AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 75 notes)

Nationalité : Iran
Né(e) à : Shiraz , le v. 1210
Mort(e) le : 1291/1292
Biographie :

Abū-Muḥammad Muṣliḥ al-Dīn bin Abdallāh Shīrāzī mieux connu sous le nom de Saadi ou Sadi (en persan : سعدی) est considéré comme l'un des plus grand poètes et l'un des plus grands conteurs, persans de la période médiévale.

Tributaire d'une enfance pauvre et difficile, il quitte sa ville natale très jeune pour se rendre à Bagdad afin d'obtenir une meilleure éducation. Il est admis à l'université de al-Nizamiyya (1195 – 1226) où il excelle dans les Sciences Islamiques, le droit, l'Histoire, la littérature arabe et la théologie.

Les conditions instables suivant l'invasion mongole de Khwarzim et de l'Iran l'amenèrent à pérégriner pendant une trentaine d'années en Anatolie (il visita le port d'Adana et rencontra des propriétaires Ghazi près de Konya), en Syrie (il mentionne la famine à Damas), en Égypte (de sa musique et ses bazars, de l'élite et des religieux), en Irak (le port de Basra et le Tigre). Il fait aussi référence au Sindh (Pakistan), à l'Inde (précisemment Somnath où il rencontre des brahmanes) et à l'Asie centrale où il rencontre des survivants de l'invasion mongole.

Il fit également les pèlerinages à la Mecque, la Medina et à Jérusalem. Il voyagea entre 1271 et 1294. A cause de la domination mongole, Sadi vécut dans des régions désertes, rencontra des caravanes se protégeant tant bien que mal dans des lieux parfois très hostiles.

Capturé par les armées des Croisades à Acre, il resta esclave sept années durant.Il fut libéré par les Mamelouks.

Lorsqu'il réapparu à Shiraz, sa ville natale, les années avaient passé. Elle était devenue paisible sous Atabak Abubakr Sa'd ibn Zangy (1231 – 1260) et Saadi fut considéré et respecté par la plupart des habitants. En remerciement, il prit son nom d'écrivain en hommage à Sa'd ibn Zangy. Il écrivit de nombreux poèmes et semble être resté à Shiraz jusqu'à sa mort.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
 Saadi
Nastasia-B   25 février 2014
Saadi
À chaque instant qui passe, s'exhale un soupir de notre vie. Et lorsque nous nous en avisons, il n'en reste que bien peu.



(Har dam az omr miravad nafasi

Tchon negah mikonam namanda basi.)
Commenter  J’apprécie          700
 Saadi
Nastasia-B   22 février 2014
Saadi
Ou bien l'honnêteté n'existe plus de par le monde ou bien personne, à l'heure actuelle, ne répond à ses exigences. Tous ceux à qui j'ai appris à décocher leurs flèches ont toujours fini par me choisir pour cible.
Commenter  J’apprécie          632
 Saadi
milamirage   09 février 2014
Saadi
L'excès de sévérité produit la haine.

L'excès d’indulgence affaiblit l'autorité.

Sachez garder le milieu et vous ne serez exposés ni au mépris ni aux outrages.
Commenter  J’apprécie          370
Heleniah   04 avril 2013
Le Jardin de roses de Saadi
On demandait à un vieillard pourquoi il ne se mariait pas. Il répondit qu'il n'aimait pas les vieilles femmes.

"Mais, lui dit-on, riche comme vous êtes, il vous sera aisé d'en choisir une jeune.

- Si je n'ai pas de goût pour les vieilles, répliqua-t-il, croyez-vous que les jeunes en auront beaucoup pour moi qui suis vieux ?"
Commenter  J’apprécie          180
mariech   08 août 2014
Le Jardin des Fruits: Histoires édifiantes et spirituelles de Saadi
La pluie affecte t-elle le malheureux qui se noie ?
Commenter  J’apprécie          160
nawel2626   30 janvier 2014
Le Jardin des Fruits: Histoires édifiantes et spirituelles de Saadi
Ne te lance pas sur l'océan de l'amour. Mais, si tu tentes l'aventure, sois hardi et plonge jusqu'au fond de ses gouffres.
Commenter  J’apprécie          140
GrandGousierGuerin   15 octobre 2013
Le Jardin des Fruits: Histoires édifiantes et spirituelles de Saadi
Ne pleure pas sur les morts, qui ne sont plus que des cages dont les oiseaux sont partis.
Commenter  J’apprécie          130
ConfidencesLitteraires   27 mars 2017
Gulistan, contes persans de Saadi
Le Respect du maître

Un homme, qui excellait dans l’art de la lutte, maîtrisait trois cent-soixante prises et en présentait de nouvelles chaque jour. Il admirait particulièrement la beauté de l’un de ses élèves à qui il enseigna chacune de ses prises, à l’exception d’une seule. Bientôt, le jeune homme avait acquis tant de puissance et de légèreté que personne ne pouvait se mesurer à lui.

Un jour, il en vint même à dire au roi : « Je respecte mon maître pour son âge et pour ce qu’il m’a enseigné mais je ne suis pas moins fort que lui et mes talents égalent les siens. » Le roi, mécontent de tant d’arrogance, ordonna au maître et à l’élève de lutter ensemble. On choisit un vaste espace, les grands de l’Etat et les courtisans s’y pressèrent. Le jeune homme chargea à la manière d’un éléphant furieux avec un élan tel qu’il aurait pu arracher une montagne de fer.

Mais le maître, qui le savait plus fort que lui, l’attaqua avec cette prise qu’il s’était gardé de lui apprendre : le jeune homme ne put la parer. Le maître le souleva de terre, le porta au-dessus de sa tête et le jeta au sol.

Une clameur s’éleva de la foule. Le roi ordonna qu’on apporte une robe d’honneur et d’autres présents au maître, et réprimanda ainsi son élève : « Tu prétendais pouvoir battre ton maître mais tu as échoué. » Le jeune homme répondit : « Sire, il ne m’a pas vaincu par la force. Il m’a caché l’existence d’une prise grâce à laquelle il l’a emporté sur moi aujourd’hui. » Le maître dit : « Je l’avais gardée pour une occasion comme celle-ci car les sages ont dit : ‘‘Ne donne pas à un ami assez de force pour te nuire s’il devient un jour ton ennemi.’’ Ne connais tu pas les mots du maître qui fut malmené par celui qu’il avait éduqué : Soit la fidélité n’est pas de ce monde, soit personne ne la pratique aujourd’hui. Chaque élève à qui j’ai enseigné l’art du tir à l’arc a fini par me prendre pour cible. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Marcellina   07 avril 2017
Gulistan, contes persans de Saadi
Ne donne pas à un ami assez de force pour te nuire s'il devient un jour ton ennemi.
Commenter  J’apprécie          110
Acerola13   08 juillet 2013
Le Jardin des Fruits: Histoires édifiantes et spirituelles de Saadi
Le papillon préfère se brûler à la torche plutôt que vivre dans les ténèbres.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Merveilles à dire ou à chanter !

En sortant de l’école / nous avons rencontré / un grand chemin de fer / qui nous a emmenés / tout autour de la terre / dans un wagon doré… est un poème de Jacques Prévert qui a été chanté par :

Charles Trenet et les frères Jacques
Mireille et Jean Nohain
Yves Montand et Renan Luce
Gilbert Bécaud et Alain Souchon

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : poèmes , chanson , musiques et chansonsCréer un quiz sur cet auteur