AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.77 /5 (sur 162 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Nottingham , le 04/03/1928
Mort(e) à : Londres , le 25/04/2010
Biographie :

Alan Sillitoe est un écrivain britannique, l'un des "Angry Young Men" (jeunes hommes en colère) des années 1950.

Né dans une famille ouvrière de Nottingham, ville qui lui fournira maints décors, il quitte l'école à quatorze ans pour entrer à l'usine.

En 1946, il s'engagea dans la Royal Air Force, et fut posté en Malaisie péninsulaire où il contracta la tuberculose. C'est durant son hospitalisation, que se développa chez lui le goût de la lecture et de l'écriture, qu'il devait conserver après avoir quitté l'armée en 1949.

C'est en 1955 à Majorque, en Espagne, où il vivait avec sa compagne, la poétesse américaine Ruth Fainlight, et au contact du poète Robert Graves, que Sillitoe commença à travailler à "Samedi soir, dimanche matin" (Saturday Night and Sunday Morning), qui fut publié en 1958. En partie influencé par la prose désarticulée d'Ernest Hemingway, le livre relate les états d'esprit et la condition d'un jeune ouvrier d'usine qui voit inévitablement se terminer son flirt de jeunesse. Le roman fut adapté au cinéma en 1960 par Karel Reisz, avec Albert Finney dans le rôle d'Arthur Seaton.

Il a épousé Ruth Fainlight en 1959. Ils ont eu deux enfants, un fils et une fille adoptive.

Sa nouvelle "La Solitude du coureur de fond" (The Loneliness of the Long Distance Runner, 1959), qui a pour sujet la rébellion d’un jeune délinquant doué pour la course à pieds, lui valut de recevoir le prix Hawthornden en 1959. En 1962, elle fut également adaptée au grand écran sous le même titre, cette fois-ci par Tony Richardson, avec Tom Courtenay dans le rôle principal.

En 1965, son nom a figuré parmi les candidats au prix Nobel de littérature.

En 1990, on lui attribua le titre de docteur honoris causa de la Nottingham Trent University. L’université de Nottingham, la plus ancienne et prestigieuse de la ville, appartenant au Russell Group, décerna également à Sillitoe à titre honorifique un titre de docteur en lettres en 1994, et en 2006 sa pièce de théâtre la plus connue fut montée au Lakeside Arts theatre de l’université dans une version inédite.

Sillitoe a écrit beaucoup d’autres romans et plusieurs volumes de poésie. Son autobiographie de 1995, "Life Without Armour", reçut un accueil critique élogieux au moment de sa parution et donne un regard sur son enfance misérable.

En 2007, il publia "Gadfly in Russia", un compte-rendu des voyages qu’il fit régulièrement en Russie, sur une période de 40 ans.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Saturday Night and Sunday Morning (1960) film, extrait

Podcasts (1)


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
denis76   16 août 2019
La Solitude du coureur de fond de Alan Sillitoe
Parce que quand le directeur m'a dit d'être honnête, c'était à sa façon à lui, pas à la mienne.



NDL : chacun son éthique,

chacun ses valeurs.
Commenter  J’apprécie          120
denis76   15 août 2019
La Solitude du coureur de fond de Alan Sillitoe
Ils peuvent nous espionner pourvoir si nous ne jouons pas à des jeux solitaires et si nous bossons bien ou si nous ne séchons pas nos cours de gym, mais ils ne peuvent pas passer nos tripes aux rayons X pour savoir ce que nous nous disons à nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          110
colimasson   16 août 2012
La Solitude du coureur de fond de Alan Sillitoe
Tout ça m’amène à réfléchir sur cette façon que j’ai souvent d’avoir le cafard. Le sac à charbon que l’on a au-dedans de soi et le noir qu’il vous met sur la bouillotte, ça ne veut pas forcément dire qu’on va se pendre, ou se flanquer sous un autobus, ou se jeter par la fenêtre, ou se couper la gorge avec une boîte à sardines, ou se mettre la tête dans le fourneau à gaz, ou aller fourrer la fichue défroque de sa carcasse sur une voie de chemin de fer. Parce que, quand on a vraiment le noir, on n’arrive même pas à se décoller de sa chaise.
Commenter  J’apprécie          100
colimasson   13 août 2012
La Solitude du coureur de fond de Alan Sillitoe
C’est ça, qu’ils disent, l’entraînement idéal pour la grande journée des championnats, quand tous les messieurs-dames à groin de cochon –qui ne savent même pas que deux et deux font quatre et qui seraient empotés comme des manches s’ils n’avaient pas leurs esclaves pour les servir au doigt et à l’œil- viendront nous faire de beaux discours pour nous démontrer qu’il n’y a rien comme le sport pour vous ramener dans le droit chemin et vous empêcher d’avoir les doigts qui vous démangent de taquiner les serrures de leurs boutiques et de leurs coffres-forts, ou de vider les pennies de leurs compteurs à gaz avec des épingles à cheveux. Et comme récompense, on vous donnera un bout de ruban bleu et une coupe, après que vous vous serez bien esquintés à courir ou à sauter, tout comme des canassons, avec cette différence que les canassons, eux, on les traite mieux que nous ensuite.
Commenter  J’apprécie          81
denis76   16 août 2019
La Solitude du coureur de fond de Alan Sillitoe
"Nous voulons te faire confiance pendant que tu seras ici." qu'il disait en défroissant son journal avec ses mains de feignant blanches comme le lis, pendant que je lisais les grosses lettres à l'envers :

Daily Telegraph.
Commenter  J’apprécie          90
colimasson   15 août 2012
La Solitude du coureur de fond de Alan Sillitoe
Le temps s’écoulait tout doucement : l’aiguille des minutes de l’horloge semblait calée dans une position invariable. Les deux fillettes se regardaient mutuellement et n’avaient pas conscience de sa présence : lui se retrancha en lui-même en sentant tout le néant de ce monde et en se demandant comment il arriverait à supporter tous les jours qui lui semblaient s’allonger sans but devant lui, comme des produits fabriqués qu’emporte une bande transporteuse déréglée. […] Tout ce qu’il pouvait voir de son passé, c’était une brume grisâtre, et dans son avenir, la même brumasse mystérieuse qui ne dissimulait que le néant.
Commenter  J’apprécie          50
colimasson   14 août 2012
La Solitude du coureur de fond de Alan Sillitoe
Notre gâteux de salaud de directeur, notre vérolé de patron à moitié crevé, aussi creux qu’un fût de pétrole vide, voudrait bien qu’avec mes facultés de coureur je le couvre de gloire, que je lui infuse du sang et une pulsation qu’il n’a jamais eus ; il voudrait bien que ses enflés de copains en soient les témoins pendant que je passerais en titubant et hors d’haleine devant le poteau d’arrivée, pour qu’il puisse déclarer : « Mon Borstal a gagné la Coupe, vous voyez. […]
Commenter  J’apprécie          50
EffeLou   24 octobre 2014
Samedi soir, dimanche matin de Alan Sillitoe
" Car c'était un samedi soir, le meilleur moment de la semaine, celui où l'on s'amuse pour de bon, l'un des cinquante-deux jours de gloire dans la grande roue de l'année qui tourne si lentement, le prologue échevelé d'un morne dimanche."



p 9
Commenter  J’apprécie          40
EffeLou   24 octobre 2014
Samedi soir, dimanche matin de Alan Sillitoe
" Quand on est un révolté, on le reste toujours. On ne peut pas s'en empêcher, on ne peut pas le nier. Et ça vaut mieux d'être un révolté, parce que ça leur fait voir que ça n'prend pas, leurs trucs pour essayer de vous avoir. Les usines, les bourses du travail et les assurances sociales, c'est pour vous faire gagner votre vie et défendre vos droits - qu'ils disent! Mais c'est jamais que des attrape-nigauds qui vous suceraient comme des sables mouvants si vous ne restiez pas sur vos gardes. A l'usine, on vous fait trimer à en crever, à la bourse du travail on vous engourdit à en crever avec de belles phrases, et les assurances sociales et les contributions vous pompent les sous de votre paie et vous vident à en crever. S'il vous reste la moindre bribe de vie dans les tripes après toutes ces saloperies, c'est l'armée qui vous appelle et vous envoie vous faire trouer la peau."



p 261
Commenter  J’apprécie          20
EffeLou   24 octobre 2014
Samedi soir, dimanche matin de Alan Sillitoe
" Le vendredi après-midi était le moment où se rencontraient sous le drapeau blanc les différentes classes avec, pour médiatrices, les enveloppes de paie témoignant de leur valeur."



p 75
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..