AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.7 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 05/05/1934
Mort(e) le : 29/09/2018
Biographie :

Alain Ducellier, agrégé, docteur d'État, est professeur émérite à l'université de Toulouse-Le Mirail.

Il enseignait l'histoire de Byzance et des mondes chrétiens d'Orient.

Il a publié Le Drame de Byzance. Idéal et échec d’une société chrétienne Paris, Hachette, 1976, [rééd. poche Pluriel 1994], Avec Michel Balard, il a dirigé Constantinople 1054-1261. Tête de la Chrétienté, proie des Latins, capitale grecque, Paris, Autrement, “ Mémoires ”, 1996.

Son champ d’étude s’étend aux relations entre chrétiens et musulmans d’Orient au Moyen Âge. Il lui a consacré de nombreux ouvrages : Le miroir de l'islam. Musulmans et Chrétiens d'Orient au Moyen Âge (VIIe-XIe siècles) Paris, Gallimard, Coll. Archives, n°46, 1973, Chrétiens d’orient et Islam au Moyen Âge (VIIe-XVe siècles) Paris, A. Colin, 1996 et en collaboration, Le Moyen Âge en Orient, Byzance et l’Islam, Paris, rééd. Hachette, 1997.

Il se consacre aussi aux migrations - notamment dans l’ouvrage, en collaboration, Les chemins de l’exil. Bouleversements de l’Est européen et migrations vers l’Ouest à la fin du Moyen Âge, Paris, A. Colin, 1991- et aux questions contemporaines : monde balkanique, et diasporas de Méditerranée.
+ Voir plus
Source : /www.iesr.ephe.sorbonne.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Alain Ducellier   (9)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89   16 juillet 2012
Le Moyen Age en Orient : Byzance et l'Islam, Des Barbares aux Ottomans de Alain Ducellier
Au XIIe siècle, le paysan byzantin reste libre en droit : il circule à son gré, lègue et vend sa terre à sa guise, jouit des mêmes garanties juridiques que n'importe quel autre sujet des basileis. IL garde même en principe un statut privilégié, car la législation macédonienne, qui le protégeait des entreprises des riches, n'a jamais été abolie par les Comnènes. Pourtant, ce paysan se fait rare : épidémies, guerres, troubles intérieurs, pression des grands propriétaires entraînent à la fois exode rural et baisse démographique que ne compensent pas les replis d'Asie mineure occupée.
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   31 octobre 2015
Byzance, IVe-XVe siècle de Alain Ducellier
L’empereur se définit par son titre, basileus, terme grec qui désigne le roi […]. Il est d’abord fidèle envers Dieu, qui lui confère son pouvoir, et orthodoxe, ce qui est le fondement de sa légitimité, et lui confère le pouvoir absolu d’autokratôr. Ce pouvoir s’exerce sur l’Empire par excellence, le seul légitime et universel, le seul qui corresponde à la terre entière ou oikoumène, l’Empire des Romains.
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   11 novembre 2015
Byzance, IVe-XVe siècle de Alain Ducellier
L’appartenance au Sénat n’est ni une fonction, ni une dignité, mais la conséquence induite de la dignité que l’on possède, la qualité sociale qui en découle.
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   21 mars 2015
Byzance, IVe-XVe siècle de Alain Ducellier
Soit on représente à la fois les deux natures [du Christ], on les confond pour pouvoir représenter le Christ-homme et l’on tombe dans le monophysisme. Soit on ne représente que la nature humaine ; on sépare les deux natures et l’on est taxé de nestorianisme.
Commenter  J’apprécie          60
colimasson   29 mars 2015
Byzance, IVe-XVe siècle de Alain Ducellier
L’Empire byzantin est d’abord la continuation de Rome : l’Empire est une magistrature dont l’empereur n’est que le détenteur provisoire. Les facteurs constituants de l’époque romaine subsistent, même s’ils deviennent de plus en plus formels. L’empereur est d’abord l’imperator : à la proclamation par l’armée fait suite l’élévation sur le pavois. Le Sénat, devenu un simple ordre social, n’intervient que dans les cas difficiles et, pour la dernière fois, à l’époque de Théodora (1055-1056) ; son approbation se manifeste par la présence des sénateurs lors de la cérémonie tenue à l’hippodrome de Constantinople où se déroule l’acclamation par le peuple. C’est cette procédure, plus ou moins respectée, qui fait de l’empereur le « pieux élu de Dieu », selon la formule consacrée.
Commenter  J’apprécie          40
colimasson   17 mars 2015
Byzance, IVe-XVe siècle de Alain Ducellier
Ainsi s’affirme l’identité de ce que nous appelons l’Empire Byzantin : un empire qui reste romain, qui se veut fondamentalement chrétien, qui reste à son corps défendant oriental et qui utilise la langue grecque. Cette définition restera valable durant les onze siècles de son existence.
Commenter  J’apprécie          40
colimasson   22 novembre 2015
Byzance, IVe-XVe siècle de Alain Ducellier
Dans la théorie byzantine, l’Eglise est un corps mystique dont le Christ est la tête et les cinq patriarches les cinq sens : c’est la pentarchie, qui manifeste la collégialité des cinq patriarcats, Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem.
Commenter  J’apprécie          40
colimasson   20 novembre 2015
Byzance, IVe-XVe siècle de Alain Ducellier
Le système politique et social qui permet à l’Empire de survivre face aux invasions repose sur la petite paysannerie : elle nourrit la population et fournit l’essentiel des ressources de l’Etat par l’impôt, essentiellement foncier, par le gros des troupes des thèmes et même, pendant un certain temps, des tagmata.
Commenter  J’apprécie          30
Henri-l-oiseleur   22 octobre 2015
Byzance et le monde orthodoxe de Alain Ducellier
Face à l'infidèle comme au chrétien, les traités de tactique invitent les généraux à toujours préférer l'astuce au déploiement de force, et le plus beau compliment, pour un souverain, est de vaincre sans répandre le sang, car, dans ce monde authentiquement chrétien, le meurtre est toujours détestable, fût-ce celui d'un infidèle abattu au combat. dans ces conditions, l'idée même de guerre sainte est inconcevable : on en fait reproche aux musulmans, mais combien plus aux Latins dont la croisade, qui consiste à "brandir la croix dune main et l'épée de l'autre", est sentie en Orient comme une damnable déviation.
Commenter  J’apprécie          20
colimasson   18 novembre 2015
Byzance, IVe-XVe siècle de Alain Ducellier
On mesure ainsi l’évolution qui marque l’Empire byzantin à son apogée, de l’avènement des Macédoniens à la chute des Comnènes ; le succès repose sur un Etat fort assis, du plus haut fonctionnaire à l’humble soldat, sur la notion de service public, certes profitable pour celui qui l’exerce, mais ouvert. L’évolution conduit à une fermeture aristocratique qui remplace le service de l’Etat par la fidélité personnelle. Elle correspond à une évolution socio-économique qu’elle précipite.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le Livre dont vous êtes la victime de Arthur Ténor

Comment se prénomme le garçon qui va vivre l'aventure ?

Axel
Alex
Alexandre
Alexis

10 questions
194 lecteurs ont répondu
Thème : Le livre dont vous êtes la victime de Arthur TénorCréer un quiz sur cet auteur

.. ..