AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.84 /5 (sur 32 notes)

Né(e) : 1913
Biographie :

En 1913, L'Illustration créera un supplément hebdomadaire d'une trentaine de pages appelé « La Petite Illustration » qui remplacera un fascicule consacré au théâtre « L'Illustration théâtrale ». Cette revue littéraire hebdomadaire publia des centaines de pièces de théâtre et romans inédits, dont beaucoup ne furent jamais réédités. Quelques numéros furent consacrés à la poésie.

Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
gill   26 octobre 2014
La Petite Illustration - Poèmes - de La Petite Illustration
Tout au fond du vieux parc un rond-point gazonné...

Au centre, sur un socle, un faune aux pieds de chèvre,

Qu'après un long effort un lierre a couronné,

Maintient toujours sa flûte à hauteur de sa lèvre.



Au temps où la forêt servait d'asile aux dieux,

Le faune musicien appuyé contre un arbre

Leur dispensait ici ses chants mélodieux,

Mais les dieux sont partis et l'ont laissé de marbre.



Ses dix doigts délicats, nettement arrêtés

En plein essor joyeux de leur danse dernière,

Gardent fidèlement pour les éternités

Dans le pesant pipeau la chanson prisonnière.



Mais les oiseaux des bois se sont pris d'amitié

Pour le chanteur muet qui fut jadis habile,

Et quelquefois, la nuit, l'un d'eux, apitoyé,

Se perche entre ses doigts sur la flûte immobile ;



Et, l'ombre étant complice, on ne peut pas savoir

Si le chant merveilleux que l'écho répercute,

Qui va tout attendrir, qui va tout émouvoir,

C'est de l'oiseau qu'il sort, ou si c'est de la flûte !



Miguel Zamacoïs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
gill   31 mai 2017
Monsieur césarin écrivain public, pièce de miguel zamacoïs. de La Petite Illustration
J'en ai tant vu depuis trente ans dans ce fauteuil !

Ma plume, en rédigeant des milliers de messages,

A tant fouillé de coeurs, démasqué de visages,

Trempé son bec pointu dans tant de sentiments

De flatteurs, d'envieux, d'héritiers ou d'amants,

Que j'ai fait, je crois bien, le tour de l'âme humaine

Du pôle de l'amour au pôle de la haine ! ...
Commenter  J’apprécie          200
gill   07 mars 2016
Les amants de paris, pièce de pierre frondaie. de La Petite Illustration
Mr Pierre Frondaie s'est proposé une double tâche : peindre un tableau de moeurs et composer un nouveau drame de l'amour et de la jalousie.

Mais il aime, avant tout, secouer, dompter son public, par des scènes brutales et pathétiques.

C'est donc à préparer le conflit passionnel et à le faire éclater qu'il a donné tous ses soins ...

(Mr Robert Kemp, de "La Liberté", discerne dans "Les amants de Paris" une double intention )
Commenter  J’apprécie          110
gill   30 janvier 2014
La Petite Illustration - Théâtre - N°197 - La livrée de M. le Comte de La Petite Illustration
Il n'est pas interdit de s'offrir quelques aimables divertissements. Or la pièce du théâtre de l'Avenue en est un, et des plus drôles. On s'est extrêmement amusé, l'autre soir, à "la livrée de M. le comte".

Disons tout de suite que c'est un sujet, un personnage, qui semblent imaginés uniquement pour Mr Jules Berry ; un rôle, enfin, dont la mesure a été aussi bien prise que celle de la livrée.

Jules Berry y est étourdissant de ce naturel, de cette verve exacte, de cette nonchalance philosophique, de ce "chic" de Paris et de cette sentimentalité spéciale en tons sourds qui composent sa manière.....

(A l'occasion de la répétition générale, Mme Gérard d'Houville écrit dans le journal "le Figaro")
Commenter  J’apprécie          90
gill   30 mars 2016
La Petite Illustration de La Petite Illustration
C'est le propre des oeuvres bien écrites que de conserver, à la lecture, tout leur intérêt.

(Robert de Beauplan - La Petite Illustration n° 201 du 18 février 1928)
Commenter  J’apprécie          100
gill   03 février 2014
La tragédie d'alexandre, pièce de paul demasy. de La Petite Illustration
Grande journée pour la Comédie-Française qui a magnifiquement fait accueil à l'un des auteurs dramatiques dont nous sommes le plus fiers et qui en a été justement récompensé par l'expression visible de la satisfaction générale.

Mr Paul Demasy est un des grands remueurs d'idées du théâtre.

Il voit loin. Et il voit grand.

Son esprit sait faire la juste part de l'observation et de la chimère....

Il est l'auteur dramatique moderne dans le sens le plus intelligent du mot.

"La tragédie d'Alexandre" abonde en scènes d'un relief puissant où tout s'anime par la seule vertu d'une langue précise.

(A l'occasion de la répétition générale, Mr Paul Lombard écrit dans le Journal "l'Homme Libre")
Commenter  J’apprécie          80
gill   03 janvier 2014
La Petite Illustration de La Petite Illustration
Beaucoup d'entre eux ont continué à alimenter la production d'après-guerre, mais d'autres talents aussi se sont confirmés ou manifestés, et la liste de nos auteurs habituels s'est élargie et enrichie avec des écrivains comme Paul Raynal, Jean Sarment, Jules Romains, Denys Amiel, Marcel Pagnol, Maurice Bourdet, Paul Geraldy, Lucien Besnard, H.R Lenormand, Jacques Deval, Charles Méré, Alfred Savoir, Édouard Schneider, René Benjamin, Félix Gandéra, Jean-Jacques Bernard, Henri Duvernois, Mme Colette, Léopold Marchand, André Birabeau, Henri Clerc, Paul Demasy, Paul Vialar, Charles Vildrac, Paul Fort, Claude-Roger Marx, Paul Nivoix, Jean Giraudoux, Louis Verneuil, St Georges de Bouhélier, Régis Gignoux, André Lang, Roger Ferdinand, Marcel Achard, Steve Passeur, Jacques Natanson, André-Paul Antoine, Claude-André Puget, Yvan Noé, Andrée Méry, Gaston Sorbets - et ce n'est là qu'une énumération bien incomplète.

Mais il ne semble pas que dans l'héritage dramatique que notre époque léguera aux âges futurs il y ait quelque auteur représentatif qui nous ait échappé.....

(extrait de "les suppléments de théâtre de la Petite Illustration", ajouté en postface du n° 342 de la Petite Illustration parue le 10 mars 1934 et proposant la pièce "Métro" de Patrick Kearney)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
 La Petite Illustration
gill   29 août 2015
La Petite Illustration
Les comédiens du "Français" avaient perdu leur privilège et devenaient de plus en plus suspects.

Ils étaient obligés de remplacer par les appellations de "citoyen" et "citoyenne" les qualifications de "monsieur" et de "seigneur", même dans les pièces en vers.

Pourtant, ils résistaient opiniâtrement, n'hésitant pas à représenter des pièces réactionnaires, comme "l'Ami des lois" de Laya, puis "Paméla ou la vertu récompensée".

L'inévitable se produisit.

Leur théâtre fut fermé, tous les comédiens arrêtés, incarcérés, les hommes aux Madelonnettes et les femmes à Sainte-Pélagie.

Ils auraient été inévitablement guillotinés si un employé du Comité du Salut Public nommé Labussière n'avait, au péril de sa vie, soustrait et détruit leurs dossiers ...

Commenter  J’apprécie          70
gill   07 mars 2014
La Petite illustration théâtrale N° 408 : Eugénie Grandet pièce de Albert Arrault, d'après Balzac. Créée en février 1937 au théâtre de l'Odéon. 13 mars 1937. Revue. 32 pages. (Théâtre, Périodique) de La Petite Illustration
Balzac a décidément de la chance au théâtre depuis quelques temps et semble prendre une revanche posthumes des insuccès dramatiques qui assombrirent sa vie !

Après les glorieuses reprises du "Faiseur" à l'Atelier, de "la Rabouilleuse", hier, à la Comédie, voici que triomphe à l'Odéon, "Eugénie Grandet", une excellente adaptation scénique réalisée par Mr Albert Arrault et où, serrant de près le roman, donnant à chacun de ses personnages un exact et vivant relief, il a composé un drame d'un intérêt constant, d'une progression poignante, un drame dialogué avec une âpre et puissante sobriété.

Il a produit grand effet et fera, je gage, les beaux soirs de l'Odéon pendant bien des soirs !

(à la suite de la répétition générale, Edmond Sée salue avec satisfaction la "renaissance balzacienne" dans le journal "l'Oeuvre")
Commenter  J’apprécie          60
gill   20 février 2015
Jean le maufranc, mystère en cinq actes et neuf tableaux de jules romains. de La Petite Illustration
Le président.- Le remède ? Le voici. Il faut aller à la racine du mal.

La racine du mal c'est le manque de transparence de la société moderne.

La société moderne est quelque chose d'épais, d'opaque.

Les grandes villes font partout des amas louche. La lumière s'arrête ne circule pas.

Le regard de l'autorité entre mal.

L'idéal est une société parfaitement limpide, où le moindre individu peut être suivi de l'oeil, et laisse tout son passé derrière lui, comme une trace toujours visible....
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur