AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.5 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : Syrie
Né(e) à : Maarrat al-Numan , le 973 environ
Mort(e) à : Maarrat al-Numan , le 1057 environ
Biographie :

Abul-Alâ Al Maari est un poète et philosophe syrien de langue arabe.

Une maladie d'enfance le laissa pratiquement aveugle. Il étudia à Alep, Antioche, et à Tripoli sur la côte de l'actuel Liban et commença sa carrière littéraire, soutenu par un petit revenu privé. Ses premières poésies furent rassemblées dans le recueil intitulé "Saqt az-zand" ("L'étincelle d'amadou"), qui jouit d'une grande popularité.

A cause de la mauvaise santé de sa mère, Al Maari revint en Syrie en 1010 et dut quitter Bagdad où il avait été d'abord bien reçu dans des salons littéraires prestigieux ; mais quand il refusa de vendre ses panégyriques, il ne put trouver de mécène. Il renonça à la richesse matérielle et se retira dans une habitation reculée, pour y vivre dans des conditions modestes. Localement, Al-Maari jouit de respect et d'autorité, et de nombreux étudiants vinrent s'instruire auprès de lui. Il entretint également une correspondance active.

Al-Maari écrivit un second recueil de poésies plus original, "Luzum ma lam yalzam" ("La nécessité inutile"), ou "Luzumiyat" ("Les nécessités"), se rapportant à la complexité superflue de l'arrangement des rimes. L'humanisme sceptique de sa poésie est également apparent dans la "Risalat al-ghufran", dans laquelle le poète visite le paradis et rencontre ses prédécesseurs, poètes païens qui ont trouvé le pardon. "Le philosophe des poètes" était d'ailleurs très original pour son milieu, végétalien et ayant défendu le végétarisme et les animaux avec sincérité, se basant sur ses interprétations du Coran et sur ses propres raisonnements.

L'ouvrage "Al-Fusul wa al-ghayat" ("Paragraphes et périodes"), une collection d'homélies en prose rimée, fut même traitée de pastiche du Coran. Malgré sa défense de la justice sociale et de l'action, Al-Maari pensait que les enfants ne devraient pas être conçus, pour épargner aux générations futures les douleurs de la vie.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mon âme a eu ce mot..., Abul ʿAla Al-Maʿarri lu par Jacques Bonnaffé


Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Abul-Alâ Al Maari
colimasson   09 juillet 2015
Abul-Alâ Al Maari
Si on me demande quelle est ma doctrine,

Elle est claire :

Ne suis-je pas, comme les autres,

Un imbécile ?
Commenter  J’apprécie          390
steka   30 octobre 2012
Rets d'éternité de Abul-Alâ Al Maari
Deux sortes de gens sur la terre :

Ceux qui ont la raison sans religion,

Et ceux qui ont la religion et manquent de raison.
Commenter  J’apprécie          280
steka   30 octobre 2012
Rets d'éternité de Abul-Alâ Al Maari
Les hommes ont travesti la vérité,

A telle enseigne que l'ignorant a pris pour prophétie

Fraude et feinte.
Commenter  J’apprécie          190
steka   20 janvier 2015
Rets d'éternité de Abul-Alâ Al Maari
Les musulmans trébuchent, les chrétiens sont égarés

Les juifs sont dévoyés, les mages sont dans l’erreur

Nous les mortels nous répartissons en deux catégories

Les crapules initiées et les dévots stupides





Commenter  J’apprécie          140
steka   20 janvier 2015
Rets d'éternité de Abul-Alâ Al Maari
Peut-être dans le temple se trouverait-il des gens

Qui procurent la terreur à l’aide de versets

Comme d’autres dans les tavernes

Procurent le plaisir





Commenter  J’apprécie          120
steka   22 mars 2013
Rets d'éternité de Abul-Alâ Al Maari
Nous sommes dans un monde dont les fondements

Reposent sur la pourriture.

Nous aurions tort, donc, de nous dire pourris.
Commenter  J’apprécie          110
Abul-Alâ Al Maari
clairelm   04 mai 2019
Abul-Alâ Al Maari
Nous passons, rapides, entre deux néants,

sans faire halte, comme si nous franchissions un pont.
Commenter  J’apprécie          85
Henri-l-oiseleur   19 octobre 2015
Les Impératifs : Poèmes de l'ascèse, Edition bilingue de Abul-Alâ Al Maari
Et ma tâche est semblable au corbeau noir de plumes,

A l'aile d'une nuit qui n'en finirait pas.

Que si quelque poète écrivait mes tracas,

Noire serait l'aurore au contact de sa plume.
Commenter  J’apprécie          60
enkidu_   07 février 2017
Rets d'éternité de Abul-Alâ Al Maari
L’homme peut-il s’enfuir

Du domaine de son Seigneur ?

S’échapper de Sa terre et de Son ciel ?



Les os sont-ils rien d’autre

Que frondaison des branches ?

La sève est-elle autre

Que sang fraîchement versé ?



Comment passer une heure dans la joie,

Sachant que la mort est mon créancier ? (p. 24)
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Poèmes gruyère :))

(Le Corbeau et le Renard) - Maître Corbeau, sur un arbre ......... , Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par l'odeur alléché, Lui tint à peu près ce langage : Et bonjour, Monsieur du Corbeau. Que vous êtes ........ ! que vous me semblez ......... ! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le ......... des hôtes de ces bois

élevé - beau - bien - roi
perché - joli - beau - phénix
feuillu - noir - joli - meilleur
sec - haut - loin - phénix

6 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , poésieCréer un quiz sur cet auteur