AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.97/5 (sur 268 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Haute-Savoie , le 21/08/1976
Biographie :

Hippolyte, de son vrai nom Frank Meynet, est un auteur de bande dessinée, illustrateur et photographe.

Diplômé de l’école Emile Cohl à Lyon en 2000, il commence par travailler en tant qu’illustrateur pour la presse nationale et la jeunesse puis se lance dans l’ adaptation du Dracula de Bram Stoker en bande dessinée (Glénat) entièrement en carte à gratter, travail pour lequel il reçoit le prix du meilleur album de l'année à la Foire du Livre de Bruxelles en 2004.

Il change alors son fusil d’épaule en passant à l’aquarelle et adapte Le Maître de Ballantraë, pour les éditions Denoël Graphic, chef-d'œuvre réputé inadaptable de Stevenson. Le succès critique est unanime. Viendront ensuite Minik (Aire Libre) et Brako (Sarbacane)

Tour à tour photographe, illustrateur, metteur en scène de théâtre, Hippolyte cherche toujours de nouvelles voies d’expression.

Réalisateur de courts métrages et passionné de photographie, ses récents projets l’ont emmené vers la mise en scène pour le théâtre de marionnettes (Dracula avec la compagnie Zapoï) et le reportage (XXI).

Il collabore également avec le monde de la musique et réalise notamment en 2010 l'habillage visuel du groupe de hip-hop sud africain Tumi And The Volume

Hippolyte vit et travaille depuis 2009 à Saint-Joseph à La Réunion.

Il obtient le Prix jeunesse de la Critique ACBD 2023 pour "Mademoiselle Sophie ou la fable du lion et de l’hippopotame" réalisé avec Vincent Zabus.

site de l'auteur:
http://hippolyte.viewbook.com/

page Facebook:
https://www.facebook.com/franck.hippolyte1

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Hippolyte   (18)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mademoiselle Sophie


Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Mes ancêtres, les ogres d'antan, mangeaient directement les enfants.
Moi, avant de les bouffer je vais les exploiter !
Je suis un ogre
♪♫ civilisé ♪♫
♪♫ ci-vi-li-sééé ♪♫
♪♫ Je recueille des enfants abandonnés, dans mon usine modernisée. ♪♫
Ils fabriquent des jouets immondes pour les enfants de l'autre monde.
♪♫ Je suis un ogre civilisé ! ♪♫
Civilisééé !!!
♪♫ Je capitalise et mondialise. ♪♫
Mais avant de me goinfrer,
♪♫ je dois penser... ♪♫
♪♫ productivité... ♪♫
♪♫ efficacité... ♪♫
♪♫ rentabilité ! ♪♫
(p. 34-35)
Commenter  J’apprécie          110
Les brins d'herbe qui flottent autour de cette forteresse continuent à vivre et pas moi... Pourquoi ?
Je n'ai jamais connu l'amour... Pourquoi ?
Je suis morte et personne ne le sait.
Pourquoi ?
Commenter  J’apprécie          100
Quand un homme fuit son pays, c'est toujours pour trouver une vie meilleure... Mais la route est longue et difficile.
L'exilé s'épuise tant à survivre qu'il en oublie la raison pour laquelle il est parti, ce qu'il cherche et même qui il est.
Il n'est plus qu'un corps qui marche...
Commenter  J’apprécie          90
Je recueille des enfants abandonnés, dans mon usine modernisée. Ils fabriquent des jouets immondes pour les enfants de l'autre monde, je suis un ogre civilisé ! Civilisééé !!! Je capitalise et mondialise. Mais avant de me goinfrer, je dois penser... productivité... efficacité... rentabilité ! (p.34/35)
Commenter  J’apprécie          70
La mémoire d’un génocide est une mémoire paradoxale : plus le temps passe, moins on l’oublie
Commenter  J’apprécie          80
La marque du génocide, ce n'est pas la furie.
C'est le silence. Le témoignage rendu impossible parce que tous ou presque ont été tués.
Ont été tus. Et on ne veut pas, on ne peut pas croire aux récits des rescapés.
Commenter  J’apprécie          70
Du silence. Il n'y avait que du silence et des tués. Les tués ne parlent pas. Il n'y avait plus de mots. Juste ce silence. Epais, lourd. Comment raconter ? La marque du génocide, ce n'est pas de la furie. C'est le silence. Le témoignage rendu impossible parce que tous ou presque ont été tués. Ont été tus. Et on ne veut pas, on ne peut pas, croire aux récits des rares rescapés
Commenter  J’apprécie          50
ON SE REPRÉSENTE TOUJOURS UN CAUCHEMAR COMME UNE CHOSE OBSCURE.
LE NOTRE ÉTAIT LUMINEUX, DÉCOUPÉ AU SCALPEL PAR UN SOLEIL IMPITOYABLE.
Commenter  J’apprécie          60
L'organisation est la condition de la démultiplication du crime.
Le déni, la soupape.
Le génocide est une folie raisonnée.
Quand un crime s'étale sur trois mois de temps, la colère n'explique rien.
Tout était prêt.
Commenter  J’apprécie          50
Pour vous, c'est une guerre de plus en Afrique. Un conflit ethnique. Le mot ethnie n'existe même pas dans notre langue. Ce sont les colons allemands et belges qui nous ont divisés. Diviser pour mieux régner... Vous connaissez la devise ? Tout était en place. (p.33)
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Hippolyte (639)Voir plus

¤¤

{* *} .._..