AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.15 /5 (sur 33 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Kanazawa , le 18/10/1870
Mort(e) le : 22/07/1966
Biographie :

Daisetz Teitaro Suzuki est un auteur reconnu de livres et d'essais sur le bouddhisme et sur le zen qui jouèrent un rôle important dans l'intérêt porté au zen en Occident. Il fut un ami du philosophe Kitarō Nishida.

D.T.Suzuki est aussi un traducteur prolifique du chinois, japonais et de la littérature sanskrite. Il a passé plusieurs longs tronc d'enseignement ou des conférences dans des universités occidentales, et il s'est consacré de nombreuses années à un poste de professeur dans une université bouddhiste japonais, Otani.

Les Essais sur le Bouddhisme Zen, aujourd'hui des classiques, constituent le cœur de son œuvre.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
 Daisetz Teitaro Suzuki
BigDream   27 décembre 2016
Daisetz Teitaro Suzuki
Je pratique l'art de vivre: ma vie est mon œuvre d'art.
Commenter  J’apprécie          150
Danieljean   01 novembre 2015
Lankavatara Sutra de Daisetz Teitaro Suzuki
Sans arrêt dansent les vagues dressées de l'océan agité par le vent,

De même sur l'océan de la conscience de tréfonds constamment agitée par les vents de la sphère objective,

Dansent les consciences sensorielles que sont les remous de la Multiplicité.



Les couleurs bleu foncé, rouge, etc., avec sel, coquillages, lait, miel, fleurs et fruits odorants, rayons de soleil,

Ont entre elles la même relation que l'océan et ses vagues,

Elles ne sont ni identiques ni différentes,

Ainsi des sept sortes de conscience fondues dans la conscience de tréfonds.



Comme les vagues se déploient de façons variées à la surface de l'océan,

Ainsi les diverses consciences sensorielles se meuvent dans la conscience de tréfonds.



Il n'y a aucune différence entre l'océan et ses vagues;

De même, il n'y a pas d'évolution des consciences à l'intérieur de la Conscience.

La conscience [citta] accumule [cit-] l'acte, la pensée réfléchit à son sujet,

La conscience mentale la reconnaît et les cinq consciences sensorielles perçoivent le monde visible.



Leur gamme de couleurs est exposée à la conscience des humains.

En quoi est-elle comparable aux vagues, dis-moi, grand Silencieux ?

Les vagues n'offrent pas une telle gamme de couleurs,

C'est aux êtres puérils qu'on dépeint un tel tourbillon à l'intérieur de la conscience.



Point de tourbillon dans la conscience exempte d'objet appréhendé.

Qu'il y ait un objet, il y aura un sujet comme pour les vagues et l'océan (2).

Corps, biens, résidences sont exposés comme tels aux consciences humaines,

Et, de ce fait, paraissent tourbillonner comme des vagues.



On voit clairement l'océan danser en vagues,

Comment se fait-il que l'intelligence n'appréhende pas de même le tourbillonnement de la conscience de tréfonds ?

Si l'on compare la conscience de tréfonds à l'océan, c'est pour se conformer à l'intelligence des êtres puérils.

Le tourbillonnement des vagues n'est qu'une image ".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Danieljean   01 novembre 2015
Lankavatara Sutra de Daisetz Teitaro Suzuki
Il y a quatre causes à l'opération des consciences sensorielles :

1. Méconnaître le monde visible en ne le voyant pas comme notre propre conscience.

2. S'attacher à la tension agitée du déploiement mental et aux imprégnations de la forme - imprégnations accumulées depuis un temps infini.

3. Percevoir la nature propre comme appartenant originellement à la conscience.

4. Témoigner une curiosité ardente à l'égard de formes infiniment variées.



Ces quatre causes, Mahamati, font apparaître à la surface de la conscience de tréfonds - comparable au courant d'un torrent - les remous que sont les consciences sensorielles. Tel l'océan agité par le vent, cette conscience surgit instantanément ou progressivement dans chaque organe sensoriel, chaque atome et jusque dans les pores de la peau; la sphère des sens apparaissant comme un miroir qui reflète les choses. De même, Mahamati, les incessants remous de l'océan de la conscience sont dus au vent de la sphère sensorielle; cause, action et caractères ne peuvent être dissociés les uns des autres... Et parce que l'on ne comprend pas la nature propre de la forme et des autres contingences, l'ensemble des cinq consciences fonctionne; et avec elles la conscience mentale [manovijnana] qui délimite clairement cette sphère. Le corps qui en procède effectue (à son tour) ses opérations.



Mais conscience mentale et consciences sensorielles ignorent qu'elles se conditionnent mutuellement et qu'elles opèrent en raison de leur attachement à la différenciation du visible lequel n'est en réalité que Conscience; ainsi les consciences se déploient, intimement unies, en limitant leur sphère sensorielle de conscience informatrice. Quand les consciences opèrent de cette manière [inconsciente] les yogin eux-mêmes qui s'adonnent au ravissement ne sont pas au courant du fonctionnement des imprégnations subtiles et pensent qu'en mettant fin aux consciences sensorielles ils s'absorberont dans le ravissement. Mais ils s'y plongent sans avoir mis fin à ces consciences, les germes d'imprégnation n'étant pas détruits (1). Si ces yogin sont détachés, ce n'est que de la sphère objective.



Ainsi en est-il, Mahamati, du mode d'activité subtile de la conscience de tréfonds […]



Ô Mahamati, entourés de Victorieux et d'amis bénéfiques, ils peuvent savoir comment conscience et consciences mentales différencient le domaine de la nature propre d'un monde visible - conscience par nature - et traverser ainsi l'océan des renaissances qu'engendrent l'acte, la soif et l'ignorance."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Danieljean   14 septembre 2015
Manuel de bouddhisme zen de Daisetz Teitaro Suzuki
Dans le Zen, Yeno exprime cette idée de « retour » ou de « reconnais­sance » lorsqu'il demande à ses disciples de voir « leur visage originel (ou premier) ». Ce « visage », c'est celui que nous avions avant même d'être nés. En d'autres termes, c'est le visage de l' « innocence » qui était la nôtre avant que nous ayons mangé le fruit de l'arbre de la connaissance. « L'arbre de connaissance », c'est la voie extérieure, celle de l'intelligence, qui nous fait oublier la voie intérieure, celle de "l'innocence. » Encore une fois, la plupart des gens prennent ce mot, à tort, dans son acception morale. L'innocence correspond à ce qu'Asvaghosha appelle « l'Illumination originelle », ce que nous n'avons jamais perdu, même après l'avènement de la « connaissance », parce que sans elle notre existence n'a pas de signification et la « connaissance » elle-même serait impossible. "
Commenter  J’apprécie          60
Danieljean   10 octobre 2015
Tch'an (zen): textes chinois fondamentaux, temoignages japonais, experiences vecues contemporaines de Daisetz Teitaro Suzuki
Dans ce texte Hakuin discourt en termes pratiques de la conservation de la santé par la méthode naikan et souligne l’importance de maintenir l’esprit « méditatif » pas seulement au cours de la méditation assise (le zazen), mais aussi au cours des activités (quotidiennes) de la vie courante.

Hakuin enseigne que grâce au maintien de l’attention au cours de l’action, connue sous le nom de dochu no kufu, les laïcs pratiquants peuvent s’acquitter de leurs responsabilités sociales dans la vie courante et atteindre la profondeur du zen comme les moines zen dans leur vie monacale, mais sans abandonner leur vie de famille. Pour une meilleure compréhension des pratiques de naikan, la lecture d’un autre texte de Hakuin le Yasen kanna jo s’avère utile.
Commenter  J’apprécie          60
Danieljean   01 novembre 2015
Lankavatara Sutra de Daisetz Teitaro Suzuki
L'essence de la conscience est immaculée; en elle, pareille au ciel, point d'imprégnation. Dès qu'on s'attache à la conscience, la conscience empirique se déploie. Comme il n'y a pas de monde visible qui lui soit extérieur, seul existe la conscience. L'impureté en vérité se montre dans ce qui est pur, mais le pure lui-même ne montre aucune impureté. Les nuages voilent le ciel, ainsi ne voit-on pas la conscience [voilée par l'impureté].
Commenter  J’apprécie          60
Danieljean   01 novembre 2015
Lankavatara Sutra de Daisetz Teitaro Suzuki
La véritable extinction, c'est de supprimer la conscience mentale, la différenciatrice..., car pour agir, c'est sur elle que prennent appui les autres consciences... Cette conscience s'attache à la sphère sensorielle qu'elle discerne en la délimitant à l'aide des imprégnations. C'est elle aussi qui alimente la conscience de tréfonds.

Commenter  J’apprécie          50
Danieljean   13 octobre 2019
Essais sur le bouddhisme zen, séries I, II, III de Daisetz Teitaro Suzuki
Une autre forme sous laquelle s’exprime le Zen est la négation des opposés. L’important est de ne pas être « pris » dans l’une des « quatre propositions » suivantes : 1) « Cela est A »; 2) « Cela n’est pas A »; 3) « C’est à la fois A et non-A »; et 4) « Ce n’est ni A ni non-A ». Lorsque nous faisons une négation ou une assertion, nous sommes certains d’entrer dans l’une de ces formules logiques. Tant que l’intellect doit suivre l’ornière du dualisme, c’est inévitable. Mais le Zen estime que la vérité peut être atteinte lorsqu’elle n’est ni affirmée ni niée. Tel est bien le dilemme de la vie, mais les maîtres du Zen insistent toujours pour l’esquiver.
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   19 février 2016
Les chemins du zen de Daisetz Teitaro Suzuki
Un moine demanda à un maître Zen : " Chacun est censé avoir la nature du Bouddha. L'ai-je ?"

Le maître répondit : "Non !"

Alors le moine demanda : Les Écritures Bouddhistes nous enseignent que chaque chose est investie de la nature de Bouddha, comment se fait-il que je ne la détienne pas ? Les arbres et les rochers, les rivières et les montagnes ont tous la nature de Bouddha. S'il en est ainsi, pourquoi pas moi ? "

Le maître répondit : " Les chats, les chiens, les montagnes, les rivières ont tous la nature de Bouddha, pas toi."

Le moine atterré demanda : "Pourquoi pas ?"

Le maître dit : "Parce que tu le demandes !"
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   15 juillet 2015
Essais sur le bouddhisme zen, 2eme série de Daisetz Teitaro Suzuki
"Que signifie la venue de Bodhidharma de l'Occident ?".

C'est une question fréquemment posée par les maîtres Zen, et elle forme un des thèmes les plus importants dans l'étude du Zen. La question, cependant, ne concerne nullement l’évènement historique de l'arrivée de Bodhidharma en Chine, c'est-à-dire la signification historique de Bodhidharma dans le Bouddhisme chinois. On rapporte que le premier patriarche débarqua sur la côte méridionale de Chine dans la première année de P'ou-t'oung (520 de notre ère), mais la question n'a rien à faire avec ces faits. (...)

La question : "Que signifie la venue de Bodhidharma de l'Occident ?" signale donc directement la présence de quelque vérité profonde et mystique cachée dans le système du Bouddhisme. Elle revient à ceci : "Quelle est l'essence du Bouddhisme, telle que l'a comprise le premier patriarche du Zen ?"

Y-a-t'il quelque chose qui ne peut être exprimé ni expliqué dans les écrits canoniques classées dans les "Trois corbeilles" (Tripitaka) et arrangés selon les "Neuf" ou "Douze divisions" ? Bref, quelle est la vérité du Zen ? Toutes les réponses données à cette question importante entre toutes sont donc autant de manières différentes de montrer la voie vers la vérité ultime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Daisetz Teitaro Suzuki (58)Voir plus


Quiz Voir plus

LNHI-49859

'Le procès', Orson WELLES (1962)

Joseph K
l'avocat
le prêtre
le bourreau

12 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : acteur français , filmographie , catholique , james bond , adapté au cinémaCréer un quiz sur cet auteur