AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

15 livres à emporter dans sa valise cet été 2024, recommandés par l'équipe Babelio

 

Article publié le 05/07/2024 par l'Equipe Babelio


L'été étant souvent synonyme de vacances, c'est le moment idéal pour reprendre la lecture, se plonger dans des pavés qui attendent depuis longtemps sur nos étagères ou faire de nouvelles découvertes littéraires. Partant de ce postulat, nous avons demandé aux membres de notre équipe quels sont les romans, sagas, auteurs/autrices qu'ils/elles vont lire cet été ou qu'ils/elles vous invitent à glisser dans vos valises. Littérature jeune adulte, imaginaire, motards déjantés, réalisme magique, essais, récits historiques... 
Laissez vous guider par leurs recommandations, que nous avons compilées dans cet article.


Les lectures d'Alexandrine :

Amanda Foody et C.L. Herman, All of Us Villains

Milan, traduit de l'anglais par Marion Ségui, 512/704 pages, 21,90 € / 23,90 €


« All of Us Villains est une duologie que certains pourraient comparer à Hunger Games avec de la magie en plus. Et c'est vrai qu'on est dans une compétition où il n'y aura qu'un seul vainqueur, mais c'est aussi un roman choral où les failles de chaque participant sont mises à nu. J'ai adoré le premier tome, qui m'a plongée dans cette ambiance sombre et mystique. Et je n'ai qu'une hâte : retrouver les personnages dans le second tome qui promet d'être aussi addictif que le premier. »

 


Les lectures de Nathan :
Clara Héraut, Les Coquillages ne s'ouvrent qu'en été
Hachette Romans, 436 pages, 19 €
L'Effet Boule de neige
Hachette Romans, 368 pages, 19 €
Nos plus belles années
Hachette Romans, 432 pages, 19 €



« Pour ma part, je ne vous propose pas un gros livre, ni même une série... mais toute une bibliographie. Ce été, je vous conseille de vous lancer le même challenge que je viens d'accomplir : un marathon Clara Héraut ! J'avais les romans de cette jeune autrice dans ma pile-à-lire depuis longtemps et le Prix Babelio 2024, remis dans la catégorie Jeune Adulte à L'Effet Boule de Neige, m'a poussé à la lire enfin. Et quel plaisir !

La plus grande force de Clara Héraut, ce sont ses personnages. Justes, drôles, terriblement touchants et indubitablement attachants, ils font vivre ses histoires avec beaucoup de réalisme mais surtout beaucoup (beaucoup) d'émotions.
Oui, il y a dans ses trois romans une romance de Noël, mais le dernier se passe en été. Oui, ses livres abordent des sujets difficiles, qui vont du viol à la santé mentale en passant par l'emprise, mais ils font aussi beaucoup de bien. Oui, on a parfois envie de varier les plaisirs l'été, mais croyez-moi, une fois que vous aurez commencé Clara Héraut, vous ne la quitterez plus. »

 

 

La lecture de Pierre K. :
Hunter S. Thompson, Hell's Angels
10/18 (également disponible chez Folio), 400 pages, 9,40 €

 

 

« Cet été, je vous invite à prendre la route avec les Hell's Angels ! C'est un voyage dans le temps puisque l'action se déroule au début des années 1970. Hunter S. Thompson, un journaliste génial alors âgé de 30 ans, décide d'écrire un article puis un livre entier sur ces motards déjantés que le public américain prend soit pour des criminels sans foi ni loi, soit pour des héros absolus de la liberté. En résulte une équipée sauvage absolument passionnante. Hunter S. Thompson s'intègre parfaitement dans cette bande et dresse un portrait subtil et attachant des différents motards qu'il croise - même si tous ne sont certes pas recommandables. Si vous avez aimé The Bikeriders de Jeff Nichols au cinéma ou Sons of Anarchy à la télé, vous allez adorer ce livre (qui est bien meilleur que ces deux - pourtant très belles - productions) ! »

 

 

Les lectures d'Ema : 
Frédérique Aït-Touati et Bruno Latour, Trilogie terrestre
Éditions B42, 120 pages, 20 € 

James Lovelock, La Terre est un être vivant – L’hypothèse Gaïa
Flammarion, traduit de l'anglais par Paul Couturiau et Christelle Rollinat, 
288 pages, 10 €

 


« Et si dans une pièce de théâtre la scène était toute la Terre ? Bruno Latour et Frédérique Aït-Touati imaginent un « théâtre de l’épreuve », où ils plongent les spectateurs dans le laboratoire des sciences pour rendre visibles nos inquiétudes sur le bouleversement climatique et écologique. Leurs trois pièces de théâtre expérimentales dialoguent avec l’hypothèse Gaïa de Lovelock, véritable révolution copernicienne de nos jours, qui nous fait (re)penser notre place sur la Bille bleue. Deux lectures croisées, deux lectures d’été à lire sous la verte feuillée. »

 

 

La lecture de Manon :
Andreï Kourkov, Les Abeilles grises
Liana Levi, traduit du russe par Paul Lequesne, 416 pages, 13 €



« Je n'ai pas encore lu Les Abeilles grises mais j'ai choisi de vous le recommander car il fait partie des livres que j'ai très envie de lire cet été. Quand j'ai lu le résumé, il m'a été impossible de le déposer ailleurs que dans ma pile-à-lire ! Pourquoi ? Ce sera pour moi la première fois que je lirai une fiction d'un auteur ukrainien, même si je connais Andreï Kourkov de nom. Je lis beaucoup de littérature historique, mais d'habitude les livres que je lis se passent en des temps révolus. Ce récit étant contemporain, je suis ravie de me plonger dans une période à laquelle je m'identifie beaucoup plus facilement.

La résonance du récit avec l'actualité de la guerre d'Ukraine (et même avant avec les guerres du Donbass et de Crimée) la confrontation de deux personnalités contraires qui se retrouvent seules et face à face, la découverte des villes et paysages ukrainiens avec en fond de récit, de la solitude, du conflit armé et de l'exode contemporain... Toutes ces raisons ont nourri mon intérêt pour ce livre. Et l'été me semble être la période idéale pour me plonger dans ce récit : je souhaite prendre le temps de découvrir la plume de Kourkov et de savourer son écrit. Je ne veux surtout pas le lire dans le métro et être interrompue ! ;-) Bonne lecture !
 »

 


La lecture de Mikaël :
Alain Damasio, La Horde du Contrevent
Folio SF, 736 pages, 12,40 €


« Si j'ai tant aimé ce roman, c'est avant tout pour l'expérience marquante de lecture qu'Alain Damasio a réussi à créer en partant d'une idée simple : un groupe d'élite(s) affronte les vents dévastateurs qui ravagent leur monde pour en trouver la source. Cette quête épique et unique à hauteur d'homme est magnifiée par la plume de l'auteur, démonstratrice (trop diront certains) de la richesse d'une langue et de sa plasticité. Le vocabulaire déployé, inventé pour les différentes formes du vent, donne toute sa crédibilité et sa poésie à l'univers. Mais j'ai surtout apprécié le fait que l'auteur joue avec les codes formels habituels du livre. De la pagination inversée, qui nous entraîne dans la quête de la page 0, à la notation typographique du vent en passant par la nomination en symboles des personnages, Alain Damasio propose un rapport différent au livre, à l'objet, pour nous impliquer plus directement dans le récit. L'ensemble crée un moment de lecture unique, intense et passionnant, qui nous marque encore quelques jours après avoir tourné la dernière page. 

Alors, si vous avez du temps cet été et une petite appétence pour l'imaginaire, j'espère vous avoir soufflé cette dernière brise d'envie qui saura porter la Horde jusqu'au sommet de votre pile-à-lire.
 »

 

Les lectures d'Anaelle :
Irene Solà, Je chante et la montagne danse
Points, traduit de l'espagnol par Edmond Raillard, 224 pages, 8,40 €

Irène Solà, Je t'ai donné des yeux et tu as regardé les ténèbres
Seuil, traduit de l'espagnol par Edmond Raillard, 192 pages, 21 €


« Cet été, je pars en vacances avec Irene Solà ! J'aime l'idée de m'immerger complètement dans l'univers d'un auteur en découvrant plusieurs de ses livres coup sur coup. Avec cette écrivaine et poétesse espagnole, je pense avoir eu la main heureuse ! J'ai commencé par sa nouveauté à paraître en septembre prochain, elle y raconte les femmes avec beaucoup de talent : leurs douleurs mais aussi leur solidarité, leurs rires et leur médiocrité parfois. Irene Solà est une véritable conteuse qui invite au voyage, au rêve et à la poésie grâce à un style onirique et incisif qui rappelle le réalisme magique de Garcia Marquez, Amado ou plus récemment Mariana Enriquez. C'est beau, tout simplement, et on est bien content d'ouvrir un nouveau livre de l'autrice une fois le premier terminé !
»

 

La lecture de Déborah :
Yaa Gyasi, No home
Disponible en poche au Livre de Poche, traduit de l'anglais par Anne Damour,
480 pages, 9,40 €


« J’ai lu ce livre il y a près de dix ans, mais j’en garde le souvenir d’un moment de lecture mémorable : celui d’un poignant voyage dans le temps, à travers les époques mais aussi (et surtout) les fils d’un arbre généalogique qui débute au Ghana avec Maama, esclave Ashanti, mère d’Effia et Esi, deux femmes aux destins radicalement opposés. À travers les différentes voix des membres de cette famille, c’est toute la douloureuse histoire d’un pays, le Ghana, d’un continent, qui se dessine et qui est (tristement) liée à celle de l’Amérique : trois siècles d’histoire (donc) et d’esclavage où chacun(e) sera inlassablement jugé(e) pour sa couleur de peau. Trois siècles de racisme et d’injustice, où les personnages flamboyants ne se laisseront pourtant jamais abattre. Une saga familiale à découvrir de préférence sans être interrompu(e), idéale pour l’été donc ! »

 

La lecture de Guillaume : 
Jacques Yonnet, Rue des Maléfices
Libretto, 316 pages, 10 €

 


« À tous ceux qui vont déserter ou éviter Paris cet été, je suggère d’emporter ce petit morceau magique de la capitale dans leur valise. Publié en 1954, c’est tout à la fois un récit de Paris sous l’Occupation, un recueil de contes fantastiques, un bestiaire des personnages hors-normes qui battaient alors le pavé parisien (chiffonniers, malfrats, bistrotiers, maîtres-mendiants et enchanteurs gitans), et un guide des légendes et malédictions qui hantent cette ville depuis le Moyen Age… »

 

 

La lecture de Nicolas : 
J.R.R. Tolkien, Le Seigneur des anneaux - L'Intégrale
Pocket, traduit de l'anglais par Daniel Lauzon, 1600 pages, 18,90 €


« Bon OK, ce ne sera pas la recommandation la plus originale de cette série d’été. Mais s’il y a bien un livre que je compte – enfin ! – lire durant la pause estivale, c’est bien l’intégrale du Seigneur des anneaux, dans l’édition publiée en 2017 chez Pocket avec une nouvelle traduction de Daniel Lauzon. Alors, pourquoi maintenant ? Déjà parce que j’ai appris récemment qu’un de mes morceaux de musique préférés, à savoir "The Battle of Evermore" de Led Zeppelin, était inspiré du célèbre univers de Tolkien (si vous ne connaissez pas encore ce morceau, maintenant vous êtes obligés de l’écouter). Autre bonne raison : j’aime beaucoup lire de la fantasy, et remonter la source jusqu’au livre ayant créé le genre va me permettre de voir comment il a passé l’épreuve du temps – plutôt bien, j’imagine (et j’espère). Enfin parce que, malgré ses très nombreuses qualités, la trilogie cinématographique de Peter Jackson n’est pas exempte de défauts (coucou les ignobles ralentis lors des retrouvailles dans Le Retour du roi). Et je ne peux pas m’empêcher de penser que son réalisateur y a ajouté une bonne dose de mélo, donc forcément trahi l’esprit des livres qui sont aussi de formidables exercices langagiers, notamment dans la création de dialectes. Bref, pour toutes ces raisons, mais aussi pour conjurer une tentative avortée de lecture du premier tome lors de mes années collège, « été » rimera pour moi avec « Sacquet ». En vous souhaitant de bonnes lectures ! »

 

 

Et vous, quelles sont les lectures que vous recommanderiez à la communauté ?

N'hésitez pas à partager vos lectures en commentaire de cet article !

Commenter  J’apprécie          4524

{* *}