AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.13 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : Autriche
Né(e) à : Vienne , le 8/05/1899
Mort(e) le : 23/03/1992
Biographie :

Friedrich Hayek, né Friedrich August von Hayek (8 mai 1899, Vienne – 23 mars 1992, Fribourg), est un philosophe et économiste de l'École autrichienne, promoteur du libéralisme, opposé au socialisme et à l'étatisme.

Sa pensée est connue à travers son livre La Route de la servitude, publié en 1944. Il a reçu le « Prix Nobel » d'économie en 1974 pour « ses travaux pionniers dans la théorie de la monnaie et des fluctuations économiques et pour son analyse de l'interdépendance des phénomènes économique, social et institutionnel ».

Hayek s'est intéressé à de nombreux champs de la connaissance humaine, comme l'économie, le droit, la psychologie, la philosophie ou la science politique. Il est l'auteur d'ouvrages de philosophie politique comme La Constitution de la liberté (1960) ou Droit, législation et liberté (1973-1979), ouvrages significatifs du libéralisme contemporain.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Friedrich August von Hayek discusses economics and philosophy with students at Stanford University in the 1970's.


Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
 Friedrich A. Hayek
deuxquatredeux   24 janvier 2017
Friedrich A. Hayek
Il serait un mauvais économiste celui qui ne serait qu’économiste.
Commenter  J’apprécie          130
 Friedrich A. Hayek
deuxquatredeux   25 avril 2016
Friedrich A. Hayek
Si nous convenons que le problème économique de la société concerne principalement une adaptation rapide à des changements dans un temps et un lieu particuliers, les décisions finales doivent revenir à des personnes connaissant bien ces circonstances, les changements pertinents à mettre en oeuvre et les ressources immédiatement disponibles pour les réaliser.
Commenter  J’apprécie          110
petitours   19 février 2017
La Route de la servitude de Friedrich A. Hayek
L’État possède donc un domaine d’activité vaste et incontestable : créer les conditions dans lesquelles la concurrence sera la plus efficace possible, la remplacer là où elle ne peut être efficace, fournir les services qui, comme l’a dit Adam Smith, « tout en présentant les plus grands avantages pour une collectivité importante, sont toutefois d’une nature telle que le profit ne saurait en rembourser le coût à aucun individu ou petit groupe d’individus ». Il n’y a pas de système rationnellement soutenable dans lequel l’État ne ferait rien.
Commenter  J’apprécie          70
deuxquatredeux   25 novembre 2016
La Constitution de la liberté de Friedrich A. Hayek
S'il y avait des hommes omniscients, si nous pouvions connaître tout ce qui affecte non seulement l'accomplissement de nos souhaits présents, mais aussi ce que seront nos besoins et désirs à l'avenir, il n'y aurait guère de raisons de plaider pour la liberté.
Commenter  J’apprécie          70
towelie   29 octobre 2017
La Route de la servitude de Friedrich A. Hayek
Dans la société de concurrence le pauvre a beaucoup moins de possibilités que le riche, c'est entendu. Il n'en est pas moins vrai que dans cette société le pauvre est quand même plus libre qu'une personne disposant d'un plus grand bien-être matériel dans un autre genre de société. Sous le régime de la concurrence, l'homme qui part de zéro a beaucoup moins de chance d'acquérir une grande richesse que l'homme doté d'un héritage important, mais il peut y parvenir. Et c'est seulement dans la société de concurrence que ce résultat dépend uniquement de lui et non pas des faveurs des puissants. Nous avons oublié ce que signifie le manque de liberté. C'est pour cela que nous ne tenons pas compte d'un fait élémentaire : un ouvrier non spécialisé a en Angleterre plus de possibilités d'organiser sa vie à son goût que, par exemple, un petit patron en Allemagne ou qu'un ingénieur bien payé en Russie. Qu'il s'agisse de changer de travail ou de résidence, de passer ses loisirs selon ses idées ou d'émettre ses opinions personnelles, notre ouvrier ne rencontre pas d'obstacles absolus, n'encourt pas de risques pour sa sécurité physique et pour sa liberté. Il paie plus ou moins cher pour satisfaire ses penchants, mais n'est pas astreint, par l'ordre d'un supérieur, à s'employer à une certaine tâche et à vivre dans un endroit défini.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
paulallan380   27 mars 2020
Pour une vraie concurrence des monnaies de Friedrich A. Hayek
Tant que nous n’aurons pas restauré une situation dans laquelle les gouvernements (ainsi que les autres autorités publiques) savent que s’ils dépensent trop ils seront, comme quiconque autre, incapables de satisfaire à leurs obligations, il n’y aura aucune pause dans ce processus qui, PAR LA SUBSTITUTION DE L’ACTIVITE COLLECTIVE A L’ACTIVITE PRIVEE, MENACE D’ETOUFFER L’INITIATIVE INDIVIDUELLE. Sous la démocratie illimitée actuelle, dans laquelle le gouvernement a le pouvoir conférer des bénéfices matériels spéciaux à des groupes particuliers, il est CONTRAINT D’ACHETER LE SOUTIEN D’UN NOMBRE SUFFISANT D’ENTRE EUX AFIN DE CONSTITUER UNE MAJORITE.

(Ch. XXI, Les effets des finances et des dépenses publiques, p. 216)
Commenter  J’apprécie          50
deuxquatredeux   02 février 2017
La présomption fatale de Friedrich A. Hayek
The curious task of economics is to demonstrate to men how little they really know about what they imagine they can design. To the naive mind that can conceive of order only as the product of deliberate arrangement, it may seem absurd that in complex conditions order, and adaptation to the unknown, can be achieved more effectively by decentralizing decisions and that a division of authority will actually extend the possibility of overall order. Yet that decentralization actually leads to more information being taken into account.
Commenter  J’apprécie          50
paulallan380   28 mars 2020
Pour une vraie concurrence des monnaies de Friedrich A. Hayek
L’idée de priver le gouvernement de son monopole d’émission monétaire ainsi que de son pouvoir de conférer à toute monnaie le cours légal pour le paiement de toute dette a d’abord été avancée ici car les gouvernements ont invariablement et inévitablement abusé grossièrement de ce pouvoir à travers toute l’histoire, et dès lors perturbé gravement les mécanismes d’auto-ajustement du marché. Mais il est possible que couper le robinet qui fournit sans cesse au gouvernement des liquidités additionnelles pour son propre usage apparaisse en outre important pour stopper la TENDANCE INHERENTE D’UN GOUVERNEMENT ILLIMITE A CROITRE INDEFINIMENT, ce qui est devenu pour le futur de la civilisation un danger aussi menaçant que la MEDIOCRITE DE LA MONNAIE QU’IL A PRODUITE. Un coup d’arrêt ne peut être mis au processus d’achat par les gouvernements du soutien de majorités - en accordant des faveurs spéciales à un nombre toujours croissant de groupes pourvus d’intérêts particuliers – que SI LA POPULATION VENAIT A PERCEVOIR QU’ELLE PAIE EN TAXES DEGUISEES […] TOUTE LA MONNAIE QUE LE GOUVERNEMENT EST EN MESURE DE DEPENSER.

(Ch. XXI, Les effets des finances et des dépenses publiques, p. 218)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
paulallan380   21 mars 2020
Pour une vraie concurrence des monnaies de Friedrich A. Hayek
La principale fragilité supposée de l’ordre du marché – la récurrence de périodes de chômage de masse – est toujours désignée par les socialistes ainsi que par d’autres critiques comme un défaut intrinsèque et impardonnable du capitalisme. Cela apparaît en vérité comme LE COROLLAIRE D’INTERVENTIONS GOUVERNEMENTALES visant à EMPECHER LES ENTREPRISES PRIVEES DE S’ETABLIR LIBREMENT POUR OFFRIR UNE MONNAIE APTE A GARANTIR LA STABILITE.

[…] la politique monétaire est bien davantage susceptible de causer plutôt que de remédier à une dépression […]

L’instabilité passée de l’économie de marché résulte du fait que LE REGULATEUR LE PLUS IMPORTANT DES MECANISMES DE MARCHE, à savoir LA MONNAIE, n’a PAS PU ETRE LUI-MEME LE FRUIT D’UN PROCESSUS DE MARCHE.

(Ch. XVIII, La politique monétaire ni souhaitable ni possible, p. 181-182)
Commenter  J’apprécie          40
paulallan380   20 mars 2020
Pour une vraie concurrence des monnaies de Friedrich A. Hayek
[…] les mécanismes auto-accélérateurs de toute inflation causée artificiellement ne sont pas encore compris aujourd’hui, même par certains économistes. La stimulation générale initialement provoquée par une augmentation de la quantité de monnaie est principalement due au fait que les PRIX, et donc les PROFITS, sont PLUS ELEVES QU’ANTICIPES. Toute entreprise semble couronnée de succès, même celle qui devrait sinon faire faillite. Cela ne peut néanmoins durer qu’aussi longtemps qu’une hausse continue des prix n’est pas anticipée de manière générale. Une fois que la population en est consciente, même une hausse continue des prix au même taux n’a plus les effets stimulants qu’elle avait en premier lieu.

La POLITIQUE MONETAIRE fait donc face à un dilemme désagréable. Afin de maintenir le degré d’activité créé par une inflation faible, elle DEVRA ACCELERER LE RYTHME DE L’INFLATION, et perpétuellement, à un taux toujours plus élevé chaque fois que le taux qui prévaut en vient à être anticipé. Si elle échoue à procéder ainsi, en stoppant l’accélération ou en cessant entièrement toute inflation, l’économie sera alors dans un état bien plus piteux qu’au moment où ce processus s’est enclenché. Non seulement l’inflation a PERMIS AUX ERREURS ORDINAIRES DE JUGEMENT, qui normalement sont rapidement corrigées, DE S’ACCUMULER, mais celles-ci devront désormais être toutes liquidées au même moment. En outre, elle aura CAUSE UNE MAUVAISE ALLOCATION DE LA PRODUCTION, poussé des travailleurs et d’autres facteurs de production dans des branches d’activités qui n’auraient pu continuer à exister que si des investissements additionnels, financés par la création monétaire, avaient pu être maintenus.

(Ch. XVII, Plus d’inflation ou de déflation générale ?, p. 173-174)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

la rivière à l'envers tome 2

Pour qui Hannah veut de l'eau de la rivière de Qjar?

son père
son oiseau
sois même
sa famille adoptive
Tomek

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : aventure , littérature jeunesse , documentaireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..