AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.9/5 (sur 1098 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , 1974
Biographie :

Abir Mukherjee a grandi dans l’ouest de l’Écosse dans une famille d’immigrés indiens. Fan de romans policiers depuis l’adolescence, il a décidé́ de situer son premier roman à une période cruciale de l’histoire anglo-indienne, celle de l’entre-deux-guerres.
Premier d’une série qui compte déjà̀ quatre titres, "A Rising Man" (L’attaque du Calcutta-Darjeeling) a été́ traduit dans neuf pays.

Ajouter des informations
Bibliographie de Abir Mukherjee   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez comment les écrivains internationaux construisent leurs personnages de manière fascinante et pleine de tension. Dans cette vidéo, vous apprendrez les astuces communes utilisées par neuf écrivains renommés pour donner vie à des personnages inoubliables. En vous inspirant de personnes réelles, en combinant différentes influences artistiques, en rendant hommage à des personnages littéraires admirés et en ajoutant votre propre expérience, vous pouvez créer une alchimie unique dans vos personnages. Les neuf écrivains qui partagent leurs conseils sont Jan Carson (romancière irlandaise), Abir Mukherjee (auteur de romans policiers historiques anglais), Bora Chung (romancière et nouvelliste coréenne), Elizabeth George (autrice de romans policiers américaine), Claudia Durastanti (romancière italienne), R.J. Ellory (auteur de thrillers psychologiques anglais), Robyn Young (autrice de romans historiques anglaise), Mariana Enriquez (nouvelliste et romancière argentine) et Jonathan Coe (romancier anglais). Ne manquez pas les moments clés de la vidéo, où chaque écrivain partage ses conseils précieux pour créer des personnages mémorables. Ne manquez pas les moments clés de la vidéo : 00:00 Jan Carson 01:52 Abir Mukherjee 02:50 Bora Chung 03:40 Elizabeth George 04:25 Claudia Durastanti 06:13 R.J Ellory 08:16 Elizabeth George 10:40 Robyn Young 11:44 Mariana Enriquez 12:01 Elizabeth George 13:33 Jonathan Coe Avec leurs expériences variées et leurs perspectives uniques, ces écrivains vous guideront vers une pratique qui vous permettra d'améliorer considérablement vos personnages. Regardez dès maintenant et prenez votre clavier pour créer des personnages inoubliables ! INTERVIEWS COMPLETES Jan Carson : https://youtu.be/c4yGSjD1_7A Abir Mukherjee : https://youtu.be/wfBFP-L2unQ Bora Chung : https://youtu.be/aDPMWw_Ytws Elizabeth George : https://youtu.be/rGhkIme4i2U Claudia Durastanti : https://youtu.be/P3B5R4x_1Xo R.J Ellory : https://youtu.be/kAWynqSc_vg Robyn Young : Mariana Enriquez : https://youtu.be/jNKJa1-efmI Jonathan Coe : https://youtu.be/ERJG18fIbdQ Interview : Amoreena Winkle, Lionel Tran. Caméra : Lionel Tran - Montage : Ryu Randoin. QUI SOMMES-NOUS ? Les Artisans de la Fiction sont des ateliers d'écriture situés à Lyon. Nous prônons un apprentissage artisanal des techniques d'écriture et avons pour objectif de rendre nos élèves autonomes dans l'aboutissement de leurs histoires. Pour cela nous nous concentrons sur l'apprentissage et la transmission des techniques de base de la narration en nous inspirant du creative writing anglophone. Nos élèves apprennent en priorité à maîtriser : la structure de l'intrigue, les principes de la fiction, la construction de ses personnages… Nous proposons également des journées d'initiation pour vous essayer au creative writing et découvrir si cet apprentissage de l'écriture de fiction est fait pour vous. Retrouvez tous nos stages d'écriture sur notre site : http://www.artisansdelafiction.com/

+ Lire la suite

Citations et extraits (461) Voir plus Ajouter une citation
"- ...Je ne pense pas que votre ami indigène souhaite nous rejoindre ?
- J'en doute.
- Oui, c'est généralement le cas avec les indigènes. Ce sont toujours les catholiques qui les récupèrent, dit-il avec regret. Je suppose que c'est la théâtralité du catholicisme qui les attire. Et l'encens. comment suis-je censé gagner les âmes païennes et superstitieuses à la véritable Eglise, avec pour seules armes Amazing Grace et la Bible du roi James pendant que les catholiques déballent les os de Saint François Xavier et de nouvelles apparitions de la Vierge Marie toutes les deux semaines ?
(page 289)
Commenter  J’apprécie          302
Je l'ai rencontré une fois, le prince Edward Albert Saxe-Cobourg Windsor, ou quel que soit son nom, dans les tranchées en 1916. A l'époque, comme maintenant, ils l'avaient envoyé pour nous remonter le moral. J'ai eu du mal à comprendre que la poignée de main d'un prince qui ne connaîtrait jamais les horreurs de la guerre puisse remonter le moral d'hommes dont l'existence consistait essentiellement à attendre la balle qui leur était destinée.

page 36 - Calcutta décembre 1921
Commenter  J’apprécie          290
Il y a une raison qui fait que les jeunes idéalistes deviennent de vieux cyniques. C'est ce que l'on appelle l'expérience.
(page 268)
Commenter  J’apprécie          300
Une des constantes de la vie ici est la bataille interminable contre les moustiques. Quelqu'un a décidé que c'était une bonne idée de construire une ville sur un marais, scellant ainsi le destin de Calcutta.
Commenter  J’apprécie          271
Nous nous arrêtons devant une entrée assez grandiose. Sur une plaque de cuivre vissée sur une des colonnes on peut lire : Bengal club, fondé en 1827.
A côté d'elle un panneau en bois annonce en lettres blanches :

ENTREE INTERDITE AUX CHIENS
ET AUX INDIENS

Banerjee remarque ma désapprobation.
- Ne vous inquiétez pas, Monsieur, dit-il, nous savons où est notre place. En outre , les britanniques ont réalisé en un siècle et demi des choses que notre civilisation n'a pas atteintes en plus de quatre mille ans.
- Absolument renchérit Digby.
Je demande des exemples.
Banerjee a un mince sourire.
- Et bien nous n'avons jamais réussi à apprendre à lire aux chiens.
Commenter  J’apprécie          250
Je prends la photo, je m'assois sur le lit et je la contemple.
Il y a deux jours, MacAuley était un des hommes les plus importants du Bengale ; apparemment respecté et redouté à part égale. Aujourd'hui, son souvenir est déjà à moitié effacé. Tout ce qui reste de lui, la somme totale d'une vie de cinquante ans et quelques, est résumé dans le journal d'hier, prêt à être emballé et oublié.
L'idée m'effraie. Après tout, que reste-t-il de nous tous après la mort?
Commenter  J’apprécie          252
La date écrite sur l'enveloppe me dit tout. L'écriture française présente une légère différence avec l'anglaise, en particulier dans la façon d'écrire le chiffre 1. Les Français l'écrivent toujours avec le sommet beaucoup plus incliné.
Commenter  J’apprécie          250
" Adhir et moi avons été fiancés quand j'avais six ans et lui neuf, bien que cette union ait été organisée plusieurs années plus tôt. J'ai été choisie pour lui par les prêtres de son père, sur la comptabilité de nos signes astrologiques fondés sur le moment et le lieu de notre naissance. (... ). Cependant, je n'ai pas fait sa connaissance avant d'avoir treize ans. Nous nous sommes mariés peu après, j'ai quitté ma famille et je suis venue au palais."
Commenter  J’apprécie          230
L'Empire, c'était vraiment une entreprise de la classe moyenne, s'appuyant sur des écoles comme Haderley. Des institutions qui produisaient à la chaîne les diligents jeunes hommes au teint frais servant de lubrifiant à ses rouages; ils devenaient ses fonctionnaires, ses ecclésiastiques et ses percepteurs. Ils se mariaient à leur tour et avaient des enfants qu'ils renvoyaient en Angleterre recevoir la même éducation qu'eux. Dans les mêmes écoles, où ils étaient modelés pour devenir la prochaine génération d'administrateurs coloniaux. La boucle était bouclée.
Commenter  J’apprécie          220
Je l'ai rencontré une fois, le prince Edward Albert Saxe- Cobourg Windsor, ou quel que soit son nom, dans les tranchées en 1916. A l'époque, comme maintenant, ils l'avaient envoyé pour nous remonter le moral. J'ai eu du mal à comprendre que la poignée de main d'un prince qui ne connaitraît jamais les horreurs de la guerre puisse remonter le moral d'hommes dont l'existence consistait essentiellement à attendre la balle qui leur était destinée.
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Abir Mukherjee (921)Voir plus

Quiz Voir plus

Gustave Flaubert ou Guy de Maupassant ?

Une vie ?

Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..