AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.07 /5 (sur 140 notes)

Nationalité : Afrique du Sud
Né(e) à : Natal , le 11/01/1903
Mort(e) à : Botha's Hill , le 12/04/1988
Biographie :

Alan Stewart Paton est un écrivain et un homme politique sud-africain, fondateur du parti libéral d'Afrique du Sud.

Il est né dans la province du Natal, aujourd'hui appelée KwaZulu-Natal. Sa famille descendait des colons anglais en Afrique du Sud. Ses parents appartenaient à la communauté religieuse protestante des christadelphians. Alan Paton obtint à l'université du Natal une licence de sciences ainsi qu'un diplôme d'enseignement.

Il devint enseignant en lycée, puis, de 1935 à 1948, proviseur d'un centre de rééducation pour mineurs délinquants. Il y introduisit des réformes progressistes en assouplissant les conditions de vie et en proposant toutes sortes de permissions en cas de bonne conduite : dortoirs plus ouverts, autorisation de travail hors du centre. Il autorisa aussi l'hébergement dans des familles d'accueil avec contrôle par l'institution.

Alan Paton voulut s'engager lors de la seconde guerre mondiale mais fut réformé. Il décida alors de voyager, à ses propres frais, pour découvrir les systèmes éducatifs étrangers et tout particulièrement leurs centres de rééducation. Il visita ainsi une partie de l'Europe et les États-Unis. Lors de son passage en Norvège, il commença à écrire son premier roman, Pleure, ô pays bien-aimé. Il en finit l'écriture fin 1946 à San Francisco, où il rencontra également son éditeur.

Rentré au pays en 1947, il fonda en 1953 le parti libéral sud-africain qui militait pacifiquement contre l'apartheid fraîchement instauré. Il en resta président jusqu'à sa dissolution en 1968, la loi interdisant alors les partis multi-raciaux.

Il prit sa retraite à Botha's Hill, dans sa province natale, où il mourut le 12 avril 1988.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
ay_guadalquivir   23 juillet 2009
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
« Pleure, ô pays bien-aimé, sur l’enfant qui n’est pas encore né et qui héritera de notre peur. Puisse-t-il ne pas aimer trop profondément cette terre. Puisse-t-il ne pas rire avec trop de joie lorsque l’eau coulera entre ses doigts, ne pas se taire trop gravement lorsque le couchant fera flamboyer le veld. Puisse-t-il ne pas être trop ému lorsque les oiseaux de son pays chanteront, ne pas donner trop de son cœur à une montagne, à une vallée. Car s’il donne trop, la peur lui prendra tout. »
Commenter  J’apprécie          470
fredho   22 janvier 2013
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
je ne crains qu'une chose en mon coeur, c'est qu'un jour, quand ils se mettront à aimer, ils s'aperçoivent que nous nous sommes mis à haïr.
Commenter  J’apprécie          270
latina   15 janvier 2016
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
Votre inquiétude s’est changée en peur et votre peur en chagrin. Mais le chagrin vaut mieux que la peur. Car la peur toujours appauvrit tandis que le chagrin peut enrichir.

Le chagrin vaut mieux que la peur. La peur est un voyage, un terrible voyage, mais le chagrin, au moins, est une arrivée. Quand l’orage menace, l’homme craint pour sa maison ; mais quand la maison est détruite, il y a quelque chose à faire. Contre l’orage, il ne peut rien, mais il peut rebâtir une maison.

Commenter  J’apprécie          214
Aela   11 mars 2011
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
Pleure sur la tribu éclatée, sur la loi et les coutumes disparues. Oui et pleure tout haut sur l'homme qui est mort, sur la femme et les enfants endeuillés. Pleure, pays bien-aimé, tout ceci n'est pas encore fini. Le soleil inonde la terre, ce beau pays dont l'homme ne peut profiter. Il ne connaît que la peur dans son coeur.

Cry for the broken tribe, for the law and the custom that is gone. Aye, and cry aloud for the man who is dead, for the woman and chidren bereaved. Cry, the beloved country, these things are not yet at an end. The sun pours down on the earth, on the lovely land that man cannot enjoy. He knows only the fear of his heart.





Commenter  J’apprécie          170
Benedettinunzia   26 mai 2016
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
N’en doutez pas, c’est la peur qui règne dans ce pays, car que peuvent les hommes lorsque de telles multitudes se détournent des lois ? Comment goûter le beau paysage, comment goûter ses 70 ans de vie, et le soleil qui brille sur la terre, lorsqu’on a l’effroi dans son coeur ? Comment marcher tranquillement à l’ombre des jacarandas quand leur beauté est devenue une menace ? Comment reposer en paix dans son lit, quand l’ombre recèle tant de secrets? Quels amants s’abandonneront au délice d’être étendus sous les étoiles, lorsque le danger croît en raison même de leur isolement ?

Il y a des voix qui disent ce qu’il faut faire, une centaine, un millier de voix qui crient. Mais de quelle utilité sont-elles à qui cherche conseil, car l’une crie ceci, et l’autre crie cela, et une troisième autre chose encore qui n’est ni ceci ni cela ?
Commenter  J’apprécie          150
aouatef79   15 juin 2020
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
Pleure sur la tribu éclatée , sur la loi et les coutumes disparues .
Commenter  J’apprécie          160
Aela   11 mars 2011
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
Oui l'aurore est venue. Le titihoya s'éveille, et entreprend de réciter son cri mélancolique. Le soleil recouvre de lumière les sommets des montagnes d'Angeli et d'East Griqualand. La grande vallée de l'Umzimkulu est encore dans l'obscurité, mais la lumière viendra là-bas. Ndotsheni est encore dans l'obscurité, mais la lumière viendra là aussi. Car c'est l'aurore qui s'est levée, comme elle se lève depuis un millier de siècles, sans jamais faillir.

Yes it is the dawn that has come. The titihoya wakes from sleep, and goes about its work of forlorn crying. The sun tips with light the mountains of Angeli and East Griqualand. The great valley of the Umzimkulu is still in darkness, but the light will come there. Ndotsheni is still in darkness, but the light will come there also. For it is the dawn that has come, as it has come for a thousand centuries, never failing.
Commenter  J’apprécie          120
aouatef79   16 juin 2020
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
Pleure ,ô pays bien-aimé ,sur l 'enfant qui n 'est pas encore né et qui héritera de notre peur .
Commenter  J’apprécie          142
Aela   11 mars 2011
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
Nos indigènes aujourd'hui engendrent criminels, prostituées et ivrognes, non parce qu'il est dans leur nature de le faire, mais parce que leur simple système d'ordre, de traditions et de conventions a été détruit. Il a été détruit par l'impact de notre propre civilisation.

Our natives today produce criminals and prostitutes and drunkards, not because their simple system of order and tradition and convention has been destroyed. It was destroyed by the impact of our own civilisation.
Commenter  J’apprécie          120
mimipinson   20 juillet 2011
Pleure, ô pays bien-aimé de Alan Paton
Je ne vois qu’un espoir pour notre pays et il sera réalisé quand les hommes blancs et les hommes noirs, n’aspirant ni au pouvoir ni à l’argent, désirant seulement le bien de leur pays, s’uniront pour y travailler.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..