AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.23 /5 (sur 188 notes)

Nationalité : France
Biographie :

La Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées, est un établissement public issu de la fusion de la Réunion des musées nationaux ou RMN et du Grand Palais dont l'objet est la gestion et la valorisation de 34 musées nationaux et de leurs collections, ainsi que du Grand Palais des Champs-Élysées à Paris. Il est placée sous la tutelle du ministère de la Culture, plus spécialement exercée par le Service des Musées de France (SMF).

Elle a été initialement créée en 1896, sous l'impulsion de Raymond Poincaré et de Georges Leygues pour procéder à l'acquisition d'œuvres d'art destinées à enrichir les collections nationales. Elle acquiert le statut d’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) par le décret du 14 novembre 19902. L'établissement est doté aujourd'hui de trois nouvelles missions : l'accueil du public, l'organisation d'expositions temporaires et la diffusion culturelle autour de ces expositions et des collections permanentes des musées.

La RMN-Grand Palais est l'un des premiers éditeurs d'art en Europe : dans le cadre des expositions temporaires et des événements culturels, la Réunion des musées nationaux édite et diffuse des catalogues, livres, produits dérivés et produits d'art.

Elle promeut également les collections permanentes en éditant des guides de musées et autres supports d'aide à la visite, papier, audiovisuel et multimédia. La RMN-Grand Palais diffuse l'ensemble de ses produits éditoriaux et commerciaux grâce à un réseau de plus de quarante boutiques et comptoirs de vente de musées, à Paris et en région.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Présentation de l'exposition Cézanne au Musée du Luxembourg (12/10/2011-26/02/2012)
Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
Lorraine47   21 décembre 2013
La Petite Encyclopédie des religions de Réunion des musées nationaux
Appelé menora, le chandelier à sept branches brillait dans le temple de Salomon. Il fut emporté par les Romains en 70 et reste aujourd'hui le symbole du temple disparu.
Commenter  J’apprécie          120
michfred   26 février 2017
Chillida de Réunion des musées nationaux
La sculpture de Chillida incite à réduire l'écart que le langage creuse entre l'esprit et le monde; à oublier le rêve platonicien sur les formes, ce leurre qui malgré Alberti, Piero, San Gallo, Palladio, a troublé tant d'esprits de Botticelli à Delacroix, et depuis encore; à écouter plutôt la voûte romane.

Yves Bonnefoy
Commenter  J’apprécie          100
nadiouchka   10 juin 2016
Picasso Cézanne de Réunion des musées nationaux
Célébrer les regards parallèles de deux géants de la peinture moderne sur des lieux de beauté et de paix. Pénétrer à pas feutrés dans un château qui, cinquante ans plus tard, garde la mémoire d’années de création, de recherche et d’amour… C’est ce privilège que nous offrent, en cet été 2009, la Réunion des musées nationaux et le musée Granet, qui ont eu l’idée de rechercher, dans l’œuvre provençale de Picasso, les traces d’un de ses inspirateurs, Paul Cézanne. Cette exposition est également l’occasion de célébrer l’exceptionnelle ouverture au public du château de Vauvenargues, théâtre sauvage et lumineux de cette rencontre.

P.17

Commenter  J’apprécie          80
Musardise   08 mars 2015
Bohèmes - De Léonard de Vinci à Picasso de Réunion des musées nationaux
En 1891, Casas et Rusiñol peignirent chacun un portrait de leur ami commun Erik Satie en qui ils voyaient la quintessence de la bohème montmartroise. Avant d'atteindre la notoriété grâce à ses compositions musicales, Satie accompagnait au piano le chansonnier Vincent Hyspa dans divers cabarets dont le Chat-Noir. C'est là qu'il jouait ses « Trois Gymnopédies » dont le style tranchait avec la banalité des mélodies de café-concert. Second pianiste au Chat-Noir, il devint bientôt le directeur musical du théâtre d'ombres d'Henri Rivière. Satie vivait dans une extrême pauvreté à Montmartre, où il devait se contenter d'un minuscule logement rue Cortot. Rusiñol l'a représenté au coin du feu, dans une pièce ornée de lithographies et de dessins simplement punaisés au mur. Il y incarne l'artiste bohème, condamné à poursuivre son œuvre personnelle dans la misère et la solitude. De même, le grand tableau de Casas intitulé « Le Bohémien » ou « Le Poète de la Butte » donne à voir un Erik Satie solitaire dans la grisaille hivernale de Montmartre, avec, au second plan, le Moulin à poivre.



"Montmartre, une académie de la bohème" par Nienke Bakker, p. 303
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Musardise   08 mars 2015
Catalogue bohèmes-09/2012 de Réunion des musées nationaux
Peindre la bohème romantique, c'est mettre sous les yeux des visiteurs des Salons et des collectionneurs de tableautins un lieu commun de la vie littéraire, c'est répondre au goût du public pour le « genre artiste », c'est accréditer une légende faite de liberté, de marginalité, et aussi de dandysme. Le grand secret, c'est que tous les bourgeois se sentent « bohèmes ».



« Vrais et faux enfants de la bohème. Construction d'un mythe romantique » par Adrien Goetz, p.210
Commenter  J’apprécie          70
raynald66   09 janvier 2014
Toulouse-Lautrec & l'affiche de Réunion des musées nationaux
Jane Avril (1893)

Lorsque Jane Avril se produit au Jardin de Paris, c'est tout naturellement Lautrec qui fait l'affiche. D'après Maurice Joyant, ami et biographe de Lautrec, Jane danse "comme une orchidée en délire". Le mouvement de la danseuse est souligné par le motif décoratif de la contrebasse au premier plan.

Lautrec adore les estampes japonaises., notamment celles d'Hokusai et d'Utamaro, et l'on peut voir leur influence sur cette affiche.
Commenter  J’apprécie          70
Musardise   08 mars 2015
Catalogue bohèmes-09/2012 de Réunion des musées nationaux
En 1891, Casas et Rusiñol peignirent chacun un portrait de leur ami commun Erik Satie en qui ils voyaient la quintessence de la bohème montmartroise. Avant d'atteindre la notoriété grâce à ses compositions musicales, Satie accompagnait au piano le chansonnier Vincent Hyspa dans divers cabarets dont le Chat-Noir. C'est là qu'il jouait ses « Trois Gymnopédies » dont le style tranchait avec la banalité des mélodies de café-concert. Second pianiste au Chat-Noir, il devint bientôt le directeur musical du théâtre d'ombres d'Henri Rivière. Satie vivait dans une extrême pauvreté à Montmartre, où il devait se contenter d'un minuscule logement rue Cortot. Rusiñol l'a représenté au coin du feu, dans une pièce ornée de lithographies et de dessins simplement punaisés au mur. Il y incarne l'artiste bohème, condamné à poursuivre son œuvre personnelle dans la misère et la solitude. De même, le grand tableau de Casas intitulé « Le Bohémien » ou « Le Poète de la Butte » donne à voir un Erik Satie solitaire dans la grisaille hivernale de Montmartre, avec, au second plan, le Moulin à poivre.



"Montmartre, une académie de la bohème" par Nienke Bakker, p. 303
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Musardise   08 mars 2015
Bohèmes - De Léonard de Vinci à Picasso de Réunion des musées nationaux
L'artiste au XIXème siècle a souvent été présenté comme un déclassé et un solitaire et les assimilations ont joué avec la figure du bohémien, du saltimbanque, du vagabond ou de la prostituée. Cette image dévalorisée est issues des transformations sociales et des mutation économique qui ont frappé cette catégorie au XIXème siècle. La transition difficile du régime de la communauté professionnelle à celui de la singularité du génie, du choix rationnel d'un métier au mythe de la prédestination, constitue l'un des arguments les plus fréquemment utilisés dans les romans sur l'art : l'artiste était présenté comme une figure marquée par l'indétermination de sa position économique et de son rôle social, comme un individu naturellement torturé, destiné à lutter obstinément contre l'adversité et dont la carrière devait nécessairement s'achever dans le renoncement, l'échec, le désespoir, la folie ou le suicide. C'est poncifs ont en grande partie façonné l'image que certains artistes ont choisis de présenter au public.



"Portrait de l'artiste en bohémien" par Alain Bonnet, p.244
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Alzie   11 août 2015
Maîtres de l'eau forte des 16ème et 17ème siècles de Réunion des musées nationaux
Le champ de blé

Jacob van Ruisdael incarne l'art du paysage hollandais au XVIIe siècle. En comparaison de sa prodigieuse production de peintures, son oeuvre gravé est réduit : treize eaux-fortes seulement mais qui se classent parmi les plus belles de l'école hollandaise. Ses planches fascinantes furent profondément influencées par Buyteweck, Segers et les Van de Velde ; on note également l'empreinte de Cornelis Vroom sur le jeune Ruisdael dans le Champ de blé de 1648 et dans les Trois chênes de 1649.

Jacob van Ruisdael, Haarlem 1628-1629 - Amsterdam 1682

Ecoles hollandaire et flamande

Commenter  J’apprécie          60
clude_stas   24 septembre 2014
Niki de Saint Phalle : Catalogue 09/14 de Réunion des musées nationaux
J'ai décidé très tôt d'être une héroïne. Qui serais-je ? George Sand ? Jeanne d'Arc ? Un Napoléon en jupons ? Qu'importe ce que je serais ! L'important était que ce fut difficile, grand, excitant !
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Réunion des musées nationaux (301)Voir plus


Quiz Voir plus

Quiz de printemps 2020 !

♪♪ Au printemps au printemps / Et mon coeur et ton coeur / Sont repeints au vin blanc ...

Georges Brassens
Jacques Brel
Jean Ferrat
Pierre Perret

10 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : dictons , citations philosophiques , Chansons françaises , poésie , peinture , littérature françaiseCréer un quiz sur cet auteur
.. ..