AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.21 /5 (sur 36 notes)

Né(e) à : 8 juin 1972
Biographie :

Ervé vit dans la rue. Écritures carnassières est son premier livre.

Ervé est un enfant de la DDASS, une enfance fracassée qui lui laissera des séquelles indélébiles. Né de père inconnu et d’une mère peu présente et qualifiée par lui-même de « petite boule puante dans son livre. Placé très tôt, comme ses deux frères, en foyer, cette enfance lui laissera un terrible sentiment de solitude.

Ervé à 2 filles qu’il appelle ses « deux poumons » et auxquelles il a dédié son livre. Après avoir tenté de vivre « comme tout le monde » ses blessures, trop profonde ont fait de lui un SDF, il en connait un rayon sur la rue.

Ervé lit et écrit depuis toujours.
Son premier livre Ecriture Carnassière raconte la rue, un second livre est en préparation Morsures de nuit.

+ Voir plus
Source : twitter, le monde
Ajouter des informations
Bibliographie de Ervé   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation

Nous ne partageons pas la même couche. Mes sommeils en petites coupures font qu'il vaut mieux que je dorme seul. Avoir en son lit un corps tremblant, brûlant de fièvre parfois, n'invite pas au repos réparateur. Le peu de mes nuits en son autre chambre voisine m'appelle. J'ai envie d'elle. Tard la nuit se fait. Comme un rêve, je quitte duvet pour flotter et me poser à ses côtés. Silence et certaine timidité règnent. J'effleure à peine les tissus de soirée qui recouvrent sous un léger drap. "C'est moi", lui dis-je. Ses courbes m'invitent. Nos souffles ne souffrent d'aucun interdit. Le drap se fait absent tandis que nos émotions corporelles s'enchevêtrent plus que ne s'emmêlent. Elle s'ouvre à moi et émoi me prend. La nuit devient petite mort. Un tourbillon me vrille le crâne er je viens en elle. La Terre cesse de tourner et suspend le temps. Un râle pour toute incidence sur le silence nocturne. Je baise ses épaules comme j'ai baisé son intimité. J'aimerais rester plus longtemps encore en elle.

Commenter  J’apprécie          249

Déchiré

Elle me lance et des rires, des bribes de sens, je m'en détourne, fatigué. Il me reste un pas de danse mais le chant se repose, essoufflé parce que déchirée.

Tant de souffle amer jeté en semence sur mon âme écorchée, tant de soufre à même le feu se défend des regards détournés parce que déchirés.

Déchirés comme le sont les rêves, balbutiement de songe, dans ces endroits de nuits sans sommeil un papillon qui se brûle les ailes.

Des carrousels d'ombres sur des yeux misogynes, des chagrins si longs, ces affreux fantômes qui devraient peupler le vide au lieu de chansons.

Si elle me lance des rires, des bribes de sens, je m'en détourne, fatigue, même s'il me reste un pas de danse, le chant se repose, essoufflé parce que déchirée...

Déchiré comme le sont les rêves, balbutiement de songe, dans ces endroits de nuits sans sommeil un papillon qui se brûle les ailes.

Commenter  J’apprécie          229

Je m'éternise. La nuit est calme, un vent léger porte une pluie fine. Les reflets sur les rues nues de monde m'invitent à stagner. J'ai bu un peu mais je ne suis pas ivre. J'ai compris depuis longtemps que s'enivrer était un luxe et que se défoncer était un suicide. Je continue à picoler à ma mesure. Je traverse dans les clous des bandes blanches qu'on inflige. Tant que le monde se tient. Tant que ce monde tient.

Commenter  J’apprécie          225

On a beau essayer de faire des détours, la destination ne change pas. Cas social tu es né, cas social tu restes. Comme gravé sur le front. Ma plaie de naissance. Mon tatouage permanent. La déchirure infrangible de mon mal être. je ne serai jamais autre que ce sale gosse mal né et je vais devoir faire avec .

Commenter  J’apprécie          202

On a beau la connaître et s'y être baigné, l'odeur de la misère reste sans nom.

Commenter  J’apprécie          180

J'aime passer beaucoup de temps au bord de cet étang à lire, à rêvasser en taquinant l'ennui. Et pleurer beaucoup aussi. Souvent l'étang est en crue de mes larmes.

Commenter  J’apprécie          173

Dans la rue, il y a deux façons de partir : les pieds devant ou tracer sa route pour un hypothétique meilleur ailleurs.

Commenter  J’apprécie          170

Je n'ai aucune prétention. Pas même d'estime. Je n'aime pas la gueule que j'ai. Je me contente de celle que je fais. J'aime le beau pourtant. Même le beau-laid. Ce dernier est plus intéressant. J'ai toujours aimé les bâtards. J'en suis un. Un humain bâtard. Mais le plus beau et fidèle des bâtards reste le chien. Il peut vivre longtemps parce que sans pedigree. Il sait qu'il vient de nulle part mais a beaucoup d'affection à prendre et à donner. Il est fidèle parce qu'il ne veut pas perdre ce qu'il a pu trouver. Il sait sa condition, fait profil bas sans pour autant se soumettre. Voilà, c'est ça: je n'ai pas de pedigree. Beau bâtard, je suis.

Commenter  J’apprécie          140

Comment se construire donc sur le néant? Que n'ai je cherché, en vain, des repères pour me construire. Se chercher seul détruit. Sans symbole, sans horizon, je ne suis rien. Alors j'ai appris à aimer la vie comme un chien. Sans chercher à comprendre j'y allais au lair. Mais un chien sans caresse s'ennuie. J'étais donc un individu par défaut. Rien de plus.

Commenter  J’apprécie          122

On a beau la connaître et s'y être baigné, l'odeur de la misère reste sans nom.

Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

A quels mots associer ces écrivains ? (n°2)

Jean-Christophe Rufin

musicien
archéologue
diplomate
inventeur

10 questions
99 lecteurs ont répondu
Thèmes : écrivain , jeuxCréer un quiz sur cet auteur