AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 138 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Villiers-sur-Orge , le 08/08/1859
Mort(e) à : Paris , le 12/01/1931
Biographie :

Henry Gauthier-Villars, dit Willy, est un journaliste, critique musical et romancier français.

Il a également utilisé divers autres pseudonymes, comme Henry Maugis, Robert Parville ou Henry Willy.

Il est, entre autres, l'amant de la femme d'Émile Cohl, Marie-Louise Servat, avec laquelle il a un fils né en 1889. C'est d'ailleurs en mettant cet enfant en nourrice à Châtillon-sur-Loing qu'il a commencé à fréquenter Colette (1873-1954). En 1893 à Châtillon-sur-Loing, il l'épouse, elle à 20 ans. Le couple s’installe à Paris, quai des Grands-Augustins, dans la garçonnière d'Henry, au-dessus de la maison d'édition familiale. Il l'introduit dans le Paris mondain et l'entraîne dans une vie de bohème. Il est un des hommes les plus en vue de la vie parisienne : boulevardier, écrivain polisson, critique musical, un homme qui signe une centaine d'ouvrages (dont les six premiers romans de Colette) et dont il est douteux qu'il en ait écrit autant. La nécessité de passer pour un écrivain détermine Henry Gauthier-Villars à recourir à la création d’ateliers d’écriture. Il faisait travailler les autres à des textes de différents genres littéraires qu’il signait de son propre nom.
C'est ainsi qu'en 1900, "Claudine à l'école" paraît sous la signature de Willy, celui-ci prétendant avoir reçu le manuscrit d'une inconnue, créant ainsi la légende de la fameuse Claudine.
Devant le succès, Willy pousse sa femme à écrire 3 suites ("Claudine à Paris" 1901, "Claudine en ménage" 1902, "Claudine s'en va" 1903), assorties d'un volume intitulé "Minne" (1904) et des "Égarements de Minne" (1905), toujours sous la seule signature de Willy. Il vend les droits des "Claudine" à ses éditeurs, sans même la prévenir. Colette ne lui pardonnera jamais. En 1904, le ménage Colette-Willy commence à se dissoudre. À la surprise du Tout-Paris, cela se termine le 1er mai 1905 par une séparation de biens. Cette séparation se double d'une séparation des amours. Willy a rencontré une jeune brune aux yeux bleus, l'anglaise Marguerite Maniez (1885-1960). Elle a juste vingt ans, elle montre des dispositions pour la danse et le journalisme. Il est tellement épris qu'il lui donne son nom de Villars comme pseudonyme. Et c'est ainsi que Marguerite Maniez devient Meg Villars.
En 1906, Willy et Colete se séparent. Willy s’installe avec Meg Villars, qu’il épousera en 1911, après avoir divorcé de Colette en 1910.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Lison50   25 mars 2015
Claudine en ménage de Willy
Je songe à la dernière visite de mon beau-fils, qui exagère vraiment. Une inconcevable fanfaronnade le pousse à me narrer cent choses que je ne lui demande pas, entre autres le récit, quasi détaillé, d'une rencontre qu'il fit, rue de la Pompe, à l'heure où le lycée Janson lâche dans la rue une volée de gosses en béret bleu...
Commenter  J’apprécie          50
StefEleane   05 août 2012
Claudine en ménage de Willy
La bizarre comédie que fut le jour de mon mariage! Trois semaines de fiançailles, la présence fréquente de ce Renaud que j'aime à l'affolement, ses yeux gênants, et ses gestes plus gênants encore, ses lèvres toujours en quête d'un bout de moi me firent pour ce jeudi-là une mine aigue de chatte brulante.
Commenter  J’apprécie          40
Nibelheim   29 mars 2010
Maîtresse d'esthètes de Willy
"Purificateur de grues esthétiques", c'est une jolie profession à graver sur tes cartes de visite.

Commenter  J’apprécie          50
Rodin_Marcel   14 juin 2018
Claudine en ménage de Willy
"Je me retrouve devant la glace de la cheminée, épinglant à la hâte mon chapeau... pour rentrer. C'est tout. Et c'est un écroulement. Ça ne vous dit rien, à vous ? Vous avez de la veine. Pour rentrer ! Mais où ? Mais je ne suis donc pas chez moi, ici ? Non, non, et tout le malheur est là."

Commenter  J’apprécie          10
frandj   19 juin 2019
Claudine en ménage de Willy
« Je prends un amant sans amour, simplement parce que je sais que c’est mal: voilà le vice.

Je prends un amant que j’aime ou simplement que je désire, c’est la bonne foi naturelle et je me considère comme la plus honnête des créatures ».
Commenter  J’apprécie          11
EleanorTilney   22 juillet 2019
Claudine en ménage de Willy
Et, pour le bruit de la porte qu'il entrouvre, je souhaite mourir...

...pas longtemps. Il faut, il faut ! Je suis Claudine, que diable ! Je suis Claudine ! Je jette ma peur comme un manteau.
Commenter  J’apprécie          10
Kerrun   19 août 2016
Le Troisième Sexe (1927) de Willy
BAINS TURCS

Lorsqu'on traite ces messieurs-dames de sales gens, on se trompe : ce sont presque tous, de nos jours, des gens corporellement très propres. La preuve en est dans la grande prédilection qu'ils portent aux hammams et bains de vapeur. (Je fais une exception pour certains éphèbes de la rue de Lappe qui exercent un autre métier à côté de celui de plaire).
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les comédies de Molière

Le médecin malgré lui commence par une dispute entre Sganarelle et ...

son maître
son frère
sa soeur
son épouse

15 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique , théâtre , littérature françaiseCréer un quiz sur cet auteur