AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

10 nouveaux livres recommandés par les lecteurs ce 29 février 2024
Quels sont les meilleurs livres à lire cette semaine ? 

 

Article publié le 29/02/2024 par Nicolas Hecht, Pierre Krause et Nathanaëlle Leclaire

 

 


Chaque semaine depuis 2020, nous vous conseillons 10 livres dans 10 genres différents, plébiscités par la communauté Babelio et parus récemment en librairie (retrouvez ici le premier épisode des Livres du moment, pour un instant nostalgie). Notre volonté de vous faire explorer de nouveaux horizons littéraires et découvrir de nouveaux/nouvelles auteur(ice)s est toujours intacte ! Un nouvel épisode de cette série vous attend juste ici, avec comme à chaque fois une présentation rédigée par l'équipe de Babelio, et un extrait de critique.

 

  

  

  

Jeune adulte : Tess Corsac, Se perdre à l'orée des songes
Gulf Stream, 392 pages, 19 €

  

Eole et Naomi exercent, littéralement, un métier de rêve. Elles ont toutes les deux pour mission d’entrer dans les rêves des gens, en l'occurrence ceux des personnes en fin de vie, afin d’aider ces dernières à transmettre leurs dernières paroles et révéler leurs plus grands secrets. Le rêve se transforme en cauchemar quand Eole est contactée par la police pour l’aider à résoudre une affaire criminelle. Eole comprend vite que cette affaire est liée à un événement qui a bouleversé sa jeunesse. Mais est-elle prête à revivre le drame ?

Une lecture passionnante pour Labibliodeclo : « C'est un roman très original que nous livre la jeune et talentueuse Tess Corsac : l'histoire de quatre onironautes, explorateurs de songes, qui se retrouvent embarqués par Europol dans une enquête criminelle dont ils ne sortiront certainement pas indemnes. Une intrigue vraiment prenante, avec des descriptions, des décors et des rebondissements totalement inattendus. [...] L'intrigue est complètement prenante ; il y a beaucoup beaucoup de descriptions dans ce roman, et cela nous permet de vraiment visualiser l'histoire de la meilleure façon possible ! »

 

 

 

 

 

Imaginaire : Louise Carey, Le Programme Harlow, tome 1 : Aux ordres
L'Atalante, traduit de l'anglais par Florence Bury, 448 pages, 22,50 €

 

 

Dans le sillage de William Gibson, inventeur du courant cyberpunk (de la SF avec des machines intelligentes et un esprit punk, pour la faire courte), Louise Carey met au point avec Le Programme Harlow sa propre trilogie répondant aux codes du genre. Son héroïne Tanta travaille pour la société InTech, une entreprise au pouvoir démesuré (comme celui d'autoriser/interdire les déplacements dans les villes), ouvertement en guerre avec sa concurrente Thoughtfront. Or Tanta a échoué lors de sa dernière mission, et va devoir se racheter auprès d'InTech, qui est pour elle bien plus qu'un employeur.

Lenocherdeslivres a passé un bon moment avec ce premier tome : « Du cyberpunk assez léger, mâtiné d’espionnage, et très humain. Car Tanta est un personnage qui marque et dont on a envie de suivre le parcours. Donc, vivement la suite ! »


 

 

 

 

Roman d’amour : Cesca Major, La prochaine fois, peut-être...
Cherche-midi, traduit de l’anglais par Laura Derajinski, 456 pages, 22,50 €

 

 
Cesca Major revient avec sa nouvelle comédie romantique La prochaine fois, peut être..., déjà adoptée par les lecteur.ices et qui sera prochainement adaptée en serie pour Apple TV. Ici, elle conte l'histoire d’Emma et Dan. Ce couple s’est rencontré il y a quelques années, ils sont tombés amoureux, ont eu des enfants, ont évolué professionnellement, etc. Mais parfois, les choix de vie ne laissent plus de place au temps. Une organisation brouillon s'installe dans l’esprit d’Emma qui ne sait plus prendre soin des choses et des gens qui l’entourent. Face à son manque d’attention et ses oublis, Emma se retrouve confrontée à la dure réalité. Un événement inattendu se produit, et vient tout faire basculer : chaque matin, désormais, la même journée débute et se répète. Serait-ce une seconde chance ? Cette boucle temporelle lui permettra-t-elle de voir plus clair et de réparer les choses ? Cette inlassable répétition lui donnera-t-elle les clefs pour prendre du recul et comprendre sa vie ?

Un roman qui vient puiser dans nos retranchements émotionnels, comme le dit leslecturesdepau : « J'ai trouvé ce roman poignant mais aussi dramatique. Il m'a fait fondre en larmes, il m'a rappelé à quel point la vie est courte, à quel point il faut profiter, aimer fort, vibrer de tout ce que la vie peut nous offrir. »
 

 

 

 

 

Non-fiction : Dominique Moïsi, Le Triomphe des émotions
Robert Laffont, 240 pages, 19 €

 

 

Avec son nouvel essai de géopolitique, Dominique Moïsi nous invite à un exercice de lucidité sur l'état du monde tel qu'il va. Un livre pour répondre à la peur de l'avenir, aux questions sur le futur des (dés)équilibres politiques mondiaux, et pour tout simplement y voir plus clair dans notre actualité commune. Spécialiste émérite, et notamment membre fondateur de L'Institut français des relations internationales, il analyse le destin des trois pôles de pouvoir en place ou en devenir (le Sud, l'Orient et l'Occident) et nos réactions face aux bouleversements, en appelant à la raison plutôt qu'à une soumission à nos émotions.

Pascalmasi nous le recommande chaudement : « Cet essai de géopolitique internationale est remarquable de clairvoyance, de sobriété et de pertinence. Dominique Moïsi y développe son observation personnelle et éminemment instruite de la situation planétaire au travers d’un triple prisme : le Sud global, l’Orient global et l’Occident global. »

 

 

 

 

Littérature française : Akli Tadjer, De ruines et de gloire
Les Escales, 324 pages, 20 €
 

 


Algérie, mars 1962. Adam El Hachemi Aït Amar est dans une position déchirante. Alors que ce jeune avocat aimerait de tout cœur aider son pays à retrouver son indépendance, le voilà contraint de défendre une activiste en faveur de l’Algérie française. Comment concilier son métier et ses idéaux ? Au-delà des tourments très personnels de cet avocat idéaliste, c’est toute une page mouvementée et violente de l’Histoire que raconte Akli Tadjer dans ce livre éminemment romanesque.

Une plaisir de lecture et un concentré d’Histoire pour Kirzy : « J'aime énormément les romans qui font découvrir la grande Histoire à travers les trajectoires intimes de héros somme toute ordinaires. Et là, on est dans le très bon avec en prime un regard humaniste dont on a particulièrement besoin par les temps qui courent. Les événements racontés sont sombres, et pourtant on sent à quel point Akli Tadjer veut faire vivre la flamme de l'espoir et de la résilience. Certes, cette flamme vacille mais elle ne s'éteint jamais dans ce beau roman qui permet de faire comprendre avec clarté et sans rancœur les enjeux humains qui ont été au cœur du colonialisme, de la guerre d'Algérie et donc qui sont au cœur de la déconstruction coloniale. Poignant. »

 

 

 

 

Littérature étrangère : Rita Carelli, Terre noire
Métailié, traduit du brésilien par Marine Duval, 240 pages, 21,50 €

 

 
Patrimoine écologique de premier plan, l'Amazonie est aussi le territoire de populations aux traditions millénaires et encore bien vivantes. Avec son premier roman, Rita Carelli nous emmène à la découverte de cette culture amazonienne à travers le personnage d'Ana, qui vient de perdre subitement sa mère et part avec son père archéologue dans cette forêt. Une expérience qui va bouleverser ses représentations, puisqu'elle est bien vite fascinée par les croyances de ces Indiens.

Une très belle lecture, singulière, pour Midwife_Midbook : « J'ai vraiment adoré cette immersion amazonienne complètement dépaysante, une parenthèse. [...] Je recommande cette lecture à celles et ceux qui recherchent une lecture un peu différente, où bercés entre les chants des oiseaux et les rites d'initiation traditionnels indiens, vous serez amenés à penser, constater et ressentir un peu autrement. »

 

 

 

 

Polar & thriller : Gilles Vincent, Amadeus
Au Diable Vauvert, 336 pages, 20 €

 


C’est à une course contre la montre meurtrière que nous vous invitons cette semaine dans la rubrique polar. Les corps de plusieurs femmes qui avaient disparu refont surface à Tarbes. Alors qu’aucun indice n’avait permis à la police d’avancer sur ces disparitions, cette découverte n’est hélas pas la garantie de résoudre cette affaire. Sans nul doute, tout ici est l'œuvre d’un tueur en série très sûr de lui. Le Mal rôderait-il dans le sud de la France ?

Une réussite à tous les niveaux pour Athenapan : « Gilles Vincent me ravit une nouvelle fois, après m’avoir déjà conquise avec Hyenae et Usual Victims. Un perfectionnisme certain est de mise dans chacun de ses livres, dans tous les domaines du processus d’écriture. Atmosphère, personnages, intrigue, descriptions, émotions… Chaque élément est savamment travaillé pour nous servir un thriller cinq étoiles ! »

 

 

 

 

 

BD : Erik Kriek, La Mare
Anspach, 136 pages, 29 € 



Se retrancher dans une vieille maison isolée au cœur de la forêt après la mort de leur fils était-elle une si bonne idée ? Il fallait que Hubb et Sara puissent se retrouver pour ne pas se perdre définitivement mais les bois de Veluwe où ils se réfugient ne sont peut-être pas aussi calmes qu’ils en ont l’air. Ou bien sont-ils justement trop calmes, à l’image de l’eau noire stagnante de la mare qui se trouve au fond de leur jardin ?

Une lecture aussi belle qu’angoissante pour bdapresbd : « Le style graphique ne laisse pas indifférent et mérite que l'on s'y attarde. Les teintes sombres créent des ambiances envoûtantes et oniriques, accentuant le sentiment de mystère et d'inquiétude qui plane sur cette histoire à l'atmosphère ténébreuse et angoissante. »

 

 

 

 

 

Manga : Brandon Arias, Cicatrices, tome 1
Vega Dupuis, traduit du chilien par Frédéric Toutlemonde, 206 pages, 8,35 €

 

L’école et la famille, espaces de tous les jugements, sont gage de danger pour les protagonistes de Cicatrices, qui ne correspondent pas à la norme. Kyonosuke a subi une greffe de peau au visage, ce qui fait de lui une proie facile pour ses camarades scolaires. Akira, quant à elle, n’est pas née dans le bon corps, et subit la violence de son père. La rencontre entre ces deux être blessés va apparaître comme une lumière sur l’ombre qui couvre leur quotidien. Le rejet que vit chacun individuellement, puis le rejet qu’ils vivent pour vouloir être à deux, pousse Kyonosuke et Akira à fuir. Leur amour les aidera-t-il à guérir leurs blessures et grandir ensemble ?

Une lecture puissante selon iletaitunefoislalecture : « C'est une histoire brutale, touchante et hurlante de vérité. Et bordel, qu'est-ce que ça fait du bien ! J'ai frissonné, j'ai pleuré, et j'ai même souri ! »

 


 

 

 

Jeunesse : Claire Castillon, Géographie de la peur
Gallimard Jeunesse, 192 pages, 10,50 €

 

 

Cet ouvrage nous propose de suivre Maureen, une jeune femme diagnostiquée agoraphobe avec un trouble anxieux généralisé. Elle nous invite ici dans sa tête, pour tenter de comprendre ce qu'il s’y passe. La peur et l'angoisse sont là pour nous avertir que quelque chose ne va pas. Ils restent et prennent toute la place. Un rhume peut se soigner en quelques jours, mais comment justifier, que guérir de l'angoisse peut être un peu plus long et souvent plus périlleux ? Dans une forme courte proche de la nouvelle, Géographie de la peur s'inscrit comme un livre facile à appréhender malgré le sujet compliqué qu'il traite. Ne pas seulement écouter, mais se mettre à la place de la personne qui a peur et qui souffre, voici le pari de Claire Castillon avec ce livre.

Un roman qui pousse à l'identification et l’empathie comme le dit afleurdemots10 : « L'auteure décrit avec une grande finesse les sentiments et les sensations de son personnage principal, nous plongeant au cœur de sa souffrance et de ses peurs les plus profondes. Maureen se sent prisonnière de sa propre tête, incapable de contrôler son anxiété et de vivre une vie normale. »

 

 

 

Vous avez, vous aussi, des livres récents à recommander ? N'hésitez pas à partager vos lectures en commentaire de cet article !

Commenter  J’apprécie          122

{* *}