AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.19 /5 (sur 26 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 27/12/1920
Mort(e) le : 21/01/2013
Biographie :

Alain Gheerbrant est un poète et un explorateur français.

Il fonde en 1945 K éditeur (Georges Bataille, Antonin Artaud, Benjamin Péret, Jacques Vaché ou Camille Bryen avec qui il composa l’Anthologie de la poésie naturelle).

Dès 1948, il quitte Paris et prend la tête de l’expédition Orénoque Amazone.

Il a dirigé, de 1948 à 1950, l'expédition dont il a tiré son récit de voyage : L'Expédition Orénoque-Amazone, paru en 1952 et devenu un classique de la littérature de voyage.

C'est lui et son équipe qui, entre 1948 et 1950, entreprennent la première traversée de la Sierra Parima, jusqu'alors "enfer vert absolument impénétrable" et seulement peuplé de tribus indiennes inconnues du monde blanc.

À cette occasion, il établit un contact pacifique avec les Indiens Yanomami qu'on appelait alors Guaharibos.

Il ne cesse de parcourir le monde à la découverte de sociétés nouvelles.

Son ouvrage le plus célèbre paraît en 1969 : Le Dictionnaire des symboles, écrit en collaboration avec Jean Chevalier (Robert Laffont).

Son dernier ouvrage L’homme troué vient de paraître aux éditions Sabine Wespieser.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Une histoire virevoltante d'un jeune homme à la dérive sauvé par la poésie. Benjamin Pitchal signe « La classe verte », aux éditions Gallimard. Un premier roman inspiré de son histoire personnelle, dans laquelle l'écrivain mêle différents aspects de sa vie de jeune adulte : ses rapports avec son grand-père biologique, Alain Gheerbrant, sa passion pour les livres anciens et son séjour en prison.

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (6) Ajouter une citation
Mijouet   13 avril 2012
L'expédition Orénoque-Amazone 1948 - 1950. de Alain Gheerbrant
Un petit Guaharibo de la pirogue qui a fait naufrage est venu sans bruit s'installer au-dessus de moi, dans un hamac suspendu à côté de celui de Saudi. Il est jaune et rond, avec une tête de fille. Entre les mailles de coton rayé, j'aperçois ses yeux en amande qui brillent en suivant le mouvement de mon crayon sur mon carnet. Un de ses pieds épais aux doigts boudinés se détache au-dessus du hamac comme une fleur brune sur le fond vert des feuillages qui nous entourent. Il est bientôt fatigué de me regarder et sort de je ne sais où une belle ficelle de coton blanc qu'il noue, tord et détord entre ses doigts et sa bouche. Surgissent des carrés, des losanges, des rectangles. Il fait machinalement les mêmes jeux que nous enseignaient nos grand-mères, le sauvage, le beau petit sauvage nu qui court dans la forêt, mange des fleurs ou des vers de terre et attrape pour le plaisir les petits animaux roux endormis dans leur terrier…
Commenter  J’apprécie          60
Mijouet   21 janvier 2013
Des hommes qu'on appelle sauvages de Alain Gheerbrant
La vie de Guaharibos est insouciante autant qu’elle est précaire. Ils vivent le plus clair de leur temps étendus dans leurs hamacs de fibre, sous leurs petits abris triangulaires. Les hommes se battent parfois contre quelque clan voisin, ou bien s’en vont marauder dans la forêt, plutôt que réellement chasser. Les femmes dorment, rêvent, se balancent et papotent interminablement. Dès que le lait gonfle leurs seins, elles éprouvent un irrésistible besoin de le donner, sans distinction, à tout ce qui est à la fois animé et petit, aussi voyons-nous souvent voisiner fraternellement sur leur poitrine des petits d’hommes, de chien, de singes ou d’autres « êtres ».

Enfin le sorcier voulant nous éblouir par son adresse, nous révèle un jour que les Guaharibos connaissent les mêmes petits jeux de ficelle qu’apprennent en Europe, les grand-mères à leurs petits-enfants…

Commenter  J’apprécie          60
tristantristan   07 septembre 2018
L'expédition Orénoque-Amazone 1948 - 1950. de Alain Gheerbrant
Ce sont des indiens Guayaberos.(...) Depuis qu'existe le village de San José du Guaviare, ils ont cessé de se peindre le visage et le corps(...) Ils ont cessé de courir nus dans la forêt, de respecter les chants et les danses requis par le dieu Soleil, et de progresser ainsi, suivant leur temps à eux, comme ils le faisaient depuis des millénaires.(...) L'âme collective de la tribu a disparu et rien ne l'a remplacée. (...) La maladie et surtout cette fatigue de ne plus comprendre ce qu'ils sont ni ce qu'ils font ni ce qu'il faut qu'ils fassent les abat comme des épis qui n'auraient plus la force de pomper dans le sol de quoi se nourrir.
Commenter  J’apprécie          40
tristantristan   28 décembre 2019
L'Amazone : Un géant blessé de Alain Gheerbrant
L'indien amazonien est porté à sentir la présence d'êtres surnaturels dans tout le spectacle de la nature qui le frappe par son étrangeté ou sa majesté.
Commenter  J’apprécie          50
tristantristan   29 décembre 2019
L'Amazone : Un géant blessé de Alain Gheerbrant
La culture indienne, à l'inverse de la nôtre, procède par composition avec la nature: les animaux sont des gens comme nous, disent les Indiens; les arbres, les montagnes, ont une âme, ou plusieurs.
Commenter  J’apprécie          30
tristantristan   16 septembre 2018
L'expédition Orénoque-Amazone 1948 - 1950. de Alain Gheerbrant
(...) bien des hommes blancs rêvent d'un retour aux origines. or, l'origine n'est pas la Maquiritare. (...) Il a les mêmes besoins, les mêmes problèmes fondamentaux que nous. Il est homme au même sens que nous, il travaille et progresse comme nous l'avons fait (...)

L'origine est le Guaharibo, qui vit dans le ventre de la forêt, crépuscule du monde (...), le Guaharibo qui ne travaille pas, qui existe seulement, comme les plantes et les animaux, à peine différencié. Celui qui voudrait retourner aux origines n'oublie qu'une chose: c'est que pour être Guaharibo il faut accepter le commandement originel du neutre, du fade. Il faut refuser tout sel, tout piment (...)
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur