AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.5 /5 (sur 21 notes)

Né(e) à : Derghe (Tibet oriental) , 1938
Biographie :

Chögyal Namkhai Norbu fut reconnu à sa naissance comme la réincarnation d'un célèbre maître de la tradition Dzogchen. Vers la fin des années cinquante, il était déjà considéré, en dépit de son jeune âge, comme un profond connaisseur de la culture tibétaine, du Dzogchen, et comme un grand maître spirituel. En Inde et au Tibet, sa renommée eut une telle résonance qu'en 1960 elle parvint au professeur Giuseppe Tucci, éminent universitaire italien (fondateur de l'Ismeo, l'un des principaux instituts d'études orientales italiens, aujourd'hui IsIAO, Institut pour l'Afrique et l'Orient). Celui-ci l'invita à Rome pour collaborer à ses recherches. C'est ainsi que Chögyal Namkhai Norbu arriva en Italie, où il commença à contribuer activement à la naissance des études tibétaines en Occident.

En 1963 on lui demanda d'enseigner la langue et la littérature tibétaines à l'Institut universitaire oriental de Naples, où il a travaillé jusqu'en 1992, en axant particulièrement ses recherches sur l'étude de l'histoire antique du Tibet. Ses travaux révèlent une profonde connaissance de la civilisation tibétaine et sont destinés principalement aux jeunes Tibétains, afin que vive en eux la connaissance de l'ancien patrimoine culturel de leur pays. Pour eux, ceux qui vivent dans la région autonome de la République populaire chinoise comme ceux qui ont été contraints à l'exil, ces recherches et ces publications sont une référence importante dans l'héritage culturel du Tibet et dans son identité nationale. Le retentissement international de ses études a amené Chögyal Namkhai Norbu à développer une activité intense de diffusion, lors de conférences et de séminaires dans les centres majeurs de la recherche universitaire orientaliste mondiale.

Au milieu des années 1970, Chögyal Namkhai Norbu a commencé à enseigner le yoga et la méditation Dzogchen à quelques élèves italiens. L'intérêt croissant suscité par ces enseignements l'a convaincu de s'impliquer toujours plus dans cette activité. Avec quelques disciples il a fondé la première Communauté Dzogchen à Arcidosso, en Toscane, et depuis d'autres centres ont suivi en Europe, en Russie, aux États Unis, en Amérique du Sud et en Australie.
+ Voir plus
Source : www.unisson06.org
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
 Chögyal Namkhai Norbu
Danieljean   08 octobre 2018
Chögyal Namkhai Norbu
Vraiment, dans l'enseignement, nous devrions aller à l'essentiel, sinon il n'y a pas beaucoup d'avantages.



Quand j'ai commencé à donner des enseignements Dzogchen, beaucoup d'enseignants tibétains m'ont critiqué directement ou indirectement en disant que Namkhai Norbu donnait l'enseignement Dzogchen aux étudiants qui n'avaient pas fait le ngöndro (pratiques préliminaires).



Mais cela ne m'inquiète pas parce que je connais l'enseignement du Dzogchen. Garab Dorje a dit que le premier point est l'introduction directe à la nature de l'esprit, qui est la voie principale pour obtenir la réalisation. C'est ce que j'ai déjà expliqué. Ati Guruyoga est une introduction.



Il y a différentes façons de présenter les choses, mais c'est essentiellement ce que j'enseigne. Je ne demande pas aux gens s'ils ont fait des pratiques préliminaires ou non. Je ne les leur apprends pas. Nous savons très bien que notre vie est très courte et nous essayons de faire de notre mieux pour en tirer des avantages.



Je ne suis donc pas inquiet parce que Garab Dorje n'a pas dit de faire les pratiques préliminaires en premier. Puisqu'il était omniscient, il l'aurait dit et aurait fait quatre déclarations si c'était nécessaire ; d'abord les pratiques préliminaires, puis ensuite l'introduction directe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Danieljean   10 août 2015
Dzogchen et tantra : La Voie de la Lumière du bouddhisme tibétain de Chögyal Namkhai Norbu


Non né

Continuant pourtant sans interruption

N'allant ni ne venant

Omniprésent

Dharma suprême

Espace immuable, non défini

Autolibération spontanée

État parfaitement sans obstacle

Existant depuis l'origine

Autocréé, non localisé

Sans rien de négatif à rejeter

Ni rien de positif à accepter

Expansion infinie, partout présente

Immense et sans limites, sans attaches

Sans rien même à dissoudre

Ni dont se libérer

Commenter  J’apprécie          50
Danieljean   10 août 2015
Dzogchen et tantra : La Voie de la Lumière du bouddhisme tibétain de Chögyal Namkhai Norbu
Présent au-delà du temps et de l'espace

Existant depuis l'origine

Incommensurable dimension, espace intérieur

Radieusement lumineux tels le Soleil et la Lune

Parfait en soi
Commenter  J’apprécie          50
Danieljean   10 août 2015
Dzogchen et tantra : La Voie de la Lumière du bouddhisme tibétain de Chögyal Namkhai Norbu
Ce chant n'est pas une prière et sa pratique ne comprend aucune visualisation : c'est plutôt une forme de contemplation dans laquelle le pratiquant intègre l'esprit avec le niveau d'énergie grâce au son de ce chant. En pratique, le son de ce chant (dans la langue d'Urgyen) est donc beaucoup plus important que sa signification.
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   10 août 2015
Dzogchen et tantra : La Voie de la Lumière du bouddhisme tibétain de Chögyal Namkhai Norbu
Indestructible tel le Vajra

Stable comme la montagne

Pur comme le lotus

Puissant comme le lion

Plaisir incomparable

Au-delà de toute limite

Illumination

Équanimité

Cime du Dharma

Lumière de l'univers Parfait depuis l'origine
Commenter  J’apprécie          40
 Chögyal Namkhai Norbu
Danieljean   10 décembre 2018
Chögyal Namkhai Norbu
1 Être directement introduit à sa propre nature

2 Décider définitivement sur cet état unique

3 Continuer dircetement avec confiance dans la libération



Dudjom Rinpoche a commenté ces trois points ainsi :



"I. Concernant l'introduction directe à notre propre nature : La conscience originale immédiate du moment présent, transcendant toutes les pensées en relation avec les trois temps, est elle-même la conscience ou Savoir (ye-shes) primordial qui est la Conscience intrinsèque non-créée (Rig-pa). Ceci est l'introduction directe à notre propre nature.



II. Concernant la décision définitive sur cet état unique : Quelque soit les phénomènes du Samsara et du Nirvana qui apparaissent, tous représentent le jeu de l'énergie créatrice ou potentialité de notre propre Conscience intrinsèque immédiate (Rig-pa'i rtsal). Puisqu'il n'y a rien qui ait simplement au delà de cela, on doit continuer dans cet état de cette Conscience singulière et unique. C'est pourquoi, on doit décider une fois pour toutes sur cet état unique et savoir qu'il n'existe rien d'autre que cela.



III. Concernant le fait de continuer en confiance vers la libération : Quelques soient les pensées, grosses ou subtiles, qui apparaissent, simplement en reconnaissant leur nature, elles apparaissent et se libèrent simultanément dans la vaste étendue du Dharmakaya, où la Vacuité et la Conscience (sont inséparables). C'est pourquoi, on doit continuer directement avec confiance dans leur libération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Danieljean   13 mai 2017
Dzogchen : l'état d'auto-perfection de Chögyal Namkhai Norbu
La méthode pratiquée dans la voie du dzogchen est appelée "l'auto-libération" parce qu'elle est fondée sur la connaissance et la compréhension. Mais il ne s'agit pas d'un quelconque objet qu'il faudrait connaitre, au contraire, il est question d'entrer dans l'expérience d'un état au-delà de l'esprit raisonnant, l'état de contemplation.
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   08 octobre 2015
ZER-NGA, Les cinq points principaux, Une pratique du Dzogchen Upadesha de Chögyal Namkhai Norbu
Introduire l'état directement.

Ne pas rester dans le doute.

Continuer dans la profonde connaissance de l'auto-libération.
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   15 mai 2017
Dzogchen : l'état d'auto-perfection de Chögyal Namkhai Norbu
Le dzogchen pourrait être défini comme une façon de se relaxer complètement. Ceci peut être clairement compris à partir des mots utilisés pour décrire l'état de contemplation, comme "laisse le tel quel" (cog.bzhag) "couper ses propres tensions" (khregs.chod), "au-delà de l'effort" (rtsol.bral) etc...
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   02 mars 2019
Dzogchen et tantra : La Voie de la Lumière du bouddhisme tibétain de Chögyal Namkhai Norbu
Bien que les phénomènes apparaissent très divers,

La nature de cette diversité est non duelle

Et de toutes choses individuelles

Aucune ne peut se ramener à un concept fini



En évitant le piège de dire : "C'est comme ceci" ou "c'est comme cela", il apparait clairement que toutes formes manifestées sont des aspects de l'infini sans forme et, étant inséparables de lui, sont parfaites en soi.



Voyant que toutes choses sont parfaites en soi depuis l'origine

On abandonne la maladie de s'efforcer sans cesse vers un but et

Demeurant simplement dans l'Etat Naturel non modifié,

La présence de la contemplation non duelle s'élève spontanément.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'évangile oublié de Jacobovici & Wilson : culture générale

Le temple d’Artémis

Se trouve à Éphèse
Est l’une des Sept Merveilles du monde
Réponse 1 et 2
Aucune de ces réponses

25 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : jésus christ , religion , histoireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..