AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.15 /5 (sur 27 notes)

Nationalité : Cameroun
Né(e) le : 27/07/1957
Biographie :

Achille Mbembe est né au Cameroun en 1957. Il obtient son doctorat en histoire à l'université de la Sorbonne à Paris, en France, en 1989. Par ailleurs il est titulaire d'un DEA en science politique de l'Institut d'études politiques, toujours à Paris. Reconnu comme l'un des plus grands théoriciens actuels du post-colonialisme, Il est intervenu dans de nombreuses universités et institutions américaines dont l’université Columbia de New York, la Brookings Institution de Washington, l'université de Pennsylvanie, l'université de Californie, Berkeley, l’université Yale mais aussi au Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (Codesria) à Dakar au Sénégal. Il est actuellement membre de l'équipe du Wits Institute for Social & Economic Research (WISER) de l'Université du Witwatersrand de Johannesburg en Afrique du Sud. Ses principaux centres d'intérêts sont l'histoire de l'Afrique, la politique africaine et les sciences sociales.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le 25.04.2020, Achille Mbembe évoquait “H+” d'Alexandre Friederich dans l'émission “Dans quel monde on vit” (RTBF).

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Achille Mbembe
Jmulysse   25 mai 2016
Achille Mbembe
La culture , c'est ce qui nous survit, ce qui nous permet d'inscrire la fragilité de l'humain dans la durée , d'entrer dans une forme de permanence alors que tout n'est que précarité.C'est ce qui nous permet d'imaginer ce qui n'existe pas encore, et donc de comprendre que nous ne sommes pas condamnés à ce qui existe.
Commenter  J’apprécie          110
Achille Mbembe
Danieljean   30 septembre 2017
Achille Mbembe
Il n’y a d’histoire que dans la circulation des mondes, dans la relation avec Autrui. C’est l’autre, le lointain, qui m’octroie mon identité
Commenter  J’apprécie          110
Achille Mbembe
pgremaud   07 juin 2016
Achille Mbembe
C'est dans le passage que réside le propre de l'humanité. Nous sommes des passants dans le sens où l'histoire des humains est est bien plus courte que celle du monde. Nous sommes une parenthèse dans cette histoire. Si l'humanité arrive un jour à son extinction, le monde lui survivra. Le monde a une histoire avant nous et en aura une après nous. Nous grande illusion, c'est d'avoir cru que nous étions maîtres et possesseurs de ce monde.



(Dans Télérama no 3462, 18 mai 2016)
Commenter  J’apprécie          90
Joad   23 août 2017
Politiques de l'inimitié de Achille Mbembe
Nous vivons un « arrangement avec le monde » qui « consiste à tenir pour rien tout ce qui n’est pas soi-même. Ce procès à une généalogie et un nom : la course vers la séparation et la déliaison. Celle-ci se déroule sur fond d’angoisse et d’anéantissement. Nombreux sont en effet ceux qui, aujourd’hui, sont frappés d’effroi. Ils craignent d’avoir été envahis et d’être sur le point de disparaître.
Commenter  J’apprécie          80
Achille Mbembe
SoniaFontaine   05 novembre 2015
Achille Mbembe
Pour le raciste, voir un Nègre, c'est ne pas voir qu'il n'est pas là; qu'il n'existe pas; qu'il n'est que le point de fixation pathologique d'une absence de relation. La race, il nous faut donc la considérer comme étant à la fois un en deçà et un au-delà de l'être. Elle est une opération de l'imaginaire, le lieu de la rencontre avec la part d'ombre et les régions obscures de l'inconscient.
Commenter  J’apprécie          80
Achille Mbembe
Jacopo   30 décembre 2019
Achille Mbembe
Le Nègre n'est plus seulement l'homme noir, africain ou d'origine africaine, mais tous ceux qui aujourd'hui forment une humanité excédentaire au regard de la logique économique néolibérale.
Commenter  J’apprécie          70
Achille Mbembe
Danieljean   30 septembre 2017
Achille Mbembe
En vérité, ce que l’on appelle l’identité n’est pas essentiel. Au fond, nous sommes tous des passants. Le monde que nous habitons a commencé longtemps avant nous et continuera longtemps après nous. Alors qu’émerge lentement une nouvelle conscience planétaire, la réalité d’une communauté objective de destin doit l’emporter sur l’attachement à la différence.
Commenter  J’apprécie          60
enkidu_   31 mars 2017
Sortir de la grande nuit de Achille Mbembe
Comme le soulignait Simone Weil, « la colonisation commence presque toujours par l’exercice de la force sous sa forme pure, c’est-à-dire par la conquête. Un peuple, soumis par les armes, subit soudain le commandement d’étrangers d’une autre couleur, d’une autre langue, d’une tout autre culture, et convaincus de leur propre supériorité. Par la suite, comme il faut vivre, et vivre ensemble, une certaine stabilité s’établit, fondée sur un compromis entre la contrainte et la collaboration ». Révisionnisme oblige, l’on prétend aujourd’hui que les guerres de conquête, les massacres, les déportations, les razzias, les travaux forcés, la discrimination raciale institutionnelle, les expropriations et toutes sortes de destructions, tout cela ne fut que la « corruption d’une grande idée » ou, comme l’expliquait autrefois Alexis de Tocqueville, des « nécessités fâcheuses ».



Réfléchissant sur la sorte de guerre que l’on peut et doit faire aux Arabes, le même Tocqueville affirmait : « Tous les moyens de désoler les tribus doivent être employés. » Et de recommander, en particulier, l’interdiction du commerce et le « ravage du pays » : « Je crois, dit-il, que le droit de guerre nous autorise à ravager le pays et que nous devons le faire soit en détruisant les moissons à l’époque de la récolte, soit tout le temps en faisant des incursions rapides qu’on nomme razzias et qui ont pour objet de s’emparer des hommes ou des troupeaux. » Comment s’étonner, dès lors, qu’il finisse par s’exclamer : « Dieu nous garde de voir jamais la France dirigée par l’un des officiers de l’armée d’Afrique ! » La raison en est que l’officier qui « une fois a adopté l’Afrique et en a fait son théâtre contracte bientôt des habitudes, des façons de penser et d’agir très dangereuses partout, mais surtout dans un pays libre. Il y prend l’usage et le goût d’un gouvernement dur, violent, arbitraire et grossier ».



Telle est, en effet, la vie psychique du pouvoir colonial. Il s’agit, non pas d’une « grande idée », mais d’une espèce bien déterminée de la logique des races au sens de traitement, contrôle, séparation des corps, voire des espèces. Dans son essence, il s’agit d’une guerre menée non contre d’autres personnes humaines, mais contre des espèces différentes qu’il faudrait, au besoin, exterminer. C’est la raison pour laquelle des auteurs tels que Hannah Arendt ou Simone Weil ont pu, après avoir examiné en détail les procédés des conquêtes et de l’occupation coloniales, conclure à une analogie entre ceux-ci et l’hitlérisme. L’hitlérisme, dit Simone Weil, « consiste dans l’application par l’Allemagne au continent européen, et plus généralement aux pays de race blanche, des méthodes de la conquête et de la domination coloniales y ». Et de citer, à l’appui de sa thèse, les lettres écrites par Hubert Lyautey depuis Madagascar et le Tonkin.



Que, sur le plan culturel, l’ordre colonial ait été marqué de bout en bout par ses ambiguïtés et ses contradictions est indiscutable. La médiocrité de ses performances économiques est aujourd’hui largement admise. (chapitre 3)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Achille Mbembe
Jmulysse   25 mai 2016
Achille Mbembe
C'est dans le passage que réside le propre de l'humanité. Nous sommes des passants dans le sens où l'histoire des humains est plus courte que celle du monde. Nous sommes une parenthèse dans cette histoire. Si l'humanité arrive un jour à son extinction,le monde lui survivra. Le monde à une histoire avant nous et en aura une après nous. Notre grande illusion , c'est d'avoir cru que nous étions maîtres et possesseurs de ce monde. La nouvelle condition planétaire implique que nous développions notre conscience de passant( n'appartenir à aucun lieu propre), plus que notre conscience de citoyens,qui se double toujours d'une ségrégation entre ceux qui sont inclus dans cette citoyenneté et ceux qui en sont exclus. Être un passant signifie être solidaire dans ce passage, mais aussi développer une éthique du détachement par rapport à nos identités, à nos origines,que l' époque ne cesse de fétichiser et d'hystériser.
Commenter  J’apprécie          40
dido600   26 janvier 2019
Sortir de la grande nuit de Achille Mbembe
Tout sang versé ne produit pas nécessairement la vie, la liberté et la communauté» (p 243).
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur