AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 158 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 06/06/1619
Mort(e) à : Sannois, Val-d'Oise , le 28/07/1655
Biographie :

Hercule Savinien Cyrano de Bergerac est un écrivain français.

Poète et libre-penseur, contemporain de Boileau et Molière, il signe ses écrits de noms plus ou moins imaginaires qu’il rattache au sien. Cyrano n’est pas gascon : le Bergerac dont il prend le nom est une terre possédée par sa famille, dans la vallée de Chevreuse sur la commune de Saint-Forget (Yvelines). C’est de 1638 que daterait l’ajout de "de Bergerac", peut-être quand il rejoint les Cadets de Gascogne.

L'écrivain est surtout connu aujourd'hui pour sa comédie "Le Pédant joué" (1633) et pour son "Histoire comique des États et Empires de la Lune" (1657), première partie de L’autre monde. Cette œuvre, L’autre monde, révèle sa connaissance expérimentale de l’alchimie. Le célèbre alchimiste Fulcanelli le qualifie et l’honore en ces termes : "Le plus grand philosophe hermétique des temps modernes…"

Auteur d'une œuvre audacieuse et novatrice, qui l'inscrit dans le courant libertin de la première moitié du XVIIe siècle, il est connu aujourd'hui du grand public pour avoir inspiré à Edmond Rostand l'une des pièces les plus populaires du théâtre français, et la plus célèbre de son auteur,
"Cyrano de Bergerac" (1897), qui, tout en reprenant des éléments de la biographie du poète, s’en écarte par de nombreux aspects.

Il est inhumé dans l’église de Sannois.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Cyrano de BERGERAC – Introduction au Voyage dans la Lune (France Culture, 1971) L’émission « Un livre, des vois », par Bronislav Horowicz et Pierre Sipriot, diffusée le 19 février 1971 sur France Culture. Invité : Michel Rouze.


Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
 Savinien de Cyrano de Bergerac
Nastasia-B   04 septembre 2013
Savinien de Cyrano de Bergerac
Eh ! par la mort, Monsieur le Coquin, je trouve que vous êtes bien imprudent de demeurer en vie, après m'avoir offensé ! Vous qui ne tenez lieu de rien au monde, ou qui n'êtes au plus qu'un clou aux fesses de la Nature ; vous qui tomberez si bas, si je cesse de vous soutenir, qu'une puce, en léchant la terre, ne vous distinguera pas du pavé ; vous enfin, si sale et si puant qu'on doute en vous voyant si votre mère n'a point accouché par le derrière.



(à propos de d'Assoucy), Œuvres, édition P. Lacroix, tome II, 1858.
Commenter  J’apprécie          614
 Savinien de Cyrano de Bergerac
Nastasia-B   04 décembre 2013
Savinien de Cyrano de Bergerac
Si les coups de bâton s'envoyaient par écrit, vous liriez ma lettre des épaules ; et ne vous étonnez pas de mon procédé, car la vaste étendue de votre rondeur me fait croire si fortement que vous êtes une terre, que de bon cœur je planterais du bois sur vous, pour voir comment il s'y porterait. Pensez-vous donc qu'à cause qu'un homme ne saurait vous battre tout entier en vingt-quatre heures, [...] je me veuille reposer de votre mort sur le bourreau ? Non, non.



(N. B. : il s'agit de la véritable lettre de Cyrano de Bergerac à Montfleury qui inspira à Edmond Rostand sa fameuse scène du théâtre dans sa pièce. Il est à noter qu'il s'agissait d'une lettre et que Rostand en fait une joute verbale directe.)
Commenter  J’apprécie          541
peloignon   01 mars 2013
Les États et Empires de la Lune et du Soleil de Savinien de Cyrano de Bergerac
[A]fin que vous sachiez pourquoi en ce pays tout le monde a le nez grand, apprenez qu’aussitôt que la femme est accouchée, la matrone porte l’enfant au Prieur du Séminaire; et justement au bout de l’an les experts étant assemblés, si son nez est trouvé plus court qu’à une certaine mesure que tient le Syndic, il est censé camus, et mis entre les mains des gens qui le châtrent. Vous me demanderez la cause de cette barbarie, et comme il se peut faire que nous chez qui la virginité est un crime, établissons des continences par force? Mais sachez que nous le faisons après avoir observé depuis trente siècles qu’un grand nez est le signe d’un homme spirituel, courtois, affable, généreux, libéral, et que le petit est un signe du contraire.
Commenter  J’apprécie          340
Nastasia-B   23 décembre 2013
Le Pédant Joué de Savinien de Cyrano de Bergerac
CHÂTEAUFORT : Il est vrai, Dieu me damne, que votre fille est folle de mon amour. Mais quoi ! c'est mon faible de n'avoir jamais pu regarder une femme sans la blesser. La petite gueuse toutefois a si bien su friponner mon cœur, ses yeux ont si bien su paillarder ma pensée, que je lui pardonne quasi la hardiesse qu'elle a prise de me donner de l'amour.



Acte I, Scène 1.
Commenter  J’apprécie          300
Nastasia-B   30 décembre 2013
Le Pédant Joué de Savinien de Cyrano de Bergerac
GRANGER LE JEUNE : Voyez un peu comme on devient riche à force de boire : je pensais n'avoir qu'une maison tantôt, j'en vois deux maintenant.



Acte IV, Scène 8.
Commenter  J’apprécie          300
 Savinien de Cyrano de Bergerac
colimasson   15 février 2013
Savinien de Cyrano de Bergerac
Déjà vos jambes et votre tête se sont tellement unies par leur extension à la circonférence de votre globe que vous n’êtes plus qu’un ballon.
Commenter  J’apprécie          250
 Savinien de Cyrano de Bergerac
Titou483   19 juillet 2018
Savinien de Cyrano de Bergerac
Une heure après la mort, notre âme évanouie

Sera ce qu'elle était une heure avant la vie...
Commenter  J’apprécie          220
Nastasia-B   22 décembre 2013
Le Pédant Joué de Savinien de Cyrano de Bergerac
GRANGER : Il est vrai qu'à l'âge où vous êtes n'avoir point de barbe, vous me portez la mine d'être, de même que le phénix, incapable d'engendrer. Vous n'êtes ni masculin, ni féminin, mais neutre.



Acte I, Scène 1.
Commenter  J’apprécie          210
Nastasia-B   31 décembre 2013
Le Pédant Joué de Savinien de Cyrano de Bergerac
GRANGER : Il serait bon, ce me semble, d'avoir tout prêts des lieux communs pour chaque passion que je voudrai vêtir. Il faudra faire éclater, selon que je serai bien ou mal reçu, le dédain, la colère ou l'amour.

Ça donc, pour le dédain :

" Quoi, tu penserais que tes yeux eussent féru ma poitrine au défaut de la cuirasse ? Non, non, tes traits sont si doux qu'ils ne blessent personne. Quoi, je t'aurais aimé, chétif égout de concupiscence, vase de nécessité, pot de chambre des affamés ! Hélas, petite gueuse, regarde-moi seulement, adore et te tais. "

Pour la colère :

" Ô trois et quatre fois Mégère impitoyable, puisse le Ciel en courroux ébouler sur ton vertical des hallebardes au lieu de pluie ! Puisses-tu boire autant d'encre que ton amour m'a fait verser de larmes ! Puisses-tu cent fois le jour servir aux chiens de muraille pour pisser ! Enfin, puisse la destinée tisser la trame de tes jours avec du crin, des charbons et des étoupes ! "

Pour l'amour :

" Soleil, principe de ma vie, vous me donnez la mort, et déjà je ne serais qu'une ombre vaine et gémissante qui marquerait de ses pas la rive blême de l'Achéron, si je n'eusse redouté de faire périr en moi votre amour, qui ne doit pas moins vivre que sa cause. Peut-être, ô belle tigresse, que mon chef neigeux vous fait peur. Je sais bien aussi que les jeunes ont dans les yeux plus de feu et moins de rouge que nous ; que vous aimez mieux notre bourse au singulier qu'au plurier. [...] Mais sachez qu'un jour l'âge, ayant promené sa charrue sur les lis et les roses de votre teint, fera de votre front un grimoire en arabe. "



Acte III, Scène 1.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Nastasia-B   25 décembre 2013
Le Pédant Joué de Savinien de Cyrano de Bergerac
CORBINELI : Vous n'y êtes pas. Il faut tout au moins cent pistoles pour la rançon.

GRANGER : Cent pistoles ! Ha ! mon fils, ne tient-il qu'à ma vie pour conserver la tienne ? Mais cent pistoles !... Corbineli, va donc lui dire qu'il se laisse pendre sans dire mot ; cependant qu'il ne s'afflige point, car je les en ferai bien repentir.



Acte II, Scène 4.
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Savinien de Cyrano de Bergerac (287)Voir plus



.. ..