AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.32 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1984
Biographie :

Fadi El Hage est historien, membre associé à l’Institut d'histoire moderne et contemporaine (IHMC) et spécialiste d’histoire militaire.

Il est Docteur en Histoire avec une thèse intitulée ""Pourquoi leur donner cette dignité ?" : mérite, fonctions et honneurs des maréchaux de France à l'époque moderne (1515-1793)", soutenue à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2010.

Professeur de lettres-histoire au lycée Rabelais de Dugny, chargé de cours à l'IUT en Saint-Denis Paris XIII, Fadi El Hage est membre de la Société de l'Histoire de France et de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Sedanais. Il est chercheur associé d'histoire moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Il a publié une quinzaine d'articles dans de nombreuses revues locales, nationales et internationales.

Il a obtenu le prix d'histoire militaire 2011 pour sa thèse, dont est issu son premier livre, "Histoire des maréchaux de France à l'époque moderne" (Nouveau Monde/DMPA, 2012).

son site : https://fadielhage.wordpress.com/
Twitter : https://twitter.com/felhagehistoire
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Fadi El Hage   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Cercle Aristote - 1 nov. 2019 Conférence Fadi El Hage : La décadence des élites Facteur de Révolution L'historien Fadi El Hage nous livre le contenu de ses recherches sur la fin de l'Ancien Régime et les prémices de la Révolution issu de son ouvrage paru aux éditions Passé composé. La conférence est introduite par Laurent Henninger.


Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Luniver   05 juillet 2019
Le sabordage de la noblesse de Fadi El Hage
Polybe inaugure son propos avec la monarchie, système équilibré par le conseil des représentants intermédiaires, tempérant le pouvoir d'un seul homme. Or, quand le roi commence à prendre des décisions seul, sans en référer aux corps intermédiaires, le régime se mue en tyrannie, appelé aussi dans certaines traductions françaises "despotisme". Cet exercice personnel du pouvoir, sans contrôle où le roi décide seul ou avec quelques conseillers choisis en dehors de la tradition, aboutit finalement à son rejet, puis à l'installation d'une aristocratie. Dans sa définition originelle, ce désignait le « gouvernement des meilleurs », dans le sens des plus méritants. Seulement, à l'instar de l'ensemble des systèmes politiques, l'aristocratie laisse place à son avatar dégradé, l'oligarchie. Le pouvoir est alors entre les mains d'un petit nombre de personnes appartenant à un même groupe, social par exemple, sans que le mérite y joue le moindre rôle. Le renversement de l'oligarchie entraîne l'établissement de la démocratie, où le peuple se voit doté d'une capacité de décision en partie directe, mais essentiellement exercée par le biais de représentants collégiaux, afin qu'un seul n'ait pas trop de pouvoir décisionnaire. La démocratie elle-même succombe à un moment pour aboutir à une ochlocratie, dans laquelle la foule manipulée et excitée par des passions et rumeurs soutient des factions en lutte pour le gouvernement. L'épuisement mental et moral causé par l'ochlocratie incite à appeler un homme providentiel destiné à remettre de l'ordre dans la politique, pour mieux aboutir à un retour de la monarchie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Luniver   13 juillet 2019
Le sabordage de la noblesse de Fadi El Hage
Pour Fénélon, redonner autorité à la noblesse, mais pas n'importe laquelle, était un garde-fou contre le despote, qui préférait s'appuyer sur des hommes nouveaux, de condition plus modeste. Le rang et l'ancienneté nobiliaires devinrent des obsessions, perceptibles chez Fénélon mais encore plus chez Saint-Simon, allant jusqu'à se montrer parfois antithétiques. Si Fénélon n'appréciait pas le maréchal de Villars pour son caractère, Saint-Simon lui reprochait également d'avoir été élevé au duché-pairie comme lui, d'avoir été revêtu du Saint-Esprit comme lui, alors que sa famille ne fut anoblie qu'à la fin du règne d'Henri III. Saint-Simon revendiquait une ascendance (bien qu'en ligne féminine) remontant aux comtes de Vermandois, eux-mêmes issus de Charlemagne. Comment un duc-pair plus récent, issu selon lui d'un « greffier de Condrieu », pouvait-il être revêtu d'honneurs similaires, voire supérieurs ?
Commenter  J’apprécie          60
Florel   01 juillet 2019
Le sabordage de la noblesse de Fadi El Hage
L’oisiveté représentait un danger. Louis-Antoine Caraccioline dit rien d'autre dans son roman moraliste Les Derniers Adieux de la maréchale de *** à ses enfants (1769), dans lequel il lance un appel à la jeune noblesse d'épée :

Vous êtes les descendants d'une multitude d'aïeux que la Patrie compte au nombre de ses héros : leur sang ne circula dans leurs veines que pour se répandre et pour guérir les maux que l'ennemi faisait à l’État. C'est à ce prix qu'ils acquirent la noblesse dont vous jouissiez, et dont vous ne pouvez vous prévaloir qu'autant que vous les imiterez. On perd sa noblesse aux yeux de la raison et de la probité, quand on ne s'en sert que pour vivre dans le faste et dans la mollesse, que pour se donner des airs de hauteur et de fierté.

p.87
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Molière dans le texte

Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées.

Le Tartuffe
Le Dépit amoureux

13 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : MolièreCréer un quiz sur cet auteur