AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 402 notes)

Nationalité : Grèce
Né(e) à : Hiérapolis, Phrygie , v.50
Mort(e) à : Nicopolis, Épire , v.130
Biographie :

Épictète est un philosophe grec dont l'enseignement marqua le développement du stoïcisme en fondant sa doctrine morale sur la liberté et l'humanisme.

Épictète est probablement né à Hiérapolis (en Phrygie, aujourd'hui en Turquie). Bien qu'il ait été esclave, il étudia dans sa jeunesse les thèses du stoïcisme et, ayant été affranchi, enseigna ensuite la philosophie à Rome jusqu'en 90.

Cette année-là, l'empereur romain Domitien, considérant que les stoïciens mettaient en péril l'ordre de la cité, bannit Épictète et plusieurs autres philosophes. Épictète s'établit alors à Nicopolis (Épire méridionale), où il mourut.

La doctrine d'Épictète fut préservée dans deux écrits compilés par son élève, l'historien et philosophe grec Arrien: l'Enchiridion (Manuel), conservé dans son intégralité jusqu'à nos jours et les Entretiens d'Épictète dont quatre des huit livres nous sont parvenus.

Ces ouvrages révèlent que les questions de la morale, en particulier la définition du Bien, étaient au cœur des préoccupations d'Épictète. Il affirmait que les humains sont des êtres foncièrement limités et irrationnels, mais que l'univers gouverné par la raison pure de Dieu est parfait.

Les hommes ne pouvant ni connaître, ni contrôler leur destin, ils doivent se résigner à accepter l'impuissance qui est la leur devant le destin. Ainsi estimait-il qu'en raison de leurs propres faiblesses, les hommes doivent se montrer tolérants face aux défauts d'autrui.
+ Voir plus
Source : www.proverbes-citations.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le Tuto philo #1: littérature et Epictète .
L'écrivain et professeur de philosophie Claire Marin se souvient de son premier contact avec la philosophie, à travers la littérature. Elle évoque le Manuel d'Epictète et conseille aux lycéens de voir les questions philosophique qui sont présentes partout dans la société. Révisez le bac blanc avec "Les nouveaux chemins de la connaissance" ---> http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-1
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (243) Voir plus Ajouter une citation
 Épictète
juliette2a   06 mai 2014
Épictète
Il n'y a qu'un chemin pour le bonheur, c'est de cesser de nous tracasser pour des choses qui ne dépendent pas de notre volonté.
Commenter  J’apprécie          1173
 Épictète
genou   13 juin 2019
Épictète
Pourquoi suis-je né d'un tel père et d'une telle mère ? -- Eh ! mon ami, avant ta naissance, dépendait-il de toi de dire : « Je veux qu'un tel se marie à une telle, et je veux naître d'eux ? » Si ta naissance fut malheureuse, ne dépend-il pas de toi de la corriger par la vertu ?
Commenter  J’apprécie          1061
 Épictète
genou   08 mai 2019
Épictète
Si tu es accoutumé à mener une vie frugale et à traiter durement ton corps, n'en tire pas vanité, et, si tu ne bois que de l'eau, ne dis point à tout propos que tu ne bois que de l'eau. Si tu veux t'exercer à la patience et à la tolérance, fais-le pour toi et non pas pour les autres ; n'embrasse point les statues ; dans la soif la plus ardente, prends de l'eau dans ta bouche, rejette-la, et ne le dis à personne.



(Pensées, LXXIV)
Commenter  J’apprécie          1032
 Épictète
genou   23 mai 2019
Épictète
La vraie noblesse de l'homme vient de la vertu, et non de la naissance. -- Je vaux mieux que toi, mon père était consul, je suis tribun, et toi tu n'es rien. -- Mon cher, si nous étions deux chevaux, et que tu me dises : « Mon père était le plus vif de tous les chevaux de son temps, et moi j'ai beaucoup de foin, beaucoup d'orge, et un magnifique harnais, » je te dirais : « Je le veux bien, mais courons... » N'y a-t-il pas dans l'homme quelque chose qui lui est propre, comme la course au cheval, et par le moyen de quoi on peut connaître sa qualité et juger de son prix ? Et n'est-ce pas la pudeur, la fidélité, la justice ? Montre-moi donc l'avantage que tu as en cela sur moi. Fais-moi voir que tu vaux mieux que moi, en tant qu'homme. Si tu me dis : « Je puis nuire, je puis ruer, » je te répondrai que tu te glorifies là d'une qualité qui est propre à l'âne et au cheval, et non à l'homme.
Commenter  J’apprécie          940
 Épictète
genou   28 mai 2019
Épictète
Quand tu vas faire ta cour à quelque homme puissant, représente-toi d'avance que tu ne le trouveras pas chez lui, ou qu'il se sera enfermé, ou qu'on ne daignera pas t'ouvrir sa porte, ou qu'il ne s'occupera pas de toi. Si, malgré cela, ton devoir t'y appelle, supporte tout ce qui arrivera, et ne t'avise jamais de dire ou de penser que « ce n'était pas la peine ». Car c'est là le langage d'un homme vulgaire, d'un homme sur qui les choses extérieures ont trop de pouvoir.
Commenter  J’apprécie          911
 Épictète
genou   18 mai 2019
Épictète
Ce n'est pas une chose bien commune d'accomplir ce que promet la qualité d'homme. C'est un animal mortel, doué de raison, et c'est par la raison qu'il se distingue des bêtes. Toutes les fois donc qu'il s'éloigne de la raison, qu'il agit sans raison, l'homme périt, et la bête se montre.
Commenter  J’apprécie          919
 Épictète
genou   12 juillet 2019
Épictète
Quand j'entends appeler quelqu'un heureux, parce qu'il est favori du prince, je demande d'abord ce que cela lui a rapporté. -- Il a obtenu un gouvernement de province. -- Mais a-t-il obtenu en même temps tout ce qu'il faut pour la bien gouverner ? -- Il a eu une préture. -- Mais a-t-il tout ce qu'il faut pour être préteur ? Ce ne sont pas les dignités qui rendent heureux, c'est de les bien remplir et d'en faire un bon usage.
Commenter  J’apprécie          862
 Épictète
genou   07 avril 2019
Épictète
Il faut que la mort vienne à nous tôt ou tard. Dans quelle occupation nous surprendra-t-elle ? Un laboureur sera occupé du soin de son labourage, un jardinier de celui de son jardin ; un marchand de celui de son commerce. Et toi à quoi seras-tu occupé ? Pour moi, je souhaite de tout mon cœur que dans ce dernier moment elle ne me trouve occupé qu'à régler ma volonté, afin que sans trouble, sans empêchement et sans contrainte, je fasse en homme libre cette dernière action, et que je puisse dire aux dieux : « Ai-je violé vos commandements ? Ai-je abusé des présents que vous m'avez faits ? Ne vous ai-je pas soumis mes sens, mes vœux, mes opinions ? Me suis-je jamais plaint de vous ? Ai-je accusé votre providence ? J'ai été malade, parce que vous l'avez voulu, et je l'ai voulu de même. J'ai été pauvre, parce que vous l'avez voulu, et j'ai été content de ma pauvreté. J'ai été dans l'esclavage, parce que vous l'avez voulu, et je n'ai jamais désiré en sortir. M'avez-vous jamais vu triste de mon état ? M'avez-vous surpris dans l'abattement et dans le murmure ? Je suis encore tout prêt à subir tout ce qu'il vous plaira ordonner de moi. Le moindre signal de votre part est pour moi un ordre inviolable. Vous voulez que je me retire de ce spectacle magnifique, j'en sors et je vous rende mille très humbles grâces de ce que vous avez daigné m'y admettre pour me faire voir tous vos ouvrages, et pour étaler à mes yeux l'ordre admirable avec lequel vous gouvernez cet univers.

Entretiens, Livre III, VII
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          814
 Épictète
genou   30 avril 2019
Épictète
Tu veux ressembler au commun des hommes, comme un fil de ta tunique ressemble à tous les autres fils qui la composent ; mais moi je veux être cette bande de pourpre, qui non seulement a de l'éclat, mais qui embellit même tout ce à quoi on l'applique. Pourquoi donc me conseilles-tu d'être comme les autres ? Je serais comme le fil, je ne serais plus de la pourpre.
Commenter  J’apprécie          810
 Épictète
genou   07 mai 2019
Épictète
Souviens-toi que tu dois te conduire dans la vie comme dans un festin. Un plat est-il venu jusqu'à toi ? étendant ta main avec décence, prends-en modestement. Le retire-t-on ? ne le retiens point. N'est-il point encore venu ? n'étends pas au loin ton désir, mais attends que le plat arrive enfin de ton côté. Uses-en ainsi avec des enfants, avec une femme, avec les charges et les dignités, avec les richesses, et tu seras digne d'être admis à la table même des dieux. Et si tu ne prends pas ce qu'on t'offre, mais le rejettes et le méprises, alors tu ne seras pas seulement le convive des dieux, mais leur égal, et tu régneras avec eux. C'est en agissant ainsi que Diogène, Héraclite et quelques autres ont mérité d'être appelés des hommes divins, comme ils l'étaient en effet.

(Pensées, XXIII)
Commenter  J’apprécie          782
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Un mot ... un philosophe

philosopher, c'est apprendre à mourir

Montaigne
Rousseau

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : philosophie , philosophe , philosophie antique , philosophie allemandeCréer un quiz sur cet auteur
.. ..