AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Albert Lavignac (23)


Jacopo   26 avril 2020
Le Voyage Artistique à Bayreuth de Albert Lavignac
En écrivant un mil et unième ouvrage sur Richard Wagner et son oeuvre, je n'ai pas eu la prétention de faire mieux que ce qui a été fait précédemment. J'ai voulu faire autre chose : un véritable Guide pratique du Français à Bayreuth, répondant aux désirs et aux curiosités de ceux de nos nationaux qui n'ont pas encore accompli ce petit voyage, si facile pourtant et si plein d'attraits; j'ai voulu aussi leur indiquer dans quel état d'esprit on doit l'entreprendre et les séduisantes études préliminaires auxquelles on doit s'astreindre si l'on veut en jouir pleinement; j'ai voulu enfin présenter le style wagnérien dans la clarté spéciale qui lui est propre, en le dégageant des nébulosités dont l'enveloppent parfois certains de ses commentateurs, sans se rendre compte que, loin d'aplanir la route, ils la hérissent de difficultés; c'est la seule critique que je me permette de leur adresser : ils écrivent pour des wagnériens, non pour des néophytes.
Commenter  J’apprécie          30
Jacopo   24 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 3 de Albert Lavignac
Peut-on essayer de déterminer, avec quelque vraisemblance, les raisons de celte prééminence des instruments à cordes, de la vièle spécialement, aux temps de Grocheo et de nos estampies?
Peut-être suffira-t-il, pour y arriver, de réfléchir à ce qu'on pouvait alors demander aux instruments, à une époque dont la conception musicale était fort loin de ressembler à la nôtre. Au XIIIe ou au XIVe siècle, la musique à plusieurs voix, certes, est couramment pratiquée. Elle n'a pourtant point, comme aujourd'hui, étouffé complètement l'art exclusivement monodique. C'est sur celui-ci, dont la voix humaine demeure le plus parfait interprète, que s'est progressivement formée toute la théorie de la musique.
Commenter  J’apprécie          30
Jacopo   25 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 4 de Albert Lavignac
Tandis que le Califat de Cordoue s'élevait à son plus haut degré de splendeur, les Espagnols qui n'avaient point voulu se soumettre au joug de
l'envahisseur, du refuge qu'ils avaient trouvé dans les montagnes de la Cantabrie et dans les Hautes-Pyrénées, entreprirent une lutte tenace pour reconquérir la liberté. Un double soulèvement, parti de Covadonga et du Monastère de San Juan de la Pena, donna naissance aux minuscules États qui devaient former plus lard les deux royaumes de Castille et d'Aragon Mais ces peuplades exclusivement guerrières, constamment préoccupées de conserver leur indépendance et à refouler l'ennemi toujours aux
aguets, no pouvaient que fort difficilement, cultiver les arts de la paix. C'est pourquoi les traditions de la culture latino-visigothique ne se renouèrent dans le commencement que parmi les mozarabes.
Commenter  J’apprécie          20
Jacopo   24 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 1 de Albert Lavignac
Les anciens Égyptiens semblent n'avoir possédé aucun système de nutation musicale. Non seulement, en effet, parmi les milliers de papyrus qui sont parvenus jusqu'à nous, on n'en a rencontré aucun qui contînt des signes musicaux ou qui fit quelque allusion à une écriture musicale, mais encore, sur les innombrables scènes de musique d'ensemble que nous ont conservées les monuments éiiyptiens, jamais on n'a relevé un seul exemple d'un chanteur ou d'un instrumentiste portant, soit à la main, soit attaché à son instrument, un rectangle quelconque de bois ou de papyrus que l'on put considérer comme une "partie" écrite.
Commenter  J’apprécie          20
Jacopo   24 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 2 de Albert Lavignac
La beauté et l'originalité de l'art musical italien, aux siècles XIVe et XVe, résident principalement dans le chant populaire, c'est-à-dire dans les chansons simples et mélodieuses que des musiciens de profession composaient, à deux ou trois voix, sur des poésies à l'allure populaire et que les dilettantes et le peuple chantaient un peu partout, dans les rues et dans les champs, dans les salles des vieux palais et, à la campagne, dans les riantes villas. Les canzoni a ballo, les canzonette, les madriali, les Iaudi, sont les pièces préférées par les musiciens de celte époque, et en elles se révèle le caractère de cet art dont la nature franche et sincère ne pouvait se plier aux complications techniques des écoles étrangères et dont la tendance vers la clarté de la mélodie et du rythme devait conduire, assez tardivement, les musiciens italiens à chercher la vérité de l'expression musicale hors des combinaisons sonores de la polyphonie, dans les lignes pures de la monodie.
Commenter  J’apprécie          20
Jacopo   24 mai 2020
L'Éducation Musicale de Albert Lavignac
Je trouve a ce sujet une anecdote charmante dans les Mémoires de Gounod, et je la reproduis textuellement:
« Ma mère, qui avait été ma nourrice, m'avait certainement fait avaler autant de musique que de lait. Jamais elle ne m'allaitait sans chanter, et je peux dire que j'ai pris mes premières leçons sans m'en douter et sans avoir a leur donner cette attention si pénible au premier age et si difficile a obtenir des enfants. Sans en avoir conscience, j'avais déjà la notion très claire et très précise des intonations et des intervalles qu'elles représentent, des tout premiers éléments qui constituent la modulation, et de la différence caractéristique entre le mode majeur et le mode mineur, avant même de savoir parler, puisqu'un jour, ayant entendu chanter dans la rue par quelque mendiant sans doute) , une chanson en mode mineur, je m'écriai : « Maman, pourquoi il chante en do qui plore (pleure)? » .
J'avais d'une I'oreille parfaitement exercée, et je pouvais tenir avantageusement déjà ma place d'éleva dans un cours de solfège, où j'aurais pu même être professeur. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   24 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 4 de Albert Lavignac
L'usage des Romains de la décadence de faire intervenir la musique et les chansons dans les banquets, qui souvent dégénéraient en de véritables orgies où étaient commises toutes sortes de turpitudes, fut aussi très répandu parmi les Wisigoths.
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   24 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 4 de Albert Lavignac
On peut affirmer que l'Espagne est l'un des pays où la musique fut cultivée dès les plus anciens temps. II est aussi certain que l'histoire de son développement artistique reste à peu près inconnue, bien qu'elle présente le plus vif intérêt. Seulement de nos jours on a commencé à déblayer le terrain, et à l'aire l'inventaire des innombrables trésors que le passé nous a légués.
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   24 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 5 de Albert Lavignac
Le folklore épique évoque la vie primitive de la Russie encore païenne, au temps de la droujina et des petits tyrans, puis la constitution des confréries
indépendantes des cosaques et leur dissolution. Toutes les aventures guerrières, les invasions barbares et les expéditions lointaines nous sont ainsi fidèlement rapportées, sur des thèmes graves ou joyeux. Nous suivons, phase par phase, les transformations de la Russie ancienne, son adhésion à la foi chrétienne, ses luttes contre les Tartares, les Turcs, les Polonais.
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   24 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 5 de Albert Lavignac
Il est donc particulièrement important d'étudier la chanson populaire russe, qui non seulement adonné naissance à toute la littérature lyrique slave et continue d'être sa nourriture la plus substantielle, mais qui renferme, aussi, dans ses formes primitives et ondoyantes et sa sincérité spontanée, toute l'histoire de l'âme slave.
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   24 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 1 de Albert Lavignac
Une entière liberté a d'ailleurs été laissée aux auteurs pour exprimer leurs idées personnelles, dans le langage qui leur est propre. Chaque article est signé et daté et contient de nombreuses références bibliographiques.
Tous les sujets qui peuvent intéresser les compositeurs, les artistes, les érudits, les chercheurs et même les grands amateurs de musique, y sont traités ex cathedra, et souvent à plusieurs points de vue divers.
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   26 avril 2020
L'Éducation Musicale de Albert Lavignac
II n'y a pas d'art sans science : la race tout entière des maîtres est là pour en faire foi.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   26 avril 2020
L'Éducation Musicale de Albert Lavignac
La musique est une langue.
Infiniment moins précise que le plus rudimentaire des idiomes quant a la détermination du sujet traité, elle possède, en revanche, une intensité d'expression, une puissance d'émotion communicative, à laquelle ne saurait atteindre aucun langage parlé, si parfait qu'il soit.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   26 avril 2020
La Musique et les Musiciens de Albert Lavignac
Le Violon : C'est incontestablement le roi de l'orchestre. Aucun instrument ne peut rivaliser avec lui, en quoi que ce soit, ni comme richesse de timbre, ni par les infinies variétés d'intensité, ni pour la vitesse d'articulation, et encore moins pour la sensibilité presque vivante de la corde vibrant directement sous le doigt qui la presse. Il partage avec la voix humaine la faculté inappréciable de faire varier à l'infini la hauteur absolue des sons, et seul avec l'orgue il possède le pouvoir de les prolonger indéfiniment.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   26 avril 2020
La Musique et les Musiciens de Albert Lavignac
Tous les phénomènes de la nature sont produits par des vibrations. Le son n'est donc qu'un phénomène vibratoire, tout comme la lumière, la chaleur, etc.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   26 avril 2020
La Musique et les Musiciens de Albert Lavignac
C'est donc autant un guide pour l'étudiant musicien, qui y trouvera tracée la direction de ses travaux, plus arides et plus complexes qu'on ne le croit généralement, qu'un ouvrage de vulgarisation musicale à l'usage du simple curieux, de l'amateur intelligent et chercheur.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   25 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Première Partie, Histoire de la Musique Vol. 5 de Albert Lavignac
La musique a été très anciennement cultivée en Perse. En décrivant les rites qu'observent les Perses en sacrifiant aux dieux, Hérodote (I, 132) parle du mage qui est présent à la cérémonie; ce mage entonne une théogonie; c'est le nom, dit l'historien, qu'ils donnent à ce chant. Que les paroles de ce chant aient été conservées ou non dans les anciennes hymnes (gâthà) du livre sacré des Parsis, l'Avesta, c'est ce qu'il nous est impossible de savoir, mais cela n'a pas d'importance pour notre sujet. Nous nous bornons à constater que cette théogonie était chantée, mais non accompagnée par un instrument, car Hérodote fait remarquer un peu plus haut que les Perses n'employaient pas les flûtes. C'est à peu près tout ce qu'il est possible de savoir sur la musique chez les Perses au temps de leur splendeur, c'est-à-dire sous la dynastie des Achéménides, successeurs de Cyrus et de Darius Ier empire qui dominait toute l'Asie antérieure, et qu'il fallut Alexandre pour abattre.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   25 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Deuxième Partie, Technique - Esthétique - Pédagogie Vol. 1 de Albert Lavignac
Nous ne séparerons pas l'Autriche de l'Allemagne, suivant en cela le vieil usage, et d'ailleurs à l'exemple de ces musiciens de nos jours qui échangent avec quelque indifférence la vie de Munich ou de Berlin pour celle de Vienne, comme Richard Strauss ou Weingartner, ou bien celle de Vienne pour celle de Berlin, non seulement à de courtes reprises, comme
Brahms, Bruckner, Mahler et même Hugo Wolf lors de concerts de leurs oeuvres, mais comme Schönberg et Schreker pour y enseigner et y travailler dans une atmosphère plus austère. Les dernières années du règne de François-Joseph, les trois lignes de chemin de fer qui réunissent Vienne à Berlin étaient sans cesse sillonnées par la pensée musicale et la personne des musiciens dont nous allons donner le signalement, et si le cadran politique du Hofballplatz marquait l'heure de Berlin, Berlin marquait plutôt l'heure musicale de Vienne.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   25 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Deuxième Partie, Technique - Esthétique - Pédagogie Vol. 2 de Albert Lavignac
Le classement physiologique des voix sur le timbre au début des études, l'élude et l'enseignement de la physiologie vocale bien comprise et bien appliquée semblent rester les moyens de remédier à cet état de choses.
C'est en nous basant sur ce raisonnement général que nous avons tenté de concevoir, après l'expérience acquise, la collaboration possible du physiologiste oto-rhino-laryngologiste du Conservatoire avec le professeur, pour l'enseignement du chant et de la déclamation.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   25 avril 2020
Encyclopédie de la Musique et Dictionnaire du Conservatoire, Deuxième Partie, Technique - Esthétique - Pédagogie Vol. 3 de Albert Lavignac
La légende nous représente la première manifestation musicale sous la forme d'un pasteur jouant du chalumeau ou de la flûte de Pan, comme le l'ont encore de nos jours les bergers pyrénéens conduisant dans nos villes leur petit troupeau de chèvres.
La fable nous montre le dieu Apollon calmant les monstres de la nature, et son fils Orphée se conciliant les dieux infernaux aux doux sons d'une lyre.
Commenter  J’apprécie          00



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-50405

Que donnerait-il pour qu'elle dise 'oui'?

sa vie
son fric
son sang

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanteur , chanson française , énigmesCréer un quiz sur cet auteur