AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.46 /5 (sur 91 notes)

Nationalité : Autriche
Né(e) à : Vöcklabruck, Haute-Autriche , le 01/03/1967
Biographie :

Franzobel, de son vrai nom Franz Stefan Griebl, est l’un des écrivains les plus populaires et controversés d’Autriche.

Il est diplômé en génie mécanique de Höhere Technische Lehranstalt et a étudié la langue et la littérature allemandes de 1986 à 1994 à Vienne.

Pendant ses études il travailla au Burgtheater de Vienne. Depuis 1989 Franzobel se consacre à l'écriture.

Dramaturge, poète et plasticien, il est l’auteur de la pièce "Kafka, comédie" ("Kafka. Eine Komödie", 1997) publiée aux Solitaires intempestifs.

Couronné du prix Nicolas Born 2017, son roman sur le naufrage de La Méduse, "À ce point de folie" ("Das Floß der Medusa", 2017), fut l’un des trois derniers ouvrages en lice pour le Deutscher Buchpreis (Prix du livre allemand) 2017.

Il est marié avec l'actrice Maxi Blaha (1972).

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Franzobel   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
HundredDreams   15 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
"Qu'est-ce qui t'est passé par la tête, espèce de cinglé ?" Juan Desoto s'agenouilla au-dessus du chef et lui asséna une bonne claque tandis que des soldats lui enfonçaient des clous dans les mains. "Nous t'aurions converti, toi et ton peuple. Vous seriez allés au ciel, vous auriez pu sauver vos âmes puantes, mais vous avez préféré, cervelles de mouches que vous êtes, mijoter pour toujours aux enfers. Vous sentez à présent ce dont parle Dieu quand il évoque la vengeance…"

Casqui lui cracha au visage, ce qui ne fit qu'aiguillonner encore plus le missionnaire. "Je t'aurais parlé du Saint-Père à Rome, espèce de crétin, du Grand Inquisiteur et de sa bonté radicale, des pensées purificatrices de l'inquisition…"

… Quand on dressa la croix où était cloué le chef, les cantiques recouvrirent les cris de Casqui.

"Voilà ce qui arrivera à tous ceux qui s'opposeront, annonça Rodrigo, debout sur un tonneau. C'est la logique de la guerre : la cruauté. L'ennemi doit être éradiqué." Les Indiens regardaient ce nain furieux, un soldat de plomb étincelant sur son cheval avec sa cuirasse, ses jambières et ses bras d'armure. Ils ne comprenaient pas le moindre mot. Leur chef crucifié braillait à l'arrière-plan, et ce nain hurlait à l'avant. Lorsque Néron voulut se lancer dans un discours empreint de gravité, la croix bascula et resta planté de biais comme un avion en plein crash, si bien que le martyrisé suspendu subissait à présent la tension d'un baldaquin et que son support risquait l'effondrement pur et simple, ce qui déclencha chez certains un rire involontaire.

Dès qu'on eut redressé la croix, Néron dit :

"Qu'il est bas, le soleil, juste au-dessus de toi, car bientôt tout ton corps puera comme un putois. Ton éclat d'autrefois pâlit au crépuscule, tu finis au poteau et plein de mouches au cul."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          199
HundredDreams   14 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
Independance Day



Hier aujourd'hui était encore demain, et après-demain demain sera hier. Il arrive qu'un chose soit vraie s'en qu'on s'en aperçoive. On écrit l'Histoire, elle est partiale, elle grouille de bouffonneries. Le Roi-Soleil, Louis XIV, par exemple, était un gros plein de soupe édenté et vorace dont le potage, au diner, giclait par les narines. Le cerveau d'Albert Einstein fut volé par un anatomiste et transbahuté par monts et par vaux pendant quarante ans. Le pape Innocent VIII était tellement gras que de petites lunes gravitaient autour de lui. Ça non ! Mais il fallait que des serviteurs le retournent dans son lit, et de jeunes femmes venaient l'allaiter. Abraham Lincoln fut abattu par un comédien et George Washington est mort parce que ses médecins lui avaient soutiré trop de sang. On a volé le petit doigt de Charles Quint et … même Christophe Colomb n'a découvert l'Amérique qu'à la suite d'une erreur de calcul.

Et c'est ce genre de personnages historiques qu'on trimbale dans les défilés ?



(Incipit du roman)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Cannetille   08 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
Mourir n’est pas une chose pour laquelle il vaille la peine de vivre.
Commenter  J’apprécie          162
Erik35   16 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
«Messieurs, le plus grand crime de l'humanité se déroule aujourd'hui dans cette partie du monde. Comparé aux conquistadors, Caligula était un philanthrope. Des millions d'indiens ont déjà été tués. Des millions ! Et ceux qu'on laisse en vie sont marqués au fer du roi. [*]

- Vous exagérez, fit Isabella, incrédule.

- Exagérer ? Pour une seule jument, on obtient quatre-vingts Indiens. On brûle leurs idoles, on détruit leurs temples.

- Possible, mais le plus grand crime de l'histoire de l'humanité ? C'est ridicule !

- Des molosses - et j'ai entendu dire que votre époux s'en servait lui aussi - les mettent en charpie. pour un chrétien tué par des Indiens insurgés, on en liquide cent. Tout cela n'est qu'un vaste théâtre de la cruauté. Il ne s'agit pas de mission ou de civilisation, et encore moins de sauver des âmes, mais exclusivement de faire du profit. Maximisation des gains. La croissance, le progrès, tout cela au dépens de gens innocents.





[Nota Bene : La première personne qui intervient dans ce dialogue, c'est le fameux Bartolomé de Las Casas, prêtre, missionnaire et infatigable défenseur des droits des amérindiens. Il participa, entre autres événements majeurs, à la célèbre "controverse de Valladolid", l'opposant à un défenseur acharné de l'utilité de la guerre face aux Indiens par les conquistadors, Sepulveda.

À noter que l'auteur de ce livre fait de lui un évêque, tandis que Las Casas ne fut jamais autre que prêtre. Sa contradictrice est Isabella de Soto, née Arias de Ávila dont le père, dit "Pedrarias" fut un colonisateur aux mains ensanglantées et donc aussi l'épouse du "héros" de ce roman.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Erik35   12 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
- Et si nous déposions notre flouze dans une banque ?

- L'argent n'a pas de vagin. Quand on fait de l'argent avec l'argent, c'est qu'il vient de quelque part et que quelqu'un le perd. C'est un vol encore plus scélérat que nos petites affaires. Qu'un banquier commence par me montrer l'utérus de l'argent. Ils disent qu'on n'a pas le droit de le garder dans des capotes anglaises pour qu'il se multiplie.

- Dans des bas de laine ?
Commenter  J’apprécie          90
Erik35   23 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
- Le christianisme est une religion de l'égoïsme. Chacun se préoccupe d'abord de son propre salut, il n'y a qu'un seul Dieu. Si nous réussissons bien, c'est que nous sommes une masse d'individus. Les Indiens, eux, se considèrent comme entité globale. Ou bien ils vont ensemble au ciel, ou bien ils n'y vont pas du tout.
Commenter  J’apprécie          80
SPOUNY   05 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
Qu’est-ce que tu vas faire avec l’or ? Moi, je sais. Je vais me chercher un port, jeter l’ancre, trouver une maison sur la plage, une épouse…

Et si nous ne trouvons rien ? S’il n’y a pas l’ombre d’un Eldorado ici ?
Commenter  J’apprécie          80
Sokleine   21 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
Jusqu'à l'arrivée des Espagnols, les indigènes avaient vécu au paradis. Des gens aimables avec un esprit simple, qui, dans un combat permanent, arrachaient à la nature ce qui était strictement nécessaire.
Commenter  J’apprécie          80
Erik35   17 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
À l'époque, on ne parlait pas encore d'ouverture de nouveaux marchés, de création de valeur, de rentabilité et de salariés à bas prix. L'avidité à l'égard des métaux précieux et le sauvetage des âmes étaient des justifications suffisantes, mais il n'était pas question de se justifier pour l'instant, ces contrées sauvages et les dangers auxquels ils devaient faire face les accaparaient.
Commenter  J’apprécie          70
Cannetille   08 mai 2022
Toute une expédition de Franzobel
De notre point de vue, la caractéristique majeure du XVIe siècle était sa brutalité. On aurait pu croire que la mafia avait lancé à tous les surveillants de camps de concentration un défi à celui qui serait le plus atroce. On écartelait les gens, on les sciait vifs ou on les tressait sur une roue en leur broyant les membres. Nous mentionnerons seulement en passant que, pour intensifier le spectacle, on avait de surcroît préalablement arraché les tétons des malheureux avec des tenailles chauffées au rouge et que l’on versait dans les blessures du plomb fondu, du goudron et du soufre. Brutal ? Non, monstrueux et méprisant pour l’être humain, d’une cruauté démesurée.

Comparée à l’arbitraire des gouvernants, l’Inquisition était une amicale altruiste de pêcheurs à la ligne, ce qui n’empêchait pas non plus le Saint-Office de torturer, de bannir et de brûler. Le pire fut que la délation put ainsi célèbrer sa résurrection. On ne comptait plus ses innocents accusés de chiromancie, de bigamie, de sodomie, d’invoquer les démons, d’offenser les cloches des églises, de profaner l’hostie, de transgresser les règles du jeûne ou d’autres pratiques obscures, personne ne pouvait plus croire sa propre peau à l’abri – et ce au sens littéral du terme. Dans le Nouveau Monde, la population indigène fit connaissance avec les doctrines du Christ à coups de massacres. Comme si cela ne suffisait pas, les Turcs sévissaient dans les Balkans. Toute l’Europe se recroquevilla comme une limace dans le sel -- et le sel, c’était les Ottomans.

A côté de cela, la vie suivait son cours tout à fait normal, avec chagrins d’amour, soucis financiers, projets de mariage et recettes de cuisine. Le peuple se réjouissait en lisant Amadis de Gaule, admirait les tableaux d’Arcimboldo et de Jérôme Bosch, il contemplait avec étonnement les personnages apotropéens aux façades des maisons, découvrait les pommes de terre, le cacao et le tabac, se piquait avec les ananas, s’énervait contre de honteuses vagues de hausses de prix et voyait dans les caprices du climat un signe avant-coureur du Jugement dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Harry Potter à l'école des sorciers : les épreuves de la pierre philosophale

Dans quelle partie de Poudlard faut-il se rendre pour aller chercher la Pierre philosophale ?

Un passage secret dans les toilettes des filles
Un couloir interdit du 2ème étage
La cabane de Rubeus Hagrid
Le bureau d'Albus Dumbledore

11 questions
346 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur