AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.86 /5 (sur 37 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Kirkcaldy, Écosse, Royaume-Uni , le 05/07/1723
Mort(e) à : Glasgow, Écosse, Royaume-Uni , le 17/07/1790
Biographie :

Adam Smith est un philosophe et économiste écossais des Lumières. Il reste dans l’histoire comme le père de la science économique moderne, et son œuvre principale, la Richesse des nations, est un des textes fondateurs du libéralisme économique. Professeur de philosophie morale à l’université de Glasgow, il consacre dix années de sa vie à ce texte qui inspire les grands économistes suivants, ceux que Karl Marx appellera les « classiques » et qui poseront les grands principes du libéralisme économique.

La plupart des économistes considèrent Smith comme « le père de l’économie politique et du libéralisme» ; pourtant certains, comme l’Autrichien Joseph Schumpeter et l'Américain Murray Rothbard, l’ont défini comme un auteur mineur, considérant que son œuvre ne comportait pas d’idée originale.
+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Adam_Smith
Ajouter des informations
Bibliographie de Adam Smith   (23)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Adam Smith

Podcasts (1)


Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Adam Smith
Rogues   15 septembre 2019
Adam Smith
L’homme est un animal qui fait des échanges, aucun autre animal ne fait ça, aucun chien n’échange des os avec un autre.
Commenter  J’apprécie          230
Nastasia-B   16 octobre 2014
Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations de Adam Smith
L’accroissement des capitaux qui fait hausser les salaires tend à abaisser les pro­fits. Quand les capitaux de beaucoup de riches commerçants sont versés dans un mê­me genre de commerce, leur concurrence mutuelle tend naturellement à en faire bais­ser les profits.



Chapitre 9 : Des profits du capital.
Commenter  J’apprécie          191
skyso   08 mars 2011
Enquête sur la nature et les causes de la richesse des Nations de Adam Smith
Aucune société ne peut prospérer et être heureuse, dans laquelle la plus grande partie des membres est pauvre et misérable.
Commenter  J’apprécie          110
colimasson   22 février 2013
Enquête sur la nature et les causes de la richesse des Nations de Adam Smith
La consommation est la seule fin et la seule raison d'être de toute production.
Commenter  J’apprécie          110
Ecureuil   13 octobre 2015
La richesse des nations, tome 1 de Adam Smith
Nos marchands et nos maîtres manufacturiers se plaignent beaucoup des mauvais effets des hauts salaires, en ce que l'élévation des salaires renchérit leurs marchandises [...] ; ils ne parlent pas des mauvais effets des hauts profits [NdA: i.e. les revenus du capital] ; ils gardent le silence sur les conséquences fâcheuses de leurs propres gains ; ils ne se plaignent que de celles du gain des autres.

(Livre I, Chapitre IX, p. 172)
Commenter  J’apprécie          90
Tom_Otium   07 octobre 2015
Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations de Adam Smith
Ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière, ou du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu'ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme.
Commenter  J’apprécie          90
Ecureuil   10 octobre 2015
La richesse des nations, tome 1 de Adam Smith
On a prétendu que, dans les années d'abondance, les ouvriers étaient, en général, plus paresseux et que, dans les années de cherté, ils étaient plus laborieux que dans les temps ordinaires. On en a conclu qu'une subsistance abondante énervait leur activité, et qu'une subsistance chétive les animait au travail. Qu'un peu plus d'aisance qu'à l'ordinaire puisse rendre certains ouvriers paresseux, c'est ce qu'on ne saurait nier ; mais que cette aisance produise le même effet sur la plupart d'entre eux, ou bien que les hommes, en général, soient mieux disposés à travailler quand ils sont mal nourris que quand ils sont bien nourris [...] ; quand ils sont souvent malades, que quand ils jouissent généralement d'une bonne santé, c'est ce qui ne parait pas fort probable. Il est à remarquer que les années de cherté sont en général des années de maladies et de mortalité pour les basses classes, et qui ne peuvent manquer de diminuer le produit de leur travail.

(Livre I, Chapitre VIII, p. 155)
Commenter  J’apprécie          50
Ecureuil   10 octobre 2015
La richesse des nations, tome 1 de Adam Smith
Cette amélioration survenue dans la condition des dernières classes du peuple doit-elle être regardée comme un avantage ou comme un inconvénient pour la société ? Au premier coup d'œil, la réponse parait extrêmement simple. Les domestiques, les ouvriers et artisans de toute sorte composent la plus grande partie de toute société politique. Or, peut-on jamais regarder comme un désavantage pour le tout ce qui améliore le sort de la plus grande partie ? Assurément, on ne doit pas regarder comme heureuse et prospère une société dont les membres les plus nombreux sont réduits à la pauvreté et à la misère. La seule équité, d'ailleurs, exige que ceux qui nourrissent, habillent et logent tout le corps de la nation, aient, dans le produit de leur propre travail, une part suffisante pour être eux-mêmes passablement nourris, vêtus et logés.

(Livre I, Chapitre VIII, p. 150)
Commenter  J’apprécie          50
Adam Smith
4shgoth   01 février 2017
Adam Smith
La seule fonction légitime du gouvernement est la défense des riches contre les pauvres, ou ceux qui ont quelque propriété contre ceux qui n’en ont pas du tout.
Commenter  J’apprécie          60
colimasson   27 mars 2013
Enquête sur la nature et les causes de la richesse des Nations de Adam Smith
Par nécessités, j'entends non seulement les commodités qui sont indispensablement nécessaires au soutien de la vie, mais encore toutes les choses dont les honnêtes gens, même de la dernière classe du peuple, ne sauraient décemment manquer, selon les usages du pays. Par exemple, une chemise de lin, strictement parlant, n'est pas une nécessité vitale. Les Grecs et les Romains vivaient, je pense, très confortablement, quoiqu'ils n'eussent pas de lin. Mais aujourd'hui, dans presque toute l'Europe, un ouvrier à la journée estimable aurait honte de se montrer sans une telle chemise, dont le manque serait supposé exprimer un degré repoussant de pauvreté que l'on ne suppose imputable qu'à une conduite extrêmement mauvaise.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur