AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
 inconnu
Ajouter une photo

Note moyenne 3.84 /5 (sur 1667 notes)

étiquettes
Podcast (9) Voir tous


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   27 septembre 2015
Les Mille et Une Nuits (contes choisis), tome 2 de inconnu
On raconte encore, Sire, ô roi bienheureux, qu'il y avait jadis, loin, très loin dans le temps, un roi très puissant et très glorieux. Son vizir, nommé Ibrâhîm, avait une fille extraordinairement belle et gracieuse, dans l'éclat de toute perfection, profondément intelligente et merveilleusement cultivée. Simplement, elle aimait un peu trop les joies de la table, du vin, des visages charmant, des poésies fines et des histoires sortant du commun. La qualité de sa conversation faisait tourner les têtes. […]

Cette jeune fille s'appelait Ward fî I-Akmâm, " Rose dans la manche ", en raison de son extrême délicatesse et de sa parfaite beauté, le vizir son père n'étant pas le moins passionné par sa conversation et son infinie culture.



371e Nuit.
Commenter  J’apprécie          280
 inconnu
gill   07 janvier 2014
inconnu
Quels prodiges d'ingéniosité n'a-t-on pas dépensés sur la petite scène de la rue Chaptal pour créer, avec des ressources pourtant réduites de mise en scène, les atmosphères les plus angoissantes, les plus hallucinantes et pour renouveler des sujets dont la variété ne paraissait pas, de prime abord, inépuisable !

(extrait du postface inséré à la dernière page du numéro 652 de "La Petite Illustration" parue le 9 décembre 1933)
Commenter  J’apprécie          150
 inconnu
gill   08 décembre 2015
inconnu
Il manquait à la peur cette consécration suprême d'avoir son théâtre, son public, d'attirer tous les soirs à la même heure une foule avide de frissons.

C'est seulement au début de ce siècle qu'elle a passé du livre sur les planches.

Une telle affirmation trouvera peut-être des incrédules : le théâtre d'épouvante, m'objectera-t-on, est vieux comme le monde, et l'on me rappellera qu'à la représentation des Euménides d'Eschyle, vers l'an 460 avant Jésus-Christ, l'entrée des terribles déesses provoqua une véritable panique.

Des femmes avortèrent, des enfants moururent, plusieurs spectateurs furent frappés de folie.

Je n'en disconviens pas et je reconnais que les dramaturges du genre "Grand-Guignol" peuvent se réclamer d'un illustre modèle.

Mais si, de l'Orestie aux Deux orphelines, la terreur et la pitié furent toujours les grands ressorts du drame, le théâtre qui recherche la peur pour moyen d'action principal - je ne dis pas pour but - est d'invention récente, il répond à un besoin propre au temps où nous vivons ...

(extrait de la préface de l'anthologie "les maîtres de la peur" réalisée par André de Lorde et Albert Dubeux et parue, en 1927, aux éditions de la "Librairie Delagrave" à Paris)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
 inconnu
gill   08 janvier 2014
inconnu
Depuis qu'ils ont succédé, il y a quatre ans, à Mr Lugné-Poe, Mme Paulette Pax et Mr Lucien Beer se sont appliqués à conserver à son théâtre l'esprit qui y avait toujours présidé et qui y avait fait sa réputation exceptionnelle.

Tout en s'ouvrant plus largement au grand public, l'Oeuvre a continué à être un théâtre d'avant-garde et d'essai pour les jeunes auteurs.

Elle a contribué par son intelligent effort à acclimater chez nous quelques-unes des productions les plus significatives de la littérature dramatique étrangère et elle a aussi accueilli de grands auteurs français...

(extrait du postface consacré au théâtre de l'Oeuvre et inséré en dernière page du numéro 322 de "La Petite Illustration" parue le 20 mai 1933)
Commenter  J’apprécie          110
missparker18   24 juillet 2016
Les Mille et Une Nuits (contes choisis), tome 2 de inconnu
J'écrivis pour gémir de ma douleur d'aimer,

de toutes écritures, choisissant la plus fine.

Pourquoi choisir, ami, écriture si ténue

qu'à peine, si je lis, je puis la déchiffrer !

Elle est comme je suis, amaigri, émacié,

c'est ainsi que s'écrivent les amants éplorés.
Commenter  J’apprécie          110
 inconnu
gill   06 janvier 2014
inconnu
...Aimé du public, ce théâtre est un de ceux où la critique a le moins souvent l'occasion d'être conviée. Cela n'est pas seulement l'effet de la chance, mais de l'heureuse perspicacité avec laquelle une direction avisée choisit ses auteurs, ses acteurs et du soin méticuleux dont elle entoure la présentation scénique de ses spectacles.

(extrait de l'article placé en postface du numéro 334 de "La Petite Illustration" paru le 28 octobre 1933 et présentant "3 et une" la pièce de Denys Amiel)
Commenter  J’apprécie          100
Marc21   03 décembre 2012
Les Mille et Une Nuits (contes choisis), tome 2 de inconnu
Elle prête sa lumière à l'aube et c'est le jour. De sa clarté s'irradient les soleils levants, de son éclat les dunes s'illuminent. Lorsqu'elle apparaît en déchirant ses voiles, les créatures se prosternent devant elle. Quand ses regards lancent leurs éclairs, comme des flots de larmes se déversent les pluies.
Commenter  J’apprécie          100
 inconnu
gill   09 janvier 2014
inconnu
Après avoir connu de nombreux et magnifiques succès dont le dernier fut "l'Animateur" d'Henry Bataille, Alphonse Franck cédait la direction en 1919 à Mr Henry Bernstein, qui a fait jouer depuis au Gymnase toutes ses nouvelles pièces, entre autres : la galerie des glaces, en 1924 ; Félix, en 1926 ; le venin, en 1927 ; Mélo, en 1929 ; le jour, en 1931 sans préjudice des reprises, comme celle du voleur, qui vient de succéder à 145, Wall-Street.

(extrait du postface consacré au théâtre du Gymnase et inséré en dernière page du numéro 318 de "La Petite Illustration" parue en mars 1933)
Commenter  J’apprécie          80
Marc21   03 décembre 2012
Les Mille et Une Nuits (contes choisis), tome 2 de inconnu
Ce jeudi, j'ai dit adieu à ceux que j'aimais ; on a lavé mon corps, sur une grande planche près de la porte, On m'a retiré les vêtements que je portais, pour m'en passer d'autres que je ne connaissais pas. On m'a emporté, sur les épaules de quatre hommes, jusqu'aux lieux de prière, où l'on a prié pour moi. Ils on prié, sans s'agenouiller, ils ont tous prié, tous ceux-là, mes amis. Puis, me disant adieu, ils m'ont confié à ce séjour voûté, sur lequel le temps peut passer sans que sa porte jamais s'ouvre.
Commenter  J’apprécie          60
 inconnu
Anncy   08 juillet 2012
inconnu
On lit comme on voyage



une bouffée d’air

cavale au fond de soi

on la sent, on la couve



du bout de sa bulle,

puis tendrement on l’use

au soleil on la dompte

pour qu’une fois rendue



au bout de la page vierge

ivre et repu

on se sente moins seul

sur le quai en attente

du prochain partage.



Le livre est un voyage

de l’immobile

du tout possible

dans l’immobile.



On lit comme on aime

on lit comme on voyage

à un, à deux, parfois plus.

Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les BD de notre enfance ...

Tintin de Hergé, le premier tome ...

Vol 714 pour Sydney
Le Secret de la Licorne
Le Lotus bleu
Tintin au pays des Soviets

20 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , humour , bande dessinée françaiseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..