AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.82/5 (sur 416 notes)

Nationalité : Pays-Bas
Né(e) à : Rotterdam , le 27-28/10/1466 ?
Mort(e) à : Bâle , le 11/07/1536
Biographie :

Érasme, également appelé Érasme de Rotterdam (Desiderius Erasmus Roterodamus), est un philosophe, écrivain latin, humaniste et théologien.

Fils illégitime d'un prêtre et de la fille d'un médecin, il entre à l'école de Deventer, dirigée par des Frères de la Vie commune (1478). Ses dons le font remarquer ; l'Eglise assurera son éducation. Il reçoit une solide formation de latiniste.

En 1485, il devient moine chez les chanoines réguliers de Saint-Augustin au couvent de Steyn. Ordonné prêtre en 1492, il compose avec ses supérieurs pour obtenir une certaine autonomie, qu'il gardera jusqu'à la fin de ses jours. Commence pour lui une vie itinérante à travers l'Europe, où il est tour à tour secrétaire, précepteur, puis hôte des grands et des cercles humanistes. Il rédige des manuels, les "Colloques".

En 1499, il se rend en Angleterre, où il découvre avec délice la vie de château. Il devient l'ami de Thomas More et de John Colet. En 1503 paraît le "Manuel du soldat chrétien", qui plaide pour un christiannisme épuré. Il enseigne le grec et la théologie à Cambridge, puis se rend à Bâle, à Anvers et aux Pays-Bas. Il fait à partir de 1509 son troisième séjour en Angleterre. Il y écrit "L’Éloge de la Folie", publié à Paris deux ans plus tard.

En 1516 paraît sa traduction en latin du Nouveau Testament. Il est nommé conseiller de Charles Quint. Il compose une "Education du prince chrétien", l'anti-Machiavel par excellence. Les publications s'enchaînent, la gloire est à son faîte. François 1er essaie à son tour de se l'attacher, mais Erasme préfère son indépendance studieuse.

Luther étant excommunié en 1521, Erasme part se réfugier à Bâle, auprès de l'éditeur Froben. Les pressions se font toujours plus fortes pour qu'il attaque Luther. Il cède en 1524 mais en portant le conflit sur un terrain à l'écart des foules, une question théologique sur le libre arbitre que Luther refuse à l'homme. Celui-ci réplique violemment dans "Du serf arbitre". Erasme est à présent sous le feu croisé et nourri des traditionalistes et des réformés. En 1528, il publie "Le Cicéronien". En 1529, comme il avait fui la Belgique devant les catholiques, il quitte Bâle devenue protestante et s'éloigne des polémiques théologiques en s'exilant à Fribourg-en-Brisgau où il écrit son dernier grand ouvrage : "L’Ecclésiaste".

De retour à Bâle en 1536, usé par la maladie, il meurt sans prêtre ni sacrement, mais en invoquant la miséricorde du Christ.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Erasme   (47)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec Henri Santiago-Sanz autour de le travail de rue paru aux éditions érès. -- discutant : Andrés Atenza, président de l'Institut du travail social ERASMEHenri Santiago-Sanz a été éducateur spécialisé en psychiatrie (hôpital de jour pour enfants), dans un service aux prestations sociales adultes, un centre d'accueil de demandeurs d'asile. Il a été formateur au centre ERASME à Toulouse. -- 03/05/2024 - Réalisation et mise en ondes Radio Radio, RR+, Radio TER Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite (https://ausha.co/politique-de-confidentialite) pour plus d'informations.

+ Lire la suite

Citations et extraits (184) Voir plus Ajouter une citation
Moins ils ont de talent, plus ils ont d'orgueil, de vanité, d'arrogance.
Tous ces fous trouvent cependant d'autres fous qui les applaudissent ...
Commenter  J’apprécie          331
« Le singe est toujours singe, dit l’adage grec, même sous un habit de pourpre. » Pareillement, la femme a beau mettre un masque, elle reste toujours femme, c’est-à-dire folle. Les femmes pourraient-elles m’en vouloir de leur attribuer la folie, à moi qui suis femme et la Folie elle-même ? Assurément non. A y regarder de près, c’est ce don de folie qui leur permet d’être à beaucoup d’égards plus heureuses que les hommes. Elles ont sur eux, d’abord l’avantage de la beauté, qu’elles mettent très justement au-dessus de tout et qui leur sert à tyranniser les tyrans eux-mêmes. L’homme a les traits rudes, la peau rugueuse, une barbe touffue qui le vieillit, et tout cela signifie la sagesse ; les femmes, avec leurs joues toujours lisses, leur voix toujours douce, leur tendre peau, ont pour elles les attributs de l’éternelle jeunesse. D’ailleurs, que cherchent-elles en cette vie, sinon plaire aux hommes le plus possible ? N’est-ce pas la raison de tant de toilettes, de fards, de bains, de coiffures, d’onguents et de parfums, de tout cet art de s’arranger, de se peindre, de se faire le visage, les yeux et le teint ? Et n’est-ce pas la Folie qui leur amène le mieux les hommes ? Ils leur promettent tout, et en échange de quoi ? Du plaisir. Mais elles ne le donnent que par la Folie. C’est de toute évidence, si vous songez aux niaiseries que l’homme conte à la femme, aux sottises qu’il fait pour elle, chaque fois qu’il s’est mis en tête de prendre son plaisir. Vous savez maintenant quel est le premier, le plus grand agrément de la vie, et d’où il découle.
Commenter  J’apprécie          414
 Erasme
" L'argent est devenu le dieu de la terre. "
Commenter  J’apprécie          444
 Erasme
On ne naît pas Homme, on le devient.
Commenter  J’apprécie          341
Dites-moi, je vous prie, peut-on aimer quelqu'un, quand on se hait soi-même ? Peut-on vivre en bonne intelligence avec les autres, quand on n'est pas d'accord avec son propre coeur ? Peut-on apporter quelque agrément dans la société, quand on est ennuyé et fatigué de sa propre existence? (p.43-44)
Commenter  J’apprécie          311
Donc, parmi les mortels, les plus éloignés du bonheur sont les adeptes de la sagesse.
Commenter  J’apprécie          320
La dette des poètes envers moi (la Folie) est moins importante, même si, de leur propre aveu, ils font partie de mon obédience : ne sont-ils pas, comme dit le proverbe, une race d'hommes libres, dont l'unique ambition est de charmer l'oreille des fous, et cela avec de pures bagatelles et des fables qui prêtent à rire. Et dire que, pourtant - la chose est admirable !-, ils se fondent là-dessus pour se promettre l'immortalité, une vie pareille à celle des dieux, et qui plus est la garantir à d'autres.
Commenter  J’apprécie          303
 Erasme
Quand j'ai un peu d'argent je m'achète des livres et s'il m'en reste, j'achète de la nourriture et des vêtements.
Commenter  J’apprécie          287
 Erasme
In regione carcorum rex est luscus.
Au royaumes des aveugles, les borgnes sont rois.
Commenter  J’apprécie          282
D'abord, qui ne sait que la première enfance est pour tout homme, et de loin, le plus joyeux, le plus agréable des âges ? Que possèdent-ils donc, les petits enfants, qui nous incite à les couvrir de bisous, à les dorloter, à les caresser, même un ennemi porte secours à un bébé? Que possèdent-ils, sinon la séduction de la folie? La nature, dans sa prudence, en a gratifié tout exprès les nouveau-nés, moyennant quoi ils apportent, sous forme de plaisir, une sorte de contrepartie aux tracas de ceux qui les élèvent : ainsi gagnent-ils les faveurs des personnes qui veillent sur eux.
XIII
Commenter  J’apprécie          245

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Erasme (1127)Voir plus

Quiz Voir plus

Phrases célèbres (Ultra facile)

Un pour tous et tous pour un !

Les trois mouquetaires
Harry Potter
Carmilla
Les Trois Mousquetaires

4 questions
48 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}