AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.89 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : Roumanie
Né(e) à : Bucarest , le 06/08/1981
Biographie :

Linda Maria Baros est une poétesse, essayiste et traductrice franco-roumaine.

Elle est élève à l’École centrale de Bucarest, ainsi qu'au lycée Victor-Duruy à Paris, avant d'étudier les lettres modernes à l’Université Paris Sorbonne-Paris IV. Elle obtient un doctorat en littérature comparée de l’Université Paris Sorbonne-Paris IV et de l’Université de Bucarest.

Depuis 2011, elle est secrétaire générale du Collège de littérature comparée à Paris et également membre de l’Union des écrivains de Roumanie depuis 2002.

Elle occupe également diverses fonctions au sein de plusieurs revues et de jury littéraires: membre (élue à vie) du jury du prix de poésie prix Guillaume-Apollinaire (depuis 2011) et membre titulaire de l’Académie Mallarmé (depuis mai 2013).

Elle a fait ses débuts littéraires en 1988 dans l’une des revues littéraires bucarestoises les plus connues.

Ses recueils écrits en français ont été très remarqués: "Le Livre de signes et d’ombres" (2004), "La Maison en lames de rasoir" (2006).
En 2020, elle a publié "La nageuse désossée, légendes métropolitaines" (Le Castor Astral).

Linda Maria Baros publie de la poésie, des notes de lecture et des traductions dans des nombreux revues. Elle a traduit plus de 30 livres en français ou en roumain. Ses poèmes ont été traduits et publiés dans 31 pays.

À Paris, où elle vit depuis de nombreuses années, elle dirige la revue internationale de poésie et art visuel "La Traductière" (depuis mai 2013) et le Festival franco-anglais de poésie (2013).

Linda Maria Baros est la lauréate du prix Guillaume-Apollinaire 2007 pour "La Maison en lames de rasoir" et du Prix de la Vocation en poésie 2004 pour "Le Livre de signes et d’ombres".

son site : http://www.lindamariabaros.fr/

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
 Linda Maria Baros
alzaia   31 août 2014
Linda Maria Baros
La poésie est une machine à hacher par-dedans les labyrinthes et les distances. Et les mots qui la composent - des signes de reconnaissance pour ceux qui cherchent à voir en deçà de l’ordre des choses. Autrement dit, la poésie ressemble à un énorme haut-parleur qui fait ressortir, des couches fossiles de l’âme humaine, l’énergie intarissable de la tornade du premier battement de cœur. Aussi une guérilla poétique, fondée sur le talent, l’enthousiasme et la force des poètes francophones, peut-elle toujours lutter contre la réalité en détresse du monde moderne, afin d’anéantir le culte du banal, l’écriture à profil people, les préjugés, l’immobilisme et les lieux communs. Mais pour que la poésie se change en machine de guerre, il faut que sa descente dans le quotidien soit frappante, il faut qu’elle décoiffe ! J’ai toujours cru qu’un véritable commando poétique a le courage et la vigueur nécessaire pour donner un nouveau visage à la littérature, pour remuer la vie de l’intérieur et pour dévoiler un monde où l’on peut vivre sans devoir enfiler tous les jours une chemise de kevlar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
alzaia   01 septembre 2014
Le livre de signes et d'ombres de Linda Maria Baros
A -



Toutes ces choses peuvent et ne peuvent être vues.

Puisque, entre ce qui se voit

et ce qui ne se voit pas,

il y a le grand livre des signes,

de marches et de barrières.

Réunies, ses lignes de force tiennent

d'un ancien art de l'immortalité.

On dit que celui qui le lit, peut déchiffrer les signes.



C'est alors que vient un petit fonctionnaire

- un parmi ceux qui s'affairent sous terre -

et lève lentement, lentement, la barrière.
Commenter  J’apprécie          80
alzaia   01 septembre 2014
Le livre de signes et d'ombres de Linda Maria Baros
Z





Tu as cru que toutes ces choses, peuvent et ne peuvent être vues.

Puisque ce qu'on voit,

tout comme l'univers dans son expansion,

s'ourdit dans ce qui ne se voit pas.

Entre elles, se fend une ligne effilé, introuvable

(que tu espérais dénouer avec les arcanes

de ce Livre de signes et d'ombres).

Une ligne aussi étroite que le chemin, que les entrailles

d'entre les mots et les non-mots.



Tu l'as cru.



Mais voilà qu'arrive un petit fonctionnaire

- un parmi ceux qui s'affairent sous terre -

et abaisse lentement, lentement, la barrière.



C'est une nouvelle barrière,

dont personne ne connaissait l'existence.

On l'a extraite d'un gisement la nuit dernière.
Commenter  J’apprécie          70
alzaia   01 septembre 2014
Le livre de signes et d'ombres de Linda Maria Baros
Celui qui avale sa langue

au nom du silence des cendres, lui, il le sait trop bien

- maudit soit son oubli !

(les mères le pleurent dans la chambre noire.)

Il s'égare pour un instant parmi les maîtres sibériens de la peur :

leurs cendres, comme une buée,

nous ramassent tous dans un petit monceau.

Le bâillon, la muselière, son filet diamantin.

Dans leurs tenailles, on dirait quelques

feux rapportés des montagnes,

rien ne brûle plus.

Parce que la langue est dorénanvant une épée,

qui se retourne en dedans.



Mais cela n'est qu'illusion :

Celui qui te déchire, tu le sais maintenant pour toujours,

ne te défend pas.

Commenter  J’apprécie          70
alzaia   01 septembre 2014
Le livre de signes et d'ombres de Linda Maria Baros
Celui qui s'arrache la langue

et la jette aux chiens,

au nom des grands mots,

au nom des mots enterrés, lui, il le sait.

Il prépare son corps

pour un rituel primitif.

Juste ce qu'il faut pour être hissé

dans la crémaillère du sternum.



Mais cela n'est qu'illusion.

Celui qui te déchire, ne te défend pas.
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   14 septembre 2017
L'autoroute A4 et autres poèmes de Linda Maria Baros
SDF





Les vieux, les grands enfants de la ville rampent à plat ventre,

     ils entrent dans leur maison de carton, sur les trottoirs,

     et grouillent dans les recoins,

     comme s’ils voulaient déjà se faire une place sous

                                             la terre.

Ils se traînent sur une bouche de canalisation embuée

(c’est ainsi qu’ils renforcent leurs liens avec les profondeurs),

     comme des poules géantes

     qui couvent leurs fleurs, la moisissure.



Les grands, les vieux enfants de la ville rampent à plat ventre

     et crachent dans le whitman de la rue

                              comme dans une soupe.



Le dieu des canalisations les enveloppe

     soigneusement dans un nuage, comme des anges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   14 septembre 2017
La maison en lames de rasoir de Linda Maria Baros
D’amour et de cyanure !





Ne m’appelle pas chez toi, dans ta mansarde,

tournant ‒ comme un écervelé tournant ! ‒

     les boutons de la cuisinière,

          pour te défaire une fois pour toutes

     des hurlements des vieux loups du four,

          de leurs poils mués,

          qui te poussent sans cesse sur les bras,

          la nuit, comme des furoncles, alors que tu éteins

               les cigarettes profondément dans ta chair.



Ne m’appelle pas chez toi, dans ta mansarde,

fendant ‒ comme un écervelé fendant ! ‒

     entre les barreaux du lit,

     dans la porte, sous la botte,

          ton tibia et ton péroné

     ‒ je les entends craqueter dans mon portable ‒,

          comme si tu fendais

     le vieux fusil de chasse de ton père,

     trop poisseux pour que tu puisses le charger à nouveau,

          après qu’il se fut brûlé la cervelle

          et, pris de spasmes, qu’il eut cassé ta porte

                              à coups de pied.



Ne m’appelle pas chez toi, dans ta mansarde,

                              puisque j’y viendrai !

     Et je m’arracherai le cœur de la poitrine,

          je l’entaillerai avec les dents

          et je le saupoudrerai de sel

               extrait avec une rivelaine

               de mes glandes lacrymales

          et je le jetterai,

     comme l’on jette une meule,

     pour qu’il brise ton tibia et ton péroné,

               ‒ en de menus morceaux ! ‒,

     pour qu’il entasse profondément dans le four

               ton souffle d’ammoniaque

     et pour qu’il fende à jamais

               ta tête de bête sauvage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649   14 septembre 2017
L'autoroute A4 et autres poèmes de Linda Maria Baros
Les enfants passés au tamis





Extrait 2/2



J’ai vécu parmi les enfants de la rue

       qui inhalent de la colle, livides

     comme quelques grosses pierres bercées

         par les filets de l’éther,

     que le tamis fait tourner dans le concasseur,

                               dans les égouts.



C’est pour toi que j’ai hurlé à la croisée des chemins, hissée

     ‒ sur quelque raclage hissée ‒

          dans les fourches des barbeaux.

Je me suis laissé voler par les casseurs, par les magouilleurs,

dans le vacarme des cuillères grandes comme des pelles,

          qui tintaient dans les gamelles.



J’ai erré à travers les troquets

     qui sentaient le gaz, le chipset brûlé, le réseau,

je me suis frottée aux pyramides de vodka

     et aux mains de tes grands hommes

‒ comme un chat qui se frotte au manuel d’électricité ‒,

     ils ont aussi empourpré mon autre joue,

          sans cesse leurs doigts ont heurté ma côte

     et ils ont coupé mon cœur en quatre,

     en riant, « parce que les auras des saintes sont ainsi »,

et ils m’ont passée au tamis

     en même temps que tes autres enfants,

     ils m’ont mis le bâillon d’autres paroles.



En ton nom, j’ai caché, comme une ordure,

          dans mes poches, parmi les hardes,

     les rats vigoureux de la trahison.

J’ai nourri, c’est avec ma chair

     que j’ai nourri le pitbull du cachot.

J’ai pleuré, quand tu grattais la terre avec les ongles,

     tout comme les chevaux aux yeux arrachés.



Oui, c’est pour toi que je suis entrée en force dans ce monde

     comme une vague de sang

qui ne retrouve plus son chemin vers le cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649   14 septembre 2017
L'autoroute A4 et autres poèmes de Linda Maria Baros
À travers les jardins se rompt l’automne…





À travers les jardins se rompt l’automne.

     (Léthargique

     et grinçant de ses vieilles artères,

     au-dessous craquette l’asphalte. Il siffle.

     L’automne lui a enfoncé ses couteaux

                         dans les poumons.)



Comme des voyageurs abouliques,

               les tranchants de l’automne,

     ‒ tu les vois racler, chemin faisant,

                    la crinière de la forêt,

     entailler ta chambre, aux poignets des murs,

          là où se nouent les névroses

          qui se heurtent, se brisent, zézayent.

Avec leurs ongles aiguisés,

          ils frappent longuement à ta fenêtre.

Et s’envolent du ventricule gauche

     en emportant la penthrite et le vacarme et les visages

     développés dans la chambre noire de ton cœur,

     parmi lesquels tu ne te retrouves plus,

          comme dans l’étincelle du retard,

                                de la hache.



Tu te verrouilles à double tour. Tu te tais.

À travers les jardins se rompt l’automne. Et il craquette.



Des poètes inconnus passeront longtemps dans la Seine.

Et sur le tard on les repêchera avec des gaffes d’acier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649   14 septembre 2017
L'autoroute A4 et autres poèmes de Linda Maria Baros
Les chevaux de mine





La maison qui t’a nourri te racontait peut-être,

la nuit, l’histoire des chevaux de mine :



Les chevaux de mine naissent et vivent dans les profondeurs ;

c’est entre les murs de la galerie que se trouve leur maison,

                                        leur table.

C’est là qu’ils se nourrissent d’énormes quartiers d’obscurité,

de houille.

     Ils se nourrissent à tâtons, à la lumière des lampes.

Et, comme des forçats, ils tirent aveuglement les wagonnets.

     Ils charrient encore et toujours,

                        tant que dure la vie d’un cheval.

     Ils charrient la lumière à la surface.



Mais eux, à la surface, dans la lumière, ils ne peuvent

                                        pas vivre,

même pas à la retraite, quand on les libère de la mine.

     Puisqu’ils sortent dans le monde les yeux bandés.

          L’obscurité collée au front.



Et c’est comme ça qu’ils vivent encore un peu, dociles.

     Les brises et les arômes les font frémir,

          dans le hangar délabré, dans la cour de la mine.

     Les yeux bandés,

jusqu’à ce qu’ils descendent à nouveau dans les profondeurs.



Leur maison est à jamais l’obscurité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Merveilles à dire ou à chanter !

En sortant de l’école / nous avons rencontré / un grand chemin de fer / qui nous a emmenés / tout autour de la terre / dans un wagon doré… est un poème de Jacques Prévert qui a été chanté par :

Charles Trenet et les frères Jacques
Mireille et Jean Nohain
Yves Montand et Renan Luce
Gilbert Bécaud et Alain Souchon

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thèmes : poèmes , chanson , musiques et chansonsCréer un quiz sur cet auteur