AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 1980 notes)

Nationalité : Hongrie
Né(e) à : Csikvánd (Hongrie) , le 30/10/1935
Mort(e) à : Neuchâtel (Suisse) , le 27/07/2011
Biographie :

Agota Kristof (en hongrois Kristóf Ágota) est une écrivaine hongroise d'expression francophone. Elle vit en Suisse.

À l'âge de 21 ans, Agota Kristof quitte son pays, la Hongrie, alors que la révolution des Conseils ouvriers de 1956 est écrasée par l'armée soviétique. Elle, son mari et leur fille âgée de 4 mois s'enfuient et s'installent à Neuchâtel en Suisse. Son œuvre est marquée par cette migration forcée. Elle travaille tout d'abord dans une usine, avant de devenir écrivain dans sa langue d'adoption, le français.

Dramaturge à ses débuts, elle va connaître un grand succès avec sa trilogie, parue au Seuil, racontant l'histoire de jumeaux, traduite dans de nombreuses langues. Elle a reçu le Prix du Livre européen pour le premier tome, Le Grand Cahier, en 1987 et le Prix du Livre Inter, pour le troisième, Le Troisième Mensonge, en 1992. Le deuxième tome a pour titre : La Preuve.

En 1995, paraît son dernier roman : Hier, aux éditions du Seuil.

En 1997 et en 2007, toujours aux éditions du Seuil, sont publiés deux recueils de pièces de théâtre, respectivement : L'Heure grise et Le Monstre et autres pièces.

Elle a publié en 2004 aux éditions ZOÉ un récit autobiographique : L'Analphabète et aux éditons du Seuil un recueil de textes anciens inédits : C'est égal.

Lauréate de maintes récompenses, elle a notamment obtenu:
- Le prix Schiller, en 2005.
- Le prix autrichien pour la littérature européenne pour l'ensemble de son œuvre, en 2008.
- Un des prix Kossuth, le plus important de l’État hongrois pour les arts et la science, en 2011.

Mère de trois enfants et deux fois divorcée, elle s'éteint à 75 ans dans la ville où elle avait trouvé exil. Ses cendres ont été transférées dans son pays d'origine, la Hongrie, dans la ville de Kőszeg, où elle a vécu une partie de sa jeunesse.

Le fonds d'archives d'Agota Kristof se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le choix des libraires vous invite à la rencontre de Césinaldo Poignand, le propriétaire de la librairie « Ouvrir l'?il » à Lyon.  Avec lui, partagez ses coups de c?ur et ses auteurs favoris comme Agota Kristof, John Updike ou encore Lionel Trouillot.

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (186) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   11 août 2014
Le grand cahier de Agota Kristof
Mais il y a les mots anciens.

Notre Mère nous disait :

-Mes chéris ! Mes amours ! Mon bonheur ! Mes petits bébés adorés !

Quand nous nous rappelons ces mots, nos yeux se remplissent de larmes.

Ces mots, nous devons les oublier, parce que, à présent, personne ne nous dit des mots semblables et parce que le souvenir que nous en avons est une charge trop lourde à porter. (p.27)
Commenter  J’apprécie          390
iarsenea   11 janvier 2010
Le grand cahier de Agota Kristof
Pour décider si c'est «Bien» ou «Pas bien», nous avons une règle très simple: la composition doit être vraie. Nous devons décrire ce qui est, ce que nous voyons, ce que nous entendons, ce que nous faisons.

Par exemple, il est interdit d'écrire: «Grand-Mère ressemble à une sorcière»; mais il est permis d'écrire: «Les gens appellent Grand-Mère la Sorcière.»

Il est interdit d'écrire: «La Petite Ville est belle», car la Petite Ville peut être belle pour nous et laide pour quelqu'un d'autre.

De même, si nous écrivons: «L'ordonnance est gentil», cela n'est pas une vérité, parce que l'ordonnance est peut-être capable de méchancetés que nous ignorons. Nous écrirons simplement «L'ordonnance nous donne des couvertures».

Nous écrivons: «Nous mangeons beaucoup de noix», et non pas: «Nous aimons les noix», car le mot «aimer» n'est pas un mot sûr, il manque de précision et d'objectivité. «Aimer les noix» et «aimer notre Mère», cela ne peut pas vouloir dire la même chose. La première formule désigne un goût agréable dans la bouche, et la deuxième un sentiment.

Les mots qui définissent les sentiments sont très vagues; il vaut mieux éviter leur emploi et s'en tenir à la description des objets, des êtres humains et de soi-même, c'est-à-dire la description fidèle des faits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
LydiaB   31 mars 2012
Le grand cahier de Agota Kristof
Nous demandons :

- Vous désirez vraiment mourir ?

- Qu'est-ce que je pourrais désirer d'autre ? Si vous voulez faire quelque chose pour moi, mettez donc le feu à la maison. Je ne veux pas qu'on nous trouve comme ça.

Nous disons :

- Mais vous allez atrocement souffrir.

- Ne vous occupez pas de ça. Mettez le feu, c'est tout, si vous en êtes capables.

- Oui, madame, nous en sommes capables. Vous pouvez compter sur nous.

Nous lui tranchons la gorge d'un coup de rasoir, puis nous allons pomper l'essence d'un véhicule de l'armée. Nous arrosons d'essence les deux corps et les murs de la masure.. Nous y mettons le feu et nous rentrons.

Le matin, Grand-Mère nous dit :

- La maison de la voisine a brûlé. Elles y sont restées, sa fille et elle. La fille a dû oublier quelque chose sur le feu, folle qu'elle est.

Nous y retournons pour prendre les poules et les lapins, mais d'autres voisins les ont déjà pris pendant la nuit. (P145)
Commenter  J’apprécie          260
fanfanouche24   22 août 2014
Le troisième mensonge de Agota Kristof
Je me couche et avant de m'endormir je parle dans ma tête à Lucas, comme je le fais depuis de nombreuses années. Ce que je lui dis, c'est à peu près la même chose que d'habitude. Je lui dis que, s'il est mort, il a de la chance et que j'aimerais bien être à sa place. Je lui dis qu'il a eu la meilleure part, c'est moi qui dois porter la charge la plus lourde. Je lui dis que la vie est d'une inutilté totale, elle est non-sens, aberration, souffrance infinie, l'invention d'un Non-Dieu dont la méchanceté dépasse l'entendement. (Ed. du Seuil, 1991, p.179)
Commenter  J’apprécie          242
LydiaB   12 juin 2012
Le troisième mensonge de Agota Kristof
Le 30 octobre, je fête mon anniversaire dans l'un des bistrots les plus populaires de la ville avec mes compagnons de beuverie. Tous, ils me paient à boire. Des couples dansent au son de mon harmonica. Des femmes m'embrassent. Je suis ivre. Je commence à parler de mon frère, comme chaque fois que j'ai trop bu. Tout le monde dans la ville connaît mon histoire : je suis à la recherche de mon frère avec qui j'ai vécu ici, dans cette ville, jusqu'à l'âge de quinze ans. C'est ici que je dois le retrouver, je l'attends, je sais qu'il viendra quand il saura que je suis revenu de l'étranger.

Tout cela n'est qu'un mensonge. Je sais très bien que dans cette ville, chez Grand-Mère, j'étais déjà seul, que même à cette époque j'imaginais seulement que nous étions deux, mon frère et moi, pour supporter l'insupportable solitude.

La salle du bistrot se calme un peu vers minuit. Je ne joue plus, je bois seulement.

Un homme vieux, loqueteux, s'assied en face de moi. Il boit dans mon verre. Il dit :

- Je me souviens très bien de vous deux. De ton frère et de toi.

(P76-77)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
LydiaB   28 mai 2012
La preuve de Agota Kristof
Lucas prend l'enfant enveloppé du linge dans ses bras, regarde le petit visage chiffonné :

- Il ne faut plus parler de ça, Yasmine.

Elle dit :

- Il sera malheureux.

- Toi aussi tu es malheureuse, pourtant tu n'es pas infirme. Il ne sera peut-être pas plus malheureux que toi, ou que n'importe qui d'autre.

Yasmine reprend l'enfant, ses yeux sont remplis de larmes :

- Tu es gentil, Lucas.

- Tu sais mon nom ?

- Tout le monde te connaît dans la ville. On dit que tu es fou, mais je ne le crois pas.

Lucas sort, il revient avec des planches :

- Je vais lui fabriquer un berceau.

Yasmine fait la lessive, prépare le repas. Quand le berceau est prêt, ils couchent l'enfant dedans, ils le bercent.

Lucas demande :

- Comment s'appelle-t-il ? Tu lui as déjà donné un nom ?

- Oui, à l'hôpital, on le demande pour le déclarer à la mairie. Je l'ai appelé Mathias. C'est le nom de mon père. Aucun autre nom ne m'est venu à l'esprit.

- Tu l'aimais donc tant ?

- Je n'avais que lui.



(P 36-37)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
fanfanouche24   21 août 2014
Le troisième mensonge de Agota Kristof
-Tu vois, rien n'a changé. J'ai tout gardé. Même cette nappe affreuse. Demain, tu peux aller habiter la maison.

je dis:

-je n'en ai pas envie. Je jouerai plutôt avec tes enfants.

Mon frère dit:

-Mes enfants ne jouent pas.

-Que font-ils ?

-Ils se préparent à traverser la vie

Je dis:

-J'ai traversé la vie et je n'ai rien trouvé.

( Ed. du Seuil, 1991, p.66)
Commenter  J’apprécie          180
artemisia02   07 septembre 2018
Le grand cahier de Agota Kristof
Nous l'appelons Grand-Mère.

Les gens l'appellent la Sorcière.

Elle nous appelle "fils de chienne".
Commenter  J’apprécie          190
kuroineko   03 septembre 2017
L'analphabète de Agota Kristof
Je lis. C'est comme une maladie. Je lis tout ce qui me tombe sous la main, sous les yeux : journaux, livres d'école, affiches, bouts de papier trouvés dans la rue, recettes de cuisine, livres d'enfant. Tout ce qui est imprimé.
Commenter  J’apprécie          181
Sachenka   25 février 2018
C'est égal de Agota Kristof
Je me souviens...

Et je ris en observant mes convives qui se penchent, voraces, sur le civet de lièvre tiré par moi-même dans les champs étriqués de leur pays natal.

Qui n'est, en réalité, que leur chat domestique favori.
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Citations humoristiques ...

-Ah ! Dans ce cas, prenez un peu de kouign amann, c'est léger ! - Joli biscuit, drôle de nom. - Kouign veut dire "gâteau", amann, "beurre". C'est une spécialité de Douarnenez. Ce qui était bien, c'était que la recette était incluse dans le nom. Ils proposaient aussi une spécialité plus courante : l'andouille de Guéméné. Les marchands ambulants en vendaient un peu partout à Paris. Sauf devant l'hôtel de Rohan-Guéméné, sur la place Royale : le prince de Guéméné goûtait mal d'entendre sous ses fenêtres les cuisiniers crier "Andouille de Guéméné !" Indice : du chou-fleur

Tout va très bien Madame la Comtesse ! de Francesco Muzzopappa
Au service secret de Marie-Antoinette : L'enquête du Barry de Frédéric Lenormand
Tous tes secrets de Lisa Jewell
Le mystère de Roccapendente de Marco Malvaldi

12 questions
8 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , humour , citations philosophiquesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..