AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.53 /5 (sur 58 notes)

Nationalité : Canada
Biographie :

Abla Farhoud est née au Liban. Elle a immigré au Québec au début des années cinquante. Malgré ses 6 ans, elle sent qu’elle est une étrangère et elle sent surtout le désarroi de ses parents. Le théâtre deviendra la planche de salut. À 17 ans elle prend des cours. Elle se retrouve à la télévision, jouant des rôles de jeunes Indiennes. En 1965, elle doit retourner au Liban. Elle s’ennuie du Québec et souhaite y revenir. Elle le fera en 1973, après avoir fait un long séjour de quatre ans en France. Après des études en théâtre à l’Université de Vincennes, elle obtient un baccalauréat en enseignement de l’art dramatique en 1982 et une maîtrise en art dramatique en 1985 à l’Université du Québec à Montréal. Elle écrit sa première pièce de théâtre, Quand j’étais grande en 1982. Elle écrira, entre autres, Les filles du 5-10-15 en 1993, Jeux de patience en 1994, Maudite machine en 1999. Elle a rédigé son premier roman Le bonheur a la queue glissante en 1998, deux autres suivront, Splendide solitude en 2001 et Le fou d’Omar en 2005.
+ Voir plus
Source : Saphir
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Moan   04 février 2013
Le bonheur à la queue glissante de Abla Farhoud
Si ton ami est de miel ne le lèche pas complètement.

Commenter  J’apprécie          231
bilodoh   08 novembre 2014
Le sourire de la petite juive de Abla Farhoud
Ma soif de dire, de raconter, de chercher, de trouver, n’a jamais été assouvie. Il me semble que je passe toujours à côté de l’essentiel. Et je recommence un autre livre en espérant y toucher, ne sachant pas quel est le visage de l’essentiel ni comment le nommer. (p. 12)

Commenter  J’apprécie          210
bilodoh   20 novembre 2017
Au grand soleil cachez vos filles de Abla Farhoud
C’est ma hantise depuis toujours. Laisser passer ma vie. La gâcher par ma faute. Mourir sans avoir rien fait de ma vie.



(p.166)
Commenter  J’apprécie          200
Moan   04 février 2013
Le bonheur à la queue glissante de Abla Farhoud
Le meilleur repas du monde, même un festin, a mauvais goût si on le prend dans la discorde et la mauvaise humeur. Moi, j'aime mieux ne manger que des olives et du pain... dans la paix.
Commenter  J’apprécie          130
bilodoh   09 novembre 2014
Le sourire de la petite juive de Abla Farhoud
Lire n’importe où, n’importe quand, dans n’importe quelle position, sans déranger personne; elle aimait serrer contre elle ce rectangle de feuilles serrées les unes contre les autres avec plein de mots écrits en noir sur blanc, et partir dans des mondes inconnus, vers soi ou vers les autres. (p. 141)

Commenter  J’apprécie          100
bilodoh   17 novembre 2017
Au grand soleil cachez vos filles de Abla Farhoud
… je penserai à ce hors-temps vécu par notre famille et je me dirai que le bonheur avait la couleur du ciel et une odeur d’algues de soleil de mer du Milieu et le sourire de père et mère heureux.



(p.72)
Commenter  J’apprécie          100
Moan   04 février 2013
Le bonheur à la queue glissante de Abla Farhoud
Depuis plus de cinquante ans je fais à manger tous les jours et, chaque fois, c'est différent. J'améliore les plats, j'invente de nouvelles recettes, de nouvelles façons de procéder, parfois. Je me demande s'il y a autant de différence dans les mots. Pour plonger mes mains dans la nourriture, il faut que j'en aie vraiment envie, sinon je brasse à la cuiller. Mes mains nues et propres touchent la nourriture que mes enfants vont manger. C'est ma façon de leur faire du bien, je ne peux pas grand-chose,mais ça, je le peux.
Commenter  J’apprécie          70
Moan   04 février 2013
Le bonheur à la queue glissante de Abla Farhoud
C'est le moment de la journée que j'aime le plus. Etendue dans mon lit, seule, bien au chaud, à demi réveillée, à demi endormie, je sens l'odeur du café, peu à peu , puis beaucoup. J'ouvre alors les yeux et je regarde l'arbre devant ma fenêtre.
Commenter  J’apprécie          70
Moan   04 février 2013
Le bonheur à la queue glissante de Abla Farhoud
Notre maison était,comme on dit, une maison ouverte. Je ne l'ai jamais vue vide, ou juste notre famille, il y avait toujours des gens.C'était le presbytère, un salon, un café, parfois même un tribunal, et pour ceux qui venaient d'ailleurs, un hôtel et un restaurant puisqu'il n'y en avait pas au village.
Commenter  J’apprécie          50
RoxNeeqh   01 août 2012
Le sourire de la petite juive de Abla Farhoud
On ne reconnait que ce que l'on connait déjà intérieurement, sans le savoir peut-être. Connaître, c'est ''naitre avec''.
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
156 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..