AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.87/5 (sur 114 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Casablanca (Maroc)
Biographie :

Alain Pozzuoli est né au Maroc, à Casablanca.

Alain Pozzuoli a fait des études de droit et de cinéma. Il est scénariste, parolier (pour Magali Noël et Marie Laforêt) anthologiste, auteur-radio (France Inter, France Culture) et a adapté plusieurs classiques du Fantastique en dramatiques et en feuilletons. On lui doit également un dictionnaire du Fantastique, ainsi que la première biographie de Bram Stoker en français, Bram Stoker : prince des ténèbres.

Source : http://www.hammerfestival.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Alain Pozzuoli   (49)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec les auteurs Jean-Marie Potiez et Alain Pozzuoli Jean-Marie Potiez est auteur, journaliste musical et biographe officiel du groupe suédois ABBA pour les pays francophones ("Abba, la légende" en 2001, "Abba, une légende nordique", 2010 - éd. Didier Carpentier) qu'il a rencontré et interviewé, en groupe et séparément, à de nombreuses reprises. Devenu spécialiste des années 1970 et de la musique disco, il possède également une grande connaissance de la variété française et internationale. Il est régulièrement invité en tant qu'expert du disco et du groupe ABBA à la télévision et à la radio, en France et en Belgique. Jean-Marie Potiez a vécu plusieurs années en Suède, ce qui lui a permis d'étoffer ses recherches et de rencontrer les principaux acteurs de la Carrière d'ABBA. L'accès à de nombreuses archives (dont celles du groupe) et les interviews de chacun des membres et de leurs principaux collaborateurs, lui ont permis d'ajouter une foule de détails et d'anecdotes inédites.

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
Alain Pozzuoli
L’écriture est-elle un exutoire, un acte salvateur, ou au contraire une damnation imparable pour celui ou celle qui y succombe ? Écrire est-il un acte fantastique ? L’écrivain est-il un passeur permettant au lecteur d’enjamber la frontière séparant deux mondes, le réel et l’imaginaire, le vrai et le faux, le visible et l’invisible, au risque de s’y perdre lui-même ? Ces deux univers ont-ils la chance de se croiser un jour, de s’imbriquer l’un dans l’autre, défiant ainsi toutes les règles de la logique et des mathématiques (encore qu’en ce dernier domaine les choses soient moins rigides qu’on pourrait le penser) ? Nombre d’écrivains en donnent une réponse tragique non seulement par leurs écrits, par leur œuvre, mais également par leur propre vie, par leur cheminement personnel, par les aventures intimes.

(Le sang des écrivains)
Commenter  J’apprécie          140
Pourtant, avant que l'époque hippie et les textes engagés n'arrivent, si la chanson yé-yé a un tel impact sur la jeunesse, ce n'est pas le fait du hasard, mais d'une raison simple. Alors que le rock prend ses racines dans le collectif, dans la contestation globale d'une jeunesse face à l'ordre établi, alors qu'il se pose d'une certaine manière sur le terrain du social ( comme le fait la chanson engagée sur le politique), la chanson yé-yé, elle, est du domaine de l'affect, de la sphère privée. En effet, nombre d'adolescents, autant dire toute une génération, se construisent, à l'époque, sur des chansons, sur un référent à des modèles qui sont les idoles véhiculant les mêmes émotions ressenties par les jeunes du même âge.
Commenter  J’apprécie          110
Les ateliers de tatouage jouxtaient l’ancien quartier réservé de Yoshiwara, à Edo, et les pensionnaires des maisons de rendez-vous étaient souvent tatouées. Pour les courtisanes, le tatouage permettait d’exprimer la sincérité de leur amour, ou d’acquérir un charme supplémentaire. En outre, il existait une forme raffinée de tatouage réservé surtout aux femmes, l’irozumi, mot construit par référence à irezumi, tatouage, avec la racine iro, qui veut dire aussi bien « couleur » que tout ce qui à trait à l’érotisme. Ce genre de tatouage reste invérifiable, et peut-être est-il tout simplement légendaire. On l’appelle aussi « tatouage caché », et il passait pour être le plus douloureux : une poudre blanche était incrustée sous la peau, et restait invisible, sauf sous l’effet d’une boisson alcoolisée, du bain, ou du plaisir sexuel, auquel cas elle devenait légèrement rose. La substance utilisée, à base de blanc de plomb, était particulièrement nocive. Ainsi, les initiales de l’amant devenaient visibles sur la face de la cuisse de celle qu’il faisait jouir. Ce tatouage d’amour se retrouvait parfois à l’intérieur du poignet. En revanche, si l’amant changeait, il fallait brûler toutes les traces de l’ancien amant. Une prostituée d’Oshima portait un crabe tatoué au ventre, comme pour ne pas lâcher sa proie. De nombreux tatouages secrets avaient une vocation plus ou moins érotique. La peau froide d’une femme entièrement tatouée devait provoquer des sensations reptiliennes… En retour, la fréquentation de prostituées tatouées pouvait être le déclencheur d’une vocation artistique.
[Marc Kober – Fleurs de peau – Irezumi et horimono (le tatouage japonais)]
Commenter  J’apprécie          73
Dans la région arctique, qui comprend trois groupes principaux, la religion chamanique est fondée sur le culte de la nature, la croyance aux esprits. Les tatouages servent à signaler les succès (chasse à la baleine), et servent de protection ou de talisman. Il s’agit d’écarter les forces maléfiques des orifices du corps. Ce sont des signes protecteurs pour les enfants dès la naissance, notamment contre la noyade. En particulier, les épaules, la poitrine, et les articulations sont considérées comme les portes de l’âme et sont donc tatouées. Du point de vue technique, le tatouage est pratiqué par drainage, et par points de piquage. 
[Marc Kober – Fleurs de peau – Le tatouage dans le continent américain] 
Commenter  J’apprécie          60
Le mot tatouage viendrait effectivement d’un mot tahitien, « dessin », ou encore d’un verbe signifiant « blesser » [« tata(t)u » (frapper, ou blesser) : « ta » renvoie au dessin, et « tou » à l’esprit]. C’est dire si cet art insulaire a su influencer toute l’histoire moderne du tatouage, et exporter durablement ses caractéristiques. La transcription anglaise est dû au capitaine Cook et à son chroniqueur Banks. Le processus du tatouage, les instruments et les matières utilisés furent décrits avec précision grâce au journal de l’explorateur. Le tatouage occupait une place si importante dans la vie tribale des Polynésiens que la tradition orale véhiculait certains mythes expliquant son origine. C’est le cas d’un mythe maori et d’un mythe marquisien. Ce dernier en particulier monte la relation entre la force virile, la séduction des femmes, et le mariage. L’épreuve du tatouage suppose un voyage initiatique, et apporte en échange des pouvoirs magiques. L’importance du caractère de séduction du tatouage est marqué aussi chez les femmes, soucieuses de corriger le vieillissement de la peau et les rides, mais c’est un héros mythologique masculin, Olifat, qui traduit pour la Micronésie l’importance de ce pouvoir de séduction. Les femmes tombaient amoureuses de lui à la seule vue de ses tatouages. Selon le mythe, c’est lui qui enseigna à la population l’art de l’aiguille. 
[Marc Kober – Fleurs de peau – Le tatouage polynésien] 
Commenter  J’apprécie          50
Il y a des moments dans la vie, où on éprouve le besoin de faire le point. Des moments où toutes nos certitudes, tous nos repères vont à vau-l'eau, et l'on se dit: " Si je ne me ressaisis pas illico, je fonce dans le mur." Bref, des moments de remise en question fondamentales et, il faut bien l'avouer, particulièrement chiantes.
Commenter  J’apprécie          60
En Amérique du Sud, l’usage de la sève d’une plante, le génipa, qui produit un effet comparable au henné, donne lieu à une peinture corporelle, dont les plus brillants auteurs sont les Indiens d’Amazonie. Or, on ne trouve que très rarement trace d’une pratique du tatouage dans le continent sud-américain. Il semblerait que, pour marquer des évènements ponctuels, la peinture corporelle et faciale ait pris toute sa valeur cultuelle, au détriment du tatouage. Les motifs représentés présentent une grande similitude avec ceux des tatouages, et peuvent durer plusieurs semaines. L’aspect de dessins bleu-noir au génipa a pu être confondu avec de véritables tatouages. Les encres végétales des Kuna ou des Caduvéo, si remarquables, sont peut-être le vestige d’une pratique plus ancienne du tatouage qui aurait disparu pour des raisons inexpliquées. 

En Amérique du Nord, le tatouage est une pratique attestée et unanime, mais il n’en reste pas de traces en raison de la disparition des peuples qui le pratiquaient. […] La pratique du tatouage est décrite par les missionnaires, mais elle ne sera pas étudiée avant le XIXe siècle, époque trop tardive pour avoir une connaissance réelle de l’art indien du tatouage. La réaction des Occidentaux alterne entre l’horreur et l’étonnement à l’idée des souffrances endurées. Pour les Indiens, il s’agirait d’un rite de passage à l’âge adulte, avec choix d’un nouveau nom, d’un moyen de s’identifier à un groupe, sans parler d’une mise à l’épreuve du courage. Le tatouage est fait en principe par piqûre, et la couleur peut aller du charbon à deux couleurs. 
[Marc Kober – Fleurs de peau – Le tatouage dans le continent américain] 
Commenter  J’apprécie          40
L'intérêt d'un écrivain pour ses semblables le rend aveugle à la mesquinerie. A tant chercher l'humain derrière la créature, on finit par côtoyer le criminel et on le trouve sympathique.
Commenter  J’apprécie          60
Au Maghreb, les tatouages renvoient aux périodes capitales de la vie d’une jeune fille : puberté et mariage. Dans ce cas, le tatouage correspond à un « atour », un cadeau au fiancé. 
Un chevron se pose sur le front, siège des sentiments ; de la lèvre inférieure au menton, un tatouage vertical, dit ayyala ou siyyala, renvoie à la féminité et à la puberté. La bouche est protégée. La première fonction n’est donc pas le repérage de la tribu d’appartenance. 
Le sens du tatouage est souvent devenu purement ornemental depuis son origine berbère. Les signes bleutés deviennent un élément essentiel de séduction. Plusieurs chercheurs, […], ont étudié la variété et la beauté des tatouages marocains. En particulier, une autre approche, selon l’inconscient, et suivant l’ordre du discours amoureux, peut être aussi féconde. 
Ainsi, la jeune Marocaine peut se faire tatouer à deux occasions, qui sont la puberté et le mariage, si elle suit la tradition populaire. L’association entre le cycle du sang et l’effacement de l’hymen se redoublerait par la souffrance sous la pointe de l’aiguille.  
[Marc Kober – Fleurs de peau – Wachma (le tatouage au Maghreb et dans le monde arabe)] 
Commenter  J’apprécie          40
45 TOURS
_________

Créé dans les années 1950 pour succéder au 78 tours, le 45 tours est un disque microsillon en vinyle, à deux faces, chacune incluant une chanson. Une spécificité française est de présenter quatre titres par 45 tours, deux par face, à la différence de tous les autres pays européens et étrangers qui n'en comportent que deux ; à l'exception des disques spécifiquement produits pour les juke-boxes.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Alain Pozzuoli (170)Voir plus

¤¤

{* *} .._..