AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.53 /5 (sur 51 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris
Biographie :

J'ai depuis longtemps une passion : la peinture.
Après avoir peint de longues années, le blog que j'ai créé, « Si l’art était conté », est consacré à des récits, nouvelles, et écrits divers consacrés à l’art.
Mon premier roman « QUE LES BLÉS SONT BEAUX : L’ultime voyage de Vincent Van Gogh » publié en novembre 2018 se veut un hommage à Vincent Van Gogh universellement admiré de nos jours : des années de recherches dans l’impressionnante correspondance de l’artiste ainsi que de nombreux documents ont été nécessaires pour donner une âme au livre.
Une nouvelle collection « Si les œuvres parlaient », pouvant être lue dans n'importe quel ordre, regroupe mes recueils de nouvelles en mots et en images : le temps d’une promenade avec mes amis peintres, ceux-ci revivent à nouveau :
CONTER LA PEINTURE en 2020
DEUX PETITS TABLEAUX en 2021

Blog : http://www.httpsilartetaitconte.com/
Facebook : https://www.facebook.com/ayvars

Interview du 11 juin 2019 :
https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/2019/06/interview-dalain-yvars-peintre-et.html

Les bénéfices de mes livres sont reversés à l'association RÊVES aidant les enfants gravement malades.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Alain Yvars   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (108) Voir plus Ajouter une citation
Tandarica   07 février 2021
Conter la peinture : Si les oeuvres parlaient de Alain Yvars
— Quel morceau de peinture, maître !

— Vos remarques me réjouissent, Samuel ! J’ai la chance d’être le portraitiste le plus recherché d’Amsterdam : cela me permet de m’exprimer librement. Je me moque de la critique des bourgeois. Vous savez, depuis que j’ai commencé à peindre, je me bats contre le conformisme, la mièvrerie, les mensonges. J’aime la fantaisie, l’exagération, l’originalité, et même, parfois, l’extravagance. Je pense m’en être approché dans ce tableau...
Commenter  J’apprécie          500
Tandarica   07 août 2021
Deux petits tableaux : Si les oeuvres parlaient de Alain Yvars
Pourtant, je sais par expérience qu'il ne faut pas rester trop longtemps dans un musée car la vue se brouille et l'on finit par passer impassible devant des chefs-d'œuvre.

(p. 13)
Commenter  J’apprécie          461
enjie77   20 juillet 2019
Que les blés sont beaux : L'ultime voyage de Vincent Van Gogh de Alain Yvars
Je marchai lentement, impressionné par le spectacle d'ombre et de lumière. En Provence, il m'arrivait de ressentir des émotions devant la nature qui me rendaient proche de l'évanouissement. Petit à petit, le soleil s'élevait dans un ciel azur déserté de nuages. Les brumes sur l'eau disparaissaient. Dans un renfoncement de la rive, des barques et de nombreuses yoles longues et minces, de toutes couleurs, étaient amarrées.



Deux skifs effilés passèrent à grande vitesse sous les encouragements des barreurs qui imprimaient la cadence. Les hommes, habillés de maillots rayés, brassant l'eau à grands coups de pelles, grimaçaient dans l'effort avec "han" retentissants. Les skifs disparurent derrière une rangée d'arbres. Des vaguelettes agressives s'écrasèrent bruyamment sur les bateaux immobilisés, soulevant les coques de secousses ondulantes. Dans l'eau, les reflets colorés des embarcations s'effacèrent un court instant, puis le calme revint.



Pages 127/128
Commenter  J’apprécie          321
Cancie   14 novembre 2021
Que les blés sont beaux : L'ultime voyage de Vincent Van Gogh de Alain Yvars
Encore une toile qui va prendre du temps à sécher, me dis-je ? « Les tableaux empâtés sont comme le bon vin, il faut que cela cuve longtemps, le disait souvent Gauguin à Arles » Cette expression me fit sourire.
Commenter  J’apprécie          330
enjie77   26 juin 2021
Deux petits tableaux : Si les oeuvres parlaient de Alain Yvars
Etrange bonhomme, pense Vincent. Il range son matériel et examine la toile à distance. Georges avait parfaitement senti la souffrance contenue de cette église. Était-ce sa propre souffrance, celle qui l'étreignait en Provence, au point d'hurler parfois ? Non! C'était autre chose, une sorte de cri : un cri humain....



Depuis son arrivée à Auvers, Vincent était heureux. Un sentiment d'allégresse montait en lui. Il le sentait, les murs de cette église allaient bientôt s'ouvrir. La plainte allait se transformer en chant.



page 77
Commenter  J’apprécie          323
Cannetille   04 juin 2019
Que les blés sont beaux : L'ultime voyage de Vincent Van Gogh de Alain Yvars
Je veux créer un art qui sera celui de l’avenir… Le portrait moderne est ce qui me passionne le plus dans mon métier, celui qui permet de révéler l’âme du modèle avant son apparence. Je voudrais faire des portraits qui apparaîtront aux gens qui les verront dans un siècle comme des apparitions…
Commenter  J’apprécie          320
Cancie   13 novembre 2021
Que les blés sont beaux : L'ultime voyage de Vincent Van Gogh de Alain Yvars
Depuis mon retour je voyais le Nord avec un œil différent. Les couleurs environnantes étaient douces, sans agressivité. Rien à voir avec celles du Midi si intenses qui m’éblouissaient parfois.
Commenter  J’apprécie          320
Tandarica   08 août 2021
Deux petits tableaux : Si les oeuvres parlaient de Alain Yvars
Eugène se taisait, attristé par la mélancolie que son tableau inspirait à Louis-Auguste. Celui-ci finit par dire, fataliste :

– Eugène, une nouvelle fois, comme souvent dans notre histoire, c'est le petit peuple qui se bat, mais c'est toujours les puissants qui gagnent !

Delacroix vint vers son ami et le prit tendrement par les épaules.

– Tu as raison Louis-Auguste. Mais, à chaque nouveau combat, ils continuent d'espérer…

(p. 41)
Commenter  J’apprécie          311
Jolap   01 juillet 2020
Que les blés sont beaux : L'ultime voyage de Vincent Van Gogh de Alain Yvars
Je peins la vie comme je la ressens. Ma méthode: peindre en une seule fois en se donnant tout entier; exagérer l'essentiel et laisser dans le vague, exprès, le banal. Un tableau doit être autre chose qu'un reflet de la nature dans un miroir, une copie, une imitation. J'ai compris qu'il ne fallait pas dessiner une main, mais un geste, pas une tête parfaitement exacte mais l'expression profonde qui s'en dégage, comme celle d'un bêcheur reniflant le vent quand il se redresse fatigué...





( L'auteur Alain Yvars, donne ici la parole à Van Gogh)
Commenter  J’apprécie          302
Cancie   20 novembre 2021
Que les blés sont beaux : L'ultime voyage de Vincent Van Gogh de Alain Yvars
Je mélangeai sur la palette le jaune de cadmium avec un soupçon de rouge, puis balayai la chevelure avec la pâte ocre obtenue. J’étalai ensuite un mauve moyen sur l’ensemble de la robe et couvrit de jaune mixé d’une pointe de vert le visage, les avant-bras et les mains. Des bâtonnets bleu cobalt lacérèrent la robe. Les volumes étaient suggérés uniquement par l’inflexion de ces bâtonnets : verticaux dans l’épaisseur de la jupe, incurvés sur la pliure du bras, courbés sur la poitrine. Des traits arrondis terminèrent l’ondulation des cheveux.
Commenter  J’apprécie          293

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Red Queen

Dans quelle ville vit Mare ?

Summerton
Corvium
Pilotis
Archeon

12 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Red Queen, tome 1 de Victoria AveyardCréer un quiz sur cet auteur