AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.71 /5 (sur 89 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 25/12/1941
Mort(e) le : 02/07/2008
Biographie :

Pseudonyme de Alain Sicard, Alain Dister est l'auteur de nombreux ouvrages concernant le rock. Il a travaillé pour le magazine spécialisé Rock & Folk. Son ouvrage, Oh hippie, days !, rend compte de l'Amérique de la fin des années 1960 (la libération sexuelle, les drogues, la musique psychédélique, etc), qu'il a lui-même vécue, avec une touche Beat Generation (sujet sur lequel il a d'ailleurs écrit un livre).

Photographe, notamment connu pour ses photographies du monde du rock'n'roll et des États-Unis des années 1960, il a exposé ses œuvres dans divers musées et galeries à travers le monde. Alain Dister était producteur pour France Culture et critique d'art pour la revue Connaissance des arts. Il vivait et travaillait à Paris et en Bourgogne. Son regard sur les attitudes, les esthétiques du rock, du punk et de divers courants non pris en compte à l'époque par la culture académique (notamment en France) fait de lui un témoin de la "contre-culture".

Alain Dister est mort mercredi 2 juillet 2008 à Paris des suites d’un cancer. Il était âgé de 66 ans.
+ Voir plus
Source : wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Alain Dister
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
JeffreyLeePierre   24 mai 2020
Oh, hippie days ! : Carnets américains (1966-1969) de Alain Dister
Paul Kantner, guitariste du Jefferson Airplane : "Ce ne fut peut-être pas l'été d'amour, mais l'âge d'or de la baise, sûrement !"
Commenter  J’apprécie          00
Woland   02 novembre 2010
Oh, hippie days ! : Carnets américains (1966-1969) de Alain Dister
[...] ... Jeudi 18 août 1966 :



Un couple de motards astique ses machines anglaises, une BSA Goldstar et une Triumph Bonneville, toutes deux bizarrerment équipées de pneus à crampons, comme des trails, sans doute pour explorer les chemins caillouteux qui remontent le long des canyons, entre Half Moon Bay et le Golfe de Monterey et plus loin vers le sud, tout au long de la Route One. Elle a le type indien, merveilleux effet d'un métissage pas si lointain. Et lui doit descendre de quelque Irlandais, avec son regard vert et son sourire de loup. Ils ont la beauté de Richard et Mimi Fariña [Mimi n'était autre que la soeur de Joan Baez], héros d'entre deux mondes, plus tellement beats et pas encore hippies, des voyageurs ancrés dans le mythe de la route, prêts à partir pour aller nulle part, juste sentir le vent, la vitesse, la mort toute proche dans un rush d'amphétamines.



Un grand barbu me propose une balade à Berkeley, de l'autre côté du Bay Bridge. "Are you happy ?" demande-t-il dans un grand sourire, en me malaxant l'épaule. "Uh ? Are you really happy ? Es-tu vraiment heureux ?", quelque part entre drague homo et politesse hippie défoncée. En roulant, je fais quelques photos de la traversée du Bay Bridge, de ses haubans et de cette route trop claire que l'herbe rend encore plus blanche. A Oakland, nous nous arrêtons dans une maison fréquentée par des Hell's Angels, qui ont tôt fait de réaliser que je ne suis pas le genre de gars avec lequel ils vont pouvoir passer un moment rigolo. En fait, je n'ai rien de hip, sinon une curiosité naïve qui surprend toujours. En revenant sur San Francisco, je réalise encore quelques photos surexposées de ce fascinant pont suspendu.



Valérie aussi aime bien me promener à travers la ville. Elle a tenu à me faire découvrir la librairie City Lights Books, de Lawrence Ferlinghetti, sur Columbus Avenue. Elle a ramené de France une 2 CV Citroën camionnette grise, ahanante, moche, mais totalement originale dans le contexte. En fait, la voiture la plus inadaptée aux toboggans de San Francisco. Elle grimpe en gémissant et en première les rues escarpées de North Beach, refuse d'en emprunter certaines, risque à tous moments de dévaler une pente sans freins et en marche arrière. Mais elle roule. Elle peut transporter les pots de peinture, les toiles, tout le matériel qui sert au travail de Valérie dans les studios de l'Art Institut, sur Chesnut Street. Valérie, frêle, arc-boutée au volant de sa 2 CV, est une des figures tutélaires de cet endroit paisible, à l'écart du tumulte du monde, indifférent aux bouleversements en cours dans le Haight Ashbury. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PCousson   16 juillet 2012
Les Beatles de Alain Dister
La musique appartient à tout le monde. Il n’y a que les éditeurs pour croire qu’elle appartient à quelqu’un.(John Lennon)

Commenter  J’apprécie          90
Woland   02 novembre 2010
Oh, hippie days ! : Carnets américains (1966-1969) de Alain Dister
[...] ... Mi-juin 1969 :



La communauté de Vallejo Street est squattée par des gens qui trouvent le quartier moins malsain que le Haight Ashbury. Pas un ne travaille et les défonces vont bon train. Une seule question taraude les esprits : où trouver la meilleure dope ? et quand est-ce qu'on s'envoie en l'air ? et avec quoi ? Les conversations ne tournent plus qu'autour de cela. Moi, la dope, j'en ai ras le bol. Trop d'hallus, de paranos, de niaiseries soi-disant planantes. Trop de jours perdus, de gestes absurdes comme d'aller balancer mon matos photo au premier venu ... Alors, quand une fille m'a offert, avec un petit air de commisération, une capsule de MDA (anagramme de MAD ?), je l'ai balancée dans la première poubelle. Pour cette fille, c'était forcément un remède, une voie obligée. Elle avait même appelé ça un sacrement ... Sacrement, mon cul !



T'as des angoisses, bang, une capsule et terminé ... Pas besoin de réfléchir, de discuter, de confronter les points de vue, ni de mettre en oeuvre quoi que ce soit. Ils sont tous pareils, ces jeunes vétérans des années Ashbury, avec leur dialectique de la drug culture, cette nouvelle tyrannie, taulards d'une relation au produit, manipulés jusqu'à leur autodestruction terminale par ceux qui ont intérêt à les voir disparaître - eux, leurs communautés, leurs mouvements pacifistes, leurs élans libertaires, leur folie généreuse, leur dangereux amour, leur refus du monde de la consommation ...



Quand je rentre du boulot, épuisé, les mains maculées de peinture qu'il va falloir gratter, les vêtements et les cheveux imprégnés d'effluves de térébenthine le dos cassé, les yeux rougis, j'ai du mal à supporter ces assemblées de gens écroulés, en train de tirer sur leurs pétards, leur lenteur, l'odeur même de cette herbe qui n'est même pas de bonne qualité ... Shit, oui, elle porte bien son nom certains jours ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PCousson   10 juillet 2012
Les Beatles de Alain Dister
Le travail, c' est la vie, vous savez, et sans lui il n' y a que peur et insécurité.(John Lennon)
Commenter  J’apprécie          80
PCousson   16 juillet 2012
Les Beatles de Alain Dister
Le vieux gag sur le fric, le pouvoir et la gloire … les Beatles avaient tout cela, et ils ont réalisé qu’ils n’avaient rien du tout.(John Lennon)

Commenter  J’apprécie          70
PCousson   16 juillet 2012
Les Beatles de Alain Dister
Si tout le monde demandait la paix au lieu d’un autre poste de télévision, alors il y aurait la paix.

(John Lennon)

Commenter  J’apprécie          60
Josepha_Anh   02 octobre 2016
La Beat Generation : La génération hallucinée de Alain Dister
Lorsqu'il s'attaque en 1951, après des tentatives étalées sur plusieurs années, à la rédaction définitive de Sur la route, Jack Kerouac n'a qu'une idée en tête : retrouver ce flot naturel, spontané, ce fameux premier jet qu'il admire tant chez Cassady. Pour éviter toute rupture dans le flux de l'inspiration, il décide de taper son manuscrit sur un rouleau continu de 40 mètres. Il travaille vite, sous amphétamines ; tape durant trois semaines, se laisse prendre au cliquetis de la machine comme à un razzmatazz de batterie, s'accorde au beat de la frappe, en rythme avec un jazz intérieur - la grande musique des mots, le swing des syllabes, le jazz des phrases - le beat, la pulsion même du roman.
Commenter  J’apprécie          40
Marti94   17 mai 2014
It's Only Rock and Roll de Alain Dister
Les stars d'aujourd'hui vivent dans le mensonge pré-fabriqué de leur sacro-sainte image et se méfient des photographes qui prétendent plonger dans le secret de leur âme. [...]

Bourgogne, 25 août 1989
Commenter  J’apprécie          50
Josepha_Anh   02 octobre 2016
La Beat Generation : La génération hallucinée de Alain Dister
A côté de Kerouac ou Ginsberg, qui flirtent avec la sainteté, Burroughs apparaît comme l'âme damnée du mouvement. Il occupe une place à part dans la littérature beat, du fait de son thème exclusif, la drogue. Burroughs massacre les phrases comme les neurones, à coups de mots-couteaux, d'une effrayante lucidité traversée de paranoïas hallucinées. Jack Kerouac rêve. William Burroughs fait des cauchemars.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Sale temps !

Poème de Pierre Corneille

Orage, Oh désespoir !
Orage et désespoir !
Ô rage ! ô désespoir !

12 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , fables , littérature , films , chanson françaiseCréer un quiz sur cet auteur
.. ..