AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.61 /5 (sur 90 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Middlesex , le 20/08/1947
Biographie :

Alan Lee est un illustrateur anglais.

Il se tourne très jeune vers l'illustration et va étudier cette discipline à l'Ealing School of Art. En 1975, il part s'installer à Dartmoor près du Devon. Ses illustrations s'inspirent beaucoup des travaux d'Arthur Rackham et de Charles Robinson, mais aussi des années 1950 et 60.

Malgré des études tournées vers l'illustration, avant 1978, Alan Lee était plus orienté vers l'édition et l'art commercial. Après 1978, Alan Lee fait de nombreuses illustrations de roman féerique, comme Faeries (avec Brian Froud), Lavondyss par Robert Holdstock, The Mabinogion, Castles, Merlin Dreams... Plus tard, Alan Lee se passionne pour les œuvres de Tolkien. D'ailleurs, à l'occasion du 100e anniversaire de la naissance de Tolkien, il illustre les couvertures de la réédition de la trilogie, le calendrier 1993 de JRR Tolkien et la couverture de Bilbo le Hobbit. Ensuite, il s'attaque à deux grands classiques : l'illustration de l'Iliade et l'Odyssée respectivement en 1993 et 1995.

Toujours passionné par Tolkien, il accepte de travailler avec John Howe sur le film de Peter Jackson : la trilogie du Seigneur des anneaux, et il y illustrera les objets, les décors, et comme le dit Brian Sibley « lui et John Howe donneront le look du film et matérialiseront la vision de Peter Jackson ».

Le travail d'Alan Lee lui a permis de recevoir de nombreuses récompenses : en 1993, il reçoit la médaille de Kate Greenaway pour l'illustration Black Ships Before Troy ; en 1998, il obtient le Prix World Fantasy et enfin, en 2004, Alan Lee reçoit son premier Oscar de la meilleure direction artistique pour son travail sur le troisième volet du Seigneur des Anneaux.

A chaque fois qu'il a du temps libre, Alan Lee retourne dans le même petit village sur le bord de Dartmoor près du Devon. Ses centres d'intérêt sont les mythes et légendes, la littérature, la musique, la poésie, mais aussi l'archéologie.

En 2005 est sorti au Royaume-Uni son dernier livre Cahier de croquis du Seigneur des Anneaux.

En 2007, il illustre l'édition de Les Enfants de Húrin et en 2017 celle de Beren et Lúthien.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Alan Lee   (18)Voir plus


Entretien avec l`illustrateur Alan Lee à propos de Beren et Lúthien


Le 30/10/2017

Avez-vous toujours été un lecteur de Fantasy et de littérature de l`imaginaire et quand avez-vous découvert l`oeuvre de J.R.R. Tolkien ?

J`ai toujours été fasciné par les légendes, les folklores, les mythes et notamment la mythologie nordique même si tous les types de mythologies m`intéressent, d`où qu`ils viennent. C`est par ce biais que j`ai appréhendé la littérature fantastique. Cela a été ma porte d`entrée vers ce genre et l`objet de mes premiers dessins.

Je devais avoir 17 ans quand j`ai découvert l`oeuvre de Tolkien. Je travaillais comme jardinier dans un cimetière quand un ami m`a donné le livre Le Seigneur des Anneaux. J`ai immédiatement été fasciné par le livre qui semblait réunir tout ce que j`aimais. En le lisant, j`avais l`impression d`entrer dans un monde nouveau mais que je connaissais déjà, dans lequel j`avais, d`une certaine façon, déjà vécu.


Vous avez travaillé sur de nombreuses oeuvres de J.R.R. Tolkien. La dernière en date est donc Beren et Lúthien qui présente différentes versions d`une même histoire, celle de ce couple improbable composé de Beren, un humain et Lúthien, une elfe. En quoi cette histoire est-elle importante dans l`oeuvre de Tolkien ?

Je pense que c`est l`un des textes les plus importants de Tolkien. C`est une histoire à laquelle il revenait sans cesse, quelles que soient les étapes de sa vie. Pour autant, je ne pense pas que les différentes versions aient été conçues comme des essais ou des brouillons. Il ne cherchait pas son style ou bien la meilleure façon, la façon définitive de raconter cette histoire. Je pense qu`il voulait véritablement explorer toutes ses facettes.

C`est d`ailleurs ce qui est fascinant avec cette édition de Beren et Lúthien : d`un côté on assiste à la naissance d`un mythe ainsi qu`à ses différentes variations, et de l`autre on assiste à l`histoire de sa fabrication avec ses modifications plus ou moins importantes et signifiantes.





Le livre a été décrit par certains spécialistes de Tolkien comme l`une de ses oeuvres les plus personnelles. Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus sur cet aspect ? Avez-vous été tenté de le refléter d`une manière ou d`une autre dans vos illustrations ?

La poignante histoire racontée dans Beren et Lúthien est née de son expérience personnelle. Il se trouve en Angleterre en 1917 pendant la première guerre mondiale. En poste dans le Yorkshire et déprimé par la guerre, il est rejoint par sa femme qui, lors d`une promenade dans un jardin, se met à danser. Cette danse va profondément le marquer. [NDLR : Sur la tombe de sa femme, il écrira d`ailleurs le nom de Luthien, rejoint quelques années plus tard par celui de Beren].

J`ai pensé un moment à refléter le caractère personnel de cette histoire en donnant par exemple les traits de Tolkien et de sa femme aux personnages principaux mais je me suis rendu compte que cela n`était pas nécessaire, que cela n`apportait rien aux illustrations. Le lecteur peut se pencher sur l`importance de cette histoire dans la vie de l`auteur s`il le souhaite mais je n`avais pas à “forcer” outre mesure cette association.


On trouve neuf aquarelles originales et plusieurs crayonnés. Comment s`est effectué le choix des illustrations ?

Je tenais à ce que les illustrations épousent, pour le lecteur, la lecture du texte. Ce n`est pas toujours possible de faire cela, de véritablement accompagner le récit tout le long du texte mais je trouve toujours frustrantes les éditions dans lesquelles le lecteur se retrouve face à des dessins qui illustrent des passages à venir.

Mon travail est vraiment d`être au service de l`histoire sans interférer avec elle. Il s`agit d`illustrer les passages importants sans ajouter d`autres éléments. Cela peut ainsi se comparer à une musique d`atmosphère : il faut aider le lecteur à saisir l`ambiance et le ton du livre. Cela implique forcément une grande fidélité avec le texte.


Christopher Tolkien, le fils de J.R.R. Tolkien est également son exécuteur testamentaire. Il est très impliqué dans les différentes publications de l`oeuvre de son père. Pour illustrer ce récit, avez-vous fait appel à lui et à ses indications ou bien est-ce que seul le texte de J.R.R. Tolkien était important ? Est-ce que vous aviez d`autres inspirations que le texte, pour le ton, les couleurs de vos illustrations ?

A travers mes éditeurs anglais, j`ai posé de nombreuses questions et leur ai donné différentes versions de mes dessins afin d`avoir le plus de retours possible de Christopher Tolkien. L`histoire de Beren et Lúthien est très importante pour lui. Je voulais donc absolument écarter tous les dessins qu`il ne voulait pas et garder ceux qui lui plaisaient. Il y a, en ce sens, une certaine dimension de collaboration. Encore une fois, l`illustrateur est au service de l`histoire et du texte et c`est Christopher Tolkien qui est le garant de cet ouvrage.

Je ne pense pas, par ailleurs, avoir fait appel à d`autres textes que ceux présents dans le livre. Etant donné l`importance des animaux dans ce récit, j`ai cependant beaucoup regardé d`ouvrages animaliers. L`idée était d`emmagasiner le plus d`informations possible pour mes propres illustrations sans les surcharger.


En parlant d`animaux, si l`on retrouve Beren et Lúthien sur la magnifique couverture, un chien est également présent, Huan. Est-ce que vous pouvez nous parler un peu de ce personnage ?

Oui, c`est un immense chien très attachant qui joue un rôle important dans l`histoire puisqu`il aide les deux héros dans leurs aventures. C`est grâce à lui que Lúthien délivre Beren, alors prisonnier de Tevildo. En lisant le texte, je me représentais une sorte de “hellhound”, un chien légendaire issu de différents folklores du nord de l`Europe. C`est d`ailleurs une référence de Tolkien pour ce personnage.


Quels sont les autres personnages importants du récit ? J`ai personnellement été marqué par le Chat Tevildo justement, qui devient Sauron un peu plus tard...

C`est en effet, pour ceux qui ne connaissaient pas l`histoire originale, l`une des grandes surprises de ce livre et qui le rend d`autant plus intéressant. C`est tout l`intérêt de lire une histoire à travers ses différentes versions. Dans les premières, on découvre que Beren est prisonnier d`un chat maléfique nommé Tevildo au service de Melko. Dans les versions ultérieures, le chat est remplacé par la personne -tout aussi maléfique- de Sauron. Mais la présence du chat n`est pas complètement effacée par la suite puisque Tolkien décrit l`Oeil de Sauron comme “entouré de feu, [...] jaune comme celui d`un chat, vigilant et fixe, et la fente noire de la pupille ouvrait sur un puits, fenêtre ne donnant sur rien”. Tevildo, malgré les couches successives apportées par Tolkien à ce récit au cours de sa vie, a donc survécu !


Christopher Tolkien déclare dans son introduction que ce serait peut-être le dernier livre qu`il allait publier. Allez-vous continuer, de votre côté, à dessiner Tolkien ?

Si j`en ai l`opportunité, je continuerais volontiers à dessiner des scènes issues de son oeuvre dont nous n`avons certainement pas tout découvert. Je n`ai certes pas envie de m`enfermer dans cette oeuvre mais il est indéniable que l`on pourrait y passer une vie entière et y découvrir toujours de nouvelles choses.
J`ai cependant aussi d`autres territoires à explorer. En ce moment je travaille sur un projet autour de quelques uns des poèmes les plus anciens de la langue anglaise. Décidément, mon chemin ne cesse de croiser celui de J.R.R. Tolkien, puisque ce dernier était également un professeur de langue et de littérature anglaises et qu`il a beaucoup étudié ces poèmes.


Enfin, comment interprétez-vous le succès toujours continu de Tolkien ?

C`est toujours extraordinaire de voir à quel point l`oeuvre a “conquis” le monde. De l`Angleterre à la Chine, Tolkien est admirablement accueilli. Peut-être que le film ainsi que les paysages de la Nouvelle-Zélande, qui ont un caractère "pur", presque vierge, a joué un rôle dans ce succès universel. Les gens ont pu accueillir l`oeuvre pour ce qu`elle est mais aussi y mettre un peu de leur propre imagination.


Découvrez Beren et Lúthien de Tolkien et illustré par Alan Lee aux éditions Christian Bourgois :


Propos recueillis par Pierre Krause
Un grand merci à Vincent Ferré pour avoir rendu cet entretien possible !

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

{Conférence du dessinateur Alan Lee : illustrer Tolkien} À l'occasion de l'exposition Tolkien, voyage en Terre du milieu, des spécialistes (historiens, traducteurs, illustrateurs) sont invités à revenir sur la genèse et la postérité de l'oeuvre de J.R.R. Tolkien. le dessinateur Alan Lee s'entretient avec Marie Bretagnolle (université Paris-Est Créteil). Conférence enregistrée le 6 février 2020 à la BnF I François-Mitterrand.Pour en savoir plus : l'exposition Tolkien, voyage en Terre du Milieu (https://c.bnf.fr/DY8), le numéro spécial de Chroniques (https://c.bnf.fr/FFg)

+ Lire la suite

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
iarsenea   22 décembre 2013
Le Hobbit illustré de Alan Lee
Tout étrange que cela peut paraître, les choses bonnes à avoir et les jours bons à passer sont tôt racontés et n’offrent pas grand intérêt ; tandis que les choses inconfortablement palpitantes, de nature même à donner le frisson, peuvent faire une bonne histoire et, en tout cas, appellent une longue narration.
Commenter  J’apprécie          153
Gusseuh   27 mai 2010
Le Hobbit illustré de Alan Lee
Dans un trou vivait un hobbit.
Commenter  J’apprécie          90
Elana   15 décembre 2014
Cahier de croquis du Seigneur des Anneaux de Alan Lee
Il ne s'agit pas de simplement traduire ses description dans une forme picturale, car leur pouvoir n'est pas tant dans les images que dans les sentiments qu'elles évoquent; et, selon moi ces sentiments proviennent de quelque chose de tout à fait fondamental: un lien avec la forêt qui a été rompu au tout début du développement de l'humanité; un paradis perdu auquel aspire encore une partie de nous.
Commenter  J’apprécie          50
Organdi   23 décembre 2016
Le seigneur des anneaux illustré par Alan lee . la trilogie complète Christian Bourgois éditeur - 1992 de Alan Lee
- [...] qui est Tom Bombadil ?

- C'est lui, dit Baie dOr, suspendant ses mouvements et souriant.

Frodon la regarda d'un air interrogateur.

- C'est lui, tel que vous l'avez vu, dit-elle en réponse à son regard. C'est le Maitre de la forêt, de l'eau et de la colline.

- Ainsi, tout cet étrange pays lui appartient ?

- Non, certes ! répondit-elle, et son sourire s'évanouit. Ce serait assurément un fardeau, ajouta-t-elle à mi-voix, comme pour elle-même. Les arbres, les herbes et toutes les choses qui poussent ou vivent dans cette terre n'appartiennent qu'à eux-mêmes. Tom Bombadil est le Maître.
Commenter  J’apprécie          30
iarsenea   22 décembre 2013
Le Hobbit illustré de Alan Lee
Et, je vous en prie, ne me faites pas cuire, mes bons messieurs ! Je

suis un excellent cuisinier moi-même, et je cuis mieux que je ne cuis, si vous voyez ce que je veux dire.

Je vous ferai de la succulente cuisine, un petit déjeuner parfaitement merveilleux, si seulement vous voulez bien ne pas me prendre pour souper.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox