construit malgré le virus. Loin du pathos et du voyeurisme, l'auteur suisse signe un récit doux et sincère où les questions intimes se mêlent aux problématiques médicales. Tout y est touchant et tout sonne juste. On rit même, parfois. Il fait partie de ces livres dont le sujet peut faire peur, que l'on ne s'imagine pas ouvrir et qui pourtant nous marque durablement. On le referme un peu moins bête et avec la sensation d'avoir entrevu ce que l'amour et la bande dessinée peuvent faire de beau. »


La lecture d'Anaelle :
Elif Shafak, Soufi, mon amour
Phébus, disponible en poche aux éditions 10/18, traduit de l'anglais par Dominique Letellier, 480 pages, 9,60 €


« Ce livre est l'un des plus beaux romans d'amour qu'il m'ait été donné de lire. L'amour y est présent à chaque page et sous toutes ses formes. On découvre dans ce roman Ella Rubinstein, 40 ans, mère de famille modèle... et femme morte d'ennui, persuadée d'être passée à côté de sa vie. Alors qu'elle prend un poste de lectrice pour un agent littéraire, elle tourne la première page d'un manuscrit signé Aziz Z. Zahara, et une nouvelle aventure commence. Je ne vous en dis pas plus, mais sachez simplement que le voyage sera au rendez-vous, porté par le talent de conteuse d'Elif Shafak. Un voyage qui vous mènera au XIIe siècle, au cœur du soufisme, en compagnie d'un derviche errant rebelle et passionnant et de son guide spirituel, le poète bien connu Rûmî. Soufi mon amour nous invite aussi au sein d'une relation unique entre Ella et l'auteur turc du roman qui changera sa vie à tout jamais. Un livre apaisant, qui donne de l'espoir et réchauffe le cœur ! À mettre entre toutes les mains en ce mois de février, donc ! »

 

 

Et vous, quelles sont les histoires d'amour que vous recommanderiez à la communauté ?

N'hésitez pas à partager vos lectures en commentaire de cet article !

 

Commenter  J’apprécie          3743

{* *}