AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.71 /5 (sur 90 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1939
Biographie :

Alain Demurger est un historien médiéviste français contemporain, spécialiste de l'histoire des croisades, des ordres religieux militaires au Moyen Âge.

Agrégé d'histoire, il est maître de conférence honoraire à l'université de Paris I Panthéon-Sorbonne, où il a enseigné pendant de longues années. Aujourd'hui, il consacre son temps à poursuivre ses recherches, à écrire et à faire des conférences.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le Média - Le 6 nov. 2019 Emission " La grande H, de Julien Théry. Invités, Simontetta Cerrini, Alain Demurger Les Templiers : De la Croisade au procès d’État Deux des meilleurs spécialistes de l'histoire des templiers, Simonetta Cerrini et Alain Demurger, sont ici réunis par Julien Théry (lui-même historien du procès qui mit fin à l'existence de l'ordre) pour aborder un sujet fascinant, source inépuisable de fantasmagories depuis des siècles. La fondation de la "Chevalerie du Temple", fruit de la Croisade et des nécessités de la défense des Etats latins de Terre sainte contre les Sarrasins, constitua une vraie révolution au début du XIIe siècle. Jusque là, en effet, il n'était pas imaginable que des voeux religieux soient compatibles avec l'exercice d'une activité guerrière (répandre le sang constituant une source majeure d'impureté). La combinaison entre les deux grands idéaux du Moyen Âge, le service du Christ et la prouesse chevaleresque, assurèrent cependant très vite un très grand succès à l'ordre. L'afflux des donations lui permit de constituer un immense patrimoine foncier, dont les revenus servaient aux besoins de la guerre en Palestine, tandis que d'autres ordres religieux-militaires naissaient sur le même modèle (L'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem bientôt "militarisé", les Chevaliers teutoniques, et beaucoup d'autres moins connus). L'engagement de la Chevalerie du Temple, cependant, ne suffit pas à enrayer la reconquête musulmane. Jérusalem fut perdue dès 1187 et la dernière place-forte chrétienne, Saint-Jean d'Acre, en 1291. L'ordre du Temple se replia dès lors à Chypre, d'où son état-major, autour du grand-maître Jacques de Molay, se mit à préparer de nouvelles offensives. En 1307, les accusations d'hérésie lancées contre les templiers par le roi de France Philippe IV le Bel et l'arrestation-surprise de tous les membres de l'ordre présents dans son royaume ouvrirent une crise sans précédent dans les relations entre l'Eglise et la monarchie française. Le procès truqué qui s'ensuivit représente la première grande manipulation d'Etat dans l'histoire de l'Occident. Montage Nathalie Heydel et Aurélien Laplace. Une émission de Julien Théry.

+ Lire la suite

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Jcequejelis   21 septembre 2014
Jacques de Molay - Le crépuscule des templiers de Alain Demurger
Les templiers ont agi en tant que propriétaires de bateaux qu'ils utilisent pour leur propre compte ou qu'ils louent à des tiers. Ils transportent des hommes, des marchandises et des espèces monétaires (le « portage »). Il serait pourtant erroné d'assimiler le Temple à une banque, même s'il est vrai que celui-ci fournit certains services commerciales du temps (portage, prêt).



2009 - [PBP n° 964, p.176]
Commenter  J’apprécie          140
Jcequejelis   15 septembre 2015
Les templiers - Une chevalerie chrétienne au Moyen Age de Alain Demurger
On dispose d'exemples ... qui prouvent que les templiers ont admis des femmes comme sœurs dans leur ordre. Rappelons au préalable que l'ordre de l'Hôpital, l'ordre teutonique, les ordres ibériques admettaient des sœurs qui vivaient dans des couvents séparés. Dans les cas du Temple, il semble qu'il ait existé ce qu'on appelle une structure double, à l'image de ce qui se pratiquait dans l’ordre de Fontrevaud : deux établissements, l'un masculin, l'autre féminin, liés et dirigés par une abbesse.

(...) on peut citer le cas du couvent féminin de San Giacomo in Campo Corbolini à Florence, signalé à partir de 1293 ; ou le cas de maisons hospitalières passées sous le contrôle du Temple.

Autre exemple surprenant : celui des moniales du couvent cistercien de Mülhen, qui on décidé de passer au Temple et qui, en 1324, douze ans après la suppression de l'ordre, refusaient toujours d'abandonner la règle du Temple au profit de celle des hospitaliers auquel leurs couvent devait revenir.

Ce qui fait dire à Simonetta Cerrini que les « derniers templiers furent en réalité des templières » !



2718 – [Points H404, p. 131/132]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Jcequejelis   24 mai 2014
Jacques de Molay - Le crépuscule des templiers de Alain Demurger
N'oublions pas que tout croisé en route pour la Terre sainte part avec l'espoir de visiter les lieux sacralisé par la présence de Jésus, de la Vierge et des saints ; pereginus, pèlerin, est le nom le plus souvent donné par les textes du temps aux croisés. Louis IX visita tous les Lieux saints, encore aux mains des chrétiens (Nazareth par exemple).



1759 - [PBP n° 964, p. 36]

Commenter  J’apprécie          120
Jcequejelis   20 août 2014
Jacques de Molay - Le crépuscule des templiers de Alain Demurger
... en histoire, il faut respecter la chronologie et l'ordre des faits.



1958 - [PBP n° 964, p. 171]
Commenter  J’apprécie          100
Jcequejelis   20 septembre 2015
Les templiers - Une chevalerie chrétienne au Moyen Age de Alain Demurger
Dans les textes de l'époque, le terme equus ! « cheval » désigne tout cheval en général, mais de plus en plus le cheval de guerre ; mais il y a des mots plus précis. La triade de base est composée du destrier, le cheval du chevalier, le cheval de combat, que les écuyers tiennent à destre, à main gauche ; du palefroi, cheval des dames et des clercs, le cheval de voyage par excellence ; et du roncin (de « rosse », mot d'origine germanique), le robuste cheval de travail. Mais la réalité est plus vairée : le roncin sert en temps de guerre, de même que la mule, pourtant le plus souvent utilisés comme animal de bât.



2723 – [Points H404, p. 190]
Commenter  J’apprécie          80
Jcequejelis   16 juin 2014
Jacques de Molay - Le crépuscule des templiers de Alain Demurger
Dans le dernier tiers du XIIe siècle, les principaux souverains d'Occident, les rois d'Angleterre, de France, de Castille, d'Aragon et de Sicile, sans qu'on puisse les taxer d'hostilité envers les ordres, ont cherché à réduire les privilèges concédés par le passé à ceux-ci dans leurs Etats. C'est le cas en Catalogne où le roi d'Aragon, également comte de Barcelone, veut se rendre totalement maître de la basse vallée de l'Ebre...



1820 - [PBP n° 964, p. 129]
Commenter  J’apprécie          80
Jcequejelis   16 septembre 2015
Les templiers - Une chevalerie chrétienne au Moyen Age de Alain Demurger
J'ai dit que l'ordre du Temple n'était pas un instrument de promotion sociale ; tel on était dans le siècle, tel on restait au Temple. C'est dans l'ensemble vrai : la plupart des chevaliers de l'ordre sont restés des anonymes. Mais pour les dignitaires de l'ordre, majoritairement issus de ces milieux de petite et moyenne noblesse (ceci est le cas des maîtres de la province de Lombardie, tous issus de l'aristocratie militaire du Piémont), les hautes fonctions qu'ils exerçaient en faisaient de puissants personnages : Jacques de Molay, le dernier grand maître, était un petit noble comtois, mais il parlait d'égal à égal avec le pape, le roi de Chypre ou le roi d’Aragon ; avec le roi de France aussi sans doute, jusqu'à ce jour du 13 octobre 1307 ...



2719 – [Points H404, p. 134/135]
Commenter  J’apprécie          70
Jcequejelis   11 septembre 2015
Les templiers - Une chevalerie chrétienne au Moyen Age de Alain Demurger
Règle et statuts du Temple ont ... été diffusés hors de l'ordre. Certains traits de la règle et des statuts de l'ordre de l'Hôpital (sur les chapelains, la tenue des chapitres, les dignitaires) supposent une influence du Temple. Plus directement, l'Eglise a donné aux ordres religieux-militaires des Porte-Glaives (en Livonie) et de Dobrin (en Prusse et en Pologne), fondés au début du XIIIe siècle, la règle du Temple. Quant à l'ordre teutonique, fondé vers 1190-1191 lors du siège d'Acre et transformé en ordre militaire en 1198, il a reçu la règle du Temple pour ce qui concerne sa vie conventuelle et son activité militaire, et la règle de l'Hôpital pour son activité d'assistance.



2717 – [Points H404, p. 107]
Commenter  J’apprécie          70
Jcequejelis   18 septembre 2015
Les templiers - Une chevalerie chrétienne au Moyen Age de Alain Demurger
Les chapelles des maisons templières ont été parfois le noyau de nouvelles paroisses. De la même façon qu'ils ont fondé des villages neufs dans certaines régions, templiers et hospitaliers ont modelé le réseau paroissial dans les zones sous-équipées et sous-encadrées : dans le diocèse de Limoges, une trentaine de paroisses tirent leur origine d'une implantation des ordres militaires.



2721 – [Points H404, p. 167]
Commenter  J’apprécie          70
Jcequejelis   25 mai 2014
Jacques de Molay - Le crépuscule des templiers de Alain Demurger
Lorsqu'il quitte la Terre sainte en 1254, Louis IX laisse sur place ce que l'on a appelé le « régiment français », soit un contingent de cent chevaliers (avec écuyers, valets, palefreniers, tous également en état de combattre), entièrement soldé par le roi de France et basé dans un premier temps à Jaffa ; il est placé sous le commandement de Geoffroy de Sergines, un des meilleurs capitaines de Louis IX pendant la croisade. C'est en effet de forces permanentes de ce genre, comparables à celles constituées par les ordres religieux-militaires, plutôt que de croisade, temporaire, que les Etats latins ont besoin. Ce régiment français restera opérationnel jusqu'à la chute d'Acre en 1291. Le roi d'Angleterre Edouard Ier imitera le roi de France un peu plus tard en envoyant un contingent placé sous la direction d'un seigneur franc-comtois passé à son service, Otton de Grandson. La route de ce dernier va croiser, à plusieurs reprises, celle de Jacques de Molay.



1764 - [PBP n° 964, p. 37]
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur