AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 211 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tunisie , 1943
Biographie :

De famille landaise, Alain Dubos, pédiatre, a exercé la médecine humanitaire en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique noire et en Amérique centrale. Il a été vice-président de l’organisation « Médecins sans frontières ».
Écrivain, il témoigne de ses expériences dans Les Rizières des barbares (Julliard, 1980), La Fin des Mandarins (Julliard, 1982), Tu franchiras la frontière (Julliard, 1986) et Sans frontières (Presses de la Cité, 2001).
Alain Dubos est également l’auteur de plusieurs romans, pour la plupart publiés aux Presses de la Cité, dans lesquels il s’attache à décrire ses terres landaises et le Sud-Ouest. (Les Seigneurs de la Haute Lande, La Palombe noire, La Sève et la Cendre, Le Secret du docteur Lescat).
En 2002 et 2003 ont parus les deux volumes d’un diptyque sur l’Acadie, province mythique du Nouveau Monde (Acadie, Terre promise et Retour en Acadie).
Avec La Plantation de Bois-Joli (2005) et La Baie des Maudits (2006), Alain Dubos se penche sur le tumultueux passé américain. Dernièrement, il a publié Constance et la Ville d’Hiver (Presses de la Cité, 2007) et Rouges rivières (Timée Éditions, 2008).
+ Voir plus
Source : www.pocket.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Emission : Un jour,un livre #27 Le dernier combat du Docteur Cassagne livre d'Alain Dubos.


Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
domisylzen   13 septembre 2017
Le dernier combat du docteur Cassagne de Alain Dubos
Tu te rends compte ? Enfeindre la loi quand seuls ceux qui la font ont le droit de se torcher avec.
Commenter  J’apprécie          230
BVIALLET   25 avril 2012
Les Amants du Saint-Laurent de Alain Dubos
Comment tolérer ça plus longtemps ? Comment continuer à vivre sous le joug, à voir tant d'énergie détournée et nos Canadiens réduits à mendier la liberté de vivre à leur guise sur leur terre ? Car c'est bien leur terre, n'est-ce pas, où gît leur ascendance, où palpite leur matrice. Cartier, Champlain, Talon, Frontenac ! Seigneur ! Que penseraient de nous ces hommes s'ils revenaient au monde ?
Commenter  J’apprécie          60
ides60   19 août 2010
Le secret du docteur Lescat de Alain Dubos
le discours du professeur Charron confirmait le programme officiel de la république en médecine. Les praticiens des villes allaient déferler sur les champs pour le plus grand bonheur de populations enfin égales en droits sanitaires. Adieu les serviteurs récompensés, les aventuriers des armées et des colonies reclassés dans le secours des malades. Exit les amateurs plus ou moins éclairés, les braves bougres synapistes et leurs frères en misère thérapeutique. On en ferait de bons brancardiers, à la rigueur des infirmiers.
Commenter  J’apprécie          50
LiliGalipette   27 mai 2011
Landes, de terre et d'eaux de Alain Dubos
« Il est des pays dont la violence est maîtrisée par un décor en apparence pacifié, et que tourmentent pourtant, au hasard des colères de la nature, les catastrophes. Les Landes sont de cette famille-là, qui proposent au regard du passant les harmonies de leur paysage et, pour qui prendra le temps de regarder sous l’horizon, les décombres de leurs confrontations avec les humeurs du ciel. […] C’est cet ouvrage d’eau, de forêt, de silence et d’erratique humanité dont il sera question ici. Le parti prix est celui de la quiétude, pour l’esprit comme pour les yeux, à la recherche d’une vérité, d’un équilibre que seule la vision d’un peintre, avec ses approximations infiniment poétiques est capable de trouver. » (p. 5)
Commenter  J’apprécie          40
sissou60   20 août 2012
Constance et la Ville d'Hiver de Alain Dubos
Elle marcha à ses côtés dans Bordeaux, docile et peu bavarde. L'homme au visage émacié, aux mains puissantes, en compagnie de qui elle arpentait les rues de la ville, l'attirait et l'inquiétait en même temps. Cet inconnu au regard limpide couleur d'océan était son père. Un lien ténu l'attachait à lui, tissé de curiosité bien plus que d'une quelconque affection. Qu'adviendrait-il d'elle de toute façon?
Commenter  J’apprécie          40
Glesker   19 décembre 2012
Acadie, Terre promise de Alain Dubos
Les Français ont un art si consommé de se détruire eux-mêmes que l'on peut se demander pourquoi on leur fait si souvent la guerre. Monsieur Voltaire, dont les avis comptent à Versailles [...] chaque fois qu'il ouvre la bouche ou prend la plume pour évoquer longuement nos régions, cet homme fait pour nous plus qu'une flotte entière. Alors, longue vie à Monsieur Voltaire !
Commenter  J’apprécie          40
mariechrist67   04 décembre 2019
La plantation de Bois-Joli de Alain Dubos
Il y eut octobre, noyé sous d'épaisses pluies de tropiques, et quelques tempêtes. Cela venait du sud, sans prévenir, balayait les brouillards étalés avec paresse sur la rivière, déferlait en rafales ployant les cimes, arrachant la mousse des arbres, précipitant à l'eau des bois morts, par centaines.
Commenter  J’apprécie          40
cactus52   01 juin 2020
Constance et la Ville d'Hiver de Alain Dubos
Si tu veut, je t'emmène en Afrique, au pays des épices odorantes, des pécheurs d'éponges, de fruits dont Ulysse et ses compagnons se nourrirent, lui avait dit Rémi. Il faut avoir confiance en nos destinées. Des villes se construisent en Tunisie, les gens y viennent de toute la Méditerranée. Nous y vivrons au fil de mes missions de santé publique. C'est un monde qui s'ouvre, une belle aventure. Tu verras le désert, aussi, les oasis et mille autres beautés de la nature. Et puis un jour, tu trouvera ta liberté, là ou ailleurs, sans moi.
Commenter  J’apprécie          30
Spilett   11 janvier 2012
La plantation de Bois-Joli de Alain Dubos
"Du moment où le jour apparaît jusqu'au moment où le soleil s'efface derrière l'horizon", tels étaient les horaires de travail des esclaves.
Commenter  J’apprécie          40
Pixie-Flore   13 novembre 2015
Sans frontière de Alain Dubos
Lubet pense aux ombres qui peuplent le camp, civils ballottés par des évènements qui les dépassent, innocents que l'on sauve du massacre quand on en a le temps, et que l'on concentre entre des barbelés pour qu'ils cessent d'encombrer les routes et les abords des villes, quémandeurs agaçants de nourriture, de feu, de vêtements.

Emmerdeurs planétaires.



[p129]
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..