AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.92 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Brașov, Autriche-Hongrie , le 09/09/1899
Mort(e) à : Beaulieu-sur-Mer , le 08/07/1987
Biographie :

Brassaï, pseudonyme de Gyula Halász, est un photographe, dessinateur, peintre, sculpteur et écrivain.

Né d'un père hongrois et d'une mère arménienne, sa famille emménage en 1903 à Paris. Il étudie la peinture et la sculpture à l'école des beaux-arts de Budapest, avant de rejoindre la cavalerie austro-hongroise pour y servir durant la Première Guerre mondiale. En 1920, il se rend à Berlin où il travaille en tant que journaliste, tout en suivant les cours de l'académie des beaux-arts Berlin-Charlottenburg.
Halász déménage en 1924 à Paris où il se lie à Henry Miller, Léon-Paul Fargue et Jacques Prévert. Il reprend sa carrière de journaliste. En utilisant son lieu de naissance, Gyula Halász se forge dès 1923 le pseudonyme de Brassaï qui signifie "de Brassó".

C'est sous ce nom qu'il s'impose comme celui qui a su capturer l'essence de la ville dans ses clichés, publiant un premier recueil en 1932 intitulé "Paris de nuit" qui reçoit un grand succès. En dehors de ses photos du Paris interlope et sombre, Brassaï s'est aussi intéressé à la haute société, aux intellectuels, à la danse et à l'opéra. Il photographia nombre de ses contemporains, tels Salvador Dalí, Pablo Picasso, Henri Matisse, Alberto Giacometti et certains des écrivains majeurs de l'époque : Jean Genet, Henri Michaux. Il est également l'auteur de photographies de mode, entre autres une série commandée par Carmel Snow du couturier Christian Dior. Ses photographies offrirent à Brassaï une célébrité internationale.
En 1956, son film "Tant qu'il y aura des bêtes" gagne un prix à Cannes, puis en 1974, il est élevé au rang de chevalier des Arts et des Lettres, avant de recevoir en 1976, la Légion d'honneur. Il gagne le premier Grand Prix national de la photographie, deux ans plus tard, à Paris. Il est exposé aux Rencontres d'Arles, (France), lors des soirées de projection au Théâtre Antique, en 1970 pour "Brassaï" de Jean-Marie Drot, et en 1972 pour "Brassaï si, Vominino" de René Burri.

En plus de ses œuvres photographiques, Brassaï écrivit dix-sept livres et de nombreux articles, dont en particulier "Histoire de Marie" (1949), publié avec une introduction de Henry Miller.

+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Brassaï   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Présentation de l'exposition " Brassaï, pour l'amour de Paris " qui s'est déroulée du 8 novembre 2013 au 29 mars 2014 à l'Hôtel de ville de la capitale.


Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
 Brassaï
Silena   01 juin 2014
Brassaï
Qu'est-ce que le banal, sinon le merveilleux déchu par l'habitude ? Si tout peut devenir banal, alors tout peut redevenir merveilleux.
Commenter  J’apprécie          230
Jean-Daniel   10 décembre 2021
Conversations avec Picasso de Brassaï
On ne peut vraiment suivre l'acte créateur qu'à travers la série de toutes les variations.

Picasso
Commenter  J’apprécie          181
FredChagnard   10 septembre 2022
Conversations avec Picasso de Brassaï
Un matin, un homme d'une quarantaine d'années, haut de stature et fier de port, vêtu d'un complet de bonne coupe, entra dans le bureau de Minotaure. Ses yeux clairs et limpides d'azur bleu, largement ouverts, rayonnaient de tendresse et de douceur un peu féminine, sous le front haut, dans la carnation rose d'un visage allongé, curieusement asymétrique. De toute sa personne se dégageait aisance et souplesse et une indéfinissable délicatesse. Pourtant, quelque résignation s'insinuait dans son regard souriant. On nous présenta. Sa voix sourde et un peu voilée, si directe, si prenante, déclina un nom: Paul Eluard.
Commenter  J’apprécie          60
FredChagnard   10 septembre 2022
Conversations avec Picasso de Brassaï
Nous remontons le boul'Mich' et l'allée de l'Observatoire. Chemin faisant, Michaux me confie que les arts plastiques l'attirent de plus en plus, qu'il s'adonne maintenant presque exclusivement à la peinture...

HENRI MICHAUX: J'en ai assez de la poésie ! Elle est le parent pauvre des arts... Silencieuse et sans écho... Le verbe n'est qu'une allusion. Les artistes qui travaillent avec leurs mains sont beaucoup plus heureux... L'objet qu'il créent a un corps visible, palpable; il est un écho... Quelque chose de concret qui, détaché de vous, vous répond. Le poème est muet, il ne vous renvoie rien...

MOI: Si vous allez pas là, vous devriez écarter aussi la musique... Tant qu'on ne la joue pas n'est-elle pas un amas de notes? Et vous arrivez à ce paradoxe que la musique est l'art le plus dépourvu d'échos...
Commenter  J’apprécie          50
 Brassaï
gouelan   30 janvier 2015
Brassaï
On se demande parfois si la vie a un sens... Et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie.
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24   18 novembre 2014
Henry Miller grandeur nature, tome 2 : Henry Miller, rocher heureux de Brassaï
J'ai lu aussi les livres de Ferrer, de Montessori, de Pestalozzi. La question de l'éducation m'a passionné. J'approuve Rousseau. Il était contre les pédagogues, contre la scolarisation et comme moi, il préconisait le retour à la vertu primitive. Je ne voyais pas l'utilité de bourrer le crâne de connaissances scolaires. Je ne voulais apprendre que ce qui me paraissait d'un intérêt vital. Je devais tout découvrir par moi-même. Il n'existe qu'un seul bon pédagogue: la vie. (p.33-34)
Commenter  J’apprécie          40
fanfanouche24   18 novembre 2014
Henry Miller grandeur nature, tome 2 : Henry Miller, rocher heureux de Brassaï
Je me rends compte du besoin que j'ai, écrivit-il, d'avoir des gens autour de moi à qui parler, du besoin des livres, de théâtre, de musique, de café, de boisson, etc. C'est affreux d'être civilisé ! Quand on arrive au bout du monde on n'a rien pour vous aider à supporter la terreur et la solitude. (Tropique du Capricorne, pp.444-445)
Commenter  J’apprécie          40
SZRAMOWO   25 novembre 2014
Histoire de Marie de Brassaï
Je suis repassée aussi chez ma tireuse de cartes

Tout de suite elle a vu mes ennuis dans la boule de cristal

"tous vos ennuis viennent d'une femme"

Elle l'avait deviné, c'était ma concierge

"tous vos ennuis viennent d'une femme"

Mais rassurez-vous ! Laissez-la baver....

Foutez ses lettres à la poubelle...

et surtout signez rien....Cette personne tombera malade...Vos ennuis seront stoppés...rassurez-vous ! Elle montera pas sur le bout de vos pieds !"

Alors pour cent sous elle m'a insoufflé la chance.

C'est pas un conte de fou !

J'ai senti une fraîcheur passer sur mon crâne.
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   20 avril 2020
Correspondance: (1950-1983) de Brassaï
On se demande parfois si la vie a un sens... et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les fruits et légumes dans les expressions populaires

Quelle expression est utilisée pour décrire ce qui apparaît d’une simplicité enfantine …

ça ne vaut pas une cacahouète
c'est bête comme chou
il ou elle a un pois chiche à la place du cerveau

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thèmes : fruits et légumesCréer un quiz sur cet auteur