AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.59 /5 (sur 32 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Bruyère , le 10/02/1874
Mort(e) à : Paris , le 26/02/1932
Biographie :

Albert Mathiez, né à Fouillies-des-Oreilles, dans le canton de La Bruyère, en Haute-Saône, le 10 janvier 1874 et mort à Paris le 26 février 1932, est un historien français, spécialiste de la Révolution française.

Il est issu d'une famille de petits paysans propriétaires franc-comtois installés depuis plusieurs générations dans la région de Luxeuil,
Au collège de Lure, Albert Mathiez remporte un grand nombre de prix durant trois ans (1887-1890), particulièrement en langues, en science et en histoire, avant de rejoindre le lycée de Vesoul à l'automne 1890. Remarqué par l'inspecteur général, il est envoyé à Paris l'année suivante et entre en 1891 au lycée Lakanal, à Sceaux, où il se lie d'amitié avec Albert Lévy, fils d'un rabbin alsacien, Louis-Victor Bourrilly et Charles Péguy.Il obtient l'agrégation d'histoire et géographie en 1897.
Professeur aux lycées de Montauban puis de Châteauroux, il se spécialise dans l’histoire révolutionnaire, rédigeant un mémoire sur les journées des 5 et 6 octobre 1789, et prépare une thèse d'histoire sous la direction d'Alphonse Aulard, qui le dirige vers l'histoire religieuse, domaine encore alors à défricher.
En 1907, Mathiez se dirige vers Robespierre et fonde avec Charles Vellay (1876-1953), docteur ès lettres et éditeur des œuvres de Saint-Just, la Société des études robespierristes, dont il devient le président et qui regroupe des historiens et des hommes politiques.
Après quelques années passées dans des lycées de province, Mathiez est professeur au lycée Voltaire, à Paris, quand le Ministère l'envoie comme chargé de cours à la faculté des lettres de Nancy en février 1908 puis à celle de Lille (octobre 1908-avril 1909), pour suppléer Philippe Sagnac. Devenu professeur à la faculté des lettres de Besançon en 1911, il est titulaire de la chaire d'Histoire moderne et contemporaine à Dijon de 1919 à 1926. En octobre 1926, il devient suppléant de Philippe Sagnac à la chaire d'histoire de la Révolution française de la Sorbonne.
Socialiste jusqu'en 1920, il s'enthousiasme pour la révolution d'Octobre et entre au Parti communiste français . Exclu en octobre 1922, il participe en décembre à la fondation de l'Union fédérative des travailleurs socialistes révolutionnaires, avant de s'associer, en 1923, à l'Union socialiste communiste, nouvelle formation politique constituée à Dijon. Puis il se rapproche de la SFIO et soutient le Cartel des gauches lors des élections législatives de 1924. De même, par réaction à la
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Hulot   28 octobre 2019
La Révolution française de Albert Mathiez
Comme chacun y entend par sa liberté l'indépendance de ses passions et de son avarice, l'esprit de conquête et l'égoisme s'établissent entre les citoyens et l'idée particulière que chacun se fait de sa liberté selon son intérêt produit l'esclavage de tous.



Saint Just
Commenter  J’apprécie          140
Hulot   21 octobre 2019
La Révolution française de Albert Mathiez
Seul Marat, qui était une tête politique, avait compris, dès le premier jour, qu'il faudrait organiser le pouvoir révolutionnaire sous la forme d'une dictature, afin d'opposer au despotisme des rois le despotisme de la liberté.
Commenter  J’apprécie          130
Hulot   23 octobre 2019
La Révolution française de Albert Mathiez
"De ce lieu et de ce jour, date une ère nouvelle dans l'histoire du monde".



Au grand poète philosophe , Goethe, la vérité était apparue subitement.

L'ordre ancien , qui reposait sur le dogme et sur l'autorité, faisait place à un ordre nouveau, dont la liberté était la base....

D'un coté le droit divin des rois, de l'autre les droits des hommes et des peuples.

Valmy signifiait que, dans la lutte si étourdiment engagée, les droits de l'homme n'auraient pas nécessairement le dessous.
Commenter  J’apprécie          110
Iansougourmer   10 mars 2014
Etudes sur Robespierre, 1758-1794 de Albert Mathiez
Robespierre a représenté dans la Terreur la mesure, l'indulgence, l’honnêteté.
Commenter  J’apprécie          110
Hulot   20 octobre 2019
La Révolution française de Albert Mathiez
Les ministres sont tenus de rendre compte à l'Assemblée, à toute réquisition, tant de leur conduite que de l'état des dépenses et affaires.

On exigera bientôt de ceux qui sortent de charge un compte de leur gestion, un compte moral et un compte financier.
Commenter  J’apprécie          94
Hulot   24 octobre 2019
La Révolution française de Albert Mathiez
La vertu fut toujours en minorité sur la terre.



Robespierre.
Commenter  J’apprécie          100
Jcequejelis   08 mai 2012
La Révolution française (1) : La Chute de la Royauté de Albert Mathiez
Un autre roi que Louis XVI aurait-il pu porter remède à cette situation extravagante ? Peut-être, mais cela n'est pas sûr. Depuis qu'ils avaient enlevé à la féodalité ses pouvoirs politiques, les Bourbons s'étaient plu à la consoler en la comblant de leurs bienfaits. Louis XIV, Louis XV avaient cru la noblesse nécessaire à leur gloire. Ils solidarisaient leur trône avec ses privilèges. Louis XVI ne fit que suivre une tradition établie. Il n'aurait pu faire de réformes sérieuses qu'en engageant une lutte à mort contre les privilégiés. Il s'effraya aux premières escarmouches.



404 - [p. 21]
Commenter  J’apprécie          70
Jcequejelis   08 mai 2012
La Révolution française (1) : La Chute de la Royauté de Albert Mathiez
Les largesses se multiplient : 100 000 milles livres à la fille du duc de Guines pour se marier, 400 000 livres à la comtesse de Polignac pour payer ses dettes, 800 000 livres pour constituer une dote à sa fille, 23 millions pour les dettes du comte d'Artois, 10 millions pour acheter au roi le château de Rambouillet, 6 millions pour acheter à la reine le château de Saint-Cloud, etc... Petites dépenses à côté de celles qu'entraîna la guerre de l'Indépendance américaine! On a évalué celles-ci à deux milliards. Pour y faire face Necker emprunta à toutes les portes et de toutes les façons.



405 - [p. 22]
Commenter  J’apprécie          60
Jcequejelis   07 mai 2012
La Révolution française (1) : La Chute de la Royauté de Albert Mathiez
La Révolution était faite dans les esprits longtemps avant de se traduire dans les faits, et parmi ses auteurs responsables il faut compter à bon droit ceux-là même qui seront ses premières victimes.

La Révolution ne pouvait venir que d'en haut. Le peuple des travailleurs, dont l'étroit horizon ne dépassait pas la profession, était incapable d'en prendre l'initiative et, à plus forte raison, d'en saisir la direction.



402 - [p. 15]
Commenter  J’apprécie          50
talou61   08 avril 2017
La réaction thermidorienne de Albert Mathiez
La grande période de la République est désormais finie. Les rivalités de personnes prennent le pas sur les idées ; le Salut Public s'efface ou disparaît derrière les intérêts privés ou derrière les rancunes et les passions. Le politicien remplace le politique.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur