AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.36 /5 (sur 135 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sarzeau , le 06/05/1668
Mort(e) à : Boulogne-sur-Mer , le 17/11/1747
Biographie :

Alain-René Lesage est un romancier et auteur dramatique français.

Il fait ses études au Collège de Vannes. Il a le malheur de perdre à 14 ans son père qui, notaire royal et greffier, lui laisse une petite fortune que ses tuteurs ne tardent pas à dilapider. Il fait son droit à Paris où il s'inscrit au Palais comme avocat. Il se marie en 1694 et deux de ses enfants, René-André, dit Montmenil, et François-André, dit Pittence, deviennent acteurs.

Il commence par traduire plusieurs pièces issues de la littérature espagnole d'auteurs comme Francisco de Rojas Zorrilla, Lope de Vega ou Calderon.

Alain-René Lesage connaît son premier succès comme auteur dramatique en 1707 grâce à une pièce en un acte "Crispin, rival de son maître". La même année il publie un roman à succès "Le Diable boîteux", satire originale de la société française. En 1709, il fait représenter à la Comédie Française sa pièce la plus célèbre "Turcaret ou Le Financier", peinture d'un réalisme saisissant et impitoyable des milieux de la finance de son époque.

Prolifique, il donne de 1712 à 1735 au Théâtre de la Foire une centaine de pièces, bluettes plus ou moins brillantes, mais qui, selon Lintilhac, contiennent « d'utiles renseignements sur sa conception de la vie et la meilleure des clés du Gil Blas ».

C'est précisément ce roman, "Gil Blas de Santillane", qui, publié à partir de 1715, assure sa notoriété. Écrit en un style aisé et clair, d'aucuns le considèrent comme le roman le plus français de notre littérature.
+ Voir plus
Source : www.lycee-lesage-vannes.ac-rennes.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Théâtre
Matthieu GALEY, Guy DUMUR, Gilles SANDIER parlent de : - "Turcaret", d'Alain René LESAGE, mis en scène par Jacques DAVILA (Festival du Marais). - "L'Etourdi", de MOLIERE, mis en scène par Jean Louis THAMIN (TEP). - "La Maison du père" ("Min Far Hus") de Eugenio BARBA par la Compagnie danoise Odin Teatret en hommage à Fédor Dostoïevski (Théâtre de la Cité...

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Alain-René Lesage
Nastasia-B   09 novembre 2013
Alain-René Lesage
Un bel esprit n'est pas nécessaire pour faire son chemin.



TURCARET.
Commenter  J’apprécie          482
Alain-René Lesage
genou   10 janvier 2017
Alain-René Lesage
la justice est une si belle chose, qu'on ne saurait trop cher l'acheter.
Commenter  J’apprécie          354
Melpomene125   13 octobre 2018
Histoire de Gil Blas de Santillane de Alain-René Lesage
Je n’étais nullement fâché d’avoir renoncé à la médecine ; au contraire, je demandais pardon à Dieu de l’avoir exercée. Je ne laissai pas de compter avec plaisir l’argent que j’avais dans mes poches, bien que ce fût le salaire de mes assassinats.
Commenter  J’apprécie          300
Melpomene125   25 octobre 2018
Histoire de Gil Blas de Santillane de Alain-René Lesage
Vive Dieu ! s’écria-t-il, partons donc en diligence ; car ce docteur est si expéditif, qu’il ne donne pas le temps à ses malades d’appeler des notaires. Cet homme-là m’a bien soufflé des testaments.
Commenter  J’apprécie          290
Nastasia-B   09 novembre 2013
Turcaret, suivi de "Crispin rival de son Maître" de Alain-René Lesage
FRONTIN : Madame, vous allez bientôt avoir la fille dont je vous ai parlé.

LA BARONNE : Monsieur, voilà le garçon que je veux vous donner.

M. TURCADET : Il paraît un peu innocent.

LA BARONNE : Que vous vous connaissez bien en physionomie !

M. TURCADET : J'ai le coup d'œil infaillible. Approche, mon ami ; dis-moi un peu, as-tu déjà quelques principes ?

FRONTIN : Qu'appelez-vous des principes ?

M. TURCADET : Des principes de commis ; c'est-à-dire, si tu sais comment on peut empêcher les fraudes, ou les favoriser ?

FRONTIN : Pas encore, Monsieur ; mais je sens que j'apprendrai cela fort facilement.

M. TURCADET : Tu sais au moins l'arithmétique ? Tu sais faire comptes à parties simples ?

FRONTIN : Oh oui, Monsieur, je sais même faire des parties doubles. J'écris aussi de deux écritures, tantôt de l'une, tantôt de l'autre.

M. TURCADET : De la ronde, n'est-ce pas ?

FRONTIN : De la ronde, de l'oblique.

M. TURCADET : Comment, de l'oblique ?

FRONTIN : Hé oui, d'une écriture que vous connaissez, là, d'une certaine écriture qui n'est pas légitime.



TURCADET, Acte II, Scène 4.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Nastasia-B   27 mai 2015
Histoire de Gil Blas de Santillane : Livres I à VI de Alain-René Lesage
Je trouvai Aurore en déshabillé. Je la saluai fort respectueusement et de la meilleure grâce qu’il me fut possible. Elle me reçut d’un air riant, me fit asseoir auprès d’elle malgré moi, et dit à son ambassadrice de passer dans une autre chambre. Après ce prélude, qui ne me déplut point, elle m’adressa la parole : Gil Blas, me dit-elle, vous avez dû vous apercevoir que je vous regarde favorablement et vous distingue de tous les autres domestiques de mon père ; et, quand mes regards ne vous auraient point fait juger que j’ai quelque bonne volonté pour vous, la démarche que je fais cette nuit ne vous permettrait pas d’en douter.

Je ne lui donnai pas le temps de m’en dire davantage. Je crus qu’en homme poli je devais épargner à sa pudeur la peine de s’expliquer plus formellement.



LIVRE IV, Chapitre II : Comment Aurore reçut Gil Blas et quel entretien ils eurent ensemble.
Commenter  J’apprécie          200
SZRAMOWO   24 janvier 2015
La Valise trouvée de Alain-René Lesage
LETTRE X

D’un provincial qui est à Paris pour procès, à un de ses parents, à Saint-Lô.



Vous me demandez, cousin, comment je vis à Paris, depuis que j’y poursuis le procès qui me retient. Pour contenter votre curiosité, je vous dirai que j’y passe le temps fort agréablement. J’emploie toute la matinée à faire ma cour à mon procureur et à ses clercs. Ensuite je reviens dîner à mon auberge avec deux vieux plaideurs, Manceaux, dont l’entretien est très instructif pour un jeune normand, qui s’affectionne à la procédure. Après un repas de la dernière frugalité, je vais au café, qui est un lieu fort convenable à tout provincial qui n’a point de connaissance à Paris.

Vous qui n’êtes jamais sorti de l’enceinte de Saint-Lô, vous ne sauriez avoir une idée juste de ces sortes d’endroits. Je vais vous faire une peinture fidèle de deux célèbres cafés que je fréquente, vous pourrez juger par-là des autres.

Dans l’un, vous voyez dans une vaste salle ornée de lustres et de glaces, une vingtaine de graves personnages, qui jouent aux dames ou aux échecs sur des tables de marbres, et qui sont entourés de spectateurs attentifs à les voir jouer.

Les uns et les autres gardent un si profond silence, qu’on entend dans la salle aucun bruit que celui que font les joueurs en remuant leurs pièces. Il me semble qu’on pourrait justement appeler un pareil café, le café d’Harpocrate.

Véritablement c’est un endroit où l’on peut dire qu’on est comme dans une solitude, quoique l’on soit avec soixante personnes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
chartel   06 décembre 2012
Turcaret de Alain-René Lesage
J’admire le train de la vie humaine. Nous plumons une coquette, la coquette mange un homme d’affaires, l’homme d’affaires en pille d’autres : cela fait un ricochet de fourberies le plus plaisant du monde.
Commenter  J’apprécie          100
Alain-René Lesage
dido600   29 mai 2017
Alain-René Lesage
Il ne faut pas mettre dans une cave un ivrogne qui a renoncé au vin.
Commenter  J’apprécie          90
chartel   06 décembre 2012
Turcaret de Alain-René Lesage
Le public aime rire aux dépens de ceux qui le font pleurer.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Petit quiz 14 Juillet

Qui a chanté en premier cette chanson ON N'EST PAS LÀ POUR SE FAIRE ENGUEULER dont voici un extrait: "On n'est pas là pour se faire engueuler on est là pour voir le défilé! On n'est pas là pour se faire assommer on est venu pour voir le défilé! Si tout le monde était resté chez soi, ça f'rait du tort à la République."

Coluche
Boris Vian
Bobby Lapointe

7 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : 14 juillet , fêtes traditionnelles , france , nation , français , defiles , littérature , cinema , chansonCréer un quiz sur cet auteur

.. ..