AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations de Alain Arnaud (II) (63)


Peu à peu, le convoi s'étiole vers Konya, ponctionné par les voies de traverse. Le voyageur songe à la vie des chauffeurs de métier qui s'épuisent sur les routes avec un volant pour boussole. Bientôt, il laisse sur sa gauche les vestiges d'un caravansérail où les hommes trouvaient nourriture et repos sur la piste des Indes et des épices, derrière les hautes murailles aujourd'hui disloquées.
Commenter  J’apprécie          310
Sur ces terres extrêmes et glacées, la nature garde tous ses droits.
Commenter  J’apprécie          302
Un mince espoir le faisait encore rêver lorsqu'il songeait à la beauté modeste de Daphné, bien plus méritoire que le cliché flatteur de la princesse blonde, un mannequin dont l'âge aurait raison de la réputation.
Commenter  J’apprécie          180
Sa vie est un filet à grosses mailles : il laisse passer les soucis vers le large et ne retient que poissons et crustacés.
Commenter  J’apprécie          182
Le soleil s'incline lentement sur l'ouest tandis qu'à leurs pieds se dresse le "château" d'Uçhisar, une cheminée de fée géante criblée d'ouvertures, les traces d'anciennes habitations, de celliers à vin et de granges.
Commenter  J’apprécie          170
Patiente et obstinée, elle écoute plus qu'elle ne se livre.
Commenter  J’apprécie          160
Le livre est un océan inépuisable. Les mots y sont à l'aise, agiles comme des poissons. Même celui qui ne sait pas nager peut s'y aventurer.
Commenter  J’apprécie          163
La peur de l'inconnu est le propre de tout être vivant.
Commenter  J’apprécie          150
Il ouvre devant moi l'exemplaire neuf et en fait défiler fièrement les pages en papier bible comme on bat des cartes neuves. Les champs dorés à l'or fin renvoient leurs éclats lumineux comme autant de lucioles aux ailes lourdes de cuir. Une pyramide de mots enrobée d'or se dresse sur le mur comme une forteresse : un trésor mural qui berce dans son hamac les rêves nocturnes du capitaine.
Commenter  J’apprécie          120
L'express côtier va rentrer ce soir dans le passage étroit du Trollfjord, un étrangloir où l'on peut presque toucher les parois sombres des deux bords, sentir les mâchoires de la montagne se rapprocher, avoir l'impression dominante que le navire est pris en étau entre les hauts murs déchiquetés où tournoient aigles et oiseaux de mer comme des charognards au-dessus d'une proie.
Commenter  J’apprécie          110
En début d'après-midi, il traverse une étonnante tempête de couleurs plaquées à même le paysage comme des vaste toiles peintes. Sous la blancheur lumineuse du ciel surgit une large palette d’ ocre et de jaunes posés sur un relief chaotique, sur une matière douce que l'on caresserait volontiers tellement elle paraît avenante. Dans les vallées comme sur les hauteurs se dressent des cheminées de fées en sentinelle, enroulées dans leur manteau de tuff.
Commenter  J’apprécie          110
Les journées lumineuses glissent comme une rivière sur laquelle vogue leur envie de vivre ou de revivre.
Commenter  J’apprécie          90
Sous la blancheur lumineuse du ciel surgit une large palette d'ocres et de jaunes posés sur le relief chaotique, sur une matière douce que l'on caresserait volontiers tellement elle paraît avenante.
Commenter  J’apprécie          90
Dans les vallées comme sur les hauteurs se dressent des cheminées de fées en sentinelles, enroulées dans leur manteau de tuf. La plupart portent une large coiffe de basalte qui leur donne un air de soldat débonnaire ou de porteuse africaine selon que le soleil les éclaire avec rudesse ou avec abandon.
Commenter  J’apprécie          80
Tout autour, les bleus changeants des fjords et les gris souriants de la voûte céleste se mélangent puis se séparent, comme dans un jeu.
Commenter  J’apprécie          70
Tout comme les longs bras des fjords retiennent la Norvège, l’empêchant de sombrer dans le gigantesque piège glaciaire du pôle Nord tendu par les trolls et leurs fantômes blancs, ou encore dans l’escarcelle de la Russie, elle se raccroche à son passé.
Commenter  J’apprécie          60
Prendre l'avion, partir et revenir, repartir de nouveau. Voilà sa vie en résumé.
Commenter  J’apprécie          60
La brise glisse sur ses joues et soulève des pollens de rêves flous, des étincelles d'espérance, entre illusions et sillages du possible.
Commenter  J’apprécie          50
Sur le côté, la tour Eiffel. Une grande soeur muette dont la renommée et la sagesse rassurent.
Commenter  J’apprécie          50
Elles refont leur chemin triomphant entre une myriades d'îles et d'archipels, comme si le pays nordique se désagrégeait sous leurs yeux en d'innombrables îlots pareils à des éclats de terre entre ciel et mer.
Commenter  J’apprécie          50



Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Alain Arnaud (II) (68)Voir plus


{* *}